Relance de la Comatex : Le contrôle physique, premier pas vers la reprise des activités

La perspective du démarrage de la production à la Compagnie malienne des textiles (Comatex) suscite beaucoup d’espoir chez les anciens travailleurs. Ils ne se font pas prier pour s’inscrire de nouveau pour participer au renouveau de l’entreprise

Par

Publié mercredi 17 mai 2023 à 08:11
Relance de la Comatex : Le contrôle physique, premier pas vers la reprise des activités

C’est une atmosphère bon enfant qui régnait la semaine dernière dans l’enceinte de la Compagnie malienne des textiles (Comatex) à Ségou. Cette unité industrielle qui faisait la fierté de la Cité des Balanzans bat de l’aile depuis quelques années. Bien évidemment l’espoir d’une reprise des activités annoncée par les autorités ne pouvait que réjouir ceux qui s’étaient donnés corps et âme pour la renommée de la cité grâce à cette activité industrielle.

C’est pourquoi, une certaine effervescence fort compréhensible s’est emparée de la cité et des anciens travailleurs qui n’ont pas hésité une seule seconde à l’idée du redémarrage des activités de leur industrie textile. Ainsi entre la joie de se retrouver et l’espoir de reprendre le travail après trois ans d’arrêt, c’est ce sentiment qui animait les travailleurs de la Comatex au début du mois. Venus faire le contrôle physique, ils ont pris d’assaut leur ancien lieu de travail. Certains attendaient impatiemment leur tour, d’autres causaient, se tapotaient sur les épaules et riaient à gorge déployée.

Visiblement aux anges, Saley Kanouté tout gai, taquinait ses collègues et détendait l’atmosphère. Cet ancien travailleur comme d’autres, venait de se prêter à l’exercice du jour. «Ce contrôle physique nous donne beaucoup d’espoir. Nous sommes contents aujourd’hui. Tous ceux qui sont venus, rentrent avec le sourire et ressortent avec la joie de reprendre les activités de production. C’est le début du commencement. On peut dire que les autorités ont tenu leur promesse. Même si les machines n’ont pas encore démarré, la reprise a débuté», se réjouit-il.

Non loin de lui, Mamadou Lamine Kané, ancien directeur commercial de la Comatex, est assis sagement sur une chaise. Il profite de cette occasion pour causer avec ses collègues. «Je suis venu m’inscrire, car c’est une nouvelle Comatex qui va démarrer sous peu. On peut dire que nous sommes à la recherche de poste à pourvoir pour le moment. Et cette inscription nous donne beaucoup d’espoir», confie-t-il.

 

L’ENGOUEMENT DES TRAVAILLEURS- Si le président et les membres du conseil d’administration de la nouvelle Compagnie malienne des textiles ont été nommés par décret ainsi que le nouveau directeur général et son adjoint, l’ancien chef du département commercial caresse déjà l’idée que d’ici la fin de ce mois de mai l’usine va démarrer. «Beaucoup pensaient que la Comatex allait être liquidée. Nous remercions vivement les autorités de la Transition qui se sont investies pour prendre en main la Comatex, ce fleuron de l’économie ségovienne», salue-t-il.

À la date du vendredi 12 mai 2023, 1.157 personnes sur un effectif total de 1.256 travailleurs avaient déjà effectué leur contrôle. Pour nombre d’entre eux sans aucun doute la relance des activités de la Comatex nouvelle formule, annoncée par le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahmoud Ould Mohamed pour le mois d’avril, a bien eu lieu. Même si les ateliers ne tournent pas pour le moment, plusieurs actions sont en cours et concrétisent cette volonté des autorités de reprendre en main nos unités industrielles, notamment la Comatex.

En rappelant le décret de création de la nouvelle société, la signature et l’adoption des nouveaux statuts, le nouveau directeur, Issa Sangaré, nous confiera que «sur le plan administratif, on peut dire que la Comatex est relancée». La signature prochaine des nouveaux contrats de performance et de leurs annexes ne saurait tarder, espère-t-il très confiant. «Ces documents sont prêts. Nous attendons leur signature. Nous attendons aussi la mise à disposition du fonds de redémarrage qui permettra de parachever le réglage avant le démarrage effectif des machines».

 

EFFORTS FINANCIERS- Rappelons qu’après environ trois ans d’arrêt, la Comatex a tenu son premier conseil d’administration le 17 avril dernier. À la suite de ce conseil, le directeur général, Issa Sangaré, a expliqué que des actions ont déjà été entamées pour le redémarrage effectif de la société. Parmi ces préalables, figure l’inscription physique des travailleurs : «On a commencé cet exercice depuis le 2 mai afin de permettre à tous les travailleurs de la Comatex de venir s’inscrire. Après trois années d’arrêt, il faut faire la situation des travailleurs», justifie-t-il. à la suite de ce contrôle qui a pris fin le 16 mai, les organes de gestion de l’entreprise seront mis en place. «Pour le moment, c’est le directeur général et son adjoint qui sont nommés et il faut reconstituer l’équipe. Il faut aussi faire des aménagements pour répondre à certains soucis d’efficacité et de rentabilité».

Selon lui, une entreprise comme la Comatex, à l’arrêt depuis trois ans, ne peut pas redémarrer aussi facilement que l’on pourrait le croire. «Nous allons mettre en place sûrement le service minimum pour faire la maintenance des équipements. On n’est pas très sûr que les machines puissent être opérationnelles comme avant. Le conseil a prévu un mois d’essai avant le redémarrage effectif et ce mois de mai servira à faire ce test. Toutes les dispositions sont prises », assure le directeur général. «On peut espérer sur le mois de juin pour le démarrage effectif de quelques ateliers plus faciles à récupérer. Il y a des ateliers, dont la technologie est telle que ce n’est pas facile de récupérer tout de suite», prévient-t-il tout en souhaitant qu’après un temps assez prolongé d’arrêt, il n’y ait pas beaucoup de dégâts sur les équipements.

Rappelons que la branche du syndicat affilié à l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) s’est mise en marge de la démarche. Elle avait posé des conditions en réclamant notamment le payement des arriérés de salaire, suite à l’annonce de la relance des activités. Il est important de signaler que le gouvernement a déjà payé 600 millions sur les 2 milliards de Fcfa d’arriérés aux salariés de l’usine textile. D’autres payements seraient en vue, selon nos sources.

Aminata Dindi SISSOKO (AMAP-Ségou)

Lire aussi : #Mali : Région de Ségou : Invasion de criquets arboricoles

Ce n’est pas que les localités de la région qui sont concernées par ce phénomène naturel inattendu. La ville de Ségou fait cas de ces insectes qui sont en train de causer des dégâts énormes sur les vergers, les cultures maraichères et les arbres fruitiers sauvages..

Lire aussi : Ségou : Les travaux de rénovation du Stade Amary Daou lancés

Chose promise chose faite. Il y a quelques mois, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, annonçait, lors de sa visite mémorable à Kayes, la rénovation des stades Abdoulaye Makoro Sissoko de Kayes, Babemba Traoré de Sikasso, Barema Bocoum de Mopti et Diarra H. de Koulikoro et l.

Lire aussi : #Mali : Retrait des trois pays de l’AES de la CEDEAO : La région de Ségou salue et réitère son soutien aux autorités

La région de Ségou soutient les autorités des pays de l’AES pour leur décision courageuse et historique de se retirer de la CEDEAO. Les populations de la cité des Balazans en communion avec leur frères nigériens et burkinabés résidant à Ségou l’ont exprimé à travers une grande mobil.

Lire aussi : #Mali : Campagne agricole 2022-2023 : La région de Ségou attend une production céréalière de 1,2 million de tonnes

La Région de Ségou est une zone de production agricole par excellence. Elle abrite principalement l’Office riz, l’Office du Niger et plusieurs grandes zones de production céréalière s’étendant de l’inter-fleuve (Cercle de Macina) jusqu’au moyen-Bani (Cercle de Bla)..

Lire aussi : #Mali : Ségou : Case sahel apporte sa contribution pour l’inclusion, le vivre ensemble et la cohésion sociale

L’ONG Case Sahel (Communauté agriculture-santé-éducation au Sahel) a organisé le vendredi dernier des journées d’échanges intercommunautaires sur l’inclusion, le vivre ensemble et la cohésion sociale. La rencontre s’est déroulée dans un hôtel de la place à Ségou sous la présiden.

Lire aussi : #Mali : Contrat-Plan 2019/2023 : Le contexte socio-politique et sécuritaire contrarie l’atteinte des résultats

«Les productions obtenues sont de 753.465,28 tonnes de riz paddy sur une prévision de 905.410,4 tonnes, soit 83,2%, 401.993,2 tonnes de produits maraîchers sur une prévision de 417.245,6 tonnes, soit 96,3%, 50.390,8 tonnes de produits de diversification sur une prévision de 117.63.

Les articles de l'auteur

#Mali : Région de Ségou : Invasion de criquets arboricoles

Ce n’est pas que les localités de la région qui sont concernées par ce phénomène naturel inattendu. La ville de Ségou fait cas de ces insectes qui sont en train de causer des dégâts énormes sur les vergers, les cultures maraichères et les arbres fruitiers sauvages..

Par Aminata Dindi SISSOKO (AMAP-Ségou)


Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:06

Ségou : Les travaux de rénovation du Stade Amary Daou lancés

Chose promise chose faite. Il y a quelques mois, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, annonçait, lors de sa visite mémorable à Kayes, la rénovation des stades Abdoulaye Makoro Sissoko de Kayes, Babemba Traoré de Sikasso, Barema Bocoum de Mopti et Diarra H. de Koulikoro et la construction d’un nouveau stade à Tombouctou..

Par Aminata Dindi SISSOKO (AMAP-Ségou)


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:21

#Mali : Retrait des trois pays de l’AES de la CEDEAO : La région de Ségou salue et réitère son soutien aux autorités

La région de Ségou soutient les autorités des pays de l’AES pour leur décision courageuse et historique de se retirer de la CEDEAO. Les populations de la cité des Balazans en communion avec leur frères nigériens et burkinabés résidant à Ségou l’ont exprimé à travers une grande mobilisation qui s’est tenue hier jeudi à la tribune..

Par Aminata Dindi SISSOKO (AMAP-Ségou)


Publié vendredi 02 février 2024 à 09:36

#Mali : Campagne agricole 2022-2023 : La région de Ségou attend une production céréalière de 1,2 million de tonnes

La Région de Ségou est une zone de production agricole par excellence. Elle abrite principalement l’Office riz, l’Office du Niger et plusieurs grandes zones de production céréalière s’étendant de l’inter-fleuve (Cercle de Macina) jusqu’au moyen-Bani (Cercle de Bla)..

Par Aminata Dindi SISSOKO (AMAP-Ségou)


Publié jeudi 28 décembre 2023 à 08:11

#Mali : Ségou : Case sahel apporte sa contribution pour l’inclusion, le vivre ensemble et la cohésion sociale

L’ONG Case Sahel (Communauté agriculture-santé-éducation au Sahel) a organisé le vendredi dernier des journées d’échanges intercommunautaires sur l’inclusion, le vivre ensemble et la cohésion sociale. La rencontre s’est déroulée dans un hôtel de la place à Ségou sous la présidence du représentant du préfet du Cercle de Ségou, Zanga Diarra..

Par Aminata Dindi SISSOKO (AMAP-Ségou)


Publié mercredi 27 décembre 2023 à 08:16

#Mali : Contrat-Plan 2019/2023 : Le contexte socio-politique et sécuritaire contrarie l’atteinte des résultats

«Les productions obtenues sont de 753.465,28 tonnes de riz paddy sur une prévision de 905.410,4 tonnes, soit 83,2%, 401.993,2 tonnes de produits maraîchers sur une prévision de 417.245,6 tonnes, soit 96,3%, 50.390,8 tonnes de produits de diversification sur une prévision de 117.63.

Par Aminata Dindi SISSOKO (AMAP-Ségou)


Publié mardi 19 décembre 2023 à 09:13

#Mali : Régions de Ségou et San : L’Union européenne et la GIZ appuient 24 commissions foncières

L’Union européenne et la GIZ à travers le Programme jeunesse et stabilisation (Projes) et son partenaire le Cabinet d’assistance pour développement des PME/PMI (CADP) ont renforcé les capacités opérationnelles de 24 commissions foncières dans les Régions de Ségou et de San..

Par Aminata Dindi SISSOKO (AMAP-Ségou)


Publié mardi 19 décembre 2023 à 08:44

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner