Mali, Enseignement supérieur et recherche scientifique : Processus de déploiement de l’assurance qualité

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique poursuit le déploiement de l’assurance qualité dans son sous-secteur. Il a fait de ce déploiement une priorité pour l’Agence malienne de l’assurance qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Amaq-Sup).

Publié lundi 20 novembre 2023 à 08:22
Mali, Enseignement supérieur et recherche scientifique :  Processus de déploiement de l’assurance qualité

 Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Pr Bouréïma Kansaye (d), préside l’ouverture de l’atelier

 

L’Agence accompagne la création et l’opérationnalisation effective et harmonisée des Cellules internes d’assurance qualité (CIAQ) dans les Institutions publiques d’enseignement supérieur et de recherche (IESR) et dans les Établissements privés d’enseignement supérieur (EPES).

Créées depuis 2019 dans les IESRS et dans les EPES, les Ciaq sont moins opérationnelles. Pour les redynamiser, l’Amaq-Sup, en collaboration avec le Réseau d’Afrique francophone des agences nationales d’assurance qualité (Rafanaq), l’Académie internationale de la Francophonie scientifique (AIFS) et l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF), a organisé les 17 et 18 novembre dans un hôtel de Bamako un atelier de renforcement des capacités en assurance qualité.

Objectif : poursuivre le processus de déploiement de l’assurance qualité dans les IESRS et les EPES, former les agents des Ciaq, les équipes dirigeantes des IESRS afin de les orienter sur la base de bonnes pratiques pour une opérationnalisation harmonisée des Ciaq. Il s’agissait aussi de sensibiliser et de partager les opportunités offertes par la convention d’Addis-Abeba (Éthiopie) sur la reconnaissance mutuelle des diplômes de l’enseignement supérieur en Afrique et de procéder à la mise en place d’un réseau national des Ciaq.

Le directeur exécutif de l’Amaq-Sup, Dr Abdel Kader Kéïta, deux Sénégalais et un Marocain étaient les formateurs d’une cinquantaine de participants composés de responsables scolaires et universitaires de 17 établissements publics et privés.

Le responsable du bureau national de l’AUF au Mali, Sékou Mamadou Tangara, constate que le niveau élevé de la concurrence à l’échelle locale, régionale et internationale pousse les IESRS à déployer une nouvelle gouvernance pour concourir dans un environnement hyperconcurrentiel. Il subsiste à cet égard des défis relatifs à l’innovation et à l’assurance qualité interne et externe qui demeurent des enjeux pour les IESRS, les enseignants-chercheurs et les étudiants.

Quant au directeur exécutif de l’Amaq-Sup, il déplore le non fonctionnement des Ciaq dans les IESRS. Cela malgré les efforts de l’Agence, de la direction générale de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (DGESRS) et du Projet d’appui au développement de l’enseignement supérieur (Pades). Et d’ajouter que son Agence a pour mission de contribuer à assurer la qualité du système des IESRS et les programmes de formation, d’évaluer les IES, les structures de recherche en vue de leur reconnaissance et accréditation par l’État. Elle accompagne aussi les IESRS pour l’amélioration continue de la qualité de leurs procédures, mécanismes et services.

Le secrétaire général du Rafanaq Abdoul Lahate Cissé a, lui, soutenu que la convention d’Addis-Abeba a pour pilier essentiel l’assurance qualité.

Quant au ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, il a rappelé que le sous-secteur de l’enseignement supérieur constitue un vecteur majeur du développement économique et social de notre pays. «Nous devons œuvrer afin que chacun joue sa partition dans le cadre de l’amélioration de la performance et la formation du capital humain.


Mon département jouera un rôle stratégique pour le retour à la normale en vue d’amorcer un développement endogène durable, le potentiel géologique et agro-sylvo-pastoral de notre pays», a souligné Pr Bouréïma Kansaye qui reconnaît que depuis sa création en 2018, l’Amaq-Sup a enregistré des résultats satisfaisants dans le cadre du processus de transformation globale de notre sous-secteur entamé au sortir du Forum national sur l’éducation en 2008 et de la Concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur en 2014.

Le ministre Kansaye a noté que les Ciaq sont un instrument de promotion et de pérennisation des dynamiques internes d’assurance qualité dans les IESRS. Et de rappeler que notre pays a signé le 12 décembre 2014 la Convention régionale révisée sur la reconnaissance des études et des certificats, diplômes, grades et autres titres de l’enseignement supérieur dans les États d’Afrique appelée «Convention d’Addis-Abeba».

Le Mali a marqué son adhésion à cette dynamique qui a favorisé l’institutionnalisation et la généralisation du système Licence-Master-Doctorat (LMD) dans les IES. 

Sidi WAGUE

Lire aussi : #Mali : Académie malienne des langues : Sentinelle de nos langues nationales

Grâce au travail technique de l’Amalan, notre pays dispose d’alphabets, des règles de transcription, de lexiques, de grammaire de références pour 12 de nos 13 langues nationales.

Lire aussi : #Mali : Examen du DEF : C’est le grand calme dans les centres d’examen

Les épreuves du Diplôme d’études fondamentales (DEF) se sont poursuivies, hier, dans les différents centres d’examen à Bamako. Les candidats ont composé dans différentes matières, notamment les mathématiques et la biologie..

Lire aussi : #Mali : Examen du DEF : 349.080 candidats inscrits cette année

Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a lancé hier les épreuves de cet examen de fin d’année. Le chef du gouvernement a conseillé aux postulants d’accomplir des efforts personnels et de ne compter que sur eux-mêmes.

Lire aussi : #Mali : Examens de fin d’année scolaire : Le ministre Amadou Sy Savané donne le top départ du cap

Cette année, ils sont 22.094 candidats à vouloir obtenir le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP). Ces postulants sont repartis entre 20 Académies et 144 centres d’examen à travers le pays.

Lire aussi : #Mali : Examens de fin d’année scolaire : L’heure des préparatifs

Dans les différents établissements scolaires, les candidats se préparent du mieux qu’ils peuvent. Certains postulants s’exercent en petits groupes, d’autres suivent des cours de remédiation dispensés bénévolement par des enseignants.

Lire aussi : #Mali : Examen du DEF : C’est parti pour les épreuves anticipées

Le ministre de l’Éducation nationale, Dr Amadou Sy Savané, a donné, vendredi dernier au stade municipal de Djélibougou, le coup d’envoi des épreuves anticipées du Diplôme d’études fondamentales (DEF)..

Les articles de l'auteur

#Mali : Académie malienne des langues : Sentinelle de nos langues nationales

Grâce au travail technique de l’Amalan, notre pays dispose d’alphabets, des règles de transcription, de lexiques, de grammaire de références pour 12 de nos 13 langues nationales.

Par Sidi WAGUE


Publié mardi 11 juin 2024 à 17:59

#Mali : Examen du DEF : C’est le grand calme dans les centres d’examen

Les épreuves du Diplôme d’études fondamentales (DEF) se sont poursuivies, hier, dans les différents centres d’examen à Bamako. Les candidats ont composé dans différentes matières, notamment les mathématiques et la biologie..

Par Sidi WAGUE


Publié mardi 04 juin 2024 à 17:51

#Mali : Examen du DEF : 349.080 candidats inscrits cette année

Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a lancé hier les épreuves de cet examen de fin d’année. Le chef du gouvernement a conseillé aux postulants d’accomplir des efforts personnels et de ne compter que sur eux-mêmes.

Par Sidi WAGUE


Publié lundi 03 juin 2024 à 19:24

#Mali : Examens de fin d’année scolaire : Le ministre Amadou Sy Savané donne le top départ du cap

Cette année, ils sont 22.094 candidats à vouloir obtenir le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP). Ces postulants sont repartis entre 20 Académies et 144 centres d’examen à travers le pays.

Par Sidi WAGUE


Publié lundi 27 mai 2024 à 18:45

#Mali : Examens de fin d’année scolaire : L’heure des préparatifs

Dans les différents établissements scolaires, les candidats se préparent du mieux qu’ils peuvent. Certains postulants s’exercent en petits groupes, d’autres suivent des cours de remédiation dispensés bénévolement par des enseignants.

Par Sidi WAGUE


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:27

#Mali : Examen du DEF : C’est parti pour les épreuves anticipées

Le ministre de l’Éducation nationale, Dr Amadou Sy Savané, a donné, vendredi dernier au stade municipal de Djélibougou, le coup d’envoi des épreuves anticipées du Diplôme d’études fondamentales (DEF)..

Par Sidi WAGUE


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:26

Dialogue inter-Maliens : Les syndicats édifiés

En prélude à la phase nationale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale, les membres du comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens ont rencontré, mercredi dernier au Centre international de conférences (CICB), les responsables des centrales syndicales et des syndicats de l’éducation..

Par Sidi WAGUE


Publié vendredi 05 avril 2024 à 09:01

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner