#Mali : Kati-Sananfara : «RASTA» tombe au cimetière

À cause de l’appât du gain facile, il avait quasiment tout dans son viseur. Son opération contre la construction du cimetière a été la dernière pour lui

Publié mardi 14 mai 2024 à 18:26 , mis à jour mardi 28 mai 2024 à 13:32
#Mali : Kati-Sananfara : «RASTA»  tombe au cimetière

Nous le désignerons par le sobriquet « Rasta ». Si tout se passe bien, cet individu, spécialiste de vol de fer en bêton et autres objets de valeur, va devoir s’expliquer devant les juges pour répondre des actes qu’il posait depuis un moment à Kati-Sanafara et ses environs. Il y a quelques jours, cet homme a été alpagué par les éléments du commissaire Adama Fané à la tête du commissariat de police du 1er arrondissement de la ville-garnison. Selon nos sources, « Rasta » est un bandit tellement bien organisé que la méthode particulière dont il usait lors de ses opérations était devenue routinière pour lui. Cet individu était si vorace dans son activité illégale qu’il n’épargnait pas le matériau de construction d’un cimetière, comme la présente histoire.

 

Cachette pour malfrats- Le cimetière de Kati-Sanafara est dépourvu de mur de clôture. Comme dans la plupart des cas similaires, en l’absence de mur de clôture, les  lieux servent de  pâturage pour les animaux en divagation. Idem pour les individus malintentionnés qui y vont poser des actes répréhensibles.

Plus grave, ce cimetière servait également de cachette pour les malfrats. Afin que ces actes soient désormais de mauvais souvenirs, les populations ont jugé nécessaire de s’organiser pour le clôturer. Ainsi, chacun a mis la main à la poche.

Les habitants ont cotisé pour acheter des matériaux de construction (fer à béton, sable, gravier) afin de procéder à la clôture dudit cimetière. Le temps passant, les initiateurs ont pu réunir une quantité suffisante de matériaux qu’ils ont acheminés sur place. Les travaux ont démarré et beaucoup de gens, notamment les jeunes du secteur ont mis la main à la pâte.

Curieusement, alors que le chantier avançait à souhait, les maçons ont fait un constat désagréable. C’est le fait que d’importantes quantités de fer à béton disparaissaient mystérieusement sans qu’ils ne sachent comment cela se passait. Le ou/les auteurs étaient si audacieux qu’ils ne se limitaient pas aux fers entassés avant d’être utilisés dans le béton. Ils s’en prenaient également à ceux déjà attachés et prêts à être utilisés dans le béton.

C’est en ce moment que les ouvriers ont pris les choses au sérieux. Par la suite, des plaintes ont fusé vers le commissariat de police cité plus haut. C’est ainsi que le commissaire Fané et ses hommes sont entrés dans la danse.  Ils ont mis la population, principale victime, à contribution pour mettre la main sur le/ou les auteurs de cet acte ignoble. Cette collaboration de la population a payé.

Le 24 avril dernier, aux environs de 8 heures au cours de leur ronde de routine, les éléments de la brigade de recherche (BR) du commissariat de police cité ont interpellé un individu surnommé « Rasta » comme il l’a lui-même confirmé plus tard.

Au moment de son interpellation, l’homme était en possession d’un certain nombre de fer à béton. Il est aussitôt conduit dans les locaux de la police pour y être auditionné. Durant cette audition, il n’est pas allé par le dos de la cuillère. « Rasta » a tout simplement reconnu avoir frauduleusement soustrait son butin dans la cour du cimetière de Kati-Sanafara.

Il a été établi que l’homme n’agissait pas seul. Une enquête a été ouverte pour mettre la main sur d’éventuels complices. Son dossier a été très vite transféré au Tribunal de grande instance de Kati afin que cet indélicat puisse répondre de ses actes devant les juges.

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Lire aussi : #Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Les accusés retournent à la maison

Inculpés d’infractions criminelles, ils se sont défendus bec et ongles pour échapper à la rigueur de la loi. Le salut est finalement venu de la légèreté de leurs dossiers.

Lire aussi : #Mali : Pèlerinage 2024 : Le chronogramme des départs pour la Mecque

Chaque pèlerin doit passer 6 à 8 jours à Médine avant d’aller à La Mecque. D’après les plans, la majorité de nos pèlerins iront par vols directs à Médine.

Lire aussi : #Mali : District de Bamako : Des dealers internationaux aux arrêts

Quatre dealers s’apprêtaient à embarquer avec une importante quantité de drogue pour un pays voisin. Le voyage est reporté sine die.

Lire aussi : #Mali : Santé de la reproduction : Plaidoyer pour la mobilisation des ressources

Mobiliser les ressources, les partenaires techniques et financiers et les autres parties prenantes pour soutenir la mise en œuvre du plan Page Mali d’intégration des services de planification familiale post-partum (PFPP)/Santé de la reproduction maternelle, néonatale et infantile (SRMNI)/Nutri.

Les articles de l'auteur

#Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 27 mai 2024 à 17:18

#Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:40

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Les accusés retournent à la maison

Inculpés d’infractions criminelles, ils se sont défendus bec et ongles pour échapper à la rigueur de la loi. Le salut est finalement venu de la légèreté de leurs dossiers.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:09

#Mali : Pèlerinage 2024 : Le chronogramme des départs pour la Mecque

Chaque pèlerin doit passer 6 à 8 jours à Médine avant d’aller à La Mecque. D’après les plans, la majorité de nos pèlerins iront par vols directs à Médine.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 21 mai 2024 à 19:14

#Mali : District de Bamako : Des dealers internationaux aux arrêts

Quatre dealers s’apprêtaient à embarquer avec une importante quantité de drogue pour un pays voisin. Le voyage est reporté sine die.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 21 mai 2024 à 18:51

#Mali : Santé de la reproduction : Plaidoyer pour la mobilisation des ressources

Mobiliser les ressources, les partenaires techniques et financiers et les autres parties prenantes pour soutenir la mise en œuvre du plan Page Mali d’intégration des services de planification familiale post-partum (PFPP)/Santé de la reproduction maternelle, néonatale et infantile (SRMNI)/Nutrition : tel était l’objectif de la table ronde organisée, jeudi dernier dans un hôtel de la place, par l’Office national de la santé de la reproduction (Onasr)..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié dimanche 12 mai 2024 à 16:56

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Père adoptif, obsédé sexuel

Père de plus d’une dizaine d’enfants, il n’a pas résisté à la tentation d’abuser sexuellement de sa fille adoptive. Il s’est finalement retrouvé devant les juges.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié jeudi 02 mai 2024 à 07:43

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner