Institut national de formation en sciences de la santé : Une résilience à toute épreuve

Le nombre d’étudiants nationaux et étrangers s’accroît d’année en année

Publié mardi 25 janvier 2022 à 09:17
Institut national de formation en sciences de la santé : Une résilience à toute épreuve

L’année académique 2020-2021 de l’Institut national de formation en sciences de la santé (INFSS) a été perturbée par la pandémie du coronavirus, la situation socio-politique du pays, la réticence des partenaires techniques et financiers (PTF) et par un climat social altéré. Malgré cette situation difficile, l’INFSS a pu atteindre ses objectifs majeurs grâce à ses fonds propres avec un taux de recouvrement de 85% des prévisions.


L’établissement a aussi réalisé ses actions prioritaires et essentielles à hauteur de souhait. Mais, d’autres défis restent à relever par l’INFSS pour l’année académique 2021-2022. Ces résultats probants ont été exposés aux 19 administrateurs de l’établissement, hier dans ses locaux, lors de la 27è session ordinaire de son conseil d’administration.

Le procès-verbal (PV), l’état d’exécution des recommandations de la précédente session, le rapport d’activités, le budget 2021, le rapport de mission dans les annexes de l’INFSS, le programme opérationnel 2022 (PO) et le budget prévisionnel de 2022 étaient les différents documents soumis à l’approbation des administrateurs.

Pour l’exercice 2022, le budget prévisionnel de l’INFSS est arrêté en dépenses et recettes à plus de 3,5 milliards de Fcfa contre 2,1 milliards de Fcfa. Ce budget est composé des ressources propres estimées à 320 millions, de la subvention de l’État chiffrée à plus de 2,4 milliards de Fcfa et de l’appui des PTF qui s’élève à plus de 793 millions de Fcfa.

Le directeur général de l’INFSS, Pr Bokary Diallo, a rappelé que sur la base d’un programme et dans le but d’approfondir ses priorités, son établissement a effectué un diagnostic institutionnel et un renforcement organisationnel suivi d’une analyse stratégique. Selon lui, ces résultats ont été atteints grâce à la contribution de tous. Un cadre de réflexion et d’échanges a permis à l’Institut de proposer les grandes lignes de ses actions futures.


Ainsi, la direction de l’établissement compte mettre en place un système de gestion de performance, conformément aux dispositions de la Charte africaine sur les valeurs et les principes du service public et de l’administration, adoptées le 31 janvier 2011 lors de la 26è Assemblée générale des chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, a précisé le directeur général.

Cela a amené l’Institut à faire des propositions qui sont, entre autres, la mise en place d’un comité de dialogue social, d’un système d’évaluation de la performance individuelle et collective, de l’évaluation permanente de l’enseignement et des apprentissages de la signature d’un accord d’établissement.


L’installation d’écrans géants dans les amphithéâtres, la formation à la carte, l’accompagnement des étudiants au cycle doctoral, la création de nouvelles filières, d’un laboratoire de recherches, d’un service d’audit interne et d’assurance qualité font partie des propositions. Des Masters en cours du soir, l’institution de cercles de qualité, la création du «Team building» figurent aussi parmi les propositions. Et le Pr Bokary Diallo d’assurer que l’Institut compte pérenniser certains acquis comme le plan d’actions de mise en œuvre de ces innovations et le paiement des heures supplémentaires pour un climat social apaisé.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Pr Amadou Keïta a rappelé que l’année 2021 a vu l’installation d’un nouveau directeur en novembre après appel à candidatures. Et d’ajouter que 2021 fut aussi d’une manière générale pour le Mali, une année de contraintes budgétaires dues d’une part à la Covid-19. Les défis devenaient alors nombreux à relever au niveau de l’INFSS.

Parmi les actions essentielles et prioritaires exécutées par l’INFSS, le ministre Keïta a cité la tenue du concours d’entrée à l’Institut, des examens de fin de cycle, des stages ruraux, le démarrage du projet «Communautés locales d’enseignement pour des femmes et des filles en santé  (CLEFS)» du partenaire canadien le 4 novembre 2021, ainsi que la prolongation du projet «Force OKP» du partenaire néerlandais jusqu’en juin 2022.


Il a cité aussi la poursuite de la coopération avec l’ONG espagnole Medicus Mundi, le démarrage des cours du Centre d’excellence le 1er novembre 2021 et les missions de prise de contact dans les annexes de l’INFSS dans les régions au cours desquelles de nombreux problèmes ont été résolus.

Le Pr Amadou Keïta s’est dit satisfait de l’exécution correcte des programmes d’enseignement de l’INFSS, de l’augmentation graduelle du nombre d’étudiants nationaux et étrangers malgré un processus de sélection très rigoureux, du dynamisme du partenariat.


Il a aussi déclaré que le passif des heures supplémentaires impayées, le chantier inachevé de l’INFSS annexe de Kayes, la mise en place d’outils modernes pour l’enseignement, l’amélioration de la qualité de l’enseignement, l’insuffisance de ressources humaines qualifiées et le poids élevé des vacataires sont d’autres difficultés qui doivent être résolues. Créé en septembre 2004, l’INFSS a pour missions la formation et la recherche, entre autres.

Sidi WAGUE

Lire aussi : #Mali : Académie malienne des langues : Sentinelle de nos langues nationales

Grâce au travail technique de l’Amalan, notre pays dispose d’alphabets, des règles de transcription, de lexiques, de grammaire de références pour 12 de nos 13 langues nationales.

Lire aussi : #Mali : Examen du DEF : C’est le grand calme dans les centres d’examen

Les épreuves du Diplôme d’études fondamentales (DEF) se sont poursuivies, hier, dans les différents centres d’examen à Bamako. Les candidats ont composé dans différentes matières, notamment les mathématiques et la biologie..

Lire aussi : #Mali : Examen du DEF : 349.080 candidats inscrits cette année

Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a lancé hier les épreuves de cet examen de fin d’année. Le chef du gouvernement a conseillé aux postulants d’accomplir des efforts personnels et de ne compter que sur eux-mêmes.

Lire aussi : #Mali : Examens de fin d’année scolaire : Le ministre Amadou Sy Savané donne le top départ du cap

Cette année, ils sont 22.094 candidats à vouloir obtenir le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP). Ces postulants sont repartis entre 20 Académies et 144 centres d’examen à travers le pays.

Lire aussi : #Mali : Examens de fin d’année scolaire : L’heure des préparatifs

Dans les différents établissements scolaires, les candidats se préparent du mieux qu’ils peuvent. Certains postulants s’exercent en petits groupes, d’autres suivent des cours de remédiation dispensés bénévolement par des enseignants.

Lire aussi : #Mali : Examen du DEF : C’est parti pour les épreuves anticipées

Le ministre de l’Éducation nationale, Dr Amadou Sy Savané, a donné, vendredi dernier au stade municipal de Djélibougou, le coup d’envoi des épreuves anticipées du Diplôme d’études fondamentales (DEF)..

Les articles de l'auteur

#Mali : Académie malienne des langues : Sentinelle de nos langues nationales

Grâce au travail technique de l’Amalan, notre pays dispose d’alphabets, des règles de transcription, de lexiques, de grammaire de références pour 12 de nos 13 langues nationales.

Par Sidi WAGUE


Publié mardi 11 juin 2024 à 17:59

#Mali : Examen du DEF : C’est le grand calme dans les centres d’examen

Les épreuves du Diplôme d’études fondamentales (DEF) se sont poursuivies, hier, dans les différents centres d’examen à Bamako. Les candidats ont composé dans différentes matières, notamment les mathématiques et la biologie..

Par Sidi WAGUE


Publié mardi 04 juin 2024 à 17:51

#Mali : Examen du DEF : 349.080 candidats inscrits cette année

Le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, a lancé hier les épreuves de cet examen de fin d’année. Le chef du gouvernement a conseillé aux postulants d’accomplir des efforts personnels et de ne compter que sur eux-mêmes.

Par Sidi WAGUE


Publié lundi 03 juin 2024 à 19:24

#Mali : Examens de fin d’année scolaire : Le ministre Amadou Sy Savané donne le top départ du cap

Cette année, ils sont 22.094 candidats à vouloir obtenir le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP). Ces postulants sont repartis entre 20 Académies et 144 centres d’examen à travers le pays.

Par Sidi WAGUE


Publié lundi 27 mai 2024 à 18:45

#Mali : Examens de fin d’année scolaire : L’heure des préparatifs

Dans les différents établissements scolaires, les candidats se préparent du mieux qu’ils peuvent. Certains postulants s’exercent en petits groupes, d’autres suivent des cours de remédiation dispensés bénévolement par des enseignants.

Par Sidi WAGUE


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:27

#Mali : Examen du DEF : C’est parti pour les épreuves anticipées

Le ministre de l’Éducation nationale, Dr Amadou Sy Savané, a donné, vendredi dernier au stade municipal de Djélibougou, le coup d’envoi des épreuves anticipées du Diplôme d’études fondamentales (DEF)..

Par Sidi WAGUE


Publié dimanche 19 mai 2024 à 18:26

Dialogue inter-Maliens : Les syndicats édifiés

En prélude à la phase nationale du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale, les membres du comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens ont rencontré, mercredi dernier au Centre international de conférences (CICB), les responsables des centrales syndicales et des syndicats de l’éducation..

Par Sidi WAGUE


Publié vendredi 05 avril 2024 à 09:01

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner