Supplément culture, Nabintou Diakité : Le retour avec «Dounia»

Fotè Môgô ban disent les Mandings ! Autrement, littéralement, on survie toujours à la médisance ! L’égoïsme, l’hypocrisie, la méchanceté gratuite… peuvent ainsi longtemps affecter un destin sans jamais le dévier de sa trajectoire.

Publié vendredi 28 janvier 2022 à 08:08
Supplément culture, Nabintou Diakité : Le retour avec «Dounia»

À cheval sur cette sagesse,  Nabintou Diakité avait promis à ses fans un retour fracassant dans le showbiz. Et elle a tenu parole parce que son 3e album (après «Nadiara Minyé» sorti en 1998/99 et «Ma Ouléni» sorti en 2004), «Dounia» est un véritable chef d’œuvre artistique qui restitue à la musique du Wassoulou toute son authenticité.

Une œuvre d’une rare intensité émotive et d’un très enviable engagement citoyen disponible sur les plateformes de téléchargement depuis le 26 novembre 2021.

«Je suis de retour. Je suis de retour sur scène pour démentir tout ce qui a été dit à mon sujet ces dernières années et surtout pour faire honneur à mes fans, aux mélomanes.

Je suis de retour pas pour défier ou offenser qui que ce soit, mais pour continuer à jouer ma partition dans le rayonnement artistique et culturel du Wassoulou et du Mali» ! C’est le message que Nabintou Diakité (aujourd’hui Mme Coulibaly), a tenu à adresser à ses fans au Mali et dans la diaspora.

Et depuis le 26 novembre 2021, elle est de retour avec «Dounia», un album de dix titres. Un retour très attendu et qui est en train de véritablement combler les attentes, de combler le vide qui commençait à s’installer dans la création musicale du Wassoulou. Et cela à l’image du premier clip lancé comme un ballon d’essai le 29 octobre 2021 et qui a aussitôt eu un succès viral sur les plateformes musicales avec plus de 150 mille vues en dix jours sur Youtube. 

Certaines plateformes ont culminé jusqu’à 300 mille vues. Comme son nom l’indique si pertinemment, «Yanonkalaya» (chauffer la scène avant le début du spectacle) a été un bon ballon d’essai.

Et le second clip, «Naloma», est venu conforter cette belle première impression avec plus de 100. 000 vues en seulement 3 jours (26 au 28 novembre 2021) sur Youtube.

Le succès de cet opus ne surprendra pas puisque rien ne semble avoir été négligé pour en faire un chef d’œuvre. «C’est réellement maintenant que j’ai compris ce que cela signifie travailler sur un album.

Nous avons fait un travail de fond pour en arriver là», souligne Nabintou. «Dounia est le fruit de deux ans de travail acharné», ajoute Berthin Coulibaly, producteur et compagnon de l’artiste. 

Enregistrés au «Studio Tériya», les dix titres (Denko, Nani Nani, Diarabi, Naloma, Kalan, Marakaw, Djougouya, Madame Cissé, Yanonkalaya et Dounia) ont été superbement arrangés et mixés par Abou Cissé sous la direction artistique de Berthin Coulibaly et de Sata Kouyaté.

Sur cette œuvre, les mélomanes auront l’embarras du choix entre les titres superbement arrangés pour permettre aux instrumentistes (kamalen ngoni, yabara, guitares, percussion, batterie, trompette) de s’exprimer librement tout en rehaussant l’éclat de la sublime voix de Nabintou.

HISTOIRE D’AMOUR-
Et l’album a été rehaussé par la contribution de certains monstres sacrés, des instrumentistes virtuoses comme le regretté Kerfala Kanté qui a assuré la basse sur quatre titres (Denko, Nani Nani, Diarabi, Naloma). Tout comme le koriste (joueur de kora) Madou Sidiki Diabaté a apporté toute la magie de son doigté au titre phare de l’album : Dounia !

Une belle chanson qui fait frémir d’émotion. «Elle s’y raconte», souligne Berthin. «Quand je chante ce titre, je vois ma vie défiler sous mes yeux.

Ayant perdu très tôt mes deux parents, la vie n’a plus été un fleuve tranquille pour moi. Et je suis contrainte de toujours me battre pour m’offrir chaque parcelle de bonheur», confesse-t-elle.

Ce qui n’est pas évident pour cette jeune artiste dont le talent lui vaut l’animosité et la méchanceté de ceux et celles vers qui elle aurait dû se tourner pour trouver le meilleur de refuge face aux coups de la vie.

Trahie, délaissée, calomniée…, Nabintou a toujours réussi à rebondir pour chanter l’amour, la nécessité de scolariser les enfants, notamment les filles…, la santé comme trésor, le leadership féminin… Des thèmes qu’on retrouve sur le nouvel album. Tout comme la cruauté humaine, la méchanceté gratuite.

Derrière «Dounia» se cache aussi une histoire d’amour et la ferme volonté d’un homme de porter un talent à bras le corps. En effet, l’album est produit par «Tériya Mali Production» de Berthin Coulibaly qui l’a offert à Nabintou.

 «L’album sera enregistré en son nom comme ma modeste contribution à son épanouissement artistique», nous confie Berthin.

«Notre culture a besoin d’ambassadrices aussi talentueuses que Nabintou qui n’est pas prête à sacrifier l’essence de son art pour juste plaire.

Sa musique représente quelque chose d’essentiel pour elle et pour tous ceux qui sont attachés au Wassoulou», poursuit Berthin en espérant que «Dounia» puisse marquer enfin le retour définitif de sa désormais protégée dans le showbiz.

«Le Mali a besoin de Nabintou. Après les Coumba Sidibé, Oumou Sangaré, Sali Sidibé…, Nabintou doit être soutenue comme le leader de la nouvelle génération.

La preuve est que ses deux premiers albums ont bénéficié d’un énorme succès, notamment dans la diaspora malienne…

J’appelle tous les Maliens à nous aider à aider Nabintou à vivre non seulement de son talent, mais aussi et surtout à partager sa passion et son expérience avec les futures générations», espère Berthin Coulibaly.

Après «Nadiara Minyé», sorti en 1998/99 sous la houlette du maestro Massambou Wélé Diallo, et «Ma Ouléni» sorti en 2004 sous le label MBD Production (la maison de disque du grand réalisateur M’Baye Boubacar Diarra), revoilà donc Nabintou avec «Dounia».

Un monde de sublimes mélodies où personne ne va certainement s’ennuyer !

Moussa BOLLY
bollymoussa@gmail.com

Rédaction Lessor

Lire aussi : #Fête de Tabaski au Mali : Entre observation lunaire et tradition

La Tabaski, également connue sous le nom d'Aïd El Kebir, est la fête la plus importante de l'islam après l'Aïd El Fitr, qui célèbre la fin du Ramadan. Chaque année, elle est célébrée après l'Arafat. Cependant, pour cette année, selon le communiqué officiel, le Mali et certains pays de .

Lire aussi : Réunion ministérielle de la Cipres à Genève : Le Mali renforce sa coopération régionale en matière de protection sociale

Les ministres des 18 pays membres de la Conférence interafricaine de prévoyance sociale (Cipres) se sont réunis, le mercredi 12 juin à Genève (Suisse), pour la 36è session ministérielle ordinaire. Présidée par le ministre d’État burkinabè, Bassolma Bazié, président du conseil des min.

Lire aussi : #Mali : Tabaski : Le Basin tient toujours le haut du pavé

Les fidèles musulmans tiennent à se tirer à quatre épingles le jour de la fête de Tabaski. Beaucoup choisissent ce tissu très couru pour des raisons diverses.

Lire aussi : #Mali : Euro 2024 : Les forces en présence

Ce soir, à partir de 19h GMT, l'Allemagne ouvrira le bal de l’Euro à Munich face à l'Ecosse. La Mannschaft aura une pression particulière lors de ce tournoi à domicile, comme l'a expliqué le milieu de terrain Toni Kroos..

Lire aussi : Communiqué du conseil des ministres du mercredi 12 juin 2024

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 12 juin 2024, dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba, sous la présidence du Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat..

Lire aussi : #Mali : Tabaski et délestage : La machine à coudre mécanique sauve des couturiers

Dans l’optique de pouvoir honorer leurs engagements vis-à-vis des clients et continuer à faire tourner leurs ateliers, certains tailleurs utilisent de plus en plus ces machines. D’autres ont carrément opté pour la transition énergétique en installant un système solaire. Tous se frottent l.

Les articles de l'auteur

#Fête de Tabaski au Mali : Entre observation lunaire et tradition

La Tabaski, également connue sous le nom d'Aïd El Kebir, est la fête la plus importante de l'islam après l'Aïd El Fitr, qui célèbre la fin du Ramadan. Chaque année, elle est célébrée après l'Arafat. Cependant, pour cette année, selon le communiqué officiel, le Mali et certains pays de la sous-région, tels que la Côte d'Ivoire, le Burkina Faso, le Niger, la Guinée ne la célèbrent pas le même jour..

Par Rédaction Lessor


Publié samedi 15 juin 2024 à 23:22

Réunion ministérielle de la Cipres à Genève : Le Mali renforce sa coopération régionale en matière de protection sociale

Les ministres des 18 pays membres de la Conférence interafricaine de prévoyance sociale (Cipres) se sont réunis, le mercredi 12 juin à Genève (Suisse), pour la 36è session ministérielle ordinaire. Présidée par le ministre d’État burkinabè, Bassolma Bazié, président du conseil des ministres de la Cipres, cette importante réunion a permis de faire le point sur les activités de l’organisation et de prendre des décisions stratégiques pour l’avenir..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 13 juin 2024 à 18:47

#Mali : Tabaski : Le Basin tient toujours le haut du pavé

Les fidèles musulmans tiennent à se tirer à quatre épingles le jour de la fête de Tabaski. Beaucoup choisissent ce tissu très couru pour des raisons diverses.

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 13 juin 2024 à 18:22

#Mali : Euro 2024 : Les forces en présence

Ce soir, à partir de 19h GMT, l'Allemagne ouvrira le bal de l’Euro à Munich face à l'Ecosse. La Mannschaft aura une pression particulière lors de ce tournoi à domicile, comme l'a expliqué le milieu de terrain Toni Kroos..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 13 juin 2024 à 18:03

Communiqué du conseil des ministres du mercredi 12 juin 2024

Le Conseil des Ministres s’est réuni en session ordinaire, le mercredi 12 juin 2024, dans sa salle de délibérations au Palais de Koulouba, sous la présidence du Colonel Assimi GOITA, Président de la Transition, Chef de l’Etat..

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 12 juin 2024 à 20:32

#Mali : Tabaski et délestage : La machine à coudre mécanique sauve des couturiers

Dans l’optique de pouvoir honorer leurs engagements vis-à-vis des clients et continuer à faire tourner leurs ateliers, certains tailleurs utilisent de plus en plus ces machines. D’autres ont carrément opté pour la transition énergétique en installant un système solaire. Tous se frottent les mains.

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 12 juin 2024 à 18:41

#Mali : Marché des couteaux : Les vendeurs attendent…

Comme chaque année, de nouveaux types de couteaux apparaissent sur le marché. Mais les clients ne sont pas visiblement pressés de s’en à procurer.

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 12 juin 2024 à 18:39

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner