Faits divers, Niamana : Sa ténacité n’a pas sauvé sa moto

Le jeune homme tenait à garder coûte que coûte son engin flambant neuf contre les voleurs.

Par

Publié mardi 30 août 2022 à 07:59
Faits divers, Niamana : Sa ténacité n’a pas sauvé sa moto

Ces derniers ont fini par avoir le dessus. Mais dans la nasse, ils ont laissé le leur beaucoup plus ancien Visiblement le grand banditisme n’est pas près de disparaître dans le quotidien des populations de la ville de Bamako et ses environs. Et bizarrement chaque jour qui passe, c’est un, voire plusieurs cas d’agressions ou de vol à main armé qui se déroulent quelque part dans la capitale.

Apparemment, la situation semble avoir atteint une telle proportion, que les rues  semblent peu sûres pour les pauvres populations, victimes potentielles des bandits de tout acabit. Surtout les propriétaires de moto Dajkarta qui sont assez souvent dans le viseur des voleurs. Naba, héros malheureux de cette histoire en sait quelque chose, lui qui vient de vivre récemment une situation malheureuse dans le quartier de Niamana, à la périphérie sud est de la Commune VI du District de Bamako.

Naba fait partie de cette catégorie de jeunes qui profitent du week-end pour passer du bon temps entre amis. Histoire de passer le temps autour d’un cercle de thé dans le grin, ces  lieux de regroupement des jeunes où ils discutent de tout et de rien. C’était le cas du trentenaire Naba ce jour-là. Celui-ci avait fait de cela une habitude tous les week-end pour y passer nuitamment le temps. 

Peu de temps avant cette triste histoire qui lui est tombée dessus, le bonhomme venait d’acquérir une moto Djakarta flambant neuf. Le garçon n’était pas ignorant des risques que courent les propriétaires d’engins à deux roues lorsqu’ils se déplacent la nuit à Bamako. Cependant, la distance qui sépare son domicile du grin l’obligeait à se servir de son engin. Surtout que l’engin était tout neuf.

Le week-end où les faits se sont passés, Naba a quitté son domicile comme il en avait l’habitude vers 21 heures. Il a pris la route pour se diriger vers le domicile de son copain qui jouxte le flanc d’une colline surplombant le secteur. Un adage ne dit-il pas que nul ne peut prévoir ce qui peut se passer les secondes suivantes. Cette nuit-là, le jeune homme ne pouvait pas imaginer qu’il allait perdre sa nouvelle moto dans des conditions qui le marqueront un bon moment. Tant les choses sont allées vite.

Le garçon a allumé le moteur de son engin pour prendre la route. Quelques vrombissements ont suffi pour qu’il disparaisse dans la nuit noire. Arès avoir roulé sur une distance relativement longue, au moment où il s’y attendait le moins, son chemin a croisé celui de deux jeunes. 

Comme lui, ces derniers (des braqueurs professionnels) conduisaient  également leur engin. L’occasion était très belle pour eux de laisser échapper une telle proie. Pour intimider leur future victime, tout en continuant à rouler ils se sont dangereusement approchés de Naba.

C’était une  façon pour eux de l’obliger à s’arrêter. Puis, sans lui donner le temps de réaliser ce qui était sur le point de lui arriver, ils l’ont intimé l’ordre de leur remettre la moto. 

Mais Naba ne voulait pas se séparer de son engin flambant neuf. Il a tenté de faire la sourde oreille en refusant catégoriquement d’obéir à l’injonction de ses bourreaux. Il ne leur donne pas le temps de comprendre ses intentions, il a mis le plein gaz au moteur pour essayer de s’échapper. C’est en ce moment que les braqueurs lui ont montré leur vrai visage. Face à l’attitude du jeune homme, l’un des bandits a immédiatement brandi un pistolet pour obliger Naba à obtempérer.

Cette façon de faire des malfrats semblait ne pas avoir fait ses effets sur leur victime. Celle-ci a tenté de s’enfuir malgré tout. Décidé à ne pas laisser sa nouvelle moto entre les mains de ses agresseurs, Naba a accéléré avec la ferme intention de leur échapper. Puis, une course poursuite s’est engagée entre les braqueurs et leur victime en pleine rue.

Les premiers se sont mis à tirer des coups de feu en direction de la seconde sans l’atteindre.  Très teigneux, et visiblement décidé à garder son bien contre vents et marrées, le jeune homme a pris le risque de tout faire pour échapper aux deux bandits qui lui tiraient dessus alors qu’il les avait déjà devancé. Heureusement, aucune balle de fusil ne l’atteindra durant la course poursuite qui a duré plusieurs minutes.

Il avait profité du fait que sa moto était en meilleur état que celle de ses poursuivants pour prendre de l’avance. Mais par la suite, les bandits qui ne voulaient lui laisser aucune chance ne l’ont pas lâché du tout. Arrivé à un carrefour, le jeune homme a été obligé de se laisser tomber avec sa moto. Il avait constaté la présence de quelques passants dans une rue adjacente, avec l’espoir que ces derniers pourront le secourir. 

Pendant que Naba se trouvait à terre, les bandits armés se sont approchés de lui pour le déposséder de son engin par la force. Il ne pouvait que crier pour alerter d’éventuels secouristes.

Sa voix a fini par attirer l’attention de quelques passants. Ces derniers se sont approchés de la scène digne d’un film d’action pour le porter secours. Malgré tout, les bandits, très sûrs d’eux- mêmes, n’ont pas fui. Au contraire. Ils se sont agrippés sur leur victime à terre pour extraire ses deux mains du guidon de son engin.

Au même moment, ils faisaient des tirs de sommation pour dissuader la foule qui grossissait. Ils en ont profité pour s’emparer de la nouvelle moto de leur victime. Ils se sont fondus dans la nature laissant sur place leur vieil engin.

Quelques témoins de la scène se sont lancés à leur recherche dans les alentours immédiats, sans succès. Finalement, Naba, s’est approprié leur vieil engin avec lequel il s’est dirigé au commissariat de police le plus proche pour faire sa déclaration de vol. Et déposer une plainte contre X pour braquage  à main armé.

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : Détenu pendant 3 ans pour avoir sollicité une bise

«Attentat à la pudeur, menace de mort, séquestration de personne et charlatanisme ». Ces accusations sont reprochées à un certain Ousmane Konaté qui a comparu devant les juges de la Cour d’assises la semaine dernière pour s’expliquer et se défendre afin d’échapper à la loi..

Lire aussi : #Mali : Colloque des communautés de culture Songhoy : Recoudre le tissu social par la culture

Le Palais de la culture Amadou Hampâté Ba a abrité, les 15, 16 et 17 février derniers, la première édition du Festival des communautés de culture songhoy. À cette occasion, l’Association des communautés de culture Songhay en mouvement Irganda, initiatrice de l’évènement, a organisé,.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : Ils paient pour leur intrépidité

Les deux compères s’attaquaient nuitamment aux échoppes ou ateliers de couture dans le quartier pour dérober des objets de valeur. La justice a eu la main lourde pour eux.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : L’escroc écope de 15 mois de réclusion ferme

Par des manœuvres frauduleuses, il parvint à soutirer une importante somme d’argent à sa victime. Puis, il tentera de se débarrasser de cette dernière d’une manière étrange.

Lire aussi : #Mali : #Cour d’assises de Bamako : Cinq ans de réclusion pour une tentative de meurtre

Sur un coup de tête, la dame tenta d’égorger son mari, puis feint la démence devant la Cour….

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Oncle et neveu paient pour leur forfait

Au Mali, le code pénal prévoit et punit l’infraction de viol et complicité, atteinte à l’intimité de la personne en ses articles 226, 24 et 126. Amadou Coulibaly et Moussa Coulibaly ont eu la malchance de tomber sous le coup des dits articles et ont comparu devant les juges de la Cour d’.

Les articles de l'auteur

Cour d’assises de Bamako : Détenu pendant 3 ans pour avoir sollicité une bise

«Attentat à la pudeur, menace de mort, séquestration de personne et charlatanisme ». Ces accusations sont reprochées à un certain Ousmane Konaté qui a comparu devant les juges de la Cour d’assises la semaine dernière pour s’expliquer et se défendre afin d’échapper à la loi..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 20 février 2024 à 08:10

#Mali : Colloque des communautés de culture Songhoy : Recoudre le tissu social par la culture

Le Palais de la culture Amadou Hampâté Ba a abrité, les 15, 16 et 17 février derniers, la première édition du Festival des communautés de culture songhoy. À cette occasion, l’Association des communautés de culture Songhay en mouvement Irganda, initiatrice de l’évènement, a organisé, du vendredi au samedi dernier, un colloque scientifique sur la langue et l’histoire songhoy sous le thème : «Communion et résilience pour le Mali»..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 20 février 2024 à 07:53

Cour d’assises de Bamako : Ils paient pour leur intrépidité

Les deux compères s’attaquaient nuitamment aux échoppes ou ateliers de couture dans le quartier pour dérober des objets de valeur. La justice a eu la main lourde pour eux.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:42

Cour d’assises de Bamako : L’escroc écope de 15 mois de réclusion ferme

Par des manœuvres frauduleuses, il parvint à soutirer une importante somme d’argent à sa victime. Puis, il tentera de se débarrasser de cette dernière d’une manière étrange.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 14 février 2024 à 08:25

#Mali : #Cour d’assises de Bamako : Cinq ans de réclusion pour une tentative de meurtre

Sur un coup de tête, la dame tenta d’égorger son mari, puis feint la démence devant la Cour….

Par Tiedié DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:11

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Oncle et neveu paient pour leur forfait

Au Mali, le code pénal prévoit et punit l’infraction de viol et complicité, atteinte à l’intimité de la personne en ses articles 226, 24 et 126. Amadou Coulibaly et Moussa Coulibaly ont eu la malchance de tomber sous le coup des dits articles et ont comparu devant les juges de la Cour d’assises de Bamako pour répondre de leurs actes. Les accusés seraient tous les deux de la même famille. Le premier (Amadou) n’est autre que l’oncle du second (Moussa)..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 07 février 2024 à 09:20

#Mali : Tribunal militaire de Bamako : Des peines proportionnelles aux actes

Les travaux de la session d’assises militaires ont débuté la semaine dernière au Tribunal militaire de Bamako..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 06 février 2024 à 08:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner