Mali : Violences faites aux femmes : Le phénomène s’aggrave

Le District de Bamako vient en tête des localités les plus touchées avec 32% des cas de violences recensés par les services compétents. Il est suivi de Mopti (26%) et Gao/Ménaka (19%). Des efforts supplémentaires restent à consentir; surtout en matière d’instrument juridique national sur les VBG

Par

Publié vendredi 08 décembre 2023 à 07:47 , mis à jour vendredi 01 mars 2024 à 10:33
Mali : Violences faites aux femmes : Le phénomène s’aggrave

La campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles (VFF) intervient dans notre pays à une période où les souvenirs des cas d’agressions atroces chagrinent encore les cœurs. Ce qui est davantage inquiétant, c’est la tendance grandissante du phénomène. Le Programme national de lutte contre les violences basées sur le genre (PNVBG) indique que les VFF sont passées de 9.540 cas en 2021 à 14.264 l’année dernière. Sur lesquels 97% des survivantes sont des femmes, dont 36% de filles de moins de 18 ans. Sur ce nombre, indique le Système de gestion d’informations sur les VBG (GBVIMS), les viols représentent 39% contre 17% d’agressions sexuelles. Les régions les plus touchées sont le District de Bamako (32%), Mopti (26%) et Gao/Ménaka (19%).

Celle que l’on surnomme M.S se rétablit petit à petit depuis que son époux l’a amputée de ses deux bras avec une machette en octobre dernier, suite à une dispute à Torokorobougou en Commune V du District de Bamako. Selon une source au Centre hospitalier universitaire (CHU) Gabriel Touré, la victime a regagné, le 24 novembre dernier, son domicile dans un quartier de la Commune IV. Elle continue de suivre les soins à domicile, affirme notre source. La trentenaire est privée pour le reste de sa vie de ses membres supérieurs.  «Alhamdoulillah, je vais mieux aujourd’hui, je tiens à remercier la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Coulibaly Mariam Maïga et ses collègues pour leur visite et leur accompagnement quand j’étais hospitalisée à l’hôpital Gabriel Touré», se réjouit-elle, avant d’inviter les filles à choisir avec beaucoup de précautions leur époux.

Devenue handicapée à vie, M.S demande aux mamans d’éviter d’encourager leurs filles de rester chez un conjoint violent, sous prétexte que le mariage est sacré. La survivante dit avoir abandonné à maintes reprises son foyer conjugal à cause des coups fréquents de son mari. Chaque fois, dit M.S, sa mère la conseillait de regagner son foyer pour sauver son mariage. «Aujourd’hui, je me retrouve avec deux bras amputés, parce qu’on me disait tout le temps que le mariage est sacré», s’attriste la trentenaire.

Selon une source au département en charge de la Promotion de la Femme, le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga a promis de recevoir en audience la survivante dès sa sortie de l’hôpital. Le chef du gouvernement a également décidé d’offrir des prothèses à la survivante. Ces décisions ont été prises en marge des activités de la Campagne des 16 jours d’activisme contre les VFF, lancée le samedi 25 novembre. Le thème national retenu pour l’édition 2023 s’intitule : « Rôle et responsabilité des femmes dans la lutte contre les violences faites aux femmes et filles en période électorale.»

Quant à Mariam, la trentaine, elle a failli perdre la vie après avoir reçu une balle dans la cuisse gauche. Son bourreau était à l’époque son époux. Elle dit avoir accepté de supporter les violences de ce dernier, policier de profession, durant environ quatre ans, espérant qu’il allait changer. Peine perdue. Ce dernier fera pire le 23 novembre 2022 à Kalaban Coura (Garantiguibougou) en Commune V du District de Bamako. Il aurait tiré dans la cuisse gauche de sa conjointe quand celle-ci a refusé de lui donner son téléphone. «Je naviguais sur Internet afin de ne pas m’endormir et rater mon voyage programmé. Entre temps, il rangeait ses affaires après son retour à la maison vers 3 heures du matin. Il m’a ordonné de lui remettre mon téléphone pensant que je le filmais. J’ai refusé en lui disant que le téléphone est personnel», se souvient la trentenaire qui dénonce un époux infidèle.

Selon Mariam, cet ancien conjoint l’aurait menacée de mort pour qu’elle quitte son foyer. Lors de notre rencontre, la rescapée portait encore les cicatrices de balle. Il lui a fallu une dizaine de séances psychothérapeutiques pour oublier cette aventure traumatisante. «Mon bourreau a été emprisonné pour son acte. Après cet incident, j’avais très peur des hommes. Grâce au conseil d’un psychologue, je vais mieux. Je me suis remariée en juin dernier. Tout se passe bien avec lui», confie-t-elle. 

 

GROSSESSE NON DÉSIRÉE- La travailleuse domestique S.D est une victime de grossesse non désirée. «Je suis venue à Bamako, il y a deux ans pour exécuter les travaux domestiques moyennant une rémunération. Un jeune homme du quartier qui avait promis de m’épouser m’a enceintée», raconte la jeune fille de 18 ans, ajoutant que l’auteur de la grossesse voulait refuser de reconnaître ses faits. «Nos parents nous envoient en ville pour qu’on gagne de l’argent. Nous sommes les proies de certains hommes qui nous donnent l’espoir qu’ils vont nous épouser alors qu’ils veulent nous exploiter sexuellement», explique celle que l’employeur mettra à la porte à cause de sa grossesse. Pendant cette période d’oisiveté, elle dit avoir vécu l’enfer. «Je n’avais jamais imaginé que j’aurai une solution à mon problème. Ça a été pour moi un paradis d’avoir rencontré le Bureau national catholique de l’enfance (BNCE), grâce à l’aide d’une amie du village. Il a permis à l’auteur de ma grossesse d’assumer les responsabilités de son acte», apprécie la ressortissante de la Région de Koutiala.

Dans la cour du BNCE à Faladié Sema en Commune VI, le calme règne aux environs de 11 heures ce mercredi. Dans une salle, des filles suivent des cours de grammaire. Ces apprenantes se composent, pour la plupart, des travailleuses domestiques qui ont été victimes d’agression sexuelle, grossesse non désirées et conflits avec leurs patronnes à Bamako et environs. L’éducateur social du BNCE explique que l’organisation a pour missions d’œuvrer pour la promotion et la protection du droit des enfants. Mahamadou Samaké précise que le Bureau accueille uniquement les filles âgées de 12 à 24 ans.

Ses antennes existent dans les Régions de Sikasso, Ségou, Tombouctou et Mopti. «Nous travaillons sur un projet sur la promotion des droits et protection des filles travailleuses domestiques. Nous avons des acteurs communautaires en contact avec les grandes logeuses qui nous réfèrent les filles en situation difficile», indique-t-il, ajoutant que leur travail consiste notamment en ce qui concerne les cas de grossesse, à la prise en charge, les recherches de famille, les suivis depuis le début jusqu’à l’accouchement.

 L’éducateur social poursuit que son organisation fait des réunifications et la médiation pour celles qui sont en conflit avec leurs familles respectives. Il déclare que son service réclame également les salaires des filles travailleuses domestiques aux employeurs qui refusent de payer. «La résolution de ce problème aboutit toujours, puisque nous travaillons avec les commissariats du District de Bamako et la Brigade des mœurs», laisse-t-il entendre. Actuellement, précise-t-il, le centre compte sept filles et celles qui viennent couramment ont un âge compris entre 14 à 19 ans.

Selon la directrice du PNVGB, Dr Keïta Fadima Tall, des efforts supplémentaires restent à consentir; surtout en matière d’instrument juridique national sur les VBG, en mettant en relief nos valeurs sociétales positives. Elle invite la population à prendre davantage de précautions quant au choix de leurs (époux-épouses), car très souvent, dit-t-elle, les apparences trompent. Le cadre juridique par rapport aux VBG est en cours de renforcement. Le ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, Mahamadou Kassogué avait affirmé en octobre dernier que des textes ont été élaborés et qu’ils étaient dans le circuit d’approbation. Combien de temps devrons-nous attendre encore pour leur adoption ? Ce qui est sûr, le besoin de les mettre en vigueur se pose de façon urgente.

Djeneba BAGAYOGO

Lire aussi : #Mali : Championnat national de foot féminin : Le bon départ de l’AS Police

Les Policières ont créé la sensation en première journée, en infligeant un cinglant 3-0 au Réal. Les Amazones de la Commune V ont également frappé fort face à l’Entente sportive de Sirakoro Mèguètana (6-1), alors que l’AS Mandé, tenante du titre, a dominé 2-0 l’AS Momo de Sikasso.

Lire aussi : Coupe du Mali : Place aux 16è de finale

Les choses sérieuses commencent en Coupe du Mali avec les 16è de finale. Au total, 16 matches sont prévus ce week-end à travers le pays..

Lire aussi : #Mali : Nos expatriés : Fily Traoré voit le mali à la prochaine coupe du monde

Dans cette interview, l’ex-sociétaire du COB, transféré en 2020 au TP Mazembe, parle de son club et de ses objectifs cette année, revient sur la CAN Côte d’Ivoire 2023, notamment l’élimination des Aigles en quarts de finale et se projette sur les éliminatoires du Mondial 2026.

Lire aussi : #Mali : France : Ibrahim Sissoko porte Saint-Étienne

Et de 10 pour Ibrahim Sissoko. L’attaquant malien a marqué le but de la victoire de l’AS Saint Étienne face à Annecy, samedi 24 février lors de la 26è journée de la Ligue 2 française..

Lire aussi : Championnat national de foot féminin : 12 équipes sur la ligne de départ

La compétition démarre aujourd’hui et la première journée sera marquée par deux chocs : Super Lionnes-Usfas et AS Police-Réal. Quant à l’AS Mandé, championne sortante, elle affrontera l’AS Momo de Sikasso.

Lire aussi : Jeux africains : Rokiatou Fofana représentera l’arbitrage malien

La jeune arbitre Rokiatou Fofana a été sélectionnée par la Confédération africaine de football (CAF) pour officier pendant les Jeux africains qui se dérouleront au Ghana du 8 au 23 mars..

Les articles de l'auteur

#Mali : Championnat national de foot féminin : Le bon départ de l’AS Police

Les Policières ont créé la sensation en première journée, en infligeant un cinglant 3-0 au Réal. Les Amazones de la Commune V ont également frappé fort face à l’Entente sportive de Sirakoro Mèguètana (6-1), alors que l’AS Mandé, tenante du titre, a dominé 2-0 l’AS Momo de Sikasso.

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:18

Coupe du Mali : Place aux 16è de finale

Les choses sérieuses commencent en Coupe du Mali avec les 16è de finale. Au total, 16 matches sont prévus ce week-end à travers le pays..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:15

#Mali : Nos expatriés : Fily Traoré voit le mali à la prochaine coupe du monde

Dans cette interview, l’ex-sociétaire du COB, transféré en 2020 au TP Mazembe, parle de son club et de ses objectifs cette année, revient sur la CAN Côte d’Ivoire 2023, notamment l’élimination des Aigles en quarts de finale et se projette sur les éliminatoires du Mondial 2026.

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié jeudi 29 février 2024 à 08:49

#Mali : France : Ibrahim Sissoko porte Saint-Étienne

Et de 10 pour Ibrahim Sissoko. L’attaquant malien a marqué le but de la victoire de l’AS Saint Étienne face à Annecy, samedi 24 février lors de la 26è journée de la Ligue 2 française..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié jeudi 29 février 2024 à 08:45

Championnat national de foot féminin : 12 équipes sur la ligne de départ

La compétition démarre aujourd’hui et la première journée sera marquée par deux chocs : Super Lionnes-Usfas et AS Police-Réal. Quant à l’AS Mandé, championne sortante, elle affrontera l’AS Momo de Sikasso.

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mercredi 28 février 2024 à 08:54

Jeux africains : Rokiatou Fofana représentera l’arbitrage malien

La jeune arbitre Rokiatou Fofana a été sélectionnée par la Confédération africaine de football (CAF) pour officier pendant les Jeux africains qui se dérouleront au Ghana du 8 au 23 mars..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mercredi 28 février 2024 à 08:48

#Mali : Salon des sports du Mali : Le pari gagné du comité de pilotage

Une trentaine de fédérations, d’équipementiers, de boutiques de sport et d’associations sportives ont participé à la 5è édition du Salon des sports du Mali (SASMA) qui s’est déroulée du 23 au 25 février au Palais des sports Salamatou Maïga..

Par Djeneba BAGAYOGO


Publié mardi 27 février 2024 à 08:54

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner