#Mali : Festival international chant des «Linguere» : L’art au service de la paix

Près d’une dizaine d’artistes venus de plusieurs pays du continent y ont pris part. Durant 4 jours, Bamako a vibré aux couleurs des femmes engagées pour la paix et la cohésion sociale

Publié mardi 20 février 2024 à 07:51
#Mali : Festival international chant des «Linguere» : L’art au service de la paix

Le ministre Andogoly Guindo en compagnie de Coumba Gawlo  (à sa d) et d’autres artistes africaines

 

Les lampions se sont éteints, samedi dernier au Centre international de conférences de Bamako (CICB), sur la première édition du Festival international intitulé : Chant des «Linguere» sous le thème : «La culture au service de la paix, de la sécurité et de la cohésion sociale». Ce rendez-vous culturel, initié par la diva de la musique sénégalaise Coumba Gawlo Seck, était placé sous le haut patronage du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, et le parrainage du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga.

Le festival Chant des «Linguere» a été solennellement lancé, mercredi dernier à la faveur d’une conférence de presse, animée par l’initiatrice du festival, la célèbre artiste sénégalaise, Coumba Gawlo Seck. C’était en présence du ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, de dix artistes chanteuses venues de différents pays d’Afrique et des partenaires techniques et financiers. On notait aussi la présence d’une forte délégation de la communauté sénégalaise au Mali.

 Les artistes invités étaient Babani Koné, Rokia Koné et Safy Diabaté du Mali, Noumira Mitchala du Tchad, Hawaï Boussim du Burkina Faso, Mary Jo de la Côte d’Ivoire, Zeynab du Bénin, Safia Aminima du Niger, Manamba Kanté de la Guinée Conakry (toutes des femmes). Selon les organisateurs, les «Linguere» sont des femmes royales, des battantes qui se mettent au service de la société, c’est-à-dire des «Nyeleni» dans le contexte malien. Pendant 4 jours, Bamako a vibré aux couleurs des femmes engagées pour la paix et la cohésion sociale. Au cours du festival, un forum sur la paix a été animé par des femmes au CICB. C’était une réelle opportunité d’échanges, notamment de donner et recevoir, sur des problématiques liées à la paix et à l’autonomisation de la femme.

Plusieurs femmes leaders ont défendu la cause de la femme, mais aussi de  la paix et de la cohésion sociale. Cette rencontre d’échanges a été suivie d’un concert populaire sur les berges du fleuve Niger qui a permis au public malien de retrouver des sommités de la musique africaine.  Il y a eu ensuite un dîner de gala et une remise de trophées pour récompenser les femmes battantes à la fin du festival. En tout cas, pendant les 4 jours, Bamako a vibré au rythme des sons des artistes africaines qui portent le combat de la paix et qui œuvrent pour la réconciliation et l’autonomisation de la femme.

Lors de la cérémonie d’ouverture, le ministre Andogoly Guindo avait réaffirmé l’engagement des plus hautes autorités à soutenir ce festival qui magnifie la femme africaine. L’événement a même fait l’objet d’une communication en conseil des ministres. Ce qui explique tout l’intérêt que les hautes autorités accordent à ce projet culturel. «Nous travaillons depuis une année sur ce projet de Coumba Gawlo, notamment sur des thématiques qui devraient être débattues au cours du forum», a rappelé le chef du département en charge de la Culture. Le choix du Mali est très significatif, car il traduit le lien de fraternité entre le pays de l’initiatrice du festival et le nôtre. C’est aussi le lieu de remercier la communauté sénégalaise qui est sortie massivement pour soutenir ce projet et aussi tous les partenaires.

Quant à la conférencière, elle rappellera que le Mali et le Sénégal sont deux pays frères. Le choix de cette première édition s’explique par son amour pour notre beau pays. «J’aime le Mali, je garde de bons souvenirs de son hospitalité légendaire», a révélé la star sénégalaise, visiblement très comblée de l’accompagnement des hautes autorités de la Transition.

 Coumba Gawlo a aussi justifié le choix de notre pays par le contexte, notamment les péripéties que traversent plusieurs pays d’Afrique, y compris le Mali.  La culture est un facteur important de paix, c’est pourquoi nous devons montrer au monde qu’il est possible de venir organiser un événement au Mali, a expliqué Coumba Gawlo. Pour elle, sa seule motivation était de montrer à la face du monde qu’il y a la paix, mais aussi le vivre-ensemble dans notre pays.

«Et les acteurs culturels que nous sommes ne peuvent pas rester en marge d’où l’organisation de cet événement panafricain à Bamako», a-t-elle expliqué, avant de remercier les partenaires et artistes invités qui ont accepté malgré leur agenda très chargé d’y prendre part.

Au cours de ce festival, plusieurs sous-thèmes, notamment l’autonomisation de la femme africaine, l’éducation de la petite fille, les Violences basées sur le genre, le VIH Sida ont été abordés. Les artistes invitées et les partenaires techniques et financiers ont tous exprimé leur l’intérêt pour ce projet sous-régional en faveur de la paix et de la cohésion sociale autour de la femme africaine. 

Amadou SOW

Lire aussi : #Mali : Festival Hola Bamako : Rendez-vous pris pour le 19 avril prochain

Lentement mais sûrement, le Festival culturel multidisciplinaire Espagne-Mali «Hola Bamako», à l’initiative de l’ambassade d’Espagne dans notre pays, fait son trou. La 7è édition de ce rendez-vous culturel se tiendra du 19 au 20 avril prochain sur l’esplanade du Palais de la culture Am.

Lire aussi : #Mali : Conservatoire des arts et métiers multimédia : Un vivier d’artistes

La promotion des métiers des arts et de la culture demeure une priorité des autorités de notre pays. C’est dans cette vision que le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK) a été créé en 2003 pour assurer la formation des artistes et le développ.

Lire aussi : #Mali : Colloque sur le renouveau au Mali : Des thématiques riches et variées

«Le Renouveau au Mali : état des lieux et perspectives» était le thème d’un colloque organisé, mardi dernier à la Pyramide du souvenir, dans le cadre des activités commémoratives du 33è anniversaire des événements du 26 mars 1991, date de l’avènement de la démocratie au Mali..

Lire aussi : #Mali : FAIC : Le sempiternel souci de mobilisation des ressources financières

Depuis son opérationnalisation en 2019, le Fonds d’appui à l’industrie cinématographique (Faic) continue de subir de plein fouet une restriction budgétaire, rendant difficile l’atteinte de ses objectifs..

Lire aussi : #Mali : Maison africaine de la photographie : Résultats satisfaisants

Au moment où notre pays est fortement engagé dans l’organisation de la 14è édition des Rencontres de Bamako, Biennale africaine de la photographie, les administrateurs de la Maison africaine de la photographie (Map) étaient réunis, hier à son siège à Niamakoro cité Unicef, à la faveur .

Lire aussi : #Mali :Musée national : Un nouveau challenge

Dans un contexte marqué par la baisse des ressources financières, le Musée national du Mali a tenu, vendredi dernier dans ses installations, la 35è session ordinaire de son conseil d’administration. L’ouverture des travaux était présidée par le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de.

Les articles de l'auteur

#Mali : Festival Hola Bamako : Rendez-vous pris pour le 19 avril prochain

Lentement mais sûrement, le Festival culturel multidisciplinaire Espagne-Mali «Hola Bamako», à l’initiative de l’ambassade d’Espagne dans notre pays, fait son trou. La 7è édition de ce rendez-vous culturel se tiendra du 19 au 20 avril prochain sur l’esplanade du Palais de la culture Amadou Hampâté Ba sous le thème : «Mali-Espagne, deux cultures, une musique»..

Par Amadou SOW


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:25

#Mali : Conservatoire des arts et métiers multimédia : Un vivier d’artistes

La promotion des métiers des arts et de la culture demeure une priorité des autorités de notre pays. C’est dans cette vision que le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK) a été créé en 2003 pour assurer la formation des artistes et le développement du secteur des arts et de la culture..

Par Amadou SOW


Publié mardi 02 avril 2024 à 08:57

#Mali : Colloque sur le renouveau au Mali : Des thématiques riches et variées

«Le Renouveau au Mali : état des lieux et perspectives» était le thème d’un colloque organisé, mardi dernier à la Pyramide du souvenir, dans le cadre des activités commémoratives du 33è anniversaire des événements du 26 mars 1991, date de l’avènement de la démocratie au Mali..

Par Amadou SOW


Publié jeudi 28 mars 2024 à 08:24

#Mali : FAIC : Le sempiternel souci de mobilisation des ressources financières

Depuis son opérationnalisation en 2019, le Fonds d’appui à l’industrie cinématographique (Faic) continue de subir de plein fouet une restriction budgétaire, rendant difficile l’atteinte de ses objectifs..

Par Amadou SOW


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:45

#Mali : Maison africaine de la photographie : Résultats satisfaisants

Au moment où notre pays est fortement engagé dans l’organisation de la 14è édition des Rencontres de Bamako, Biennale africaine de la photographie, les administrateurs de la Maison africaine de la photographie (Map) étaient réunis, hier à son siège à Niamakoro cité Unicef, à la faveur de la 31è session ordinaire de son conseil d’administration..

Par Amadou SOW


Publié vendredi 22 mars 2024 à 07:44

#Mali :Musée national : Un nouveau challenge

Dans un contexte marqué par la baisse des ressources financières, le Musée national du Mali a tenu, vendredi dernier dans ses installations, la 35è session ordinaire de son conseil d’administration. L’ouverture des travaux était présidée par le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, en présence du directeur général de l’institution, Dr Daouda Keïta..

Par Amadou SOW


Publié lundi 18 mars 2024 à 09:48

#Mali : Festival international Sogobô de Bamako : Rendez-vous le 20 mai prochain

La 1ère édition du Festival international Sogobô de Bamako se déroulera du 20 au 26 mai prochain sur la Place du cinquantenaire à Bamako sous le thème : «Le rôle des masques et marionnettes dans la socialisation des enfants»..

Par Amadou SOW


Publié mercredi 13 mars 2024 à 08:17

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner