#Mali : #Cour d’assises de Bamako : Le coup de pierre mortel

Une histoire de chiffon opposa les deux manœuvres au travail. L’altercation qui s’en est suivie a tourné au drame

Par

Publié jeudi 08 février 2024 à 07:48 , mis à jour mardi 05 mars 2024 à 15:32
#Mali : #Cour d’assises de Bamako : Le coup de pierre mortel

Suspecté de coups mortels, A. Keïta, la vingtaine, a comparu la semaine dernière devant les juges de la Cour d’assises. Le fait dont il s’est rendu coupable, lui a valu de tomber sous les coups des dispositions de l’article 202 du code pénal. L’affaire a eu lieu en novembre 2020, sur un site d’extraction de sable à Djicoroni-Coura à la périphérie de Bamako.


Selon l’arrêt de renvoi, ce jour-là, une altercation opposa A. Keita et D. Bagayoko, tous deux employés comme manœuvres. Après un temps de travail, A. Keïta s’est retiré pour se reposer. C'est ce moment qu’a choisi sa future victime, D. Bagayoko pour s‘accaparer d’un morceau de chiffon usagé qu’ils utilisaient tous les deux pour se nettoyer les mains. Normalement cela ne devrait pas poser de problème d’autant plus qu’ils avaient tous les deux l’habitude d’agir de la sorte. Lorsqu’il a repris le travail après le repos, une vive altercation a opposé le nommé A. Keïta à D. Bagayogo à propos de ce vieux chiffon.

 C’est ainsi que l’oncle de ce dernier, Sinè Bagayoko est intervenu pour les séparer. Le  neveu a accepté l'intervention de l’oncle, et un calme relatif s’est installé et le travail a continué comme si de rien n’était. Les choses auraient pu s’arrêter là, si A. Keïta n’était pas du genre rancunier.

Mécontent du coup qu'il venait de recevoir lors de cette altercation et n'ayant pu lui rendre la monnaie, il s’est saisi d'une pierre et la lance violemment en direction de D. Bagayoko. Celui-ci sera atteint à la tête avant de succomber suite aux  blessures causées par la pierre qu’il a reçu. D’où la comparution de l’ami rancunier devant les jurés de la Cour d'assises.

À la barre, il n'a pas cherché à se disculper. Sans ambages, il a avoué son forfait  préférant dire la vérité que de faire traîner les débats. Le suspect a clairement expliqué qu’il a donné le coup à son adversaire, mais sans avoir l’intention de le tuer. Toutefois, il a mis son acte au compte d’un « accident ». Ainsi, les jurés n’ont plus vu la nécessité de faire durer le suspens.

Le ministère public a, dans son rôle de défenseur des citoyens, chargé l’accusé en requérant de le maintenir dans les liens de l’accusation.

Face à la culpabilité incontestable de son client, la défense a plaidé pour des circonstances atténuantes. Il ne fallait pas plus pour que le conseil sollicite la clémence de la Cour pour son client qu’il pense encore récupérable et utile pour la société vu son âge. Reconnu coupable, l’inculpé a écopé de 5 ans de prison ferme.

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Kayes : Il poignarde son ami et prend la fuite

À la suite d’une banale dispute entre deux amis du même groupe, l’un a mortellement poignardé l’autre avant de s’enfuir. Il a été interpellé et remis à la justice.

Lire aussi : Kalaban-coro : Un cambiste tombe sous les balles de bandits armés

Ils l’ont poursuivi nuitamment jusqu’à son domicile et ont tiré sur lui à bout portant avant de s’évaporer dans la nature.

Lire aussi : #Mali : Viol collectif : Dix ans de réclusion criminelle pour un quatuor

Les quatre présumés auteurs de l’affaire dite de viol collectif de la petite Tenin Keïta connaissent désormais leur sort. Les juges de la Cour d’assises de Bamako leur ont infligé mardi dernier, une peine de 10 ans de réclusion criminelle chacun. Le quartuor est composé de Gagny Coulibaly.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : 15 ans de réclusion pour des coupeurs de route

En milieu de semaine dernière, les juges avaient sous la main les dossiers de quatre coupeurs de route : Sékou Hamadoun Diagouraga, Amadou Barry, Moussa Barry et Bourama Bolly. Ce quatuor était inculpé pour des faits « d’association de malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’arme.

Lire aussi : #Mali : Violences faites aux filles : Un maçon violeur condamné à 5 ans de prison

Les maisons en chantier sont les sites préférés de certains ouvriers pour commettre des agressions sexuelles à l’endroit des filles surtout les vendeuses ambulantes..

Lire aussi : La jalousie conduit au pire

Il soupçonnait son épouse d’entretenir une relation extraconjugale et supportait mal ses abandons de foyers. Pour avoir la paix, il l’a tout simplement poignardée à mort.

Les articles de l'auteur

#Mali : Kayes : Il poignarde son ami et prend la fuite

À la suite d’une banale dispute entre deux amis du même groupe, l’un a mortellement poignardé l’autre avant de s’enfuir. Il a été interpellé et remis à la justice.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 04 mars 2024 à 07:19

Kalaban-coro : Un cambiste tombe sous les balles de bandits armés

Ils l’ont poursuivi nuitamment jusqu’à son domicile et ont tiré sur lui à bout portant avant de s’évaporer dans la nature.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 26 février 2024 à 08:16

#Mali : Viol collectif : Dix ans de réclusion criminelle pour un quatuor

Les quatre présumés auteurs de l’affaire dite de viol collectif de la petite Tenin Keïta connaissent désormais leur sort. Les juges de la Cour d’assises de Bamako leur ont infligé mardi dernier, une peine de 10 ans de réclusion criminelle chacun. Le quartuor est composé de Gagny Coulibaly, Mamadou Konta, Badra Dembélé et Alfousseyni Dienta. Le plus jeune a 16 ans, le plus âgé 25 et les deux autres en ont 18..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:18

Cour d’assises de Bamako : 15 ans de réclusion pour des coupeurs de route

En milieu de semaine dernière, les juges avaient sous la main les dossiers de quatre coupeurs de route : Sékou Hamadoun Diagouraga, Amadou Barry, Moussa Barry et Bourama Bolly. Ce quatuor était inculpé pour des faits « d’association de malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’arme à feu et complicité »..

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 21 février 2024 à 07:54

#Mali : Violences faites aux filles : Un maçon violeur condamné à 5 ans de prison

Les maisons en chantier sont les sites préférés de certains ouvriers pour commettre des agressions sexuelles à l’endroit des filles surtout les vendeuses ambulantes..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:35

La jalousie conduit au pire

Il soupçonnait son épouse d’entretenir une relation extraconjugale et supportait mal ses abandons de foyers. Pour avoir la paix, il l’a tout simplement poignardée à mort.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 15 février 2024 à 09:27

Cour d’assises de Bamako : Les deux amis paient pour leurs comportements

Ils se promenaient librement avec une arme à feu dans leur voiture. L’un deux n’a pas hésité à en faire usage en tirant à bout portant sur une de leur connaissance.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 13 février 2024 à 08:08

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner