Culture, Boubcar Touré : Peintre à ses heures perdues

C’est un jeune informaticien qui peint, selon son humeur et pendant ses heures creuses. Il s’agit de Boubacar Touré que notre consœur Aminata Agaly yattara a choisi de faire découvrir dans le cadre de son émission intitulée : «After Work».

Publié vendredi 15 septembre 2023 à 07:46 , mis à jour mardi 25 juin 2024 à 14:21
Culture, Boubcar Touré : Peintre à ses heures perdues

L’émission a été enregistrée la semaine dernière à Bolibana, un quartier populaire au bord du l’Avenue de l’indépendance. Ce site a été choisi par l’artiste, en référence à ses souvenirs d’enfance parce que dans ce quartier qu’il s’amusait avec ses camarades. Il a exposé quatre œuvres, toutes des tableaux peints à l’acrylique.


Le premier a été fait sur commande d’une célèbre dame de Bamako, dont il n’a pas révélé l’identité. Selon l’artiste, c’est une cliente qui avait été l’objet d’acharnement sur les réseaux sociaux. «Elle a demandé un tableau qui puisse lui servir de refuge».

Un tableau où la silhouette d’une femme traverse un pont vers le soleil sous une tempête. Un tableau qui traduit l’hypocrisie des uns, la force des autres avec surtout comme objectif de ne jamais se perdre. Si l’artiste a répondu aux nombreuses questions des journalistes présents, il n’a pas manqué de reconnaître que dans les jours à venir, il devrait consacrer plus de temps à l’art.

«Prochainement, je compte laisser le clavier de l’ordinateur et m’adonner à ma passion, l’art. Et cela grâce à After Work», a-t-il confié. Pour lui, la différence entre un artisan et un artiste est clair.  L’artisan sait ce qu’il va faire alors que l’artiste improvise. Il affirme qu’il est plutôt «un artisan et non un artiste». Car, ajoute-t-il, «je sais exactement ce que je vais faire», avant d’expliquer que la plupart de ses tableaux sont conçus sur commande.

«Le client me dit ce qu’il veut et je lui dessine exactement ses souhaits. C’est pour cela que tous mes tableaux sont des messages pour leurs propriétaires», a fait savoir notre star du jour.

Cette 3e édition du projet de «Démocratisation de l’art à travers le projet After Work», à l’initiative de la journaliste Aminata Agaly Yattara a mis en lumière le talent de Boubacar Touré. Ingénieur informaticien à l’Unesco, mais aussi artiste plasticien par passion.

Selon Aminata Agaly Yattara, coordinatrice du projet, After Work a pour but de mettre sous la lumière sur les jeunes talents cachés de l’art au Mali. Pour ce faire, la journaliste organise une sorte d’exposition d’œuvres d’art pour l’artiste en question. Le projet bénéficie de l’appui financier du Fonds Maya et du Réseau des opérateurs Kya. Elle se passe en présence d’un grand public de passionnés d’art et de culture.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Manuscrits anciens : Un pan de la contribution malienne à l’histoire universelle montré aux Américains

C’est une importante exposition de manuscrits anciens de Tombouctou que l’ONG Sauvegarde de manuscrits anciens pour la défense de la culture islamique (SAVAMA–DCI) anime depuis le mois de mai en Virginie aux états-Unis. C’est l’IQOU Theological College de cet état américain qui sert en.

Lire aussi : #Mali : Théâtre et marionnette : La compagnie Nama forme 11 jeunes femmes

Pendant trois mois, elles ont appris à manier les marionnettes, mais aussi à danser, chanter et jouer comme des actrices sur une scène de théâtre.

Lire aussi : #Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Une histoire mais aussi un potentiel de développement

La première édition du Festival international des arts et de la culture de Bla qui s’est tenue récemment a été l’occasion pour le public de découvrir de nombreux sites naturels et culturels..

Lire aussi : Slam : Harouna Guindo, champion du monde de la discipline

Le jeune artiste malien a dominé ses concurrents lors de la compétition au Gabon avec des textes digestes, mais surtout interpellateurs sur l’actualité brûlante. Il a déclamé des ressentis sur l’intégration africaine et les violences faites aux femmes.

Lire aussi : #Mali : Festival international Sogobô : Un ancrage aux repères culturels

Les lampions se sont éteints sur la 1ère édition du Festival international «Sogobô» (sortie des masques) sous le thème : «Le rôle des masques et marionnettes dans la socialisation des enfants»..

Lire aussi : #Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Les articles de l'auteur

#Mali : Manuscrits anciens : Un pan de la contribution malienne à l’histoire universelle montré aux Américains

C’est une importante exposition de manuscrits anciens de Tombouctou que l’ONG Sauvegarde de manuscrits anciens pour la défense de la culture islamique (SAVAMA–DCI) anime depuis le mois de mai en Virginie aux états-Unis. C’est l’IQOU Theological College de cet état américain qui sert en même de partenaire et d’organisateur de cette exposition..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:47

#Mali : Théâtre et marionnette : La compagnie Nama forme 11 jeunes femmes

Pendant trois mois, elles ont appris à manier les marionnettes, mais aussi à danser, chanter et jouer comme des actrices sur une scène de théâtre.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:43

#Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Une histoire mais aussi un potentiel de développement

La première édition du Festival international des arts et de la culture de Bla qui s’est tenue récemment a été l’occasion pour le public de découvrir de nombreux sites naturels et culturels..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:25

Slam : Harouna Guindo, champion du monde de la discipline

Le jeune artiste malien a dominé ses concurrents lors de la compétition au Gabon avec des textes digestes, mais surtout interpellateurs sur l’actualité brûlante. Il a déclamé des ressentis sur l’intégration africaine et les violences faites aux femmes.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:23

#Mali : Festival international Sogobô : Un ancrage aux repères culturels

Les lampions se sont éteints sur la 1ère édition du Festival international «Sogobô» (sortie des masques) sous le thème : «Le rôle des masques et marionnettes dans la socialisation des enfants»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 30 mai 2024 à 18:54

#Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:02

#Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes de pagne» de Tapa Keïta qui a remporté le grand prix d’une valeur de 500.000 Fcfa, parrainé par la Fondation Festival sur le Niger..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:01

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner