#Mali : Établissements financiers : Le Pafeem à l’école du Burkina Faso et Madagascar

Le Pafeem veut faciliter l’accès au financement des micros, petites et moyennes entreprises (MPME). Pour y arriver, il entend s’appuyer sur les expériences réussies des premiers de la classe en la matière en vue d’aplanir les difficultés, mais aussi éviter les erreurs

Publié jeudi 29 février 2024 à 09:07
#Mali : Établissements financiers : Le Pafeem à l’école  du Burkina Faso et Madagascar

Photo de famille des participants après la cérémonie d’ouverture des travaux

 

Le 20 avril 2021, le gouvernement du Mali a procédé à la signature de l’accord de financement du Projet de promotion de l’accès au financement, de l’entreprenariat et de l’emploi au Mali (Pafeem), pour un montant de 60 millions de dollars, environ 36,386 milliards de Fcfa dont 50% en prêt et l’autre moitié en don, pour une durée de 5 ans. Cela a été possible grâce à l’appui de l’Association internationale de développement (IDA).

L’objectif de ce projet est de «promouvoir l’accès au financement, l’entreprenariat et l’emploi pour les segments vulnérables au Mali». En la matière, ses interventions ciblent différents organismes et entités des secteurs publics et privés. Il s’agit, entre autres, des micro-entrepreneurs, des bénéficiaires des paiements du gouvernement, de la clientèle des particuliers et des micros, petites et moyennes entreprises (MPME). Sa stratégie consiste à s’appuyer sur les efforts du gouvernement pour renforcer la stabilité, la résilience et la capacité d’intermédiation du secteur financier malien, en particulier les systèmes financiers décentralisé (SFD), en tant que catalyseurs de la création d’emplois et de revenus sur le marché.

Dans le but de concrétiser ces objectifs, le Pafeem a organisé, hier dans un hôtel de Bamako, un atelier d’échanges avec les institutions financières participantes sur le mécanisme de Garantie partielle de portefeuille (GPP). La cérémonie a été présidée par le représentant du ministre de l’Économie et des Finances, Sékou Amadou N’Douré, en présence de la coordonnatrice du Pafeem, Mme Touré Fatoumata Coulibaly, et de plusieurs membres des établissements financiers de la place. Cet atelier a pour objectif de capitaliser les bonnes pratiques de mise en œuvre et de communication sur le mécanisme de la GPP au Burkina Faso et à Madagascar afin d’en tirer des leçons pour la promotion de la GPP auprès des institutions financières maliennes, en vue d’accroitre l’accès des MPME au financement.

À cet égard, le représentant du ministre de l’Économie et des Finances a révélé que les MPME rencontrent très souvent des difficultés à financer leurs activités malgré leur rôle important pour l’économie en général et la création d’emplois et de richesses. Selon Sékou Amadou N’Douré, elles constituent pour les institutions financières un segment risqué. Les raisons avancées pour cela restent le manque de professionnalisme traduit par la faiblesse technique et managériale des dirigeants des petites et moyennes entreprises (PME), l’absence de fonds propres suffisants, mais aussi le caractère informel de leurs activités pour la grande majorité et l’absence de garantie pour la couverture du risque.

 Ainsi, en vue d’améliorer l’accès des MPME au financement, le Pafeem a décidé de s’appuyer sur le Fonds de garantie pour le secteur privé (FGSP-SA) pour mettre en œuvre la sous-composante : «Partage des risques». L’ambition étant de fournir des instruments appropriés de partage des risques dans le but d’inciter les banques et les SFD à prêter davantage aux MPME. Sékou Amadou N’Douré a précisé que le projet dotera le FGSP-SA d’un montant de 14 millions de dollars, environ 8,490 milliards de Fcfa. Ce montant servira à soutenir l’émission de garanties partielles de portefeuille de crédits à des Institutions financières participantes (IFP) à travers différents guichets. À ce titre, on peut noter le guichet MPME ordinaire, spécial et un guichet GPP coton et agricole.

Confiant en la gestion du Fonds GPP, ainsi qu’en l’expertise dans le partage des risques du Pafeem, le chargé de mission au ministère de l’Économie et des Finances a assuré de la disponibilité des autorités à les accompagner dans la mise en œuvre du mécanisme de GPP en vue de l’atteinte des objectifs globaux qui sont notamment l’amélioration de l’accès au financement des MPME et le renforcement des capacités financière, technique et opérationnelle du FGSP-SA.

Pour la coordonnatrice du Pafeem, il est prévu d’appuyer le FGSP-SA pour mettre en place ce mécanisme de fonds GPP afin de mieux servir les MPME du Mali. Et ce, contrairement à la garantie individuelle qui est déjà développée par les FGSP-SA. Pour y arriver, a expliqué Mme Touré Fatoumata Coulibaly, sa structure souhaite que les petites entreprises puissent avoir facilement accès au financement. C’est pour atteindre cet objectif, dira-elle, que le Pafeem a sollicité le soutien du Burkina Faso et Madagascar aux échanges pour bénéficier de leurs expériences et éviter les problèmes et erreurs auxquels ces pays ont été confrontés.

Fadi CISSE

Lire aussi : #Mali: Mois de Ramadan : Le crachat, maître des lieux

«Tuuh», crache un passant sans se soucier du monde qui l’entoure. Le même geste est répété par un motoriste qui se courbe pour le mettre à même le sol. Effet de Ramadan oblige. Les crachats visibles un peu partout sont annonciateurs de la pratique..

Lire aussi : #Mali : Communes de Diago, Diogare et Kambila : LA CMM-SA offre des vivres aux populations

L’usine de production de ciments appelée «Ciments et matériaux du Mali (CMM-SA)» poursuit son traditionnel geste de solidarité en faveur des Communes de Diago, Diogare et de Kambila, dans le Cercle de Kati..

Lire aussi : #Mali : Amap : Engagement constant dans l’information du public

À l’instar des acteurs économiques, l’Agence malienne de presse et de publicité (Amap) fait preuve de résilience face aux effets négatifs de la crise. Malgré la situation financière peu favorable et la crise énergétique, l’Agence continue d’accomplir sa mission de service public, no.

Lire aussi : #Mali :Canal+ : Plus de visibilité pour sept chaÎnes maliennes

À compter du 26 mars prochain, les abonnés au bouquet Canal+ pourront capter l’ORTM1, ORTM2, Africable télévision, TM1, Renouveau TV, Joliba News TV et Cherifla TV respectivement sur les canaux 1,2,3,4,5,6 et 7..

Lire aussi : #Mali :Complexe numérique de Bamako : Un levier puissant de croissance et de développement

«Le Complexe numérique de Bamako (CNB) devra permettre de créer des milliers d’emplois locaux à travers l’implantation d’entreprises nationales et internationales, notamment dans le domaine du numérique. Par ce biais, il contribuera fortement à la croissance économique du Mali et à l.

Lire aussi : #Mali : Coulibaly Gogo Bathily : Plus qu’une secrétaire de direction

Elle fait face à tous les travaux à la maison comme au bureau, toujours avec le même courage tranquille et le sourire accueillant. Elle, c’est Mme Coulibaly Gogo Bathily..

Les articles de l'auteur

#Mali: Mois de Ramadan : Le crachat, maître des lieux

«Tuuh», crache un passant sans se soucier du monde qui l’entoure. Le même geste est répété par un motoriste qui se courbe pour le mettre à même le sol. Effet de Ramadan oblige. Les crachats visibles un peu partout sont annonciateurs de la pratique..

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 04 avril 2024 à 09:40

#Mali : Communes de Diago, Diogare et Kambila : LA CMM-SA offre des vivres aux populations

L’usine de production de ciments appelée «Ciments et matériaux du Mali (CMM-SA)» poursuit son traditionnel geste de solidarité en faveur des Communes de Diago, Diogare et de Kambila, dans le Cercle de Kati..

Par Fadi CISSE


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:02

#Mali : Amap : Engagement constant dans l’information du public

À l’instar des acteurs économiques, l’Agence malienne de presse et de publicité (Amap) fait preuve de résilience face aux effets négatifs de la crise. Malgré la situation financière peu favorable et la crise énergétique, l’Agence continue d’accomplir sa mission de service public, notamment de diffusion des informations..

Par Fadi CISSE


Publié vendredi 29 mars 2024 à 08:33

#Mali :Canal+ : Plus de visibilité pour sept chaÎnes maliennes

À compter du 26 mars prochain, les abonnés au bouquet Canal+ pourront capter l’ORTM1, ORTM2, Africable télévision, TM1, Renouveau TV, Joliba News TV et Cherifla TV respectivement sur les canaux 1,2,3,4,5,6 et 7..

Par Fadi CISSE


Publié vendredi 22 mars 2024 à 07:30

#Mali :Complexe numérique de Bamako : Un levier puissant de croissance et de développement

«Le Complexe numérique de Bamako (CNB) devra permettre de créer des milliers d’emplois locaux à travers l’implantation d’entreprises nationales et internationales, notamment dans le domaine du numérique. Par ce biais, il contribuera fortement à la croissance économique du Mali et à l’accroissement du Produit intérieur brut (PIB) du Pays..

Par Fadi CISSE


Publié vendredi 22 mars 2024 à 07:27

#Mali : Coulibaly Gogo Bathily : Plus qu’une secrétaire de direction

Elle fait face à tous les travaux à la maison comme au bureau, toujours avec le même courage tranquille et le sourire accueillant. Elle, c’est Mme Coulibaly Gogo Bathily..

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 21 mars 2024 à 07:34

#Mali :Tâches ménagères et impératifs professionnels : Comment les femmes relèvent le défi durant le ramadan

Après une journée de travail consciencieusement accomplie, elles sont nombreuses celles qui passent la surmultipliée pour se mettre au service des jeûneurs. Comment y parviennent-elles ? Reportage.

Par Fadi CISSE


Publié jeudi 21 mars 2024 à 07:04

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner