Région de Dioïla : l’Imam creuse seul la tombe de son épouse en guise de cadeau d’Adieu

Un imam qui décide de creuser seul la tombe de son épouse en guise de cadeau d’adieu : ce n’est pas une science-fiction, mais une histoire vraie qui s’est produite, il y a quelques semaines dans la Région de Dioïla.

Publié jeudi 12 mai 2022 à 08:19
Région de Dioïla : l’Imam creuse seul la tombe de son épouse en guise de cadeau d’Adieu

Issu d’une famille de marabouts, celui que nous désignons  sous les initiales de I. F réside à Bamako, depuis plusieurs décennies, et est imam dans une mosquée située sur la Rive droite du Niger.

Dans son quartier, I. F est respecté de tous. Les fidèles de sa mosquée, comme le reste de la population lui vouent une admiration profonde pour ses convictions religieuses et sa sagesse.

Contrairement à beaucoup d’autres imams, I. F connaît presque tous les fidèles de sa mosquée et participe à toutes les cérémonies sociales des siens (baptêmes, mariages, séances de lecture de Coran, décès…).

Dans sa mosquée, les fidèles consacrent le premier dimanche du mois au nettoyage du lieu de culte et I. F participe lui-même à cette opération.

«A Chaque fois que nous lui demandons de laisser les fidèles s’occuper de ce travail, il répète que nettoyer la mosquée fait partie des obligations de tout bon musulman», témoigne un habitant du quartier qui fréquente la mosquée de I. F depuis plus d’une décennie.

Pour revenir à notre histoire proprement dite, l’érudit a perdu sa deuxième épouse, il y a quelques semaines, après seize années de mariage.

Après la prière de «fadjiri», l’imam informe les fidèles de la triste nouvelle et annonce que les funérailles se dérouleront dans son village natal, situé à une centaine de kilomètres de Bamako.

Comme il fallait s’y attendre, beaucoup de fidèles décident d’effectuer le voyage pour accompagner la défunte à sa dernière demeure.

Arrivé au village, le corps sera déposé à la morgue, en attendant l’enterrement qui était prévu 24h plus tard. Mais, le lendemain matin, quand la famille et les voisins de l’imam sont venus au cimetière pour creuser la tombe, le gardien les informa que c’était déjà fait.

Aux nombreuses questions posées par ses interlocuteurs, le gardien du cimetière se contenta de répondre que la tombe de l’épouse du religieux a bien été creusée, avant de les conduire sur le lieu. Surpris et perplexes, les fossoyeurs retournèrent à la maison, avant de revenir, une heure plus tard, avec le corps.

Au moment même où les gens s’apprêtaient à mettre la défunte sous terre, le gardien du cimetière vint souffler à l’oreille de l’imam qui dirigeait la cérémonie qu’il souhaitait faire un témoignage.

 

TEMOIGNAGE EMOUVANT- A la demande de l’imam, l’inhumation fut interrompue, le temps pour le gardien du cimetière de faire son témoignage. «Je m’appelle Oumar (c’est le prénom que nous donnons à l’homme), je suis gardien de ce cimetière depuis plus d’une décennie, introduit l’homme.

Il s’est passé quelque chose ici, hier soir, que je n’avais jamais vu, ni entendu dans ma vie. Après la prière de «Safo», l’imam I. F que je connais bien, s’est présenté ici et m’a demandé de lui rendre un service.

Quel genre de service ai-je demandé ? Il répondit : je voudrais que vous ouvriez le cimetière pour me permettre de creuser la tombe de mon épouse. Je lui ai expliqué qu’il est interdit d’ouvrir le cimetière la nuit, mais il a insisté et m’a convaincu en révélant qu’il voulait creuser la tombe de sa défunte épouse, en guise de cadeau d’adieu.

Ma surprise a encore été plus grande quand I. F m’a dit que c’est parce qu’il voulait faire seul le travail qu’il a attendu la nuit pour se présenter au cimetière. Je lui ai donné le matériel, il a enlevé son grand boubou et s’est mis au travail.

J’ai tenté à plusieurs reprises de l’aider, mais il n’a jamais accepté. A Chaque fois il me répétait la même chose : j’ai décidé de faire ça seul pour dire adieu à mon épouse».

Le témoignage du gardien du cimetière a provoqué une vive émotion dans la foule et certains parents et proches de l’homme de foi n’ont pu retenir leurs larmes. Pourquoi l’imam a-t-il décidé de rendre cet hommage si particulier à sa défunte épouse avec laquelle il a eu 7 enfants ?

«Pour la remercier de son comportement exemplaire pendant seize ans de mariage», a discrètement confié l’imam à un de ses proches, ajoutant qu’il avait fait la même chose, un an plutôt lors du décès de sa première épouse.

Selon I. F, sa défunte épouse avait été admise au concours des enseignants des collectivités territoriales et avait même fini de constituer ses dossiers de prise de fonction.

Malheureusement, elle est décédée dans un hôpital de la capitale, suite à un malaise, donc avant sa prise de fonction. Comme le dit l’adage : «l’homme propose, Dieu dispose».

Soulemane Bobo TOUNKARA

Lire aussi : #Mali : Jeux olympiques 2024 : La boxeuse marine Fatoumata Camara sera au rendez-vous

Suite à sa belle prestation aux derniers championnats du monde de boxe, la Franco-Malienne a été invitée aux prochains J. O. par la commission tripartite du Comité international Olympique. La bonne nouvelle est tombée, hier en début d’après-midi.

Lire aussi : #Mali : Rebond: L’heure du déclic

Le limogeage du 29è sélectionneur des Aigles, éric Sékou Chelle peut permettre à notre football d’ouvrir un nouveau chapitre de son histoire. À condition que les décideurs fassent preuve de courage managérial et acceptent les changements qui s’imposent.

Lire aussi : #Mali : Escrime, coupe du président du CNOS-Mali : Deux finales de Gala

C’est rare pour être souligné. La finale masculine de la 12è édition de la Coupe du président du Comité national olympique et sportif (CNOS-Mali), Habib Sissoko qui a mis aux prises, Saliou Djiré et Kalilou Traoré a duré moins de 5 minutes, alors que le temps réglementaire pour un combat.

Lire aussi : #Mali : Coupe du monde 2026 : Le match Burkina Faso-Sierra Leone délocalisé à Bamako

Le match Burkina Faso-Sierre Leone, comptant pour la quatrième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2026, Zone Afrique aura pour cadre le stade du 26 Mars, lundi 10 juin. L’annonce a été faite la semaine dernière par un dirigeant sportif du Faso sur les antennes d’une radio étra.

Lire aussi : #Mali : Les Blancs rois de dame coupe

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : de 1961, date du lancement de la Coupe du Mali à cette année, le Stade malien a ateint la finale 32 fois pour 23 victoires (un record) et 9 défaites..

Lire aussi : # Mali : Football de catégorie d'âge : Le centre Djonsaba cherche samaritains

Depuis sa victoire en finale de la Coupe du Mali 2004 avec l'équipe féminine de l’AS Mandé, Zoumana Diawara a presque disparu des écrans de la planète foot. On devrait plutôt dire, des écrans du football féminin parce qu'en réalité, Zoumana Diawara n'a jamais abandonné sa passion pour l.

Les articles de l'auteur

#Mali : Jeux olympiques 2024 : La boxeuse marine Fatoumata Camara sera au rendez-vous

Suite à sa belle prestation aux derniers championnats du monde de boxe, la Franco-Malienne a été invitée aux prochains J. O. par la commission tripartite du Comité international Olympique. La bonne nouvelle est tombée, hier en début d’après-midi.

Par Soulemane Bobo TOUNKARA


Publié mercredi 19 juin 2024 à 16:40

#Mali : Rebond: L’heure du déclic

Le limogeage du 29è sélectionneur des Aigles, éric Sékou Chelle peut permettre à notre football d’ouvrir un nouveau chapitre de son histoire. À condition que les décideurs fassent preuve de courage managérial et acceptent les changements qui s’imposent.

Par Soulemane Bobo TOUNKARA


Publié mardi 18 juin 2024 à 15:16

#Mali : Escrime, coupe du président du CNOS-Mali : Deux finales de Gala

C’est rare pour être souligné. La finale masculine de la 12è édition de la Coupe du président du Comité national olympique et sportif (CNOS-Mali), Habib Sissoko qui a mis aux prises, Saliou Djiré et Kalilou Traoré a duré moins de 5 minutes, alors que le temps réglementaire pour un combat d’escrime est de 9 minutes (3 fois 3 minutes avec à chaque fois une minute de pause)..

Par Soulemane Bobo TOUNKARA


Publié lundi 10 juin 2024 à 09:14

#Mali : Coupe du monde 2026 : Le match Burkina Faso-Sierra Leone délocalisé à Bamako

Le match Burkina Faso-Sierre Leone, comptant pour la quatrième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2026, Zone Afrique aura pour cadre le stade du 26 Mars, lundi 10 juin. L’annonce a été faite la semaine dernière par un dirigeant sportif du Faso sur les antennes d’une radio étrangère..

Par Soulemane Bobo TOUNKARA


Publié lundi 03 juin 2024 à 18:03

#Mali : Les Blancs rois de dame coupe

Les chiffres parlent d'eux-mêmes : de 1961, date du lancement de la Coupe du Mali à cette année, le Stade malien a ateint la finale 32 fois pour 23 victoires (un record) et 9 défaites..

Par Soulemane Bobo TOUNKARA


Publié lundi 03 juin 2024 à 09:14

# Mali : Football de catégorie d'âge : Le centre Djonsaba cherche samaritains

Depuis sa victoire en finale de la Coupe du Mali 2004 avec l'équipe féminine de l’AS Mandé, Zoumana Diawara a presque disparu des écrans de la planète foot. On devrait plutôt dire, des écrans du football féminin parce qu'en réalité, Zoumana Diawara n'a jamais abandonné sa passion pour le ballon rond..

Par Soulemane Bobo TOUNKARA


Publié mercredi 29 mai 2024 à 17:56

#Mali : Coupe du président de la FeMaCrik : Le spectacle sur et en dehors du terrain

Les familles des déplacés de Kalaban-Coro Chicoro, singulièrement les enfants du camp, ont vécu une journée particulière, dimanche 26 mai à l’occasion de la finale de la 2è édition de la Coupe du président de la Fédération malienne de cricket (FeMaCrik)..

Par Soulemane Bobo TOUNKARA


Publié lundi 27 mai 2024 à 17:27

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner