#Mali : Table ronde : La part des artistes africains dans le streaming

La 20ème édition de Ségou‘Art Festival sur le Niger a été l’occasion de mettre sur la table une préoccupation essentielle des professionnels de la musique. En effet, la distribution est un maillon essentiel de l’industrie musicale. Mais une vingtaine d’année elle a été presque totalement dématérialisée. Ce changement pose de nombreuses questions auxquelles nos professionnels n’ont pas encore trouvées la solution.

Par

Publié lundi 05 février 2024 à 08:42
#Mali : Table ronde : La part des artistes africains dans le streaming

 Le président du CNPM, Mossadeck Bally et le promoteur du Festival, Mamou Daffé, lors de la rencontre

 

Ségou’Art Festival sur le Niger offre ainsi l’occasion de réfléchir, de sensibiliser et d’éduquer nos artistes à l’exploitation du nouveau canal de distribution qu’est le streaming. Venant du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Maroc, du Nigéria, du Sénégal, de la Tunis, ils ont débattu en premier lieu de la question à travers le thème : «Le marché du streaming musical et la rémunération des artistes». Les deux panélistes étaient bien choisis à savoir : Guy Constant de la Côte d’Ivoire et représentant de Believe digital et le professeur Aziz Dieng du Sénégal qui travaille sur les questions de propriété intellectuelle à l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle.

Depuis la chute libre du format album physique (cassette, CD et Vinyle) survenu au début des années 2000, avec l’avènement du piratage et l’arrivée des plateformes en ligne, les mélomanes ont été orientés vers un nouveau système de consommation à savoir le streaming. Très adopté aujourd’hui, cette révolution est le nouveau modèle par lequel les artistes essaient de s’en sortir en termes de vente.

Par ce mécanisme qui consiste à écouter sur internet, on peut avoir des disques de certification (or, platine, diamant), à partir du nombre d’écoute ou encore conquérir facilement les différents continents. En effet, le numérique a brisé les barrières. Nous sommes loin de l’époque où les radios et télévisions nationales avaient le monopole de la distribution musicale. Aujourd’hui, en un temps record, les œuvres peuvent se propager un peu partout à travers le monde, du moment qu’elles soient en ligne.

D’entrée de jeu, un chiffre intéressant qui interpelle. «Aujourd’hui, 70 à 80% des pourcentages de la musique enregistrée viennent du streaming», a déclaré Aziz Dieng pour mettre en lumière cette domination du streaming sur l’industrie musicale. D’où l’importance pour l’Afrique de se positionner. Les jeunes africains, plus de 60% qui ont moins de 24 ans, n’ont pas vraiment connu l’époque des cassettes, des CD et des vinyles. Ils ne consomment que sur internet via le téléphone, à travers les plateformes connues comme Youtube, Spotify ou encore Deezer. Ils constituent une part importante du marché du streaming car leurs écoutes sont prises en charge dans le système de comptage et de rémunération des artistes.

Bon nombre de plateformes de streaming, en revanche, ne rémunèrent malheureusement pas les artistes africains. Juste une poignée de pays sont pris en compte dans le processus de monétisation par YouTube : Afrique du Sud, Algérie, Égypte, Ghana, Maroc, Nigéria, Sénégal, Tanzanie, Tunisie, Ouganda, Zimbabwe. Cette liste ne contient pas de pays francophones très prolixe dans la production et de consommation musicale tels que : la Côte d’ivoire, la RDC et le Mali…. L’argument selon lequel les pays africains ne rapportent pas assez sur le plan publicitaire, selon Guy Constant, est discutable.

Sur la consommation musicale à travers les plateformes de streaming, l’Afrique est surtout représentée par sa diaspora. «70% des revenus YouTube de l’Afrique sont générés par la diaspora africaine», a souligné Guy Constant. Il faut juste doter l’Afrique de moyens nécessaires et faire comprendre aux gens que le monde ailleurs est désormais concentré sur le modèle Banking. Tout comme on peut acheter de la nourriture, des vêtements ou encore une voiture sur internet, on peut payer un abonnement pour y écouter aussi de la musique. «Parmi nos faiblesses, nous devons reconnaître que beaucoup d’artistes africains sont réticents à emprunter ou à explorer le streaming comme canal de diffusion. Il y a également un grand travail à faire sur ce plan», a déclaré Guy Constant.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Lire aussi : #Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’.

Lire aussi : Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un tél.

Lire aussi : Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Lire aussi : Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix da.

Lire aussi : Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphi.

Les articles de l'auteur

#Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:21

#Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’honneur..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 26 février 2024 à 08:11

Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un téléphone portable, un vêtement, une chaussure, un sac, une boîte à mouchoir. Mais on en fait aussi des tapis, des draps, des pagnes et des couvertures, c’est tout l’art de Fatoumata alias Gogo Soumaoro..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:46

Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:44

Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix dans l’agenda culturel de notre pays.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:49

Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphique et déconstruction des danses patrimoniales de l’École des sables du Sénégal, sous la direction de Patrick Acogny..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:48

#Mali : Art visuel : Ibrahim Ballo fait son show à la foire 1.54

La série que présente notre compatriote Ibrahim Ballo à la «Foire 1.54» est intitulée : «Comédies des visages, visage de la comédie». Abordant la quête du plaisir des uns et des autres, une vie qui plonge l’être humain dans tout. Cette édition qui a commencé, hier, s’achève ce dimanche..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner