Le Mali d’hier, Mali-France : Des relations bien souvent tumultueuses

Le président de la République française, le général Charles De Gaule, fut le premier à recevoir en audience le tout nouveau président de la République du Soudan français, Modibo Keita. C’était le 3 septembre 1960 à Paris.

Publié jeudi 10 février 2022 à 08:08
Le Mali d’hier, Mali-France : Des relations bien souvent tumultueuses

L’éclatement de la Fédération du Mali, le 20 août 1960, qui permettait au Sénégal et au Soudan français, deux anciennes colonies françaises, d’accéder à l’indépendance, l’avenir de notre pays, sans accès à la mer, était sombre, selon de nombreux observateurs.

En effet, la fermeture de la ligne de chemin de fer Dakar-Niger qui ravitaillait le Soudan français en produits industriels et évacuait ses productions agricoles et minières vers les bateaux n’augurait rien de bon.

Très vite, toute l’équipe dirigeante du Soudan français se mit au travail pour trouver une solution.

Le président Modibo Keita se rendit en France le 3 septembre 1960 pour rencontrer le général De Gaulle afin de lui faire part de son mécontentement pour le rôle joué par son pays dans l’éclatement de la Fédération du Mali.

Il ne fut pas question de rupture avec la France mais bien de relations amicales, expliquait L’Essor dans son numéro hors série intitulé «Notre Mali» paru à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance de notre pays.

Les échanges entre les deux hommes d’État se terminent par des propos aigres-doux. En effet, le général De Gaulle demande à Modibo Keita s’il entend continuer sur la voie du socialisme.

Le leader malien répond qu’il a fait l’option du non-alignement. «Regardez bien, c’est le vide entre nos deux fauteuils. Si vous choisissez le vide, vous risquez de vous retrouver les fesses par terre», lance le général De Gaulle. Et Modibo Keita de répliquer :«On verra bien».

«Finalement, la France ne déclare pas la guerre au Mali», écrit Séga Boubacar Diallo, ancien professeur d’histoire à l’Institut supérieur de formation et de recherche appliquée (ISFRA) dans la même parution.

«Mais on ne peut pas dire qu’il y a eu plus de peur que de mal. Car la puissance colonisatrice, bien décidée à faire payer à nos dirigeants leur soutien aux nationalistes algériens et leur choix pour le socialisme, utilisera les armes économiques pour étouffer le pays», explique l’historien Bakary Kamian.

Selon lui, l’enclavement du Mali facilite la tâche aux Français. Paris n’a qu’à claquer des doigts - c’est l’époque des réseaux Foccart - pour actionner les pays de l’Entente (Côte d’Ivoire, Haute-Volta, Niger, Bénin), emmenés par le leader ivoirien Félix Houphouët Boigny, un farouche opposant au projet panafricaniste.

«La route du Port de Dakar est une impasse depuis l’éclatement de la Fédération du Mali. D’ailleurs, de nombreuses voix viennent de réclamer, au cours du congrès extraordinaire de l’US-RDA, la fermeture de la frontière avec le voisin de l’ouest.

Il ne reste que la Guinée-Conakry qui a, elle aussi, coupé net le cordon ombilical avec la France en votant «Non» au référendum de 1958 sur la Communauté française.

Mais Conakry qui tente cahin-caha de se sortir des ornières creusées par les Français sur son chemin, ne peut être d’un secours efficace pour le Mali. Les Maliens décident de faire front», se souvient Bakary Kamian, pour qui «le patriotisme était le sentiment le mieux partagé. Tout le monde était prêt à faire des sacrifices».

Comme en 1960, aujourd’hui encore, les relations entre le Mali et l’ancienne puissance coloniale sont au point mort. Bamako accuse Paris d’ingérences dans ses affaires intérieures.

Plus grave : d’œuvrer pour la partition du Mali. Cependant, hier comme aujourd’hui, on ne parle pas de rupture. Comme pour paraphraser le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, il s’agit juste de «scènes de ménage au sein d’un couple et non d’un divorce».

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Une histoire mais aussi un potentiel de développement

La première édition du Festival international des arts et de la culture de Bla qui s’est tenue récemment a été l’occasion pour le public de découvrir de nombreux sites naturels et culturels..

Lire aussi : Slam : Harouna Guindo, champion du monde de la discipline

Le jeune artiste malien a dominé ses concurrents lors de la compétition au Gabon avec des textes digestes, mais surtout interpellateurs sur l’actualité brûlante. Il a déclamé des ressentis sur l’intégration africaine et les violences faites aux femmes.

Lire aussi : #Mali : Festival international Sogobô : Un ancrage aux repères culturels

Les lampions se sont éteints sur la 1ère édition du Festival international «Sogobô» (sortie des masques) sous le thème : «Le rôle des masques et marionnettes dans la socialisation des enfants»..

Lire aussi : #Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Lire aussi : #Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes d.

Lire aussi : #Mali : Mimi Pedro : Le combat de la promotion du bogolan

Notre pays est engagé, depuis deux ans, dans un processus de protection du bogolan à travers l’obtention de l’appellation géographique d’origine protégée auprès de l’autorité chargée de la propriété intellectuelle..

Les articles de l'auteur

#Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Une histoire mais aussi un potentiel de développement

La première édition du Festival international des arts et de la culture de Bla qui s’est tenue récemment a été l’occasion pour le public de découvrir de nombreux sites naturels et culturels..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:25

Slam : Harouna Guindo, champion du monde de la discipline

Le jeune artiste malien a dominé ses concurrents lors de la compétition au Gabon avec des textes digestes, mais surtout interpellateurs sur l’actualité brûlante. Il a déclamé des ressentis sur l’intégration africaine et les violences faites aux femmes.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:23

#Mali : Festival international Sogobô : Un ancrage aux repères culturels

Les lampions se sont éteints sur la 1ère édition du Festival international «Sogobô» (sortie des masques) sous le thème : «Le rôle des masques et marionnettes dans la socialisation des enfants»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 30 mai 2024 à 18:54

#Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:02

#Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes de pagne» de Tapa Keïta qui a remporté le grand prix d’une valeur de 500.000 Fcfa, parrainé par la Fondation Festival sur le Niger..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:01

#Mali : Mimi Pedro : Le combat de la promotion du bogolan

Notre pays est engagé, depuis deux ans, dans un processus de protection du bogolan à travers l’obtention de l’appellation géographique d’origine protégée auprès de l’autorité chargée de la propriété intellectuelle..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:59

#Mali : Centre Togola de Sabalibougou : L’expression corporelle participe aussi à la construction de la paix

La troupe de l’Association les amis de la danse du Centre Togola de Sabalibougou a tenu en haleine le public qui avait effectué le déplacement, vendredi dernier, pour voir son spectacle. En effet, ce sont des centaines de jeunes et des adultes de ce quartier populaire qui avaient pris d’assaut l’enceinte de l’établissement pour suivre une chorégraphie de Karim Togola..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 17:36

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner