Période de chaleur : Les appareils de climatisation et de ventilation à rude épreuve

C’est très difficile de se passer des ventilateurs, des climatiseurs, des humidificateurs en période de canicule. Les réparateurs de ces appareils électroménagers sont très sollicités. Même si les rapports avec les clients sont souvent très tendus pour diverses raisons

Par

Publié mercredi 24 mai 2023 à 07:29
Période de chaleur : Les appareils de climatisation et de ventilation à rude épreuve

Beydi Diallo, diplômé en électricité et en froid, dans son atelier situé à Bolibana, en Commune III du District de Bamako

 

 

Lassana Camara, technicien en froid, est à la tâche dans son atelier à Kalaban-coro. Il remet en place, avec dextérité, les pièces d’un humidificateur qu’il a dû démonter pour situer et corriger le problème l’empêchant de fonctionner correctement.


Le propriétaire de l’appareil suit avec attention les gestes du technicien, espérant qu’il est tombé cette fois-ci sur le bon. « Il y a une semaine, j’avais amené ce même refroidisseur chez un soi-disant réparateur qui m’a fait dépenser pour rien. énervé, j’ai tenu à son endroit des propos discourtois et on avait failli en venir aux mains», dit-t-il.

Devant l’atelier de Lassana Camara, des dizaines d’autres humidificateurs attendent d’être réparés. Il doit, en plus, se déplacer fréquemment pour des besoins de réglage, de dépannage ou de maintenance de climatiseur aux domiciles de ses clients. Comme lui,  bon nombre de réparateurs d’appareils de climatisation sont débordés en cette période où la chaleur est suffocante à Bamako. Impossible en effet de rester entre quatre murs sans avoir de quoi atténuer la forte température.

Les ventilateurs, climatiseurs, humidificateurs et autres appareils du genre sont ainsi d’un grand secours. Sauf que leur usage réserve parfois des surprises désagréables. Et le stress thermique aidant, les échanges entre les techniciens spécialisés dans la réparation de ces machines et leurs clients peuvent facilement prendre des tournures déconcertantes.


Les seconds pointent du doigt le manque de professionnalisme des premiers. «Beaucoup d’entre eux font du tâtonnement. Et ceux qui se débrouillent bien respectent rarement les délais», tance l’instituteur Amadou Traoré.

 

MÉTIER NON MAÎTRISÉ- Fadima Cissé s’est fait gruger, plusieurs fois, par des «techniciens incompétents». Récemment, cette résidente d’un quartier de la rive droite de Bamako a sollicité, en l’espace de dix jours, deux réparateurs de système de climatisation. On lui avait particulièrement vanté les «qualités du premier». Mais à l’épreuve, il a échoué.


«Il m’a dit que le problème était lié à la destruction de la carte et de l’interrupteur du climatiseur. Il a changé ces pièces, mais le même problème est réapparu une semaine après», confie notre interlocutrice qui était alors obligée de contacter un autre électricien. Celui-ci a lavé les filtres et mis du gaz pour un montant de 12.500 Fcfa. «Attendons de voir pendant combien de jours, la machine va tenir», soupire-t-elle.

Selon Fadima Cissé, tous les réparateurs n’ont pas la maîtrise de leur métier. Ainsi, elle est obligé de recourir, à chaque dysfonctionnement de son appareil, à 2 voire 3 réparateurs pour trouver une solution. Et pour chaque réparation, surtout en cette période, il faut débourser une petite fortune.

Awa Soumaoro utilise un humidificateur depuis trois ans. La résidente de Sébénikoro n’est jamais à l’abri des réparations pendant la canicule. Il y a deux semaines, elle a sollicité les services d’une entreprise spécialisée pour que son humidificateur retrouve son rythme normal de fonctionnement. «Un technicien a changé certaines pièces.

La réparation m’a coûté 7.500 Fcfa. Heureusement, ça a marché», affirme-t-elle. Ce que la sexagénaire trouve surtout de séduisant en cette entreprise, c’est que le «client peut l’interpeller s’il n’est pas satisfait de la prestation». Elle prodigue aussi toujours de conseils utiles pour la bonne tenue des appareils.

Hamidou Traoré, technicien en froid et climatisation, concède le déficit de réparateurs qualifiés. Mais, se presse-t-il de charger les utilisateurs qui «disent souvent que les réparateurs ne connaissent rien alors que ce sont eux-mêmes qui ne savent pas manipuler leurs appareils». Pour preuve, le diplômé de l’Institut supérieur de technique de gestion (ISTG) raconte :«Je viens tout de suite de régler un climatiseur que j’avais réparé, il y a une semaine.


Le prioritaire était sur les nerfs quand il m’informait de ce qu’il croyait être une nouvelle panne. Alors que le problème était dû à la mauvaise manipulation de la commande par les enfants. Après mon intervention, j’ai véhément exprimé mon mécontentement».

Hamidou Traoré venait donc de subir «injustement», pour la énième fois, le courroux d’un client. Sans compter la perte de temps causée par cette intervention à domicile. «En cette période, le temps est précieux pour nous», dit-il, révélant qu’il répare 4 à 5 appareils par jour. En moyenne, il gagne 15.000 Fcfa le jour. Le technicien conseille aux clients d’acheter un humidificateur en fonction de la dimension de la pièce où il doit être installé et de ne surtout pas le laisser à la portée des enfants.


Contrairement à Hamidou, Seydou Konaré a appris le métier sur le tas. Démontant un ventilateur dans son atelier à Bamako-Coura, il nous explique comment il est devenu réparateur : «Pendant les vacances, je partais dans des ateliers pour gagner de l’argent. J’ai fini par aimer ce travail passionnant.

Cela fait 15 ans maintenant que j’évolue dans ce domaine.» Et d’affirmer qu’il n’a jamais eu de problème avec les clients, même durant les périodes de canicule où le volume du travail devient très important. « Nous pouvons réparer plus de 4 machines humidificateurs par jour. Le marché est vraiment rentable en ce moment», se réjouit-il.

 

COUPURES D’ÉLECTRICITÉ- De son côté, Beydi Diallo, diplômé en électricité et en froid, évoque la rareté de pièces de rechange de bonne qualité sur le marché. Et avec la crise économique qui n’épargne aucun pays, les prix des pièces de qualité (mèches, pompes, multimètres, filtres déshydrateur…) qu’on trouve au marché Dabanani ou dans les quincailleries ont connu une augmentation de 500 à 1.000 Fcfa. C’est pourquoi, les réparateurs utilisent très souvent à la demande des clients, des pièces moins chères, donc peu résistantes.

Beydi quitte rarement son atelier, situé à Bolibana où il répare des ventilateurs, des groupes électrogènes, des frigos, fours et repasseurs. «De mars à mai, je reçois plus de clients», dit-il, ajoutant que ceux-ci sont généralement satisfaits de la qualité de ses prestations. «Mais dans tous les métiers, il peut y avoir des erreurs.


Les clients sont libres de ramener les machines si leurs attentes ne sont pas comblées et la réparation est reprise gratuitement», affirme Beydi Diallo qui note, au passage, les dommages causés aux appareils par les coupures intempestives d’électricité. Il recommande l’usage des stabilisateurs pour éviter aux appareils de subir directement les coupures et la baisse de tension.

L’entreprise Niaré Froid est très connue pour ses services d’entretien et de maintenance. Selon son directeur technique, il est important de faire le suivi et la maintenance curative et préventive des appareils. Mohamed Touré invite les clients à faire l’entretien de leurs matériels tous les 3 ou 6 mois et de se référer, en cas de panne, à une entité ayant des compétences reconnues.

Fatoumata Mory SIDIBE

Lire aussi : #Mali : Achat des titres publics de l’État sur le marché financier : La BMS-SA classée première

outes les banques font des efforts pour financer l’économie nationale, mais la palme d’or revient à la Banque malienne de solidarité (BMS-SA) qui contribue régulièrement et fortement à l’atteinte des objectifs de l’État malien sur le marché financier sous-régional..

Lire aussi : #Mali : Productivité agricole : Les solutions innovantes

La productivité agricole dans de nombreux pays en développement, comme le nôtre, est souvent faible en raison d’un manque d’accès aux technologies. Le défi mobilise les communautés scientifiques et technologiques dans notre pays, où des jeunes se font remarquer par leur créativité.

Lire aussi : #Mali : Le live tiktok booste les ventes en ligne

Internet en quelques années est passé d’une commodité de communication rédactionnelle à un usage plus utilitaire des internautes. C’est ainsi que la migration vers le commerce électronique a connu un regain fulgurant..

Lire aussi : #Mali : Amarap : 39 nouvelles sources de radiations ionisantes recensées

L’Agence malienne de radioprotection (Amarap) a recensé 39 nouvelles sources de radiations ionisantes, délivré 51 autorisations aux établissements utilisateurs de sources de radiations ionisantes, conduit 34 contrôles radiologiques dans les établissements concernés..

Lire aussi : #Mali : Inclusion sociale : 12 journalistes récompensés pour la promotion du genre

Le prix du meilleur reportage en presse en ligne a été attribué à Maimouna Sow du quotidien national, L’Essor pour sa production intitulée : «Implosion des foyers, la précarité en cause».

Lire aussi : #Mali : Micro finance : Kafo Jiginew lance son application Jiginew Tamana

L’union des caisses mutuelles d’épargne et de crédit du Mali, Kafo-Jiginew, a procédé hier, au Conseil national du patronat du Mali (CNPM) au lancement de sa plateforme digitale. L’application est issue de la modernisation de son système d’information et de gestion sous l’appellation .

Les articles de l'auteur

#Mali : Achat des titres publics de l’État sur le marché financier : La BMS-SA classée première

outes les banques font des efforts pour financer l’économie nationale, mais la palme d’or revient à la Banque malienne de solidarité (BMS-SA) qui contribue régulièrement et fortement à l’atteinte des objectifs de l’État malien sur le marché financier sous-régional..

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié jeudi 22 février 2024 à 09:17

#Mali : Productivité agricole : Les solutions innovantes

La productivité agricole dans de nombreux pays en développement, comme le nôtre, est souvent faible en raison d’un manque d’accès aux technologies. Le défi mobilise les communautés scientifiques et technologiques dans notre pays, où des jeunes se font remarquer par leur créativité.

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié jeudi 15 février 2024 à 09:19

#Mali : Le live tiktok booste les ventes en ligne

Internet en quelques années est passé d’une commodité de communication rédactionnelle à un usage plus utilitaire des internautes. C’est ainsi que la migration vers le commerce électronique a connu un regain fulgurant..

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:00

#Mali : Amarap : 39 nouvelles sources de radiations ionisantes recensées

L’Agence malienne de radioprotection (Amarap) a recensé 39 nouvelles sources de radiations ionisantes, délivré 51 autorisations aux établissements utilisateurs de sources de radiations ionisantes, conduit 34 contrôles radiologiques dans les établissements concernés..

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié jeudi 01 février 2024 à 08:14

#Mali : Inclusion sociale : 12 journalistes récompensés pour la promotion du genre

Le prix du meilleur reportage en presse en ligne a été attribué à Maimouna Sow du quotidien national, L’Essor pour sa production intitulée : «Implosion des foyers, la précarité en cause».

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié mardi 30 janvier 2024 à 09:14

#Mali : Micro finance : Kafo Jiginew lance son application Jiginew Tamana

L’union des caisses mutuelles d’épargne et de crédit du Mali, Kafo-Jiginew, a procédé hier, au Conseil national du patronat du Mali (CNPM) au lancement de sa plateforme digitale. L’application est issue de la modernisation de son système d’information et de gestion sous l’appellation de « Jiginew Tamana »..

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié vendredi 26 janvier 2024 à 07:45

#Mali : 5è congrès du Synabef : le secrétaire général Hamadoun Bah réélu pour un mandat de cinq ans

Le Syndicat national des banques, assurances, établissements financiers, microfinances, entreprises pétrolières et commerces du Mali (Synabef) a tenu hier au Centre international de conférences de Bamako (CICB), son 5è congrès ordinaire à l’issue duquel un nouveau bureau de 51 membres a été mis en place. Le secrétaire général sortant Hamadoun Bah a été réélu pour un mandat de cinq ans..

Par Fatoumata Mory SIDIBE


Publié jeudi 18 janvier 2024 à 07:50

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner