Groupe scolaire franco-arabe de Banankabougou : SOS pour une réhabilitation

Les enfants apprennent dans des conditions dangereuses pour leur sécurité

Publié mercredi 19 janvier 2022 à 08:36
Groupe scolaire franco-arabe de Banankabougou : SOS pour une réhabilitation

Nous ne sommes nullement animés par un quelconque esprit de jeter de la pierre dans le jardin de qui que ce soit. Mais l’état de dégradation avancée du Groupe scolaire public «Franco-arabe» de Banankabougou requiert une action de rénovation. Tout visiteur qui s’y rend s’indigne parce que tellement la situation paraît surréaliste de voir un établissement d’enseignement dans un piteux état.

Aujourd’hui, la bonne question n’est pas d’interpeller qui que ce soit, mais d’inciter tous à l’action pour aider l’établissement à enlever une épine du pied et permettre aux élèves de cette école d’apprendre dans de meilleures conditions et aux enseignants de l’établissement de dispenser leurs cours, sans ruminer cet état de détérioration des classes.

Il suffit d’y faire un tour pour constater. Un décor sinistre, des salles de classe, des bureaux aux toitures trouées et qui laissent transparaître des rayons de l’astre lumineux (le soleil). Des élèves assis à même le sol pour insuffisance de tables-bancs, une cour insalubre. Le visiteur n’est pas au bout de sa surprise parce qu’il peut aussi constater l’absence de robinet ou de forage. Un autre souci majeur de l’établissement demeure le manque de bibliothèque scolaire. Cet état de fait oblige les pédagogues à payer de la documentation pour pouvoir dispenser leurs matières.

 Les responsables de cette école publique franco-arabe ont saisi le ministère de l’éducation nationale, à travers le Centre d’animation pédagogique (Cap) de Banankabougou, à travers plusieurs correspondances en vue d’inscrire leur établissement dans le programme de réhabilitation de 2000 classes des écoles publiques à l’initiative du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta. Cette doléance, selon eux, est restée sans suite jusqu’à nos jours.

La directrice du 1er cycle Mme Diawara Fanta D. Diabaté a été contrainte d’abandonner son bureau pour cause de dégradation avancée des toitures. Elle a rappelé d’autres doléances relatives à l’érection de l’établissement en centre d’examen et la prise en charge intégrale du gardien des lieux, c’est-à-dire de l’école par la tutelle.

Quant à sa collègue du second cycle Mme Diallo Djènèba Traoré, elle a particulièrement insisté sur le besoin crucial de réhabilitation du Groupe scolaire, avant de confirmer l’absence de bibliothèque scolaire dans l’établissement qu’elle juge incompréhensible. Les pédagogues de cette école estiment être lésés et laissés pour compte. C’est une discrimination expriment-ils à qui veut les entendre. Or, l’une des recommandations des Assises nationales de la refondation (ANR) porte sur la gestion de l’école et dans le cadre de la refondation d’un Mali nouveau «Mali-Koura». Si on intègre ce contexte, le relooking de l’établissement se fait ardemment désirer.

Toutes les structures œuvrant dans le domaine de l’éducation et les Associations sont toutes les bienvenues pour la rénovation de l’école. Le directeur du Cap de Banankabougou, Aly Diarra, reconnaît la nécessité voire l’urgence de prendre le problème à bras le corps. Il expliquera clairement que d’autres établissements scolaires se trouvent dans le même cas au niveau de son Cap.

Situé en face du lycée «Ibrahima Ly», le Groupe scolaire public «Franco-arabe» de Banankabougou a été créé en 1996. Il est bâti sur une superficie d’un hectare. Le 1er cycle accueille 602 élèves, y compris 228 filles pour 12 enseignants. Parmi eux, 3 sont arabophones. Quant au second cycle, il compte 264 élèves, y compris 142 filles, encadrés par 21 pédagogues. Le français représente 60% contre 40% d’arabe.

Sidi WAGUE

Lire aussi : #Mali : Académie malienne des langues : Sentinelle de nos langues nationales

Grâce au travail technique de l’Amalan, notre pays dispose d’alphabets, des règles de transcription, de lexiques, de grammaire de références pour 12 de nos 13 langues nationales.

Lire aussi : #Mali : Examen du DEF : C’est le grand calme dans les centres d’examen

Les épreuves du Diplôme d’études fondamentales (DEF) se sont poursuivies, hier, dans les différents centres d’examen à Bamako. Les candidats ont composé dans différentes matières, notamment les mathématiques et la biologie..

Lire aussi : #Mali : Examen du DEF : 349.080 candidats inscrits cette année

Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a lancé hier les épreuves de cet examen de fin d’année. Le chef du gouvernement a conseillé aux postulants d’accomplir des efforts personnels et de ne compter que sur eux-mêmes.

Lire aussi : #Mali : Examens de fin d’année scolaire : Le ministre Amadou Sy Savané donne le top départ du cap

Cette année, ils sont 22.094 candidats à vouloir obtenir le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP). Ces postulants sont repartis entre 20 Académies et 144 centres d’examen à travers le pays.

Lire aussi : #Mali : Examens de fin d’année scolaire : L’heure des préparatifs

Dans les différents établissements scolaires, les candidats se préparent du mieux qu’ils peuvent. Certains postulants s’exercent en petits groupes, d’autres suivent des cours de remédiation dispensés bénévolement par des enseignants.

Lire aussi : #Mali : Examen du DEF : C’est parti pour les épreuves anticipées

Le ministre de l’Éducation nationale, Dr Amadou Sy Savané, a donné, vendredi dernier au stade municipal de Djélibougou, le coup d’envoi des épreuves anticipées du Diplôme d’études fondamentales (DEF)..

Les articles de l'auteur

#Mali : Académie malienne des langues : Sentinelle de nos langues nationales

Grâce au travail technique de l’Amalan, notre pays dispose d’alphabets, des règles de transcription, de lexiques, de grammaire de références pour 12 de nos 13 langues nationales.

Par Sidi WAGUE


Publié mardi 11 juin 2024 à 17:59

#Mali : Examen du DEF : C’est le grand calme dans les centres d’examen

Les épreuves du Diplôme d’études fondamentales (DEF) se sont poursuivies, hier, dans les différents centres d’examen à Bamako. Les candidats ont composé dans différentes matières, notamment les mathématiques et la biologie..

Par Sidi WAGUE


Publié mardi 04 juin 2024 à 17:51

#Mali : Examen du DEF : 349.080 candidats inscrits cette année

Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a lancé hier les épreuves de cet examen de fin d’année. Le chef du gouvernement a conseillé aux postulants d’accomplir des efforts personnels et de ne compter que sur eux-mêmes.

Par Sidi WAGUE


Publié lundi 03 juin 2024 à 19:24

#Mali : Examens de fin d’année scolaire : Le ministre Amadou Sy Savané donne le top départ du cap

Cette année, ils sont 22.094 candidats à vouloir obtenir le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP). Ces postulants sont repartis entre 20 Académies et 144 centres d’examen à travers le pays.

Par Sidi WAGUE


Publié lundi 27 mai 2024 à 18:45

#Mali : Examens de fin d’année scolaire : L’heure des préparatifs

Dans les différents établissements scolaires, les candidats se préparent du mieux qu’ils peuvent. Certains postulants s’exercent en petits groupes, d’autres suivent des cours de remédiation dispensés bénévolement par des enseignants.

Par Sidi WAGUE


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:27

#Mali : Examen du DEF : C’est parti pour les épreuves anticipées

Le ministre de l’Éducation nationale, Dr Amadou Sy Savané, a donné, vendredi dernier au stade municipal de Djélibougou, le coup d’envoi des épreuves anticipées du Diplôme d’études fondamentales (DEF)..

Par Sidi WAGUE


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:26

Dialogue inter-Maliens : Les syndicats édifiés

En prélude à la phase nationale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale, les membres du comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens ont rencontré, mercredi dernier au Centre international de conférences (CICB), les responsables des centrales syndicales et des syndicats de l’éducation..

Par Sidi WAGUE


Publié vendredi 05 avril 2024 à 09:01

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner