Faits divers, Niaréla : Des dealers hors jeu

Ils embarquaient les stupéfiants à Koutiala, passaient par Bamako à destination de Kénièba. A leur grand étonnement, leur activité illicite a pris fin lors d’une de leur expédition

Par

Publié mercredi 31 août 2022 à 07:58
Faits divers, Niaréla : Des dealers hors jeu

Le commissariat du 3ème arrondissement dirigé par le commissaire divisionnaire Amadou I Balobo Maïga poursuit imperturbablement sa lutte contre le trafic des stupéfiants en tout genre. Les hommes de cet officier de police viennent de porter un coup dur à un réseau de trafiquants de drogue dure et de chanvre indien avec l’interpellation de ses membres suspectés de « trafic de stupéfiants ». La bande écumait les villes de Koutiala, Bamako et Kénièba.


Il s’agit de Souleymane N’Daou et Mama Diarra. Le premier est vieux d’une vingtaine d’années, alors que le second est âgé de trente ans. Tous deux ont une fonction bien connue dans la vie, mais face à l’appât du gain facile, ils ont opté pour le trafic de ces produits. En bande bien organisée, ces membres transitaient lesdits produits prohibés de la Région de Koutiala pour l’acheminer à  Bamako puis Kénièba, zone aurifère où le produit était écoulé.

S’il faut croire nos sources, les stupéfiants circulaient à travers des cars de transports de ces zones citées. Dans la pratique, les produits emballés dans un sac de voyage ordinaire passaient sous forme de colis destinés à un membre du réseau qui se chargeait de le récupérer avant de le transférer à son tour à un autre chargé de l’acheminer à bon port.


Leur technique huilée était aussi simple et efficace que les convoyeurs de ces cars ne voyaient rien se dérouler sous leurs yeux. Bien évidemment pour eux, il s’agissait de convoyer un colis normal à telle destination. C’était quasiment la routine pour la bande de trafiquants clandestins. Ils ont ainsi longtemps sévi dans cette activité illicite avant de tomber, il y a quelques jours, à la suite d’une opération éclaire des limiers. Leur interpellation est intervenue à la suite d’un de leur énième trafic de stupéfiants qui a échoué à leur grande surprise en un temps relativement court.     
     

Pour en arriver là, le renseignement a beaucoup aidé dans leur identification et à la suite leur interpellation. Le premier S.D a été interpellé à l’auto gare d’une compagnie de transport de la place alors qu’il s’apprêtait à convoyer le colis à destination de la zone aurifère citée plus haut. L’interpellation de ce dernier a permis aux limiers de remonter la piste de son second dans cette zone prêt à récupérer le fameux colis. Tout comme leur interpellation, le dossier de ces trafiquants a été traité avec la même diligence pour qu’ils répondent de leurs actes.

Selon nos sources à la police, c’est un citoyen sous anonymat qui a alerté les limiers. L’informateur a fait état de la présence d’un individu qui voulait clandestinement transporter des briques de drogues dures composées de Skinsh et de chanvre indien. Il s’avèrera que les renseignements de l’informateur anonyme ne souffraient d’aucune ambiguïté.

Aussitôt l’information reçue par la base, les policiers ne pouvaient rester sans réagir. C’est ainsi que sur instruction du divisionnaire Amadou I Balobo Maïga, une équipe de la BR se transporta sur les lieux aux fins de constatation et d’interpellation. Ainsi dit, ainsi fait. Dès qu’ils ont reçu le tuyau sur le trafiquant concerné, les éléments ont rallié l’endroit indiqué.

La mission était connue. Celle de constater, saisir et puis interpeller. Et c’est ce qui s’est passé. Munis de ces informations précises, les limiers sont allés interpeller l’un des dealers,  en l’occurrence Souleymane N’Daou au niveau de la gare « A.K Transport » à Niaréla en Commune II du District de Bamako. à leur arrivée, les limiers trouveront un homme à la main des vigiles de l’auto gare avec un sac de voyage suspect contenant du produit prohibé dont 13 briques de drogues dures dont une dizaine de Skinsh et trois de chanvre indien.

 L’individu est aussitôt interpellé puis conduit dans les locaux du commissariat pour une audition sommaire. Interrogé, l’homme a expliqué être parti pour récupérer ledit colis à la demande de son cousin sans plus de détails. S’il faut le croire, il a été joint au téléphone par ce dernier d’aller retirer son sac « Tounkamadjana» à la gare routière de Niaréla et de l’acheminer à la compagnie de transport citée plus haut se trouvant à 500 m de la place de Koutiala, où il l’avait préalablement retiré. C’est ainsi qu’au cours de la vérification et de l’enregistrement des bagages que le pot aux roses a été découvert.

Son interrogatoire a mené les enquêteurs sur la piste d’un autre dealer résidant à Kénièba qui devait en principe récupérer le colis suspect une fois dans cette zone. Celui-ci répondant au nom de Mama Diarra serait selon ses propos, un collaborateur à son cousin.

Avec les aveux de Souleymane, la suite était simple pour les limiers d’aller cueillir ce dernier dans cette zone minière. Par des moyens dont eux seuls ont le secret, une mission des policiers est allée interpeller Mama Diarra à Kénièba à une centaine de Km de Bamako. Conduit et interrogé dans les locaux, tout comme le premier, ce dernier aussi a déclaré n’avoir jouer que le rôle de coursier à la demande d’un ami de longue date pour récupérer un colis.


Pour les limiers professionnels en la matière, cela n’était que des prétextes pour se blanchir. En clair, tous les deux servaient de relais à faire passer les produits prohibés d’un point à un autre par le biais des compagnies de transports. La cause était entendue pour eux. Après quoi, le duo a été placé sous mandat de dépôt. Des lors, ils dorment derrière les barreaux. Ils devront comparaître devant les juges pour répondre des faits relatifs au trafic et à la détention de stupéfiants.                                                                                                   

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : Détenu pendant 3 ans pour avoir sollicité une bise

«Attentat à la pudeur, menace de mort, séquestration de personne et charlatanisme ». Ces accusations sont reprochées à un certain Ousmane Konaté qui a comparu devant les juges de la Cour d’assises la semaine dernière pour s’expliquer et se défendre afin d’échapper à la loi..

Lire aussi : #Mali : Colloque des communautés de culture Songhoy : Recoudre le tissu social par la culture

Le Palais de la culture Amadou Hampâté Ba a abrité, les 15, 16 et 17 février derniers, la première édition du Festival des communautés de culture songhoy. À cette occasion, l’Association des communautés de culture Songhay en mouvement Irganda, initiatrice de l’évènement, a organisé,.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : Ils paient pour leur intrépidité

Les deux compères s’attaquaient nuitamment aux échoppes ou ateliers de couture dans le quartier pour dérober des objets de valeur. La justice a eu la main lourde pour eux.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : L’escroc écope de 15 mois de réclusion ferme

Par des manœuvres frauduleuses, il parvint à soutirer une importante somme d’argent à sa victime. Puis, il tentera de se débarrasser de cette dernière d’une manière étrange.

Lire aussi : #Mali : #Cour d’assises de Bamako : Cinq ans de réclusion pour une tentative de meurtre

Sur un coup de tête, la dame tenta d’égorger son mari, puis feint la démence devant la Cour….

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Oncle et neveu paient pour leur forfait

Au Mali, le code pénal prévoit et punit l’infraction de viol et complicité, atteinte à l’intimité de la personne en ses articles 226, 24 et 126. Amadou Coulibaly et Moussa Coulibaly ont eu la malchance de tomber sous le coup des dits articles et ont comparu devant les juges de la Cour d’.

Les articles de l'auteur

Cour d’assises de Bamako : Détenu pendant 3 ans pour avoir sollicité une bise

«Attentat à la pudeur, menace de mort, séquestration de personne et charlatanisme ». Ces accusations sont reprochées à un certain Ousmane Konaté qui a comparu devant les juges de la Cour d’assises la semaine dernière pour s’expliquer et se défendre afin d’échapper à la loi..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 20 février 2024 à 08:10

#Mali : Colloque des communautés de culture Songhoy : Recoudre le tissu social par la culture

Le Palais de la culture Amadou Hampâté Ba a abrité, les 15, 16 et 17 février derniers, la première édition du Festival des communautés de culture songhoy. À cette occasion, l’Association des communautés de culture Songhay en mouvement Irganda, initiatrice de l’évènement, a organisé, du vendredi au samedi dernier, un colloque scientifique sur la langue et l’histoire songhoy sous le thème : «Communion et résilience pour le Mali»..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 20 février 2024 à 07:53

Cour d’assises de Bamako : Ils paient pour leur intrépidité

Les deux compères s’attaquaient nuitamment aux échoppes ou ateliers de couture dans le quartier pour dérober des objets de valeur. La justice a eu la main lourde pour eux.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:42

Cour d’assises de Bamako : L’escroc écope de 15 mois de réclusion ferme

Par des manœuvres frauduleuses, il parvint à soutirer une importante somme d’argent à sa victime. Puis, il tentera de se débarrasser de cette dernière d’une manière étrange.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 14 février 2024 à 08:25

#Mali : #Cour d’assises de Bamako : Cinq ans de réclusion pour une tentative de meurtre

Sur un coup de tête, la dame tenta d’égorger son mari, puis feint la démence devant la Cour….

Par Tiedié DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:11

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Oncle et neveu paient pour leur forfait

Au Mali, le code pénal prévoit et punit l’infraction de viol et complicité, atteinte à l’intimité de la personne en ses articles 226, 24 et 126. Amadou Coulibaly et Moussa Coulibaly ont eu la malchance de tomber sous le coup des dits articles et ont comparu devant les juges de la Cour d’assises de Bamako pour répondre de leurs actes. Les accusés seraient tous les deux de la même famille. Le premier (Amadou) n’est autre que l’oncle du second (Moussa)..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 07 février 2024 à 09:20

#Mali : Tribunal militaire de Bamako : Des peines proportionnelles aux actes

Les travaux de la session d’assises militaires ont débuté la semaine dernière au Tribunal militaire de Bamako..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 06 février 2024 à 08:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner