#Mali : Belles-sœurs par alliance : Leur rivalité sape la cohésion familiale

Par leurs comportements acariâtres, elles chamboulent toute la maisonnée et la soumettent à leur diktat. Ces agissements sapent la fraternité et l’harmonie des couples

Publié vendredi 16 février 2024 à 09:33
#Mali : Belles-sœurs par alliance : Leur rivalité sape la cohésion familiale

 Une dispute entre deux belles-sœurs par alliance dans une famille à Bolibana, en Commune III

 

Devant un domicile dans un quartier de la Commune V du District de Bamako,  une foule de badauds observe une scène où on entend des cris de femmes. Dans la masse, une jeune dame de teint clair blâme les protagonistes en ces termes : «À cause de vous, tous les voisins ont les yeux rivés sur notre famille.» Celle qui a requis l’anonymat est mariée et âgée de 26 ans. Elle est chez son père pour un bref séjour.

Les protagonistes de ce conflit sont les épouses de ses frères. «Chaque jour, elles se disputent et s’adonnent à des actes de provocation. Elles sont devenues insupportables en famille et sont indexées dans le quartier comme des éternelles perturbatrices», dénonce celle qui les accuse d’avoir pu séparer leurs maris qui sont des frères biologiques. L’aîné de la famille est incapable de dire la vérité à sa femme. Cela a poussé le benjamin à faire des reproches à son grand-frère et ils se sont bagarrés, explique la jeune dame.

La rivalité entre les belles-sœurs par alliance est l’un des grands maux de nos familles. Au nombre de deux déjà, elles mettent le feu à la poudre créant ainsi un climat de guérilla permanente dans leur belle-famille. Cette hostilité met en péril les relations entre leurs époux contrairement au conflit entre les coépouses qui ne nuisent qu’aux femmes. C’est pourquoi, certains osent croire que la rivalité entre les belles-sœurs est plus dévastatrice pour nos familles.   

Une mère de deux enfants, sous anonymat, précise qu’elle a trois belles-sœurs par alliance. Elle est l’épouse du troisième fils de sa belle-mère. Une affaire de cuisine a opposé deux d’entre elles. «La femme du premier fils a eu un problème de santé. Le médecin lui a donné une fiche médicale la conseillant d’éviter les travaux physiques pénibles. Malgré cette dispense médicale, sa belle-sœur a insisté afin qu’elle exécute les tâches ménagères», explique l’habitante de Titibougou, en Commune I du District de Bamako. Pour contraindre la malade de s’occuper de la cuisine, indique-t-elle, l’épouse du jeune frère ne préparait pas après avoir observé ses deux jours de ménage. Et d’informer que la patiente a fini par se plier à l’exigence et faisait la cuisine. Chose qui a aggravé sa maladie et précipité son décès.

 

RESPONSABILITÉ DES HOMMES-La mère de deux mômes témoigne qu’après son mariage, il y avait toujours des disputes entre ses belles-sœurs par alliance et elle. «Mon mari a été obligé de quitter la maison familiale pour aller vivre en location», confie-t-elle. Et de préciser : «La rivalité entre les belles-sœurs est pire que celle qui oppose les coépouses.» Pour elle, les malentendus qui existaient dans leur famille sont dus à l’égoïsme et l’arrogance d’une des épouses. Elle cite également le désir de cette dernière à imposer son point de vue à tout le monde dans la maison y compris à la belle mère.

Celle-ci, dit notre source, ne voulait pas qu’elle quitte son fils par crainte qu’il reste célibataire pour toujours à cause du fait qu’il n’a pas d’argent.

 Mariam Traoré est âgée de 34 ans. La native de la Côte d’Ivoire est mariée dans une famille Touré, en Commune V du District de Bamako. Elle explique qu’elle habitait la même concession que la femme de son beau-frère. «Au début, on s’entendait bien. Mais lorsque mon mari qui vit à l’étranger a commencé à m’envoyer des cadeaux et de l’argent, je suis devenue son ennemie jurée.

Elle ne voulait pas me voir heureuse dans ce confort», regrette-t-elle. Selon la trentenaire, ce climat d’hostilité n’existe pas chez elle (en Côte d’Ivoire). Elle insiste qu’elle n’a jamais vu ce genre de comportements entre les belles-sœurs par alliance surtout avec des scènes de provocations. «C’est mon mari qui payait les loyers de la concession où la famille vivait. J’ai vécu toutes sortes de souffrances notamment des injures, des diffamations et des calomnies», déplore la jeune dame. Et de déclarer qu’ils ont fini par se séparer.

Pourquoi cet affrontement entre les belles-sœurs par alliance ? L’octogénaire Fanta Samaké, résidant à Daoudabougou estime que les hommes ont failli à leurs devoirs de chef de famille. Un adage dit «qu’il n’y a pas deux commandants dans un bateau», cite-t-elle assise sur un escabeau. Auparavant, se rappelle-t-elle, les femmes n’osaient même pas faire de petites querelles entre elles à plus forte raison avoir des malentendus entre belles-sœurs par alliance. Et de déplorer qu’aujourd’hui, les femmes ont toutes sortes de liberté dans la famille de leurs maris. Selon Fanta Samaké, la méchanceté, l’égoïsme et l’orgueil sont des vices que l’on rencontre dans certains de nos foyers. Cependant, elle soutient que mieux vaut avoir une coépouse qu’une belle-sœur par alliance.

En face du cimetière de Daoudabougou, en Commune V du District de Bamako, Soumaïla Coulibaly âgé de 78 ans est en compagnie de ses petits-fils. Ce père de quatre enfants accuse les époux d’être responsables des malentendus entre les belles-sœurs par alliance. «Quand la femme sait l’amour très profond qui illumine les yeux de son mari, elle se permet de faire ce qu’elle veut dans la famille», argumente le septuagénaire. Il se souvient qu’à leur époque, il n’y avait pas assez de malentendus entre leurs épouses. Il est temps, prévient le sage, que les hommes se ressaisissent et prennent conscience de leurs responsabilités en tant que chefs de famille.

Aminata SOUMAH

Lire aussi : #Mali : Service national des jeunes : L’espoir de voir ériger le centre d’instruction

La 7è session du conseil d’administration du Service national des jeunes (SNJ) s’est ténue, jeudi dernier au Stade du 26 mars. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction cito.

Lire aussi : #Mali : Enseignement catholique : Une qualité à préserver

L’assemblée annuelle de l’Association des responsables nationaux de l’enseignement catholique des pays francophones de l’Afrique de l’Ouest (Arnecao) a pris fin, vendredi dernier au Centre Abbé David de Sébénikoro..

Lire aussi : #Mali : Enseignement catholique : Des défis à relever dans les pays membres de l’Arnecao

Les responsables nationaux des 8 pays membres de cette organisation sont en conclave à Bamako. Durant 4 jours, ils échangeront et partageront les expériences en matière de bonnes pratiques, en vue d’améliorer l’organisation et la gestion des écoles, ainsi que leurs résultats.

Lire aussi : #Mali : Lutte contre les maladies à potentiel épidémique : Nirav D. Shah de CDC d’Atlanta apprécie les efforts de notre pays

Il a assuré que le gouvernement américain est prêt à travailler avec le gouvernement malien dans le cadre de la communication et de la lutte contre la maladie à coronavirus.

Lire aussi : #Mali : Camp des pionniers : Pour glorifier l’Armée et le drapeau national

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’activités 2024, la Ligue des pionniers du District de Bamako a organisé du 19 au 21 janvier dernier au Palais des pionniers à Dianeguéla en Commune VI du District de Bamako, une activité pour célébrer l’anniversaire de l’Armée et ma.

Lire aussi : #Mali : 50 ans du groupe scolaire de Banankabougou : Une retrouvaille intergénérationnelle

La Coordination des comités de gestion scolaire (CGS), en collaboration avec le CDQ et le comité d’organisation du groupe «Mon école a 50 ans» a fêté, samedi dernier, le 50é anniversaire du groupe scolaire de Banankabougou, sous le parrainage du président directeur général (PDG) de Tog.

Les articles de l'auteur

#Mali : Service national des jeunes : L’espoir de voir ériger le centre d’instruction

La 7è session du conseil d’administration du Service national des jeunes (SNJ) s’est ténue, jeudi dernier au Stade du 26 mars. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le ministre de la Jeunesse et des Sports, chargé de l’Instruction civique et de la Construction citoyenne, Abdoul Kassim Fomba. C’était en présence du directeur général du SNJ, le colonel Tiémoko Camara..

Par Aminata SOUMAH


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:43

#Mali : Enseignement catholique : Une qualité à préserver

L’assemblée annuelle de l’Association des responsables nationaux de l’enseignement catholique des pays francophones de l’Afrique de l’Ouest (Arnecao) a pris fin, vendredi dernier au Centre Abbé David de Sébénikoro..

Par Aminata SOUMAH


Publié mardi 20 février 2024 à 07:57

#Mali : Enseignement catholique : Des défis à relever dans les pays membres de l’Arnecao

Les responsables nationaux des 8 pays membres de cette organisation sont en conclave à Bamako. Durant 4 jours, ils échangeront et partageront les expériences en matière de bonnes pratiques, en vue d’améliorer l’organisation et la gestion des écoles, ainsi que leurs résultats.

Par Aminata SOUMAH


Publié mercredi 14 février 2024 à 08:35

#Mali : Lutte contre les maladies à potentiel épidémique : Nirav D. Shah de CDC d’Atlanta apprécie les efforts de notre pays

Il a assuré que le gouvernement américain est prêt à travailler avec le gouvernement malien dans le cadre de la communication et de la lutte contre la maladie à coronavirus.

Par Aminata SOUMAH


Publié mercredi 31 janvier 2024 à 09:31

#Mali : Camp des pionniers : Pour glorifier l’Armée et le drapeau national

Dans le cadre de la mise en œuvre de son programme d’activités 2024, la Ligue des pionniers du District de Bamako a organisé du 19 au 21 janvier dernier au Palais des pionniers à Dianeguéla en Commune VI du District de Bamako, une activité pour célébrer l’anniversaire de l’Armée et magnifier le Drapeau national..

Par Aminata SOUMAH


Publié mardi 23 janvier 2024 à 09:03

#Mali : 50 ans du groupe scolaire de Banankabougou : Une retrouvaille intergénérationnelle

La Coordination des comités de gestion scolaire (CGS), en collaboration avec le CDQ et le comité d’organisation du groupe «Mon école a 50 ans» a fêté, samedi dernier, le 50é anniversaire du groupe scolaire de Banankabougou, sous le parrainage du président directeur général (PDG) de Toguna agro industries, Seydou Nantoumè..

Par Aminata SOUMAH


Publié jeudi 28 décembre 2023 à 08:47

Mali : Éducation : L’audit genre en cours de validation

Le ministère de l’Éducation nationale, en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), a organisé, vendredi dernier dans un hôtel de la place, un atelier national de validation politique de l’audit genre du secteur de l’éducation.

Par Aminata SOUMAH


Publié mardi 05 décembre 2023 à 11:36

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner