Mopti : l’architecture traditionnelle en voie de disparition

Le béton commence à côtoyer les habitats en banco

Publié lundi 07 février 2022 à 08:28
Mopti : l’architecture traditionnelle en voie de disparition

Les maisons en banco au charme sauvage faisaient la beauté de la Venise malienne. Ce style architectural soudanais résiste de moins en moins à la modernité parce que les constructions en ciment et dans le style contemporain poussent comme des champignons

Tout visiteur qui revient à Mopti après quelques années d’absence perçoit tout de suite un changement dans le style architectural de la Venise malienne. La sublime architecture soudano-sahélienne à travers laquelle la région s’identifiait fait de plus en plus place à une architecture contemporaine.


Celle-ci séduit certes, mais avec elle disparaît une partie de notre patrimoine immatérielle au charme sauvage, qui avait jusque-là su franchir les âges. Mopti n’est donc pas une nouvelle cité, mais elle en prend le look avec des constructions modernes. Les R+1 (rez-de-chaussée plus un autre niveau) entièrement construits en banco avec des matériaux comme le bois de rônier, le son de mil et la poudre de néré sont en train de disparaitre progressivement.

Le style architectural soudano-sahélien ne semble plus enchanter la population de la région, encore moins les maçons et autres entrepreneurs. Même si pendant des siècles, la ville a bâti en partie sa réputation sur cette pratique authentique et a su se vendre comme une contrée touristique et culturelle intéressante (à juste raison d’ailleurs) avec sites historiques, classés patrimoine national ou patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).

Le directeur national du patrimoine culturel, Moulaye Coulibaly, explique que le phénomène n’est pas propre à Mopti seulement. De nombreuses villes historiques sont touchées par la modernisation. Il explique clairement l’esprit et la lettre des textes. «Ceux régissant les sites touristiques ne concernent surtout que les bâtiments répertoriés et classés patrimoine national ou de l’Unesco d’où, la nécessité de sensibiliser les populations sur l’impérieuse nécessité de sauvegarder notre patrimoine architectural face à l’avancée du style occidental», précise le directeur national du patrimoine culturel.

Il explique sans ambages et même crûment que le phénomène est en train de détruire l’une des facettes de notre belle identité culturelle à savoir l‘architecture soudano-sahélienne qui a connu un essor considérable entre les XVè et XVIè siècles et continue d’émerveiller le monde.

Un rappel des textes s’impose pour mieux appréhender la situation. Le décret N°05/P-RM du 9 mars 2005 fixant les règles spécifiques applicables aux différentes catégories de servitudes en matière d’urbanisme stipule dans sa section III, article 18, que les servitudes de limitation de hauteurs s’appliquent aux sites classés comme tels pour préserver l’environnement ou un patrimoine historique, architectural ou cultuel.

Aussi dans sa section VI, article 24, les servitudes d’architecture imposées s’appliquent à travers la sauvegarde des sites et monuments historiques, archéologiques et culturels.

Malheureusement, cette réglementation ne fait pas l’unanimité dans la ville de Mopti. Elle ne concerne qu’une partie de la ville de Mopti, notamment les alentours de la mosquée de Komoguel (la grande mosquée) qui a été construite dans un style architectural soudanais entre 1936 et 1943.


Selon le spécialiste du patrimoine, il est inconcevable de parler d’architecture de la ville de Mopti sans évoquer son évolution historique. «Les causes de cette mutation sont multiples à savoir les effets néfastes du changement climatique, caractérisés par les vagues de sécheresse et des mauvaises récoltes. Ces conditions climatiques très difficiles ont rendu les matières premières onéreuses et très rares sur le marché», relève Moulaye Coulibaly.  Pour lui, le banco est synonyme de cohésion, de solidarité et de vivre ensemble, mais aussi de notre identité culturelle. 

Il souligne que l’abandon de cette pratique ancienne nous éloigne de l’un de nos traits culturels à savoir la famille, le bien commun, comme en témoignent les journées de crépissage des maisons familiales ou de la grande mosquée.  Par exemple, toute la communauté se réunit autour d’un idéal commun lors du crépissage de la grande mosquée de Komoguel. En plus de son caractère culturel, c’est aussi un espace de rencontres, de donner et de recevoir entre les générations (les vieux et les jeunes). Avec l’utilisation des matériaux, notamment le ciment industriel comme matière première, cette rencontre socioculturelle risque de disparaître, malgré notre insistance à travers la sensibilisation et les écrits. Hélas, le phénomène se poursuit.

Dassé Niafo, maçon de son état comme son père et fort d’une trentaine d’années d’expériences, verse aussi son avis dans le débat. «Mopti est une ville où la plupart des habitants sont pauvres. Devant cette situation de précarité, la nouvelle génération aspire à une vie meilleure et abandonne les constructions en banco qui nécessitent constamment des entretiens. Les jeunes n’ont ni le courage, ni la force de faire comme les vieux qui récupèrent, eux-mêmes, le banco afin d’amortir le coût d’investissement», déclare-t-il.

Cet ouvrier manuel estime que l’évolution rapide du monde, caractérisée par l’acculturation de la nouvelle génération demeure la principale cause de la perte de notre tradition. Il s’empresse d’ajouter que de nos jours, on constate que beaucoup de maçons préfèrent acheter du ciment pour des besoins de construction. En un mot, le banco est en disgrâce, a-t-il conclu succinctement.

 Le journaliste et natif de Mopti, Mamadou Bocoum, indique aussi que c’est l’air du temps. La population s’oriente de plus en plus dans les constructions avec du ciment, parce que le banco ne résiste pas toujours aux fortes pluies. Il précise qu’il faut consacrer chaque année de l’argent à l’entretien de la maison en banco pour qu’elle ne s’écroule pas pendant l’hivernage. 

  Cependant, les services compétents préfèrent inviter les populations à la prudence. «Il faut faire beaucoup attention sinon nous allons complètement changer l’architecture traditionnelle de la ville de Mopti», alerte le directeur régional de la culture de Mopti, Adama Traoré.  C’est à partir de 2009 que la ville a, de son point de vue, senti ce changement. «Ce qui est surtout grave, c’est le non-respect du style architectural soudano-sahélien.


Seules les structures gouvernementales respectent ce style», constate-il, avant de soutenir que ce changement est aussi culturel, car la nouvelle génération accorde peu d’importance au mythe sacré et à la superstition.

«Les autochtones avaient mûri l’idée que le banco est béni et l’abandonner serait une transgression de nos valeurs. Jusqu’à une époque récente de notre Histoire, les traditionnalistes faisaient croire à l’opinion publique que la construction en ciment était perçue comme un signe de malédiction. De ce fait, si quelqu’un s’aventurait à démolir une construction en banco ou à utiliser de nouveaux matériaux, il risquait de subir un mauvais sort», révèle le patron de la direction régionale de la culture. Il s’est même appuyé sur une philosophie populaire de sa contrée selon laquelle, il était même dit que lorsqu’un riche construit une maison en dur dans des vieux quartiers, il finira par devenir pauvre. 

De ce fait, Adama Traoré lance un appel aux autorités pour la conservation et la pérennisation de cette pratique qui est, aujourd’hui, en voie de disparition. Quant à Ouramou Kantao, un ouvrier qui confectionne des briques en banco,  il avoue que les jeunes ne sont plus prêts à sacrifier aux exigences des constructions en banco. Pour bon nombre d’entre eux, le banco est fait pour les nantis. «Il faut changer avec le temps», souligne un jeune nanti de Mopti qui a souhaité garder l’anonymat. Je ne peux pas vivre comme mes arrière-grands-parents et pense que la vie incite à s’inscrire dans cette vision du changement».

Pour le directeur régional de l’urbanisme de Mopti, Mahamane Amadou Maïga, le phénomène est en train de prendre de l’ampleur. Selon lui, plusieurs facteurs, notamment l’insécurité grandissante, le développement de la technologie et les difficultés d’accès aux matériaux de construction, favorisent l’agonie de l’architecture soudano-sahélienne.


Il relève que l’insécurité grandissante dans le pays a contraint certaines populations à s’installer dans la ville de Mopti. La crise a entraîné beaucoup de changements de comportement chez la population, surtout avec l’arrivée massive des ressortissants des pays voisins.  Ils se sont vite investis dans l’habitat afin d’avoir un chez soi sans pour autant respecter l’architecture ancienne qui offre une particularité à la ville de Mopti. Tous les observateurs s’accordent sur le constat, clairement établi. Maintenant qu’est-ce qu’il faut faire ?


Amadou SOW

Lire aussi : #Mali: Transport en commun : Un casse-tête

Certains passagers se plaignent de voir les apprentis s’octroyer le droit de leur imposer des tarifs. Ils en appellent aux autorités compétentes en vue de mettre de l’ordre dans ce secteur.

Lire aussi : #Mali : Festivals culturels : Des outils de développement

Ces rendez-vous culturels boostent l’économie des régions ou cercles d’accueil. Au cours des activités, les habitants réalisent des business intéressants avec des produits locaux qu’ils proposent aux festivaliers.

Lire aussi : #Mali : Forum de la jeunesse en Chine : Le plaidoyer du Malien Amadou Biga

La 8è édition du Grand rassemblement de la jeunesse Chine-Afrique s’est tenue du 20 au 27 mai dernier à Beijing dans la capitale chinoise et Jinhua dans la province de Zhejiang (en Chine) sous le thème : «Rassembler les forces de la jeunesse et construire la modernisation Chine-Afrique»..

Lire aussi : #Mali : Sankè-Mô : Un patrimoine à préserver

La valorisation et la sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel sont toujours au cœur des préoccupations des autorités. Celles-ci s’inscrivent dans une vision de notre savoir-faire et savoir-vivre.

Lire aussi : #Mali : Fête des masques et marionnettes à Koulouninko : La tradition se perpétue

Samedi dernier, la place publique de Koulouninko, un quartier périphérique de Bamako, avait revêtu ses plus beaux atours, en plus du drapeau national : vert, or et rouge, pour accueillir la 16è édition de la fête traditionnelle et folklorique du quartier qui s’est tenue sous le thème : «En.

Lire aussi : #Mali : Métiers des arts : Le collectif des organisations professionnelles réclame le renouvellement des instances

On sent une colère diffuse au niveau du Collectif des organisations professionnelles d’artisans du Mali. Celui-ci estime que les mandats sont expirés depuis plus d’une décennie et réclame donc légitimement le renouvellement des instances des chambres de métiers du Mali. Le Collectif a anim.

Les articles de l'auteur

#Mali: Transport en commun : Un casse-tête

Certains passagers se plaignent de voir les apprentis s’octroyer le droit de leur imposer des tarifs. Ils en appellent aux autorités compétentes en vue de mettre de l’ordre dans ce secteur.

Par Amadou SOW


Publié mardi 11 juin 2024 à 17:51

#Mali : Festivals culturels : Des outils de développement

Ces rendez-vous culturels boostent l’économie des régions ou cercles d’accueil. Au cours des activités, les habitants réalisent des business intéressants avec des produits locaux qu’ils proposent aux festivaliers.

Par Amadou SOW


Publié lundi 10 juin 2024 à 18:05

#Mali : Forum de la jeunesse en Chine : Le plaidoyer du Malien Amadou Biga

La 8è édition du Grand rassemblement de la jeunesse Chine-Afrique s’est tenue du 20 au 27 mai dernier à Beijing dans la capitale chinoise et Jinhua dans la province de Zhejiang (en Chine) sous le thème : «Rassembler les forces de la jeunesse et construire la modernisation Chine-Afrique»..

Par Amadou SOW


Publié lundi 10 juin 2024 à 09:16

#Mali : Sankè-Mô : Un patrimoine à préserver

La valorisation et la sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel sont toujours au cœur des préoccupations des autorités. Celles-ci s’inscrivent dans une vision de notre savoir-faire et savoir-vivre.

Par Amadou SOW


Publié mercredi 05 juin 2024 à 19:14

#Mali : Fête des masques et marionnettes à Koulouninko : La tradition se perpétue

Samedi dernier, la place publique de Koulouninko, un quartier périphérique de Bamako, avait revêtu ses plus beaux atours, en plus du drapeau national : vert, or et rouge, pour accueillir la 16è édition de la fête traditionnelle et folklorique du quartier qui s’est tenue sous le thème : «Ensemble pour le développement de Koulouninko»..

Par Amadou SOW


Publié lundi 03 juin 2024 à 09:02

#Mali : Métiers des arts : Le collectif des organisations professionnelles réclame le renouvellement des instances

On sent une colère diffuse au niveau du Collectif des organisations professionnelles d’artisans du Mali. Celui-ci estime que les mandats sont expirés depuis plus d’une décennie et réclame donc légitimement le renouvellement des instances des chambres de métiers du Mali. Le Collectif a animé, la semaine dernière à la Bourse du travail, un point de presse sur la question..

Par Amadou SOW


Publié mercredi 29 mai 2024 à 18:18

#Mali :Festival de Bélénitugu : Un levier de développement

Ce festival est en train de faire son trou et de s’imposer dans l’agenda culturel national comme l’une des grandes rencontres culturelles.

Par Amadou SOW


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:04

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner