#Mali : Journée internationale des enfants de la rue : Sous le signe de l’accès à la protection et la réinsertion sociale

À l’instar de la communauté internationale, notre pays a célébré, vendredi dernier à la Cité des enfants, la Journée des enfants de la rue. La cérémonie était présidée par la ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, Mme Coulibaly Mariam Maïga, en présence du directeur du Samusocial Mali, Alou Coulibaly, et du président de la Coalition malienne pour les droits de l’enfant (Comade), Antoine Akplogan.

Publié lundi 15 avril 2024 à 10:24
#Mali : Journée internationale des enfants de la rue : Sous le signe de l’accès à la protection et la réinsertion sociale

La ministre Mariam Maïga avec des enfants de la rue

 

Cette journée, instituée par les Nations unies en 2009, est célébrée depuis 2012 pour signifier l’humanité de ces enfants et alerter sur l’urgence d’agir pour leur protection. Cette année, le thème est intitulé : «L’accès aux services de protection et de réinsertion sociale: un droit pour les enfants de la rue».

 Les organisations de la société civile (OSC) entendent saisir l’opportunité pour lancer un appel aux autorités en vue de les amener à s’impliquer activement dans la quête de réponse au phénomène des enfants de la rue.

 La ministre de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a souligné que le phénomène des enfants de la rue constitue une violation grave de leurs droits. Elle a indiqué que le fléau touche plus de 120 millions d’enfants à travers le monde, dont 30 millions en Afrique. Mme Coulibaly Mariam Maïga dira aussi qu’il est en contradiction avec les engagements pris par la communauté internationale pour la promotion et la protection des droits des enfants et avec les valeurs ancestrales de nos sociétés africaines. Ces mômes vulnérables sont victimes, a-t-elle déclaré, de privation de leurs droits à l’éducation, la santé,la  justice, la sécurité, mais aussi aux loisirs. Ils courent aussi un risque de violence, de stigmatisation et d’exclusion sociale.

En ce qui concerne les acquis de notre pays en faveur de la protection des droits des enfants, la ministre en charge de la Promotion de la Femme a rappelé l’adoption en 2014 de la Politique nationale de promotion et de protection de l’enfant. Selon elle, d’autres efforts ont trait à la prise en charge médicale gratuite des enfants de la rue par le Régime d’assistance médicale (Ramed), l’accès des filles en situation de rue aux programmes de formation et d’insertion professionnelle, les recherches de famille de ces enfants, le suivi des enfants réinsérés en famille en vue de faciliter leur scolarisation.

Mme Coulibaly Mariam Maïga a rendu hommage au Samusocial Mali, qui depuis 25 ans, intervient en permanence dans les rues de Bamako pour apporter une aide médicale et psychosociale à ces enfants. «Chaque année, ce sont plus de 2.000 enfants et jeunes de la rue qui bénéficient de l’assistance du Samusocial Mali et ses partenaires», a-t-elle déclaré.

Pour sa part, le directeur du Samusocial Mali a salué la forte mobilisation des différents acteurs. Selon Alou Coulibaly, cela témoigne de leur volonté d’agir face au spectacle désolant des milliers d’enfants en rupture sociale et familiale et contraints à la survie en rue. Selon lui, l’heure est à l’action face à l’ampleur et aux conséquences néfastes de ce phénomène. Et de relever que ces enfants ne sont que des victimes des dysfonctionnements au sein de nos familles, des tares de notre société en matière de respect des droits de l’enfant et des insuffisances de nos politiques et programmes en matière de protection de l’enfant.

Il a aussi rappelé que les Nations unies, à travers le Comité des droits de l’enfant, s’activent à fournir aux États des orientations sur la manière d’élaborer des stratégies nationales globales en faveur des enfants de la rue. Alou Coulibaly soulignera le lancement en 2018 à Marrakech au Maroc, d’une campagne panafricaine pour des villes africaines sans enfant en situation de rue. Jusque-là, a-regretté l’humanitaire, ces différents appels à agir contre le phénomène n’ont pas abouti, dans notre pays, à des initiatives concrètes mises en place par les pouvoirs publics pour la protection et la réintégration des enfants de la rue.

Au nombre des défis à relever, le directeur du Samusocial a cité la réintégration des enfants de la rue dans la société, la prévention du phénomène notamment en renforçant la sensibilisation des communautés sur les pratiques néfastes aux enfants, les violences faites aux enfants de la rue. Une enquête réalisée par le Samusocial en 2021, a-t-il précisé, a démontré l’existence d’un véritable système de violences multiformes et permanentes sur les enfants de la rue.

Parmi les nombreuses initiatives prises par les OSC et les structures publiques, dans notre pays en faveur de ces enfants, a-t-il énuméré, figurent la création de centres d’hébergement, des équipes mobiles d’aide, l’accompagnement des enfants vers notamment les centres de santé, les structures éducatives et services d’état civil.

Tiedié DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Lire aussi : #Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Lire aussi : #Mali : Cour d’assises de Bamako : Les accusés retournent à la maison

Inculpés d’infractions criminelles, ils se sont défendus bec et ongles pour échapper à la rigueur de la loi. Le salut est finalement venu de la légèreté de leurs dossiers.

Lire aussi : #Mali : Pèlerinage 2024 : Le chronogramme des départs pour la Mecque

Chaque pèlerin doit passer 6 à 8 jours à Médine avant d’aller à La Mecque. D’après les plans, la majorité de nos pèlerins iront par vols directs à Médine.

Lire aussi : #Mali : District de Bamako : Des dealers internationaux aux arrêts

Quatre dealers s’apprêtaient à embarquer avec une importante quantité de drogue pour un pays voisin. Le voyage est reporté sine die.

Lire aussi : #Mali : Kati-Sananfara : «RASTA» tombe au cimetière

À cause de l’appât du gain facile, il avait quasiment tout dans son viseur. Son opération contre la construction du cimetière a été la dernière pour lui.

Les articles de l'auteur

#Mali : Bagadadji Rail-Da : Triste fin d’un dealer très connu dans le milieu

La victime et son bourreau étaient deux amis qui vivaient dans le même milieu des drogués depuis un certain temps. L’un se débarrassera définitivement de l’autre, sans autre forme.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié lundi 27 mai 2024 à 17:18

#Mali : Kati Kôkô : Braqeurs malchanceux

Les deux individus avaient presque réussi leur opération. Mais celle-ci a échoué grâce au courage de leur victime.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:40

#Mali : Cour d’assises de Bamako : Les accusés retournent à la maison

Inculpés d’infractions criminelles, ils se sont défendus bec et ongles pour échapper à la rigueur de la loi. Le salut est finalement venu de la légèreté de leurs dossiers.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:09

#Mali : Pèlerinage 2024 : Le chronogramme des départs pour la Mecque

Chaque pèlerin doit passer 6 à 8 jours à Médine avant d’aller à La Mecque. D’après les plans, la majorité de nos pèlerins iront par vols directs à Médine.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 21 mai 2024 à 19:14

#Mali : District de Bamako : Des dealers internationaux aux arrêts

Quatre dealers s’apprêtaient à embarquer avec une importante quantité de drogue pour un pays voisin. Le voyage est reporté sine die.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 21 mai 2024 à 18:51

#Mali : Kati-Sananfara : «RASTA» tombe au cimetière

À cause de l’appât du gain facile, il avait quasiment tout dans son viseur. Son opération contre la construction du cimetière a été la dernière pour lui.

Par Tiedié DOUMBIA


Publié mardi 14 mai 2024 à 18:26

#Mali : Santé de la reproduction : Plaidoyer pour la mobilisation des ressources

Mobiliser les ressources, les partenaires techniques et financiers et les autres parties prenantes pour soutenir la mise en œuvre du plan Page Mali d’intégration des services de planification familiale post-partum (PFPP)/Santé de la reproduction maternelle, néonatale et infantile (SRMNI)/Nutrition : tel était l’objectif de la table ronde organisée, jeudi dernier dans un hôtel de la place, par l’Office national de la santé de la reproduction (Onasr)..

Par Tiedié DOUMBIA


Publié dimanche 12 mai 2024 à 16:56

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner