#Mali : Métier de cireur : Un tremplin ?

Ce petit métier a permis à de nombreux jeunes Maliens de se constituer un fond de commerce ou d’économiser dans l’optique d’émigrer vers d’autres cieux considérés comme étant l’eldorado

Publié lundi 27 mai 2024 à 17:49 , mis à jour jeudi 20 juin 2024 à 22:11
#Mali :  Métier de cireur : Un tremplin ?

Ce petit métier aurait inspiré de nombreux opérateurs économiques

 


Il n’est pas donné à tout le monde de réussir une reconversion. Sur la base de constats empiriques, nous nous sommes intéressés aux cas de quelques cireurs qui, après quelques années d’exercice, ont prospéré dans d’autres activités. Y a-t-il une magie dans ce métier ?

Nous sommes tenter de répondre tout de suite par la négative. Mais un constat capte tout de suite l’attention : très souvent, les jeunes cireurs qui appartiennent pour la plupart à l’ethnie soninké, sont très entreprenants. Et en la matière, ce métier se révèle être une bonne «école» de formation pour eux en termes d’esprit d’entreprise, mais aussi de thésaurisation (d’épargne). Certains d’entre eux, grâce à l’économie qu’ils arrivent à faire au fil des ans, basculent dans l’entreprenariat. D’autres optent pour l’immigration vers d’autres cieux considérés comme étant l’eldorado.

Ce métier aurait inspiré de nombreux opérateurs économiques. Depuis l’enfance, ils ont intégré cette activité et sont, aujourd’hui, promoteurs d’entreprises. Cheick Sangaré, ancien cireur de chaussures, a ouvert une quincaillerie au Grand marché de Bamako. Pour lui, le point de départ de son entreprise est le cirage qui lui a permis d’économiser et de financer son voyage vers l’étranger où il a pu faire fortune. De retour au bercail, il investit dans une boutique de vente de matériels de construction de bâtiments. Il se souvient encore de ses 200 à 300 Fcfa de recettes journalières d’alors. À cette époque, on cirait la paire de chaussure à 25 Fcfa.

Cheick Sangaré explique que dans leur famille, tous les enfants devaient faire une contribution journalière de 25 à 50 Fcfa pour la popote. Ils s’acquittaient tous de cette obligation grâce à ce petit métier de cirage et arrivaient en même temps à économiser. «Cette économie m’a permis d’émigrer vers le Congo-Brazzaville pour faire le portefaix», explique clairement celui qui est aujourd’hui promoteur d’une quincaillerie. Pour lui, c’est le métier de cireur qui a été essentiel puisqu’il lui a permis d’entreprendre, mais surtout d’affronter les épreuves de la vie.

Gagny Doucouré, joint au téléphone, raconte ses souvenirs d’enfance en tant que cireur. À l’époque où une paire de chaussures était cirée à 25 Fcfa, sa recette journalière oscillait entre 250 et 500 Fcfa. «J’avais une petite boite d’économie dans laquelle j’épargnais 200 Fcfa par jour», indique-t-il. Aujourd’hui, Gagny Doucouré est opérateur au Port d’Abidjan où il vend café et cacao. Ce polygame dit avoir de la compassion pour les jeunes qui font ce métier. Mais il trouve qu’actuellement ceux-ci peuvent se frotter les mains puisque les chaussures sont cirées à 100 Fcfa la paire et dans ces conditions, c’est un travail qui doit pouvoir nourrir son homme.

Des exemples de cireurs reconvertis sont légion. Mais d’autres aussi continuent d’évoluer dans le métier avec ou sans espoir de se reconvertir un jour. C’est le cas de Yacouba Traoré qui fait ce petit métier depuis 20 ans. Marié et père de deux enfants, il avoue y trouver son compte parce qu’il arrive à subvenir aux besoins de sa famille avec une recette journalière de 3.000 Fcfa et surtout à vivre dignement de ce métier que certains complexés jugent dévalorisants.

Doukouné Camara souhaite marcher sur les traces de ceux qui ont réussi à se reconvertir entrepreneurs.


Mais pour l’heure, il ne nourrit aucun complexe à faire ce métier pour gagner sa vie. «J’en suis fier. Cette activité me permet d’être autonome», se réjouit-il. Pourtant, depuis cinq ans ce ressortissant de Nara pratique le cirage de chaussures à Bamako. L’adolescent explique être un soutien de famille et arrive surtout à épauler ses parents au village avec ses gains. Il précise avoir une recette journalière comprise entre 2.000 à 2.500 Fcfa. Ce qui le réconforte davantage, ce sont les bénédictions de sa mère qui apprécie en lui le sens de la famille et de la responsabilité.

Aminata KANTÉ

Rédaction Lessor

Lire aussi : #Mali : Jeux Olympiques 2024 : Quel héritage laisseront les jeux ?

Le 19 juillet prochain, le Paris Media Centre ouvrira ses portes. Durant 24 jours, 24 thématiques vous dévoileront une ville en mouvement, tournée vers le vivant et portant haut les valeurs de solidarité et de tolérance. Paris se racontera ainsi au travers de conférences, ateliers, press tours.

Lire aussi : #Mali : Tabaski : Le port des uniformes agrémente la fête

Les uniformes ne sont pas qu’une affaire de mariage. L’initiative s’est invitée dans la célébration de fêtes religieuses en l’occurrence la Tabaski depuis plusieurs décennies. De plus en plus, la pratique arrive à conquérir un grand nombre de familles. Le port de ces tenues est fait p.

Lire aussi : #Mali : Kalaban-Coro : Les voleurs ont joué de malchance

Ils étaient en passe de réussir leur opération lorsque dans la précipitation, ils sont allés percuter un automobiliste. Ce choc mit leur coup à l’eau….

Lire aussi : #Mali : Échanges commerciaux : La pièce de 500 FCFA est devenue un casus belli

Samedi 13 avril dernier, aux environs de 16 heures, dans une boutique à Bolibana en Commune III du District de Bamako, une dispute éclate entre une dame et un boutiquier du quartier. Au centre de la controverse : une pièce de 500 Fcfa que la dame a remise au boutiquier..

Lire aussi : #Mali : Lutte contre la désertification : Contrer la dégradation des terres agricoles du Mali dans un contexte de changement climatique

Le 17 juin 2024, le Mali célèbre en même temps la fête Aid el kebir et la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sècheresse. Cette journée marque la fin de la 25ème édition de la Quinzaine de l’environnement, instaurée par notre Gouvernement pour élever le niveau de .

Lire aussi : #Mali : Euro 2024 : L’Allemagne pour confirmer

La deuxième journée de la phase de groupes de l’Euro 2024 débute ce mercredi. Auteur d’une première prestation très cohérente face à l’Écosse lors du match d’ouverture, l’Allemagne tentera de confirmer face à la Hongrie..

Les articles de l'auteur

#Mali : Jeux Olympiques 2024 : Quel héritage laisseront les jeux ?

Le 19 juillet prochain, le Paris Media Centre ouvrira ses portes. Durant 24 jours, 24 thématiques vous dévoileront une ville en mouvement, tournée vers le vivant et portant haut les valeurs de solidarité et de tolérance. Paris se racontera ainsi au travers de conférences, ateliers, press tours, expériences VIP et une plateforme digitale, source d’information et d’inspiration pour tous vos sujets..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:55

#Mali : Tabaski : Le port des uniformes agrémente la fête

Les uniformes ne sont pas qu’une affaire de mariage. L’initiative s’est invitée dans la célébration de fêtes religieuses en l’occurrence la Tabaski depuis plusieurs décennies. De plus en plus, la pratique arrive à conquérir un grand nombre de familles. Le port de ces tenues est fait pendant la matinée où les femmes se rassemblent autour de la cuisine et la grillade de viande..

Par Rédaction Lessor


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:41

#Mali : Kalaban-Coro : Les voleurs ont joué de malchance

Ils étaient en passe de réussir leur opération lorsque dans la précipitation, ils sont allés percuter un automobiliste. Ce choc mit leur coup à l’eau….

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 19 juin 2024 à 16:33

#Mali : Échanges commerciaux : La pièce de 500 FCFA est devenue un casus belli

Samedi 13 avril dernier, aux environs de 16 heures, dans une boutique à Bolibana en Commune III du District de Bamako, une dispute éclate entre une dame et un boutiquier du quartier. Au centre de la controverse : une pièce de 500 Fcfa que la dame a remise au boutiquier..

Par Rédaction Lessor


Publié mercredi 19 juin 2024 à 16:10

#Mali : Lutte contre la désertification : Contrer la dégradation des terres agricoles du Mali dans un contexte de changement climatique

Le 17 juin 2024, le Mali célèbre en même temps la fête Aid el kebir et la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sècheresse. Cette journée marque la fin de la 25ème édition de la Quinzaine de l’environnement, instaurée par notre Gouvernement pour élever le niveau de conscience du citoyen et de la citoyenne sur la nécessité à mieux gérer les ressources environnementales du pays..

Par Rédaction Lessor


Publié mardi 18 juin 2024 à 15:38

#Mali : Euro 2024 : L’Allemagne pour confirmer

La deuxième journée de la phase de groupes de l’Euro 2024 débute ce mercredi. Auteur d’une première prestation très cohérente face à l’Écosse lors du match d’ouverture, l’Allemagne tentera de confirmer face à la Hongrie..

Par Rédaction Lessor


Publié mardi 18 juin 2024 à 15:23

#Mali : Lutte contre la désertification : Contrer la dégradation des terres agricoles du Mali dans un contexte de changement climatique

Aujourd’hui 17 juin 2024, le Mali célèbre en même temps la fête Aid el kebir et la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sècheresse. Cette journée marque la fin de la 25ème édition de la Quinzaine de l’environnement, instaurée par notre Gouvernement pour élever le niveau de conscience du citoyen et de la citoyenne sur la nécessité à mieux gérer les ressources environnementales du pays. Le thème retenu cette année est : Notre patrimoine, notre avenir»..

Par Rédaction Lessor


Publié lundi 17 juin 2024 à 11:54

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner