Manuscrits anciens et culture de la paix : éclairer le chemin de la paix

Barry Lowen, ambassadeur de la Grande Bretagne et de l’Irlande du Nord (2è à g) s’est dit impressionné par la Charte du Mandé ou «Kurukan Fuga»,

Publié mercredi 23 février 2022 à 08:36
Manuscrits anciens et culture de la paix : éclairer le chemin de la paix

Ces documents restituent les valeurs qui ont toujours permis à notre pays de régler les rapports collectifs et individuels dans la paix et la concorde


La salle de conférence du Mémorial Modibo Keïta a abrité, lundi dernier, la cérémonie de lancement du Projet «Inspiration des manuscrits anciens pour la réconciliation et la paix». Ce programme est initié et piloté par l’ONG Sauvegarde des manuscrits anciens du Mali pour la défense de la culture islamique (Savama-DCI) sur financement du Royaume de la Grande-Bretagne à hauteur de 50.000 euros, soit environ 30 millions de Fcfa pour une durée de trois ans. Il couvrira Bamako, Kayes, Ségou et Tombouctou.

Le secrétaire général du ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Hamane Demba Cissé, a remercié particulièrement le gouvernement et le peuple britanniques pour leur accompagnement. Pour lui, un soutien financier de cette portée mérite d’être apprécié à sa juste valeur. Selon lui, ce projet participe de la mise en œuvre du Plan d’action gouvernemental à travers les engagements du département en charge de la Culture pour un Mali réconcilié et en paix.

«Depuis 2012, le Mali est le théâtre d’une crise sans précédent, marquée par des évènements tragiques et funestes ayant répandu la terreur et semé la psychose partout. Malgré la signature de l’Accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger, force est de constater que les attaques et conflits meurtriers n’ont cessé d’endeuiller notre peuple, mettant en mal le vivre ensemble millénaire d’un pays universellement reconnu pour son humanisme et sa riche diversité culturelle», a expliqué le secrétaire général du département en charge de la Culture.

Selon lui ces crises sécuritaires et institutionnelles ont provoqué une déchirure profonde du tissu social, entraîné la méfiance, voire la haine, le repli identitaire, communautaire, des conflits armés entre communautés ayant vécu en parfaite harmonie depuis des siècles, un effritement des valeurs sociétales comme, la tolérance, le pardon, la solidarité, l’entraide, valeurs qui constituent le socle sur lequel s’est bâtie l’unité de la Nation malienne. La perte de ces valeurs laisse progressivement place à l’intolérance et à la violence qui réduisentt considérablement les effets des actions mises en œuvre pour promouvoir la paix et le développement.

Il relèvera aussi que face à cette situation, de nombreuses voies ont été explorées, notamment celles politique et diplomatique. Malgré l’appui de la communauté internationale, la crise paraît inextricable et persistante. Hamane Demba Cissé soulignera aussi que le Mali est un pays de traditions et de culture millénaires, creuset de vertus et de valeurs qui ont toujours permis de réguler les rapports individuels et collectifs de sorte à assurer en permanence l’unité, la paix et la concorde. Pour lui, il est clair que notre pays doit faire recours à la culture comme alternative à la violence et pour préparer les esprits à cultiver durablement la paix.

La culture malienne renferme tous les ingrédients et les ressorts sur lesquels notre peuple devrait s’appuyer pour rebâtir le havre de paix qu’a toujours été notre pays. «Nos lettrés, nos érudits et nos jurisconsultes ont légué à la postérité des mécanismes traditionnels de gestion des conflits et du vivre ensemble», a-t-il rappelé. Toutes ces bonnes pratiques ont été consignées dans les manuscrits anciens. Les manuscrits constituent une source d’inspiration pour l’éclosion d’un Mali tolérant, pluriel et ouvert au monde, ajoutera-t-il.

à titre d’exemple, on peut citer : Ar-rissalah algal-lawilla de Cheikh Sidi Alkounti Alkabir, Ousmane Fodio. Les manuscrits anciens sont le support de réalités africaines les plus diverses (sociales, économiques et culturelles), de valeurs sur lesquelles, il faut s’appuyer pour définir notre identité, construire le vivre ensemble, la paix et le développement. Le secrétaire général s’accorde avec d’autres bons esprits sur une évidence. L’avenir de l’Afrique doit se bâtir sur la compréhension de son passé, dont les manuscrits  rendent compte. La stabilité et le développement du Mali et de l’Afrique doivent s’enraciner dans la culture et le passé. Cette mission passe nécessairement par la préservation et la valorisation du patrimoine documentaire.

Dr Abdel Kader Haïdara, président exécutif de l’ONG Savama-DCI a surtout remercié tous les partenaires qui ont aidé sa structure, depuis l’exfiltration des manuscrits anciens de Tombouctou à Bamako en 2012. Il expliquera que tous ces manuscrits ont été sauvegardés avec l’appui de nombreux partenaires. Le présent projet vise à démocratiser le contenu des manuscrits anciens à travers des conférences-débats, des émissions radiophoniques et télévisées et permettra de cultiver dans l’esprit des jeunes des valeurs de paix, d’amour, de vivre ensemble et de réconciliation.

Barry Lowen, ambassadeur de la Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord au Mali a apprécié particulièrement les valeurs humanistes de la culture de notre pays. Il s’est dit impressionné par la Charte du Mandé ou «Kurukan Fuga», avant d’expliquer que le Royaume Uni accompagnera notre pays dans la recherche de la paix et de la réconciliation sur la base de valeurs endogènes. Enfin, il dit avoir du respect pour le contenu des manuscrits anciens du Mali qui ne méritent de rester entre les quatre murs des bibliothèques.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Une histoire mais aussi un potentiel de développement

La première édition du Festival international des arts et de la culture de Bla qui s’est tenue récemment a été l’occasion pour le public de découvrir de nombreux sites naturels et culturels..

Lire aussi : Slam : Harouna Guindo, champion du monde de la discipline

Le jeune artiste malien a dominé ses concurrents lors de la compétition au Gabon avec des textes digestes, mais surtout interpellateurs sur l’actualité brûlante. Il a déclamé des ressentis sur l’intégration africaine et les violences faites aux femmes.

Lire aussi : #Mali : Festival international Sogobô : Un ancrage aux repères culturels

Les lampions se sont éteints sur la 1ère édition du Festival international «Sogobô» (sortie des masques) sous le thème : «Le rôle des masques et marionnettes dans la socialisation des enfants»..

Lire aussi : #Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Lire aussi : #Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes d.

Lire aussi : #Mali : Mimi Pedro : Le combat de la promotion du bogolan

Notre pays est engagé, depuis deux ans, dans un processus de protection du bogolan à travers l’obtention de l’appellation géographique d’origine protégée auprès de l’autorité chargée de la propriété intellectuelle..

Les articles de l'auteur

#Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Une histoire mais aussi un potentiel de développement

La première édition du Festival international des arts et de la culture de Bla qui s’est tenue récemment a été l’occasion pour le public de découvrir de nombreux sites naturels et culturels..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:25

Slam : Harouna Guindo, champion du monde de la discipline

Le jeune artiste malien a dominé ses concurrents lors de la compétition au Gabon avec des textes digestes, mais surtout interpellateurs sur l’actualité brûlante. Il a déclamé des ressentis sur l’intégration africaine et les violences faites aux femmes.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:23

#Mali : Festival international Sogobô : Un ancrage aux repères culturels

Les lampions se sont éteints sur la 1ère édition du Festival international «Sogobô» (sortie des masques) sous le thème : «Le rôle des masques et marionnettes dans la socialisation des enfants»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 30 mai 2024 à 18:54

#Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:02

#Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes de pagne» de Tapa Keïta qui a remporté le grand prix d’une valeur de 500.000 Fcfa, parrainé par la Fondation Festival sur le Niger..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:01

#Mali : Mimi Pedro : Le combat de la promotion du bogolan

Notre pays est engagé, depuis deux ans, dans un processus de protection du bogolan à travers l’obtention de l’appellation géographique d’origine protégée auprès de l’autorité chargée de la propriété intellectuelle..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:59

#Mali : Centre Togola de Sabalibougou : L’expression corporelle participe aussi à la construction de la paix

La troupe de l’Association les amis de la danse du Centre Togola de Sabalibougou a tenu en haleine le public qui avait effectué le déplacement, vendredi dernier, pour voir son spectacle. En effet, ce sont des centaines de jeunes et des adultes de ce quartier populaire qui avaient pris d’assaut l’enceinte de l’établissement pour suivre une chorégraphie de Karim Togola..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 17:36

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner