Sur le vif, Sahel : Le temps des convulsions

Notre sous-région est en ébullition. La série des changements de régime menés par les militaires dans quatre pays de la sous-région a décuplé les convulsions déjà fortes du fait de la crise sécuritaire. Entre partisans et adversaires des auteurs des coups d’État, le débat fait rage. Les échanges sont à mots armés sur les réseaux sociaux.

Publié mardi 22 août 2023 à 07:24 , mis à jour dimanche 16 juin 2024 à 16:31
Sur le vif, Sahel : Le temps des convulsions

Ceux qui estiment que les coups de force sont les bienvenus peuvent être classés en trois catégories. La première est composée de ceux pour qui l’intervention des militaires est une opportunité après la chute des adversaires qui monopolisaient le pouvoir au détour des consultations électorales plus moins crédibles.


La deuxième catégorie regroupe ceux dont les régimes ont été renversés par la vague de démocratisation des années 90 et qui ont dû se taire ou se convertir aux vertus de la démocratie sans trop y croire. La troisième catégorie réunit la masse de ceux qui sont réellement convaincus par le discours de renouveau et de changement mis en avant par les nouveaux pouvoirs.

Quant aux adversaires des coups d’État, ils se recrutent parmi les perdants des changements en cours. Ceux qui détenaient le pouvoir et qui se retrouvent à la touche au lendemain de la diffusion d’un communiqué lu à la télévision nationale par un groupe de militaires. Autre catégorie du groupe des adversaires : ceux qui croient réellement aux principes démocratiques et qui sont prêts à les défendre. On peut retenir aussi dans ce groupe les milieux d’affaires dont les opportunités sont fortement menacées lorsque le pouvoir change de main.

Partisans et adversaires des pouvoirs militaires, dans leur guerre sans merci, ne manquent pas d’appuis extérieurs. Les premiers sont soutenus par des panafricains de type nouveau dont l’objectif est de tailler des croupières à l’influence des anciennes puissances coloniales, principalement la France. Leur action fait le bonheur de grands pays (Russie, Chine, Turquie, etc.) désireux de bousculer la domination déjà bien établie.


D’où le soupçon d’agents étrangers que leurs adversaires ne manquent pas de flétrir. Quant aux seconds, ils bénéficient du soutien des pays promoteurs de la démocratie. Ces derniers ont fait de la démocratie un instrument d’influence à travers le monde. Au point de nuire à l’image de leurs protégés africains qui passent aujourd’hui pour des vendus à l’Occident.

La catégorisation des deux groupes permet de mieux comprendre les arguments développés par les uns contre les autres. Les thuriféraires des pouvoirs militaires mettent en avant les mauvaises pratiques ayant émaillé l’expérience démocratique dans nos pays ces trente dernières années. Et pour diaboliser leurs adversaires, les disqualifier, les chasser du périmètre de la respectabilité, ils leur collent l’étiquette de marionnettes de l’ancienne puissance coloniale et ses alliés occidentaux.


Ces derniers, par leurs déclarations et par leurs agissements, donnent sans le vouloir du crédit à cette accusation infâmante. Pour l’écrasante majorité des populations, les chefs d’État de la Cedeao ne sont que des pantins dont les ficelles sont tirées depuis l’Élysée. C’est le résultat d’un vrai travail d’orfèvre pour décrédibiliser l’adversaire.

Un adversaire si groggy qu’il a beaucoup de mal à trouver la parade contre l’argument sur les dérives de l’expérience démocratique. Il reste inaudible même quand il fait remarquer que la démocratie reste tout de même un excellent moyen de dévolution du pouvoir sans violence si elle est appliquée dans les règles de l’art. Même en objectant que les coups d’État ouvrent les portes de l’échiquier politique à la violence, il trouve peu d’écho dans l’opinion.

Il n’en faut pas plus pour que les pouvoirs dits démocratiques commencent à craindre d’être incommodés par des bruits de bottes dans leurs palais. Du coup, la confrontation entre les deux camps se radicalise. Elle tourne à un face-à-face entre ceux qui poussent à des changements anticonstitutionnels, estimant que c’est la seule voie pour arracher les peuples des griffes des prédateurs agissant sous le couvert de la démocratie, et des pouvoirs calfeutrés pour éviter d’être emportés par des bouleversements nourris par les aspirations de la jeunesse à l’émancipation.

Les convulsions en cours n’ont peut-être pas encore révélé tous leurs épisodes. Mais mis à part des changements de régimes, vont-elles aboutir à de nouveaux modes de gouvernance et de dévolution du pouvoir à l’africaine ? Les proclamations panafricanistes devraient incliner à répondre par l’affirmative.

Malheureusement, le niveau des débats n’incite guère à l’optimisme. Certains protagonistes ne s’embarrassent guère de scrupules dans les invectives et les fausses accusations visant à déconsidérer l’adversaire.

Les réflexes de conquête et de conservation du pouvoir semblent l’emporter sur la nécessaire réflexion pour nourrir les aspirations au changement. Des bruits des échanges d’insanités entre vidéomans, rien de bon ne sortira. Les tintamarres obligent les intellectuels et autres personnes ressources à taire leurs bonnes idées, de peur de subir les foudres des talibans régnant en maîtres sur les réseaux sociaux et terrorisant tous ceux qui risquent des objections.

Or, les militaires au pouvoir ont besoin d’accompagnement en termes de propositions et de suggestions. Il serait court de réduire leur action à une simple réflexion d’assoiffés du pouvoir. Ayant vécu les dures réalités de la guerre, l’incurie des tenants de l’ancien régime frisant l’insouciance a dû les encourager à prendre les rênes du pays pour rechercher les solutions à cette crise majeure qui affecte le pays depuis plus d’une décennie.

À première vue, les pouvoirs militaires font peur du fait des agissements de certains régimes des années 70 et 80. Ces épisodes de la vie de la nation doivent être interrogés par les chercheurs pour en tirer des enseignements. Il devrait en être de même pour l’expérience démocratique qui fait aujourd’hui l’objet de tous les quolibets.

L’actuel mouvement panafricaniste doit aller au-delà du simple rejet de l’expérience démocratique et de l’appel au renversement de certains dirigeants honnis. Il faut éviter les pièges de la décolonisation. «On s’émancipe d’un ordre colonial, mais, pour acter cette émancipation, on copie l’État du colonisateur», constate l’historien Bertrand Badie en parlant de l’échec de la décolonisation en Afrique.


Le chercheur estime que les Africains devraient plutôt inventer leurs propres modes de gouvernance, ancrés dans les réalités africaines. Les dirigeants comme Modibo Keita, Kwamé Nkrumah ont bien tenté d’exploiter l’africanité. Leurs expériences, bien que perfectibles, étaient porteuses d’espoir. Mais elles ont tourné court. Et l’État africain indépendant a continué à se comporter comme celui du colonisateur. Si les mouvements d’indépendance ont été nourris par l’injustice de la colonisation, la révolte d’aujourd’hui contre certains pouvoirs en place est engendrée par la mauvaise gouvernance.

Pourtant, les Asiatiques aussi ont subi des brimades sous la colonisation. Mais eux ont réussi à mettre en place des mécanismes de gouvernance plongeant leurs racines dans leur propre culture. C’est la preuve que c’est bien possible. À condition d’aller au-delà des émotions.

Brehima TOURE

Lire aussi : Spécial 22 septembre, Edito: Le Mali de demain

La célébration du 22 Septembre intervient cette année dans un contexte sécuritaire tumultueux. à cause des actions de traitrise des ennemis de la paix..

Lire aussi : Sur le vif: Les défis du souverainisme

La flamme du patriotisme est ravivée. Le souverainisme est au goût du jour. Les Africains sont bien décidés, cette fois-ci, à se débarrasser de toutes les influences et à devenir enfin maîtres chez eux. L’ambition est louable. Le programme quoique vaste et ardu, ne semble pas rebuter les n.

Lire aussi : Vive la 4è République !

L’histoire retiendra que le colonel Assimi Goïta a signé l’acte de naissance de la 4è République du Mali. La 3è République passe à la postérité. Vive la 4è République !.

Lire aussi : Médias manipulateurs

Il y a bel et bien une cabale orchestrée contre notre pays. Le traitement médiatique coordonné en est la preuve..

Lire aussi : Ouvrage sur les héros de la défense de la patrie : Le comité scientifique au travail

Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, a procédé, hier au Mémorial Modibo Keita, au lancement du Comité scientifique du projet d’élaboration de l’ouvrage sur les héros de la défense de la patrie..

Lire aussi : Spécial 22 septembre 2022, Edito : Détermination

Les Maliens aspirent à un changement profond dans la gouvernance du pays. Cette aspiration, les dirigeants de la Transition en ont fait la boussole de leur action. Leur détermination surprend nos partenaires les plus familiers et étonne souvent nos compatriotes..

Les articles de l'auteur

Spécial 22 septembre, Edito: Le Mali de demain

La célébration du 22 Septembre intervient cette année dans un contexte sécuritaire tumultueux. à cause des actions de traitrise des ennemis de la paix..

Par Brehima TOURE


Publié mercredi 20 septembre 2023 à 20:30

Sur le vif: Les défis du souverainisme

La flamme du patriotisme est ravivée. Le souverainisme est au goût du jour. Les Africains sont bien décidés, cette fois-ci, à se débarrasser de toutes les influences et à devenir enfin maîtres chez eux. L’ambition est louable. Le programme quoique vaste et ardu, ne semble pas rebuter les nouveaux panafricanistes. C’est ce que laissent croire les proclamations à longueur de vidéos sur les réseaux sociaux..

Par Brehima TOURE


Publié mardi 29 août 2023 à 07:58

Vive la 4è République !

L’histoire retiendra que le colonel Assimi Goïta a signé l’acte de naissance de la 4è République du Mali. La 3è République passe à la postérité. Vive la 4è République !.

Par Brehima TOURE


Publié lundi 24 juillet 2023 à 06:50

Médias manipulateurs

Il y a bel et bien une cabale orchestrée contre notre pays. Le traitement médiatique coordonné en est la preuve..

Par Brehima TOURE


Publié jeudi 18 mai 2023 à 07:23

Ouvrage sur les héros de la défense de la patrie : Le comité scientifique au travail

Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo, a procédé, hier au Mémorial Modibo Keita, au lancement du Comité scientifique du projet d’élaboration de l’ouvrage sur les héros de la défense de la patrie..

Par Brehima TOURE


Publié vendredi 28 octobre 2022 à 07:22

Spécial 22 septembre 2022, Edito : Détermination

Les Maliens aspirent à un changement profond dans la gouvernance du pays. Cette aspiration, les dirigeants de la Transition en ont fait la boussole de leur action. Leur détermination surprend nos partenaires les plus familiers et étonne souvent nos compatriotes..

Par Brehima TOURE


Publié mercredi 21 septembre 2022 à 09:15

Coopération : L’axe Bamako-Moscou prend du volume

À la coopération militaire qui semble satisfaire les deux parties, le Mali et la Russie entendent ajouter le développement des échanges commerciaux. L’entente cordiale entre Maliens et Russes confirme aussi la consolidation du processus de changement d’alliance et de stratégie dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.

Par Brehima TOURE


Publié lundi 23 mai 2022 à 07:38

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner