#Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent

Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:33
#Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

En début de semaine dernière, les juges ont fait comparaître les nommés Drissa Soumaré et Gaoussou Sacko, accusés de viol et de vol qu’ils ont commis courant 2020 sur une septuagénaire du nom de Y. D.. Ces faits prévus et punis par le code pénal se sont passés au mois de juin de l’année sus citée à Sogoniko, un quartier populeux de la Commune VI du District de Bamako.

C’était un dimanche aux environs de 05 heurs du matin, lorsque la vieille Yama se rendait à la mosquée pour la prière du Fadjr (Aube), elle a été brusquement apostrophée par un jeune homme assis au bord d’un caniveau, répondant au nom de Drissa Soumaré. Ce dernier s’est approché d’elle avant de la cogner avec une arme au niveau de la nuque.

Puis, il enjoint sa victime de le suivre jusque dans une maison inachevée. Une fois sur place, toujours sous la menace de son arme, il oblige la vieille Y. D. à se mettre à nue. Pendant que la vieille femme s’exécutait, son agresseur s’est emparé de son portemonnaie cachée sous son aisselle. Il la lui a retirée, et l’obligea à se mettre à plat pour assouvir sa libido.

 Une fois rentrée chez elle, la vieille Y. D. a expliqué les faits à ses enfants qui ont aussitôt amené leur mère au commissariat de police du 7è  (Sogoniko) pour porter plainte contre Drissa Soumaré. C’est ainsi qu’il a été interpellé par les policiers du-dit commissariat.

Durant les enquêtes, l’auteur des faits a dénoncé le nommé Gaoussou Sacko, gérant d’un dépôt de boisson où il partait régulièrement se saouler la gueule.

 Aux policiers, il dit avoir remis à ce dernier une partie de l’argent qu’il avait pris dans le portemonnaie de sa victime. Lorsqu’il a eu écho sur le fait que les policiers le recherchait, Gaoussou Sacko s’est rendu lui même au commissariat pour restituer  les 190.000 Fcfa que lui avaient confiés Drissa Soumaré.

 

Histoire montée de touteS pièceS- Tant qu’à l’enquête préliminaire que devant le juge instructeur Drissa Soumaré a reconnu le fait de vol qualifié tout en niant avoir entretenu un quelconque rapport sexuel avec cette vieille dame âgée de 74 ans. L’inculpé a maintenu cette attitude jusqu’à la barre. Pour se défendre, il a soutenu que cette histoire de viol a été inventée de toutes pièces par la police lors de son interrogation. Toutefois, il a reconnu avoir soustrait les 190.000 Fcfa du portemonnaie de sa victime au moment où cette dernière se rendait à la mosquée pour accomplir sa prière de l’aube. Et cela avec violence.

Pour le ministère public les faits sont clairs, car tant à l’enquête préliminaire que devant le juge instructeur, Drissa Soumaré n’a pas reconnu le cas de viol. «Les faits sont clairs dans la mesure où l’accusé ici présent les a reconnus partiellement aussi bien à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur.

 Il a reconnu avoir abordé la vieille dame avec violence lorsque cette dernière se rendait à la mosquée. Il a soutenu l’avoir traînée dans une maison inhabitée et l’a soutirée son sac à main contenant la somme de 190.000 Fcfa avant de nier les faits de viol », a rappelé le parquet qui estime que les faits de « vol qualifié, viol et complicité de vol qualifié par recel» sont avérés. 

Le magistrat a plaidé pour le maintien des accusés dans les liens de l’accusation. Comme il fallait s’y attendre, leurs conseils n’étaient pas de cet avis et ont rejeté catégoriquement l’infraction de viol. Pour eux, les examens médicaux n’ont montré ni trace de sang, ni trace de sperme. Les avocats ont pensé qu’il y a un doute sérieux concernant ce viol. «Le viol sur cette vieille dame n’est pas justifié.

Les résultats des examens médicaux n’ont pas été versés dans le dossier. Aucun viol n’a été commis sur elle. Si c’était le cas, cette dernière aurait pu être présente pour s’expliquer à la barre. Mais elle sait très bien que c’est faux et archi-faux. Raison pour laquelle, elle ne s'est pas constituée partie civile», a rétorqué la défense.

Après délibération, la Cour a reconnu les deux accusés coupables des faits de vol qualifié et complicité de vol qualifié par recel en condamnant Drissa Soumaré à 10 ans de réclusion criminelle. Quant à son complice, Gaoussou Sacko, qui n’a pas comparu, il a été condamné par contumace et a écopé de  20 ans de réclusion criminelle.

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Le «Passeur» passe par la case prison

à deux, ils recherchaient et envoyaient les candidats à l’immigration pour regagner l’Europe via le Sahara. Un contrôle de routine a mis fin à leur activité illicite.

Lire aussi : #Mali : Livre : «Général Abdoulaye Soumaré, pans de vie d’un homme d’honneur» : Son écrivain de fils parle de lui

Cet ouvrage retrace la vie de cet ancien chef d’état-major de l’Armée malienne qui a toujours prêché par l’exemple, le sens de la loyauté, de la bravoure et le combat contre l’injustice.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Les propos compromettants d’un accusé

L'homme a été traîné devant les juges à cause de son indiscrétion à la suite d’un assassinat. Il aura la chance d’être lavé de tout soupçon.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : 15 ans de prison pour l’époux jaloux

Il n’était pas blanc comme neige mais ne supportait pas que son épouse lui refuse le lit conjugal. Au lieu de se remettre en cause, il a préféré se débarrasser d’elle définitivement.

Lire aussi : #Mali :Université numérique du Mali : La phase d’opérationnalisation lancée

La numérisation de l’enseignement supérieur est un impératif. Pour relever ce défi majeur, notre pays s’est engagé dans un processus d’innovation de son dispositif de formation afin de répondre aux exigences de modernisation et de coller à l’air du temps..

Lire aussi : #Mali : ...Djénébou recouvre la liberté

Inculpée d’assassinat sur son mari, en l’absence de preuves, la Cour l’a tout simplement acquittée...

Les articles de l'auteur

#Mali : Le «Passeur» passe par la case prison

à deux, ils recherchaient et envoyaient les candidats à l’immigration pour regagner l’Europe via le Sahara. Un contrôle de routine a mis fin à leur activité illicite.

Par Tamba CAMARA


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:44

#Mali : Livre : «Général Abdoulaye Soumaré, pans de vie d’un homme d’honneur» : Son écrivain de fils parle de lui

Cet ouvrage retrace la vie de cet ancien chef d’état-major de l’Armée malienne qui a toujours prêché par l’exemple, le sens de la loyauté, de la bravoure et le combat contre l’injustice.

Par Tamba CAMARA


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:41

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Les propos compromettants d’un accusé

L'homme a été traîné devant les juges à cause de son indiscrétion à la suite d’un assassinat. Il aura la chance d’être lavé de tout soupçon.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 09:29

#Mali : Cour d’assises de Bamako : 15 ans de prison pour l’époux jaloux

Il n’était pas blanc comme neige mais ne supportait pas que son épouse lui refuse le lit conjugal. Au lieu de se remettre en cause, il a préféré se débarrasser d’elle définitivement.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 14 mai 2024 à 08:26

#Mali :Université numérique du Mali : La phase d’opérationnalisation lancée

La numérisation de l’enseignement supérieur est un impératif. Pour relever ce défi majeur, notre pays s’est engagé dans un processus d’innovation de son dispositif de formation afin de répondre aux exigences de modernisation et de coller à l’air du temps..

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 08 mai 2024 à 09:11

#Mali : ...Djénébou recouvre la liberté

Inculpée d’assassinat sur son mari, en l’absence de preuves, la Cour l’a tout simplement acquittée...

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 02 mai 2024 à 07:45

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Le doute profite aux accusés

Courant 2009, Abel Diarra et Zan Diarra étaient suspectés d’incendie volontaire au préjudice de N’Tji Diarra pour une affaire de parcelle..

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 30 avril 2024 à 08:27

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner