Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK).

Publié vendredi 23 février 2024 à 08:44
Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia


Titulaire d’un Ph. D en archéologie depuis 1989 et d’un Certificat de fin d’étude à l’Académie des beaux-arts de Leningrad (Saint-Pétersbourg) en 1985, Oumar Kamaka Ka est membre titulaire de l’Académie des sciences du Mali (ASM) depuis 2020. Il a de 2012 à 2022, dirigé l’Institut universitaire de technologie de Bamako. Responsable de la section Arts à la Faculté des lettres, langues et sciences humaines (Flash) de l’Université de Bamako, il a été directeur général de l’Institut national des arts (Ina) de 2003 à 2008. Cet académicien fait partie également de ceux qui ont travaillé sur la conception et la création du Musée de la femme «Muso Kunda», car en 1996 il était le coordinateur chargé de recherche au sein de cette structure originale.


Un parcours élogieux qu’il entend mettre à profit pour faire rayonner davantage cette structure prestigieux à la tête de laquelle il vient d’être nommé. «C’est un sentiment de reconnaissance envers le ministre chargé de l’Artisanat, qui m’a fait confiance. Je ne saurai jamais le remercier assez». Et d’exprimer clairement sa fierté au regard de l’engouement suscitée par sa nomination au Camm-BFK auprès des professionnels et amateurs d’art.

L’intellectuel est auteur de plusieurs publications scientifiques. Mais aussi de contributions au débat public, notamment à travers des articles de presse dans différents journaux (quotidiens et hebdomadaires). On garde encore à l’esprit certains comme «La fuite des cerveaux de la préhistoire à l’époque contemporaine» dans Le Républicain ; «Esprit critique et poids des croyances» dans L’observateur n°25 en mars 1993 ; «Les Bozo, oui, mais avec les autres», dans L’Essor n° 12487 en  juin 1993 ; «La femme est un homme manqué (mas occasionatus)» d’Albert le Grand, essai critique, in Le Républicain n° 80 en mars 1994.

 Il y a aussi «Le rôle de l’art africain dans l’émergence des consciences» présenté lors de la Conférence internationale sur l’histoire universelle, à Bamako en 1999 ; «L’Éffigie du concept comme élément de désintégration de la création contemporaine en Afrique» présenté au Festival panafricain d’Alger, en juillet 2009 ; «La majorité des peintres ne vivent pas de leur art», dans Les Échos n°1136 en octobre 2010 ; «Quand l’État, le droit et le peuple se disputent la même légitimité», in Le Challenger, n°772 en avril 2012 ; «Note sur la problématique des écoles d’art en Afrique francophone. Rétrospective d’une tradition», in Études maliennes n°84/2017, Ed. Savane verte, Bamako, pp. 203-218 ; «Covid-19 et énergies créatives dans le secteur culturel du Mali», 2021, article collectif.

Oumar Kamara Ka a également animé une vingtaine de conférence-débats sur l’art malien et africain en général et sur les relations entre l’art et la société. La dernière exposition individuelle du peintre porte sur «La dimension esthétique et philosophique de la vie et de l’œuvre du musicien malien Salif Keita». C’était en 2016 dans la galerie de cette grande école d’art qu’il dirige désormais.

En 1995, Kamara Ka présente son travail sur «Les cantatrices du Mali» qui a eu un grand succès auprès du public. Il s’agissait d’une vingtaine de portraits des chanteuses maliennes.


Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Rentrée culturelle du Centre culturel Korè : La culture s’invite dans le dialogue inter-maliens

La cérémonie de lancement de la saison culturelle 2024-2025 du Groupe korè art et culture (GKAC), débutée vendredi dernier à Ségou, s’est presque achevée en apothéose le lendemain..

Lire aussi : #Mali ; Maryse Condé : L’autrice DE «Ségou» n'est plus

Cette militante de la mémoire et de l’anticolonialisme, a écrit plus de 70 ouvrages. De la pièce de théâtre aux essais en passant par la fiction et les livres pour enfants, les écrits de celle qui a su montrer la grandeur et la richesse de Ségou, sont inspirés par son parcours et ses comba.

Lire aussi : #Mali : Musique : Youssouf Dramé dit Kara show présente les notes écrites du tama

Issu d’une famille de griots, appelés «Guessérés», le virtuose du tama travaille sur un projet d’édition qui peine à être bouclé, faute de financement. Son objectif est pourtant noble : permettre aux amateurs de cet instrument et aux professionnels de la musique qui le souhaitent d’.

Lire aussi : #Mali : Opération Sunakari : Le fonds Maaya appuie 130 artistes

130 artistes ont reçu du Fonds africain pour la culture un montant symbolique d’appui à l’occasion du mois de Ramadan 2024. La cérémonie a été conclue par une rupture collective de jeûne. En effet, ils sont nombreux les artistes à estimer que ce geste constitue un grand soulagement pour .

Lire aussi : Journée mondiale du théâtre : Pour un renforcement de cet art à l’école

Le monde célèbre le 27 mars de chaque année la Journée mondiale du théâtre, une occasion de mettre en exergue le rôle de l’art dans la promotion du dialogue interculturel et civilisationnel, en tant que source d’inspiration favorisant la diversité et l’ouverture culturelle et faisant p.

Lire aussi : #Mali : Décoration : Oumou Sangaré, désormais officier des arts et de la culture de France

Vingt six ans après la médaille de chevalier de l’Ordre des arts et de la culture de France, la grande star de la musique malienne, Oumou Sangaré, vient d’être élevée au grade d’Officier des arts et de la culture de France..

Les articles de l'auteur

#Mali : Rentrée culturelle du Centre culturel Korè : La culture s’invite dans le dialogue inter-maliens

La cérémonie de lancement de la saison culturelle 2024-2025 du Groupe korè art et culture (GKAC), débutée vendredi dernier à Ségou, s’est presque achevée en apothéose le lendemain..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié mardi 16 avril 2024 à 07:30

#Mali ; Maryse Condé : L’autrice DE «Ségou» n'est plus

Cette militante de la mémoire et de l’anticolonialisme, a écrit plus de 70 ouvrages. De la pièce de théâtre aux essais en passant par la fiction et les livres pour enfants, les écrits de celle qui a su montrer la grandeur et la richesse de Ségou, sont inspirés par son parcours et ses combats.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:25

#Mali : Musique : Youssouf Dramé dit Kara show présente les notes écrites du tama

Issu d’une famille de griots, appelés «Guessérés», le virtuose du tama travaille sur un projet d’édition qui peine à être bouclé, faute de financement. Son objectif est pourtant noble : permettre aux amateurs de cet instrument et aux professionnels de la musique qui le souhaitent d’apprendre à le jouer.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:24

#Mali : Opération Sunakari : Le fonds Maaya appuie 130 artistes

130 artistes ont reçu du Fonds africain pour la culture un montant symbolique d’appui à l’occasion du mois de Ramadan 2024. La cérémonie a été conclue par une rupture collective de jeûne. En effet, ils sont nombreux les artistes à estimer que ce geste constitue un grand soulagement pour eux et leurs familles respectives..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:22

Journée mondiale du théâtre : Pour un renforcement de cet art à l’école

Le monde célèbre le 27 mars de chaque année la Journée mondiale du théâtre, une occasion de mettre en exergue le rôle de l’art dans la promotion du dialogue interculturel et civilisationnel, en tant que source d’inspiration favorisant la diversité et l’ouverture culturelle et faisant partie intégrante du patrimoine civilisationnel immatériel qui reflète les valeurs d’appartenance et de coexistence..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:20

#Mali : Décoration : Oumou Sangaré, désormais officier des arts et de la culture de France

Vingt six ans après la médaille de chevalier de l’Ordre des arts et de la culture de France, la grande star de la musique malienne, Oumou Sangaré, vient d’être élevée au grade d’Officier des arts et de la culture de France..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:40

#Mali : Ousmane Samassékou : Le couteau suisse de l’audiovisuel

Il se présente comme : «un professionnel polyvalent de la production audiovisuelle et de création de graphiques et contenus multimédia, avec une expertise avérée dans la réalisation, la production, la coordination, le design et la capture d’images»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 22 mars 2024 à 08:07

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner