#Mali : Symboles d’identité nationale : Comment mettre de l’ordre dans leur utilisation ?

Le gouvernement a choisi d’organiser une semaine d’activités pour sensibiliser les citoyens en vue d’une meilleure connaissance et d’une harmonisation dans l’usage des sceaux, armoiries et autres symboles de l’État

Publié mardi 05 mars 2024 à 08:01
#Mali : Symboles d’identité nationale : Comment  mettre de l’ordre dans leur utilisation ?

«Le Drapeau, l’hymne national, la devise, les armoiries et le sceau » sont des marques distinctives qui caractérisent la souveraineté de notre pays. Pour exister dans le concert des nations, chaque pays a ses symboles qui l’identifient et le distinguent. Mais aussi qui deviennent les fondements de l’identité nationale et le sentiment d’appartenance animant chaque citoyen.


S’agissant de notre pays, la situation d’atteinte continue aux règles de gestion de la symbolique étatique est répétée. Un laisser-aller persiste dans ce domaine, où la confection semble légalisée, par le fait que certains symboles de l’État comme le drapeau ou les sceaux officiels, sont confectionnés par des personnes sans autorisation, au vu et au su de tous.

Les autorités de la Transition, depuis la rectification de la Transition, aspirent à une refondation de l’État sur tous les plans. Cette refondation impose également un recadrage de l’emploi des symboles d’identité nationale intégrant la dimension langue, afin de bannir leur utilisation anarchique et leur violation.


Pour la toute première fois dans l’histoire de la justice malienne, une semaine est dédiée à l’harmonisation et l’utilisation des symboles de l’État qui se tiendra du 11 au 17 mars sur toute l’étendue du territoire national. Cela, pour informer, éduquer et sensibiliser la collectivité nationale sur le sens, la portée, l’appropriation des symboles de l’État et leur inviolabilité. Cette Semaine a pour objectif de faire prendre conscience à tous les citoyens, mandataires comme administrés, de la nécessité de bien connaitre et de respecter ces symboles en évitant les confusions qui les dénaturent, pour en saisir le sens, les valeurs incarnées et les conséquents effets de droit.

L’exercice inclut des sessions institutionnelles et gouvernementales et une campagne de communication civique intensive. Les rencontres avec les cibles permettront de consigner le travail du comité d’organisation de la semaine avec de judicieuses recommandations pour la réglementation, mais aussi pour la compréhension du public et la discipline citoyenne. Il est également prévu des séances d’explications avec le monde universitaire, les écoles, des démonstrations, des visites de stands et autres.

Selon le président du comité d’organisation de la Semaine et directeur national des affaires judiciaires et du sceau (DNAJS), les sceaux et les armoiries, symboles de l’État par excellence, sont régis respectivement par les lois n°07-017 et 07-018 du 26 février 2007 et le décret n°07-213/P-RM du 30 juin 2007 fixant les modalités de reproduction des armoiries et d’impression du sceau de l’État, des autres sceaux officiels, timbres secs sous forme de presse et cachets. Le ministre de la Justice, traditionnellement Garde des Sceaux, à travers la DNAJS, en assure également la gestion et le contrôle de conformité.

 

CARACTÈRE D’AUTHENTICITE- Mohamed Maouloud Nadjim définit le sceau de l’État comme une marque ou une empreinte destinée à donner un caractère d’authenticité à un acte émanant d’une autorité habilitée. Quant aux armoiries de la République, ce sont essentiellement des marques distinctives et caractéristiques de la souveraineté de l’État.

Le premier responsable de la DNAJS explique que les armoiries de l’État du Mali sont de forme circulaire. Sur fond bleu, elles portent : au centre la mosquée de Djenné, en gris argile ; au-dessus de la mosquée, le vautour légendaire en vol plané, en gris foncé. Au-dessous, le soleil levant en jaune or ; devant le soleil, deux arcs opposés tendus par leurs flèches en noir. Sur le pourtour, en haut “République du Mali”, en bas “Un Peuple -Un But- Une Foi”, le tout en lettres d’imprimerie noires.

Selon notre interlocuteur, chacun de ces symboles véhicule une valeur : le vautour ou “Douga” incarne, au sens de notre mythologie, le Dieu de la guerre qui symbolise la vigilance, la sagesse et la pérennité. La Mosquée de Djenné évoque le souvenir historique de notre passé riche de sa culture et de ses connaissances. Les deux arcs tendus et opposés représentent les armes de guerre et de chasse de nos ancêtres qui traduisent leur bravoure et leur courage. Le soleil levant rappelle le passé glorieux de l’Empire du Mali. Ce soleil qui pointe, illumine le renouveau patriotique providentiel de ses rayons dorés, vivifiants, comme l’or de Bouré et de Bambouck, symbole de l’énergie du Mali éternel.

Le président du comité d’organisation de la Semaine ajoute que le sceau de l’État qui incarne la souveraineté de l’État, a été conçu sous forme circulaire et porte : au centre, un lion débout, entouré d’un épi de mil, d’un épi de riz et d’une tête de bœuf. Sur le pourtour, au-dessus de la légende est écrite : “République du Mali” ; au-dessous, la devise : “Un Peuple-Un But-Une Foi”.

En outre, Mohamed Maouloud Nadjim indique que les éléments caractéristiques du sceau de l’État ainsi rappelés sont porteurs de sens et de valeur : le lion débout, animal considéré comme le roi des animaux, symbolise la force et la noblesse qui ont toujours fasciné les hommes. L’épi de mil et l’épi de riz sont représentatifs des céréales qui constituent la base de l’alimentation de nos populations. La tête de bœuf symbolise l’élevage qui occupe également une bonne partie de nos populations. 

 

SENS DU PATRIOTISME- Cependant, pour une meilleure compréhension de ces symboles de la République par les populations, dans le but de développer le sens du patriotisme indispensable pour la construction du « Mali Kura », le patron de la DNAJS préconise qu’un vaste chantier de vulgarisation et d’appropriation des symboles de la République et leur contenu doit être ouvert. Cela, principalement, à l’adresse de la jeunesse, des légitimités traditionnelles et des agents publics et parapublics de l’État.

En effet, Mohamed Maouloud Nadjim estime que l’incivisme et la banalisation de la chose publique ont atteint aujourd’hui des limites extrêmes et tous les secteurs de la vie en sont affectés.

Aussi, plaide-t-il, il est indispensable d’instituer l’éducation civique dans tous les milieux scolaires et universitaires ; de réhabiliter le service militaire ; moraliser la confection et l’usage des sceaux et armoiries conformément au décret n°07-213/P-RM du 30 juin 2007 fixant les modalités de reproduction des armoiries et d’impression du sceau de l’État, des autres sceaux officiels, timbres secs sous forme de presse et cachets.


Il préconise également de mener une vaste campagne de formation, d’information et de sensibilisation à l’échelle nationale sur les symboles de la République. Sévir conformément à la loi, contre tous ceux qui travestissent ou profanent les symboles de la République. Et aussi, de réorganiser et d’équiper les structures en charge du contrôle de conformité des sceaux et armoiries de l’État. La DNAJS, en charge du contrôle de conformité des sceaux et armoiries de l’État, sous l’autorité du ministre de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux, doit pouvoir jouer son rôle afin de réhabiliter les sceaux et les armoiries et s’inscrire dans les objectifs de la refondation.  

Le premier responsable de la DNAJS estime qu’en instituant la montée des couleurs nationales tous les premiers lundis du mois dans les services publics et parapublics du pays, le chef de l’Etat entend marquer cette période charnière que traverse le pays en agissant sur la fibre patriotique qui sous-tend la nécessité d’un sursaut national.


C’est en même temps, l’occasion de retenir l’attention des Maliens sur la nécessité de connaitre et de respecter les couleurs nationales qui sont chargées de sens et de symboles et qui méritent respect et considération en toutes circonstances. Cette mesure mérite d’être étendue partout où se trouve une autorité qui incarne l’État, a-t-il suggéré. À force de pédagogie par la répétition de ce cérémonial, les Maliens sauront de plus en plus ce qu’incarnent les couleurs nationales.

Pour cette raison, l’on doit s’interroger sur l’usage abusif qui est fait du drapeau que certains arborent insolemment sur des véhicules non immatriculés alors même qu’ils sont en porte-à-faux avec la loi. Le président du comité d’organisation de la Semaine rappelle que le drapeau national, symbole de l’État a été adopté suivant la loi n° 61-26 du 20 janvier 1961. Il est composé de trois bandes verticales égales, de couleur vert, or et rouge.      

À travers cette Semaine, le département de la Justice entend mettre fin à l’utilisation, au port et à la confection inappropriée des symboles de l’État. Et aussi, une meilleure compréhension de ces marques distinctives de l’État. 

Mariétou KOITE

Lire aussi : #Mali : Gouvernance dans les régions du Centre et du Nord : un rapport pour améliorer la cohésion sociale

Le consortium Institut malien de recherche action pour la paix (Imrap) et Accountability Lab -Mali a publié, hier, son rapport intitulé : «Vers une gouvernance locale plus inclusive dans les régions du Centre et du Nord du Mali : défis et opportunités»..

Lire aussi : #Mali : Dialogue inter-Maliens : La phase nationale se tiendra du 06 au 10 mai prochain

L'annonce a été faite ce vendredi par le président du Comité de pilotage, l'ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga au cours d'une rencontre de son équipe avec les membres de la Cour suprême, au siège de l'institution.

Lire aussi : #Mali : Bonne gouvernance judiciaire : Un magazine de circulaires pour la conduite de certains dossiers complexes

Le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme dispose désormais, pour la première fois, d’un magazine de circulaires à l’attention des praticiens et des acteurs de la justice. Ce recueil de 185 pages conçues de la période allant de 2016 à 2023 est imprimé en 1000 exemplaires..

Lire aussi : #Mali :Pour mieux appréhender les implications de la migration sur notre société et notre économie : Le ministre Mossa Ag Attaher prône une approche holistique

Le ministre des Maliens établis à l’Extérieur et de l’Intégration africaine, Mossa Ag Attaher a présidé, hier, la 4è session ordinaire du conseil d’administration du Centre d’information et de gestion des migrations (Cigem) dans les locaux de son département..

Lire aussi : #Mali : Rapport annuel 2024 du Cesec : Synthèse des besoins des populations du District

ux termes de l’article 164 de la Constitution du 22 juillet 2023, le Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec) a compétence sur toutes les questions de développement économique, social, environnemental et culturel. Et l’article 165 stipule que le Cesec collecte annuelle.

Lire aussi : #Mali : Utilisation des symboles de l’État : Halte à l’anarchie !

Ces signes d’appartenance à notre identité collective ne bénéficient pas de toute l’attention et de tout le respect dus à leur importance. D’où la volonté des autorités de mener une semaine d’activités pour promouvoir l’harmonisation de leur utilisation.

Les articles de l'auteur

#Mali : Gouvernance dans les régions du Centre et du Nord : un rapport pour améliorer la cohésion sociale

Le consortium Institut malien de recherche action pour la paix (Imrap) et Accountability Lab -Mali a publié, hier, son rapport intitulé : «Vers une gouvernance locale plus inclusive dans les régions du Centre et du Nord du Mali : défis et opportunités»..

Par Mariétou KOITE


Publié mercredi 17 avril 2024 à 07:41

#Mali : Dialogue inter-Maliens : La phase nationale se tiendra du 06 au 10 mai prochain

L'annonce a été faite ce vendredi par le président du Comité de pilotage, l'ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga au cours d'une rencontre de son équipe avec les membres de la Cour suprême, au siège de l'institution.

Par Mariétou KOITE


Publié samedi 06 avril 2024 à 10:03

#Mali : Bonne gouvernance judiciaire : Un magazine de circulaires pour la conduite de certains dossiers complexes

Le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme dispose désormais, pour la première fois, d’un magazine de circulaires à l’attention des praticiens et des acteurs de la justice. Ce recueil de 185 pages conçues de la période allant de 2016 à 2023 est imprimé en 1000 exemplaires..

Par Mariétou KOITE


Publié jeudi 04 avril 2024 à 12:10

#Mali :Pour mieux appréhender les implications de la migration sur notre société et notre économie : Le ministre Mossa Ag Attaher prône une approche holistique

Le ministre des Maliens établis à l’Extérieur et de l’Intégration africaine, Mossa Ag Attaher a présidé, hier, la 4è session ordinaire du conseil d’administration du Centre d’information et de gestion des migrations (Cigem) dans les locaux de son département..

Par Mariétou KOITE


Publié vendredi 22 mars 2024 à 07:28

#Mali : Rapport annuel 2024 du Cesec : Synthèse des besoins des populations du District

ux termes de l’article 164 de la Constitution du 22 juillet 2023, le Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec) a compétence sur toutes les questions de développement économique, social, environnemental et culturel. Et l’article 165 stipule que le Cesec collecte annuellement les besoins, les attentes et les problèmes de la société et rédige un rapport avec des orientations et des propositions..

Par Mariétou KOITE


Publié mercredi 20 mars 2024 à 09:19

#Mali : Utilisation des symboles de l’État : Halte à l’anarchie !

Ces signes d’appartenance à notre identité collective ne bénéficient pas de toute l’attention et de tout le respect dus à leur importance. D’où la volonté des autorités de mener une semaine d’activités pour promouvoir l’harmonisation de leur utilisation.

Par Mariétou KOITE


Publié mardi 12 mars 2024 à 08:47

#Mali : Maraîchage, riziculture et élevage : Des micros barrages pour Zabantoukoro et Koula Bambara

L’agriculture constitue le socle de l’économie malienne. Et qui dit agriculture, parle de la maîtrise de l’eau. Pour permettre à la population de faire le maraîchage, la riziculture, le gouvernement, avec l’appui financier de la Banque mondiale, a mis en place le Projet d’appui régional à l’initiative pour l’irrigation au Sahel (Pariis)..

Par Mariétou KOITE


Publié lundi 11 mars 2024 à 09:08

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner