#Mali : Cour d’assises de Bamako : Le goût amer de l’argent

L’orpailleur était de bonne foi, lorsqu’il fit appel à son ami pour qu’ils travaillent ensemble. Au moment de lui payer son dû, les choses ont dégénéré

Publié lundi 15 avril 2024 à 10:33
#Mali : Cour d’assises de Bamako : Le goût amer de l’argent

Sada Zongo a volontairement donné la mort à son ami Moumine Dermé à la suite d’une histoire d’argent. Son agissement lui a valu de tomber sous les coups de l’article 202 du code pénal. Une disposition dudit code qui prévoit et puni cette infraction de peine criminelle. Ce trentenaire orpailleur a finalement comparu devant les juges de la Cour d’assises pour s’expliquer, voire se défendre dans l’espoir d’échapper à la rigueur de la loi en l’espèce.

Cette affaire s’est passée en mai 2020, à Tiemba, dans la Commune rurale de Yallancoro Soloba, Cercle de Yanfolila (Sikasso). De l’acte d’accusation, il ressort qu’à l’époque, Moumine Dermé et Sada Zongo tous des ressortissants Burkinabé étaient des amis de longue date. C’est ainsi que lorsque Sada Zongo est arrivé à Tiemba au Mali dans le cadre de l’orpaillage, il fit donc appel à son ami Moumine Dermé de le rejoindre, afin qu’ils travaillent ensemble sur le site d’orpaillage moyennant un salaire mensuel. Moumine accepta la proposition, et son ami lui envoya les frais de transport. C’est ainsi que, quelques jours après, il arriva au Mali accompagné de l’épouse de Sada Zongo.

 

Constant dans la reconnaissance des faits- Après, les deux amis commencèrent à travailler ensemble jusqu’au jour où Moumine Dermé fit savoir à son ami qu’il voulait rentrer et que ce dernier n’a qu’à lui payer son salaire. Sans chercher à savoir pourquoi son ami il voulait rentrer au bercail, Sada Zongo lui paya la somme de 100.000 Fcfa. Moumine ayant trouvé que cette somme était dérisoire par rapport au travail qu’il avait accompli fit la remarque à son ami employeur. Suite à cette incompréhension, une dispute éclata entre les deux amis au cours de laquelle, Sada Zongo poignarda mortellement son ami. Dans la foulée des faits, Sada est interpellé puis inculpé pour des faits de coups mortels avant de se retrouver devant la Cour d’assises pour y être jugé conformément à la loi.

Ainsi, l’inculpé a reconnu les faits dans leur entièreté. Aussi bien à l’enquête préliminaire que chez le juge d’instruction, le jeune homme est resté constant. Il en a été de même à la barre, où devant les jurés il a continué dans cette logique de reconnaissance des faits. La cause était entendue pour lui. C’est ainsi que le parquet a requis de le maintenir dans les liens de l’accusation. La défense a, quant à elle, plaidé pour des circonstances atténuantes. Après délibération, la Cour semble allée dans ce sens en reconnait son client coupable des faits en lui faisant bénéficier de circonstances atténuantes. Reconnu coupable, l’ami employeur a écopé de 4 ans de prison.

 

******

 

…Le marabout était un obsédé sexuel

 

Dix ans d’emprisonnement ferme. C’est la peine prononcée en milieu de la semaine dernière par les juges de la Cour d’assises à l’encontre d’un certain  Chaka Traoré accusé de pédophilie sur une fillette âgée de moins de 13 ans au moment des faits. La victime n’était autre qu’un enfant du voisinage. À l’époque où les faits se sont produits, la fillette avait été commissionnée à la boutique par son présumé bourreau sexuel.

C’était le 25 juin 2022 à Banankabougou, quartier populeux de la Commune VI du District de  Bamako. De l’acte d’accusation et de renvoi, il ressort que le jour où les faits se sont passés vers les environs de 16 heures, le marabout appela sa future victime M.D pour l’envoyer dans une boutique du coin de rue. Nous apprendrons par la suite que c’était pour lui acheter des morceaux de glace. En bon enfant du quartier, la petite fille s’exécuta sans broncher. Mieux, elle ramena des morceaux de glace à « Tonton Chaka ».

 

Une tournure pas du tout attendue- Et c’est au moment de le lui remettre sa glace que les choses prirent une autre tournure moins attendue pour la petite. Curieusement, l’homme avait juste imaginé cette commission pour la piéger. C’est comme cela qu’il a appâté sa victime. À son retour, celle-ci se dirigea dans sa chambre pour lui remettre sa  glace lorsque l’obsédé sexuel profitait de l’occasion pour abuser d’elle.

La victime ayant commencé à pleurer, Chaka Traoré la menaça avec un couteau en lui interdisant de raconter à quiconque ce qui lui était arrivé. Elle sortit peu après en pleurs avant que  sa cousine lui demande ce qui n’allait pas. Elle expliqua que « Tonton Chaka » venait de mettre du piment dans ses parties intimes. Elle fut conduite par les soins de cette cousine au Centre de santé où les médecins conclurent à un viol. C’est ainsi que la brigade chargée des mœurs et de l’enfant fut alors saisie pour enquête. De fil en aiguille, le prédateur sexuel a été interpellé et conduit devant le parquet qui a requis l'ouverture d'une information judiciaire contre le faux marabout.

Celui-ci a été inculpé pour des faits de pédophilie. Ainsi, il devait être jugé conformément aux dispositions de l’article 228 du code pénal pouvant donner lieu à de peines criminelles. En dépit de la gravité des faits et du certificat médical faisant foi, l’homme a nié clairement les faits. Pis, dans cette logique, il n’a pu apporter la moindre preuve de ce qu’il cette dénégation systématique des faits. Le marabout prédateur sexuel est resté fidèle à cette attitude non seulement devant les magistrats instructeur qu’à la barre.

Le parquet dans son rôle de défenseur des citoyens a chargé l’accusé en faisant un récit glacial des faits et de ses séquelles sur la victime qui dit-il, avait désormais peu de chance de procréer, selon les analyses médicales.

 Pour le ministère public, il n’y avait plus grande chose à dire, car de son point de vue, les actes étaient clairs et les faits très graves. Partant de là, le défenseur des citoyens a requis que l’inculpé soit maintenu dans les liens de l’accusation. Le conseil a estimé que certains éléments manquaient au dossier avant de plaider coupable tout en sollicitant de larges circonstances atténuantes. Au final, la Cour a reconnu l’accusé coupable et a rejeté toute possibilité de lui accorder quelles que circonstances atténuantes que se soient. C’est ainsi que le marabout d’un autre genre a écopé de 10 ans de prison ferme assortis du paiement d’une  amande de 100.000 Fcfa. Mais surtout du paiement de 2.500.000 pour la partie civile.

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Lire aussi : #Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Les accusés retournent à la maison

Inculpés d’infractions criminelles, ils se sont défendus bec et ongles pour échapper à la rigueur de la loi. Le salut est finalement venu de la légèreté de leurs dossiers.

Lire aussi : #Mali : Pèlerinage 2024 : Le chronogramme des départs pour la Mecque

Chaque pèlerin doit passer 6 à 8 jours à Médine avant d’aller à La Mecque. D’après les plans, la majorité de nos pèlerins iront par vols directs à Médine.

Lire aussi : #Mali : District de Bamako : Des dealers internationaux aux arrêts

Quatre dealers s’apprêtaient à embarquer avec une importante quantité de drogue pour un pays voisin. Le voyage est reporté sine die.

Lire aussi : #Mali : Kati-Sananfara : «RASTA» tombe au cimetière

À cause de l’appât du gain facile, il avait quasiment tout dans son viseur. Son opération contre la construction du cimetière a été la dernière pour lui.

Les articles de l'auteur

#Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 27 mai 2024 à 17:18

#Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:40

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Les accusés retournent à la maison

Inculpés d’infractions criminelles, ils se sont défendus bec et ongles pour échapper à la rigueur de la loi. Le salut est finalement venu de la légèreté de leurs dossiers.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:09

#Mali : Pèlerinage 2024 : Le chronogramme des départs pour la Mecque

Chaque pèlerin doit passer 6 à 8 jours à Médine avant d’aller à La Mecque. D’après les plans, la majorité de nos pèlerins iront par vols directs à Médine.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 21 mai 2024 à 19:14

#Mali : District de Bamako : Des dealers internationaux aux arrêts

Quatre dealers s’apprêtaient à embarquer avec une importante quantité de drogue pour un pays voisin. Le voyage est reporté sine die.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 21 mai 2024 à 18:51

#Mali : Kati-Sananfara : «RASTA» tombe au cimetière

À cause de l’appât du gain facile, il avait quasiment tout dans son viseur. Son opération contre la construction du cimetière a été la dernière pour lui.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 14 mai 2024 à 18:26

#Mali : Santé de la reproduction : Plaidoyer pour la mobilisation des ressources

Mobiliser les ressources, les partenaires techniques et financiers et les autres parties prenantes pour soutenir la mise en œuvre du plan Page Mali d’intégration des services de planification familiale post-partum (PFPP)/Santé de la reproduction maternelle, néonatale et infantile (SRMNI)/Nutrition : tel était l’objectif de la table ronde organisée, jeudi dernier dans un hôtel de la place, par l’Office national de la santé de la reproduction (Onasr)..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié dimanche 12 mai 2024 à 16:56

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner