Faits divers, Bagadadji : La prison pour le récidiviste

La bande a planifié et exécuté nuitamment avec succès une opération en pleine rue. L’auteur principal, un récidiviste, a été coincé sur place avant d’être remis de nouveau à la police

Publié lundi 29 mai 2023 à 07:59 , mis à jour jeudi 30 mai 2024 à 12:55
Faits divers,  Bagadadji : La prison pour le récidiviste

La ville de Bamako et ses environs grouillent de bandits de tout acabit. Certains évoluent en bande, alors que d’autres opèrent en solitaire. Mais quoi qu’il en soit, tous visent le même but : déposséder les citoyens de leurs biens et disparaître sans être inquiétés. C’est ce qui explique le fait que ces individus mal intentionnés changent de méthode et de stratégie, selon qu’ils (les malfrats) opèrent en solitaire ou en groupe.

Attentes non comblées- Il s’agit d’un groupe de jeunes de Bagadadji, quartier populaire de la Commune II du District de Bamako. L’un de ses membres, SD vient d’être récemment pris la main dans le sac par une foule en colère. Le jeune homme a été par la suite remis aux éléments du commissaire divisionnaire, Amadou I Balobo Maïga, en charge du commissariat de police de Quinzambougou. Le bandit et ses complices avaient agressé un couple et lui avaient pris sa sacoche contenant une somme d’argent. Malheureusement, leurs attentes n’ont pas été comblées, car ils pensaient trouver dans le sac de la dame une somme plus importante.

Selon nos sources, SD fait partie d’un groupe de jeunes vagabonds qui évoluent à Bagadadji et les quartiers environnants en Commune II du District de Bamako. Dans la commission de leurs actes, ces jeunes gens ont une stratégie simple, mais efficace pour se faire de l’argent, lorsque la chance leur souri.

Très régulièrement, et nuitamment, ils descendent dans la rue à la recherche de potentielles victimes. S’il arrive que leur chemin croise celui d’un passant avec un sac à main ou une sacoche en bandoulière, ils l’attaquent et lui arrachent son bien avant de disparaître dans une rue de ce quartier qu’ils connaissent sur le bout des doigts.

C’était le cas présent, lorsque ce couple s’est hasardé à descendre dans la rue aux environs de 22 heures à la recherche d’une quelconque nourriture. Un creux dans l’estomac les avait obligé à quitter le confort de leur salon pour se retrouver dans la rue à la recherche de quoi se mettre sous la dent, avant d’aller au lit.

Pendant que l’homme et sa compagne marchaient côte à côte dans la rue, bras dessus, bras dessous, leur chemin a croisé celui de SD. Celui-ci avait déjà remarqué que l’homme que nous désignons par les initiales MD, portait une sacoche en bandoulière.

Une fois qu’il a vu cela, le malfrat était convaincu que cet homme avait de l’argent. Il a attendu le bon moment pour l’attaquer. C’est ainsi que, lorsque le couple lui a fait dos, sans hésiter, le bandit a surpris par derrière la dame. Très violemment, il l’a saisi par la gorge comme s’il voulait l’étrangler.  L’agresseur a agi avec une telle force que sa victime n’avait plus aucun moyen de se défendre pour s’extraire de ses griffes.

Pratiquement à bout de souffle- Dans le feu de l’action, pendant qu’il était en train de serrer de toute sa force la gorge de l’homme, ses complices, qui étaient tapis dans l’obscurité sont rapidement sortis pour finir le travail. Ils ont arraché la sacoche de leur victime et se sont enfuis dans une rue adjacente.

Dans leur stratégie, il est prévu que le principal auteur des faits rejoigne le reste de la bande plus tard pour le partage du gâteau. Lorsqu’il a compris que l’opération est terminée, S.D a laissé sa victime sur le sol. Quasiment à bout de souffle, cette dernière a mis ses dernières énergies pour s’agripper à la chemise du bandit, afin de le maîtriser. Il y est parvenu non pas sans difficulté.

Puis, il a crié de toute la force de ses cordes vocales pour alerter le voisinage. C’est ainsi que des passants l’ont secouru et l‘ont aidé à maîtriser le malfrat sur place. Dans la foulée, les plus durs de la foule, chauffée à blanc, voulaient que le jeune homme soit brûlé vif. Mais heureusement, le malfrat est sauvé de justesse, lorsque certains ont jugé nécessaire qu’il soit remis aux policiers qui se chargeront de la suite. C’est ce qui a été fait au grand bonheur de S.D.

Entre-temps, ces personnes ont pris contact avec les limiers pour les informer de ce qui était en train de se passer à Bagadadji. Dans les minutes suivantes, le garçon qui avait passé un sale quart d’heure, est très rapidement extrait des mains de ses bourreaux et conduit au commissariat de police.

Là, il a été auditionné et a, sans ambages, reconnu les faits. Quant à la victime, elle a déposé une plainte contre X pour agression et vol. Elle a déclaré qu’elle avait 80.000 Fcfa dans sa sacoche que les complices du malfrat lui avaient arrachée durant leur opération. 

À la suite des enquêtes policières, il a été formellement établi que le garçon est un récidiviste notoire qui venait de passer six mois derrière les barreaux, avant de retrouver l’air libre très récemment. Les preuves étaient suffisantes pour le faire retourner de nouveau derrière les barreaux. Son dossier a été diligenté pour le renvoyer au tribunal de grande instance de la Commune II du District de Bamako.     

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Lire aussi : #Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Les accusés retournent à la maison

Inculpés d’infractions criminelles, ils se sont défendus bec et ongles pour échapper à la rigueur de la loi. Le salut est finalement venu de la légèreté de leurs dossiers.

Lire aussi : #Mali : Pèlerinage 2024 : Le chronogramme des départs pour la Mecque

Chaque pèlerin doit passer 6 à 8 jours à Médine avant d’aller à La Mecque. D’après les plans, la majorité de nos pèlerins iront par vols directs à Médine.

Lire aussi : #Mali : District de Bamako : Des dealers internationaux aux arrêts

Quatre dealers s’apprêtaient à embarquer avec une importante quantité de drogue pour un pays voisin. Le voyage est reporté sine die.

Lire aussi : #Mali : Kati-Sananfara : «RASTA» tombe au cimetière

À cause de l’appât du gain facile, il avait quasiment tout dans son viseur. Son opération contre la construction du cimetière a été la dernière pour lui.

Les articles de l'auteur

#Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 27 mai 2024 à 17:18

#Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:40

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Les accusés retournent à la maison

Inculpés d’infractions criminelles, ils se sont défendus bec et ongles pour échapper à la rigueur de la loi. Le salut est finalement venu de la légèreté de leurs dossiers.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:09

#Mali : Pèlerinage 2024 : Le chronogramme des départs pour la Mecque

Chaque pèlerin doit passer 6 à 8 jours à Médine avant d’aller à La Mecque. D’après les plans, la majorité de nos pèlerins iront par vols directs à Médine.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 21 mai 2024 à 19:14

#Mali : District de Bamako : Des dealers internationaux aux arrêts

Quatre dealers s’apprêtaient à embarquer avec une importante quantité de drogue pour un pays voisin. Le voyage est reporté sine die.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 21 mai 2024 à 18:51

#Mali : Kati-Sananfara : «RASTA» tombe au cimetière

À cause de l’appât du gain facile, il avait quasiment tout dans son viseur. Son opération contre la construction du cimetière a été la dernière pour lui.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 14 mai 2024 à 18:26

#Mali : Santé de la reproduction : Plaidoyer pour la mobilisation des ressources

Mobiliser les ressources, les partenaires techniques et financiers et les autres parties prenantes pour soutenir la mise en œuvre du plan Page Mali d’intégration des services de planification familiale post-partum (PFPP)/Santé de la reproduction maternelle, néonatale et infantile (SRMNI)/Nutrition : tel était l’objectif de la table ronde organisée, jeudi dernier dans un hôtel de la place, par l’Office national de la santé de la reproduction (Onasr)..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié dimanche 12 mai 2024 à 16:56

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner