#Mali : Chata Keïta : Une passionnée d’agriculture

Depuis 4 heures du matin, Chata Keïta emprunte le chemin de son périmètre maraîcher situé à Samanko, dans la Commune rurale du Mandé. Elle y reste jusqu’à 18 heures. Sur une surface de 0,25 hectare, la quinquagénaire cultive plusieurs plantes dont l’oignon, la laitue, le raisin et la menthe.

Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:51
#Mali : Chata Keïta : Une passionnée d’agriculture

Cette veuve refuse la fatalité, mais surtout de tendre la sébile. Elle s’investit sur sa parcelle afin de subvenir aux besoins de sa famille

 

 Chata Kéita, est née d’un père agriculteur. Mais elle dit n’avoir pas pratiqué l’agriculture pendant son enfance. C’est sa passion pour le travail de la terre qui l’amènera plus tard à cultiver. L’amazone exerce ce métier, il y a plus de 20 ans. À l’ACI 2000, les grands immeubles ont poussé à la place de son premier champ. «Nous avons libéré ce site à la demande de l’État», se souvient la passionnée de l’agriculture, avant de rappeler qu’ils avaient lancé un cri du cœur à l’endroit des autorités afin qu’elles leur attribuent d’autres parcelles. Celles-ci leur offriront la zone qu’elle occupe actuellement après son aménagement en 2012. Plus de 300 cultivateurs, dont 110 femmes y travaillent, précise la cultivatrice.

Au début, dit-elle, l’espace était approvisionné en eau par la Société Énergie du Mali (EDM-SA), devenue la Société malienne de gestion de l’eau potable (Somagep). «À cause des factures impayées, EDM-SA nous a privés d’eau depuis 2014. Le problème d’eau persiste et demeure un frein au développement de notre activité agricole», déplore Chata Kéita. Et de regretter que les puits sont secs en cette période. Elle affirme que ses collègues et elle utilisent l’eau du forage des voisins pour arroser leurs plantes.

L’habitante de Kalabambougou en Commune IV du District de Bamako cite également l’accès difficile aux intrants agricoles et l’insuffisance des matériaux nécessaires. Malgré la situation pénible, elle fait preuve d’une grande détermination surtout depuis le décès de son époux en 2010. «On n’a rien sans peine. La gestion d’un champ est difficile surtout pour une femme qui doit concilier travaux champêtres et domestiques. Mais quand on a l’amour du travail, rien n’est impossible», pholosophe-t-elle. Ses garçons lui apportent un appui pour les travaux champêtres. Quand les activités sont intenses notamment pendant la saison froide, la battante recrute d’autres jeunes pour renforcer son équipe. Elle peut récolter des tonnes de produits maraîchers.

Chata Kéita est une raison de plus pour l’État de multiplier les initiatives visant à faciliter l’accès des femmes à la terre conformément à la loi la loi N° 2017-001 du 11 avril 2017 portant sur le foncier agricole. Cette législation précise que l’État et les Collectivités territoriales doivent veiller à assurer un accès équitable aux terres agricoles des différentes catégories d’exploitations agricoles avec au moins 15% des terres aménagées qui sont attribués aux groupements et associations de femmes et de jeunes situés dans la zone concernée.

Amsatou Oumou TRAORE

Lire aussi : #Mali : Campagne nationale de planification familiale : Accélérer l’atteinte des objectifs de développement durable

Notre pays doit continuer à accomplir de gros efforts dans l’amélioration de la santé de la femme et de l’enfant pour répondre aux défis.

Lire aussi : #Mali : Fistule obstétricale : Le drame social qui détruit les foyers

Le défi de l’élimination de cette maladie est à portée de main. À condition que la prévention soit menée efficacement et que les malades soient prises en charge correctement dans des unités de soins appropriées.

Lire aussi : #Mali : Fistule obstétricale : Onasr s’engage pour l’élimination

En prélude à la Journée internationale pour l’élimination de la fistule qui sera célébrée demain, l’Office national de la santé de la reproduction (Onasr) a organisé, mercredi à son siège à l’ACI 2000, une conférence de presse sur la fistule obstétricale sous le thème : «Intens.

Lire aussi : #Mali : Chaîne autour de la cheville : Un accessoire de mode pour les femmes

L’origine de son port remonte à des siècles dans les sociétés africaines où elle symbolisait notamment la richesse. De nos jours, les femmes habillent leurs chevilles par plaisir et pour l’élégance.

Lire aussi : #Mali : Personnes atteintes d’albinisme : L’Association philanthropie du Mali veut briser les tabous

En marge du Festival de la solidarité qui s’est tenu sous le thème : «Albinisme, brisons les tabous», l’Association philanthropie du Mali, en collaboration avec l’Association pour la promotion et l’insertion sociale des enfants atteints d’albinisme (SOS Albinos), a organisé, il y a qu.

Lire aussi : #Mal : Personnes inaptes à jeûner : Souvent mises au ban de la communauté

Souvent à tort, on juge inacceptable, voire intolérable de voir certaines personnes ne pas observer le jeûne sans en connaître les raisons. Certaines d’entre elles souffrent de pathologies chroniques qui peuvent être des contre indications.

Les articles de l'auteur

#Mali : Campagne nationale de planification familiale : Accélérer l’atteinte des objectifs de développement durable

Notre pays doit continuer à accomplir de gros efforts dans l’amélioration de la santé de la femme et de l’enfant pour répondre aux défis.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié jeudi 30 mai 2024 à 19:54

#Mali : Fistule obstétricale : Le drame social qui détruit les foyers

Le défi de l’élimination de cette maladie est à portée de main. À condition que la prévention soit menée efficacement et que les malades soient prises en charge correctement dans des unités de soins appropriées.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié jeudi 23 mai 2024 à 19:59

#Mali : Fistule obstétricale : Onasr s’engage pour l’élimination

En prélude à la Journée internationale pour l’élimination de la fistule qui sera célébrée demain, l’Office national de la santé de la reproduction (Onasr) a organisé, mercredi à son siège à l’ACI 2000, une conférence de presse sur la fistule obstétricale sous le thème : «Intensifier la sensibilisation auprès des prestataires et des communautés pour renforcer la prévention et la prise en charge de la fistule obstétricale»..

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:28

#Mali : Chaîne autour de la cheville : Un accessoire de mode pour les femmes

L’origine de son port remonte à des siècles dans les sociétés africaines où elle symbolisait notamment la richesse. De nos jours, les femmes habillent leurs chevilles par plaisir et pour l’élégance.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié vendredi 10 mai 2024 à 09:04

#Mali : Personnes atteintes d’albinisme : L’Association philanthropie du Mali veut briser les tabous

En marge du Festival de la solidarité qui s’est tenu sous le thème : «Albinisme, brisons les tabous», l’Association philanthropie du Mali, en collaboration avec l’Association pour la promotion et l’insertion sociale des enfants atteints d’albinisme (SOS Albinos), a organisé, il y a quelques jours au Palais de la culture Amadou Hampâté Ba, une conférence sur les personnes atteintes d’albinisme..

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié mardi 07 mai 2024 à 07:32

#Mal : Personnes inaptes à jeûner : Souvent mises au ban de la communauté

Souvent à tort, on juge inacceptable, voire intolérable de voir certaines personnes ne pas observer le jeûne sans en connaître les raisons. Certaines d’entre elles souffrent de pathologies chroniques qui peuvent être des contre indications.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:48

#Mali : Lecture du Coran pendant le Ramadan : Une récompense grandiose

Les érudits s’accordent à dire que le Coran et le Ramadan ont un lien particulier et très fort parce que le Saint Livre a été révélé pendant cette période. Les fidèles musulmans qui le lisent ou écoutent la lecture de ses versets sont bien appréciés d’Allah lui-même.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:05

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner