#Mali : Kayes : Il poignarde son ami et prend la fuite

À la suite d’une banale dispute entre deux amis du même groupe, l’un a mortellement poignardé l’autre avant de s’enfuir. Il a été interpellé et remis à la justice

Publié lundi 04 mars 2024 à 07:19 , mis à jour jeudi 18 avril 2024 à 02:04
#Mali : Kayes : Il poignarde son ami et prend la fuite

Il n’y a pas de crime parfait, dit-on. Autrement dit, un criminel est toujours appelé à payer le forfait qu’il a commis. Et cela se fera d’une manière ou d’une autre. C’est face à un cas du genre que les habitants de Djonkoloni, un quartier populaire  de la ville de Kayes, se sont retrouvés, il y’a quelques jours.


Cette histoire tourne autour d’un certain Oumar. Selon nos sources, ce jeune homme a mortellement agressé son adversaire avec une arme blanche avant de prendre la poudre d’escampette. Cependant sa fuite n’aura été que de courte durée. Ce criminel a finalement été retrouvé par les hommes du  commissaire principal Alhousseiny Yattara en charge du commissariat de police du 2è arrondissement de la cité des Rails. À ce jour, l’homme croupit derrière les barreaux au grand soulagement des proches du défunt Famory, victime d’une simple altercation l’ayant opposé à son bourreau.

C’était le 15 janvier dernier. Comme dans la plupart des cas, lorsque les jeunes du quartier se regroupent dans un grin, ils discutent de tout et de rien. Les discussions peuvent tourner autour de plusieurs sujets. Notamment la politique, le sport, l’argent, la vie sociale en générale, etc. Cependant, souvent ces échanges très houleux engendrent des oppositions entre des éléments du groupe.

Le temps passant, la tension monte et les protagonistes vont jusqu’à en venir aux mains. Pour le cas présent, les deux ne se sont pas limités aux simples échanges verbaux. La tension était telle qu’ils se sont lancés un défi pour se retrouver ailleurs, hors du grin, afin de se battre en vrais hommes. Et pour cela, ils se sont donnés rendez-vous derrière le « Stade Abdoulaye Macoro Sissoko » de Kayes.

 

Armé d’un poignard- Mais avant de se rendre au rendez-vous pour ce duel, le nommé Oumar s’était bien préparé. Il s’est armé d’un couteau qu’il a caché quelque part sous ses habits pour rencontrer son adversaire. Il a juste fallu que les deux protagonistes se voient pour qu’ils aillent droit au but. Ils se sont battus sérieusement durant plusieurs minutes sans qu’aucun des deux n’en sorte victorieux. Oumar qui ne pouvait faire autrement a profité d’un moment de relâchement de son adversaire pour le poignarder à l’abdomen. 

Grièvement blessé, le malheureux s’est affalé devant son bourreau. Il commença à perdre beaucoup de sang avant que des secouristes improvisés n’interviennent pour le sauver en le transportant à l'hôpital régional Fousseni Daou. Mais, hélas. Il a rendu l’âme des suites de ses blessures. Mais bien avant, son agresseur avait déjà détalé dans l’espoir d‘échapper aux  poursuites judiciaires. Informés, les policiers se  sont lancés à ses trousses.

Après une traque de quarante huit heures, et une franche collaboration de la police, celui-ci sera coincé et interpellé au niveau de la frontière Mali/Sénégal. Le fugitif a été ramené à Kayes et mis à la disposition du commissariat de police du 1er arrondissement. À la suite de son interrogatoire et de la procédure judicaire, le dossier du présumé assassin a atterri au parquet pour qu’il réponde des faits à lui reprochés.

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : L’accusé recouvre sa liberté

En l’absence de son époux, elle n’a pas pu résister à la tentation. Elle a fini par contracter une grossesse et s’est débarrassée de son enfant en le jetant dans un canal. Les juges ont dit le droit.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Lire aussi : #Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Lire aussi : #Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Lire aussi : #Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Les articles de l'auteur

#Mali : Cour d’assises de Bamako : L’accusé recouvre sa liberté

En l’absence de son époux, elle n’a pas pu résister à la tentation. Elle a fini par contracter une grossesse et s’est débarrassée de son enfant en le jetant dans un canal. Les juges ont dit le droit.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 16 avril 2024 à 07:45

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Dix ans de réclusion pour le violeur voleur

Il s’en était pris à une septuagénaire lorsque cette dernière se rendait à la mosquée pour la prière de l’aube. Sous la menace d’une arme, il l’obligea à se déshabiller avant de voler son argent.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:33

#Mali: Le pyromane prend dix ans de prison

Son patron lui vouait une confiance aveugle. Il en a profité pour le «poignarder dans le dos» avant de se retrouver derrière les barreaux.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:38

#Mali : Bamako-Coura : Opération éclair et mortelle des bandits armés

Ils ont minutieusement organisé une opération, l’ont rapidement exécuté et se sont fondus dans la nature avec une somme considérable.

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 09:05

#Mali: Cour d’assises de Bamako : La correction était de trop

Pour laver l’honneur de leur famille, il a maintenu son frère cadet sous l’eau jusqu’à ce que mort s’en suit et évoque un acte involontaire. Les jurés ont une autre lecture des faits.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:45

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Astan retrouve l’air libre

Abandonnée par son mari alors qu’elle était enceinte, elle accoucha et jeta son nouveau né dans une fosse sceptique. Puis, elle justifie cet acte par le désespoir.

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:23

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Peine exemplaire à l’encontre d’une bande de violeurs

Ils ont violé une fillette, filmé la scène de leurs ébats et publié les images en ligne. Les juges ont eu la main très lourde pour eux.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 02 avril 2024 à 09:17

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner