#Mali : #Cour d’assises de Bamako : L’accusé acquitté après 4 ans de prison

Inculpé de pédophilie dans le voisinage sur une fillette de 8 ans, en l’absence de preuves, les juges l’ont acquitté après 4 ans de détention

Par

Publié jeudi 08 février 2024 à 07:49 , mis à jour mardi 05 mars 2024 à 13:43
#Mali : #Cour d’assises de Bamako : L’accusé acquitté après 4 ans de prison

À la suite de l’ami criminel K. Diarra a été jugé. Il a recouvré la liberté après avoir passé quatre ans en détention préventive pour acte de pédophilie, commis en 2019 sur une fillette âgée de 8 ans. Au moment des faits, l’inculpé était le voisin immédiat de la famille de sa future victime dans un quartier de Kasséla.  

En octobre 2019, suite à la perte de son ardoise, Djénéba Samaké (8 ans) a été sévèrement bastonnée par sa mère. Prise de panique et fuyant la fureur de sa mère, elle quitte le domicile familial pour se réfugier sous la fenêtre de leur voisin qui n'était autre que K. Diarra, son futur bourreau.

Profitant ainsi de la naïveté de la fillette, celui-ci l’amadoua et l'amena nuitamment dans sa chambre avant d’abuser d’elle. Pendant toute la nuit durant, K. Diarra viola la  fillette et ne la libéra qu'au petit matin. Une fois rentrée vers 6 heures à domicile, la pauvre Djénéba expliqua à sa maman l'acte odieux qu'elle avait subi.

C’est ainsi que K. Diarra a été conduit devant le parquet du Tribunal de grande instance de la Commune VI du District de Bamako et une information fut ouverte contre lui. Le quinquagénaire a été inculpé avant de se retrouver entre les mains de la justice. Tant à l’enquête préliminaire que devant le magistrat instructeur, K. Diarra a nié de façon catégorique les faits qui lui sont reprochés.

Comme cela ressort dans son procès verbal d’interrogatoire, l’accusé explique être venu en aide à la fillette esseulée la nuit pour la mettre à l’abri des délinquants. C’est ainsi qu’il aurait eu la gentillesse de la ramener chez elle sans pour autant y entrer. L’accusé a soutenu que c’est un complot de la fillette et de ses parents.

Ces déclarations sont contraires à celles de la victime elle-même. « K. Diarra l'a ramenée à l'intérieur de sa chambre sous une menace, puis l’a déshabillée pour commettre un acte de sodomie sur elle », peut on lire dans un passage de l’arrêt de renvoi. L’ « aveu est la reine des preuves », dit-on.

La partie civile représentée par la mère et sa fillette venue en retard n’a pas pu témoigner pour confronter l’accusé.  Qu’à cela ne tienne, dans l’assistance, elle a soutenu que l’accusé avait bien abusé de sa môme avant d’ajouter que cette dernière avait même du mal à s’asseoir sur ses fesses. Puis, elle enfonce le clou détaillant que c’est elle même qui a insisté pour que sa fille raconte ce qu’elle a subi de la part du voisin.

Ces déclarations auraient pu faire foi si elles étaient passées à la barre et si le certificat médical et l’acte de naissance avaient été versés dans le dossier. En l’absence de ces documents, preuves tangibles dans le parquet a soutenu qu’il ne pourrait pas incriminer l’inculpé. 

Ainsi la Cour a reconnu l’inculpé non coupable des faits et l’a tout simplement acquitté.

Tamba CAMARA

Lire aussi : #Mali : Kayes : Il poignarde son ami et prend la fuite

À la suite d’une banale dispute entre deux amis du même groupe, l’un a mortellement poignardé l’autre avant de s’enfuir. Il a été interpellé et remis à la justice.

Lire aussi : Kalaban-coro : Un cambiste tombe sous les balles de bandits armés

Ils l’ont poursuivi nuitamment jusqu’à son domicile et ont tiré sur lui à bout portant avant de s’évaporer dans la nature.

Lire aussi : #Mali : Viol collectif : Dix ans de réclusion criminelle pour un quatuor

Les quatre présumés auteurs de l’affaire dite de viol collectif de la petite Tenin Keïta connaissent désormais leur sort. Les juges de la Cour d’assises de Bamako leur ont infligé mardi dernier, une peine de 10 ans de réclusion criminelle chacun. Le quartuor est composé de Gagny Coulibaly.

Lire aussi : Cour d’assises de Bamako : 15 ans de réclusion pour des coupeurs de route

En milieu de semaine dernière, les juges avaient sous la main les dossiers de quatre coupeurs de route : Sékou Hamadoun Diagouraga, Amadou Barry, Moussa Barry et Bourama Bolly. Ce quatuor était inculpé pour des faits « d’association de malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’arme.

Lire aussi : #Mali : Violences faites aux filles : Un maçon violeur condamné à 5 ans de prison

Les maisons en chantier sont les sites préférés de certains ouvriers pour commettre des agressions sexuelles à l’endroit des filles surtout les vendeuses ambulantes..

Lire aussi : La jalousie conduit au pire

Il soupçonnait son épouse d’entretenir une relation extraconjugale et supportait mal ses abandons de foyers. Pour avoir la paix, il l’a tout simplement poignardée à mort.

Les articles de l'auteur

#Mali : Kayes : Il poignarde son ami et prend la fuite

À la suite d’une banale dispute entre deux amis du même groupe, l’un a mortellement poignardé l’autre avant de s’enfuir. Il a été interpellé et remis à la justice.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 04 mars 2024 à 07:19

Kalaban-coro : Un cambiste tombe sous les balles de bandits armés

Ils l’ont poursuivi nuitamment jusqu’à son domicile et ont tiré sur lui à bout portant avant de s’évaporer dans la nature.

Par Tamba CAMARA


Publié lundi 26 février 2024 à 08:16

#Mali : Viol collectif : Dix ans de réclusion criminelle pour un quatuor

Les quatre présumés auteurs de l’affaire dite de viol collectif de la petite Tenin Keïta connaissent désormais leur sort. Les juges de la Cour d’assises de Bamako leur ont infligé mardi dernier, une peine de 10 ans de réclusion criminelle chacun. Le quartuor est composé de Gagny Coulibaly, Mamadou Konta, Badra Dembélé et Alfousseyni Dienta. Le plus jeune a 16 ans, le plus âgé 25 et les deux autres en ont 18..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:18

Cour d’assises de Bamako : 15 ans de réclusion pour des coupeurs de route

En milieu de semaine dernière, les juges avaient sous la main les dossiers de quatre coupeurs de route : Sékou Hamadoun Diagouraga, Amadou Barry, Moussa Barry et Bourama Bolly. Ce quatuor était inculpé pour des faits « d’association de malfaiteurs, vol qualifié, détention illégale d’arme à feu et complicité »..

Par Tamba CAMARA


Publié mercredi 21 février 2024 à 07:54

#Mali : Violences faites aux filles : Un maçon violeur condamné à 5 ans de prison

Les maisons en chantier sont les sites préférés de certains ouvriers pour commettre des agressions sexuelles à l’endroit des filles surtout les vendeuses ambulantes..

Par Tamba CAMARA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:35

La jalousie conduit au pire

Il soupçonnait son épouse d’entretenir une relation extraconjugale et supportait mal ses abandons de foyers. Pour avoir la paix, il l’a tout simplement poignardée à mort.

Par Tamba CAMARA


Publié jeudi 15 février 2024 à 09:27

Cour d’assises de Bamako : Les deux amis paient pour leurs comportements

Ils se promenaient librement avec une arme à feu dans leur voiture. L’un deux n’a pas hésité à en faire usage en tirant à bout portant sur une de leur connaissance.

Par Tamba CAMARA


Publié mardi 13 février 2024 à 08:08

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner