#Mali : Veuve pleureuse : Un arbre fascinant aux multiples vertus

De plus en plus, on voit des maisons de Bamako parées avec des arbres grimpants dont les branches, vu de loin, ressemblent à celles des manguiers

Publié jeudi 02 mai 2024 à 07:22
#Mali : Veuve pleureuse : Un arbre fascinant aux multiples vertus

 Une croyance populaire soutient qu’il ne faut jamais maudire sous cet arbre au risque de voir la malédiction exaucée

 

En effet, l’arbre «la veuve pleureuse» est scientifiquement connu sous le nom de Ficus lacrima. Cette espèce d’arbre est originaire de régions tropicales, principalement en Amérique du Sud et en Afrique. C’est un grand arbre à feuilles persistantes, pouvant atteindre des hauteurs impressionnantes de plus de 30 mètres.  Il tire son nom de sa capacité unique à libérer de l’eau à partir de ses feuilles larges, de forme ovale et d’un vert brillant. Ce phénomène, appelé guttation, se produit généralement le matin ou la nuit lorsque l’humidité est élevée. Les gouttelettes d’eau s’accumulent aux extrémités des feuilles, donnant l’impression que l’arbre pleure. Cette caractéristique donne à cet arbre une allure fascinante, qui attire les curieux.

Assis seul sous son hangar, Chaka Sidibé, un jeune homme âgé d’une vingtaine d’années, semble être en attente de potentiels clients à l’arrivée de notre équipe de reportage au Quartier du Fleuve. Il vend, avec son père, des fleurs depuis qu’il a abandonné l’école. Les clients achètent ces arbres d’extérieur à 2.000 Fcfa le pied pour décorer leurs maisons, car ils peuvent atteindre des hauteurs impressionnantes. «Ces arbres ne demandent que de l’eau et donneront une belle couleur vert foncé. Ils n’aiment pas beaucoup de soleil», explique ce professionnel de fleurs et arbres. Pour lui, il est mieux d’acheter les pieds d’arbres que les pépins qui font 1.000 Fcfa, puisqu’il faut une technique pour que les pépins poussent.

La maison de la famille Keïta au Golf est joliment décorée par les veuves pleureuses. Amadou Traoré, le patriarche de la maison, dit avoir découvert ces arbres autour d’une concession lors d’une de ses missions au Burkina Faso. «J’ai été séduit par le rendu de ces arbres sur la maison et j’ai apporté une dizaine de pieds avec moi. Ils sont faciles à entretenir, ils ont juste besoin d’être arrosés. En plus, ils protègent ma peinture qui était avant couverte de poussière et j’ai de l’ombre dans la cour», affirme Amadou Traoré.

Quant à Awa Diallo, elle a demandé à son mari de les planter à l’intérieur de la cour pour protéger la chambre des enfants des regards extérieurs. La fenêtre de cette chambre fait en effet face à celles du voisin. La dame Diallo prévoit de planter un autre arbre dans une autre partie de sa cour pour protéger ses enfants des regards indiscrets des garçons des voisins qui dorment à la belle étoile en cette période de forte chaleur. En plus de cela, dira-t-elle, la cour bénéficiera d’ombre pour le grand bonheur de ses petits-enfants qui aiment faire du vélo en plein midi.

 

JAMAIS CHEZ UN PAUVRE- Arrosoir en mains, Sékou Kamaté nous reçoit dans sa cour où il a aménagé un espace pour les fleurs. Ce jeune dans la trentaine fait ce travail depuis 2015 avec son grand-frère. Pour lui, ces arbres sont à la mode maintenant, car les gens se sont rendus compte que leurs racines ne sont pas assez solides pour soulever les dalles. En plus, ils empêchent la poussière de rentrer dans la cour et constituent une «barrière de sécurité» pour la maison.

À Moribabougou, un quartier périphérique de Bamako, Alassane Maïga a fait le tour de sa maison avec ces arbres. «Je l’ai fait plus pour ma sécurité que pour la beauté de ces arbres, dit-il. Je recevais la visite de petits voleurs et, un jour, un cousin m’a parlé de ces arbres qui ne sont pas du tout encombrants mais qui démotivent les voleurs». Depuis qu’il a adopté l’astuce, Alassane Maïga n’a plus reçu de visites inopportunes.

Selon Yacouba Berthé affectueusement appelé Rougeot, botaniste dans le magasin de vente de fleurs «Les jardins verts» à Kalanban-coura, la veuve pleureuse joue un rôle essentiel dans l’écosystème. Ses larges branches offrent un habitat idéal pour de nombreuses espèces animales, notamment des oiseaux et des insectes. De plus, son feuillage dense fournit de l’ombre et aide à réguler le climat local. On voit de plus en plus les gens boire la décoction des feuilles de Ficus lacrima pour des vertus thérapeutiques. Oumou Diarra confie avoir vu sur les réseaux que ces feuilles préparées sont efficaces pour le traitement de la fièvre typhoïde. Par mesure de prudence, elle a demandé l’avis de son vendeur de médicaments traditionnels qui a confirmé les vendre à ses clients.

Et qu’il suffit de bouillir quelques feuilles et boire un verre de cette boisson matin et soir. Oumou Diarra a essayé et depuis lors, elle ne souffre plus de typhoïde. Aussi, la boisson servirait à faire baisser la tension artérielle et la fièvre. Elle est également efficace contre les maladies de la peau, le diabète, le rhumatisme, la ménorragie, la stimulation de la respiration, ajoute notre interlocutrice.

Selon la croyance populaire, cet arbre ne pousse jamais chez un pauvre. Il se dit également qu’il est interdit de maudire sous cet arbre au risque de voir la (malédiction) exaucée.

Anta CISSÉ

Lire aussi : #Mali : Mairie de la Commune V : Les réalisationS de l’équipe de Amadou Ouattara

La mairie de la Commune V du District de Bamako a procédé à la restitution publique de son compte administratif au titre de l’exercice budgétaire 2023, samedi dernier dans un hôtel de la place. C’était sous la présidence du maire de la Commune V, Amadou Ouattara..

Lire aussi : #Mali : Contre la faim et la malnutrition infantile : World-vision lance sa campagne Enough

Enough (Assez) est une campagne de trois ans dont l’objectif est d’avoir «assez» d’aliments nutritifs pour chaque enfant, provenant de sources éthiques et durables, et permettant à tous les enfants de s’épanouir..

Lire aussi : #Mali : Tontine de bijoux en or : La fluctuation du prix du métal jaune peut jouer de mauvais tours

La tontine de bijoux en or, est considérée par certaines femmes comme un investissement sûr et rentable, le prix du métal jaune pouvant augmenter sur le long terme. Mais dans ce business, il arrive que le gain escompté ne soit pas au rendez-vous.

Lire aussi : #Mali : Amap : des étudiants de l’Hetec visitent la structure

Une cinquantaine d’étudiants de l’école supérieure des hautes études technologiques et commerciales (Hetec), en licence professionnelle communication et gestion d’entreprise et licence professionnelle communication et gestion des ressources humaines, ont visité, hier, l’Agence malienne .

Lire aussi : #Mali : Santé reproductive et sexuelle des jeunes : Le projet Sikan souhaite un changement transformateur et durable

L’organisation entend, pour y arriver, asseoir un système de santé plus efficace, équitable et durable en exploitant le pouvoir du secteur privé et des jeunes eux-mêmes.

Lire aussi : #Mali : Salon Business Days : Améliorer davantage la qualité des services

Orange Mali entreprise multiservices organise depuis hier au Centre international de conférences de Bamako (CICB) la 1ère édition du Salon d’Orange Business Days (B to B)..

Les articles de l'auteur

#Mali : Mairie de la Commune V : Les réalisationS de l’équipe de Amadou Ouattara

La mairie de la Commune V du District de Bamako a procédé à la restitution publique de son compte administratif au titre de l’exercice budgétaire 2023, samedi dernier dans un hôtel de la place. C’était sous la présidence du maire de la Commune V, Amadou Ouattara..

Par Anta CISSÉ


Publié lundi 27 mai 2024 à 17:51

#Mali : Contre la faim et la malnutrition infantile : World-vision lance sa campagne Enough

Enough (Assez) est une campagne de trois ans dont l’objectif est d’avoir «assez» d’aliments nutritifs pour chaque enfant, provenant de sources éthiques et durables, et permettant à tous les enfants de s’épanouir..

Par Anta CISSÉ


Publié jeudi 23 mai 2024 à 19:24

#Mali : Tontine de bijoux en or : La fluctuation du prix du métal jaune peut jouer de mauvais tours

La tontine de bijoux en or, est considérée par certaines femmes comme un investissement sûr et rentable, le prix du métal jaune pouvant augmenter sur le long terme. Mais dans ce business, il arrive que le gain escompté ne soit pas au rendez-vous.

Par Anta CISSÉ


Publié mardi 14 mai 2024 à 18:34

#Mali : Amap : des étudiants de l’Hetec visitent la structure

Une cinquantaine d’étudiants de l’école supérieure des hautes études technologiques et commerciales (Hetec), en licence professionnelle communication et gestion d’entreprise et licence professionnelle communication et gestion des ressources humaines, ont visité, hier, l’Agence malienne de presse et de publicité (Amap)..

Par Anta CISSÉ


Publié jeudi 09 mai 2024 à 08:43

#Mali : Santé reproductive et sexuelle des jeunes : Le projet Sikan souhaite un changement transformateur et durable

L’organisation entend, pour y arriver, asseoir un système de santé plus efficace, équitable et durable en exploitant le pouvoir du secteur privé et des jeunes eux-mêmes.

Par Anta CISSÉ


Publié lundi 06 mai 2024 à 09:55

#Mali : Salon Business Days : Améliorer davantage la qualité des services

Orange Mali entreprise multiservices organise depuis hier au Centre international de conférences de Bamako (CICB) la 1ère édition du Salon d’Orange Business Days (B to B)..

Par Anta CISSÉ


Publié vendredi 26 avril 2024 à 09:38

#Mali : Lutte contre la corruption : Renforcement des compétences des agents des structures de contrôle

L’Office central de lutte contre l’enrichissement illicite (Oclei) tient, depuis hier dans un hôtel de la place, un atelier de formation de ses agents et des structures de contrôle sur la convention des Nations unies contre la corruption et son mécanisme d’examen et d’application..

Par Anta CISSÉ


Publié mardi 16 avril 2024 à 07:40

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner