Mali, États généraux des centres et complexes culturels : Relever les défis du secteur

Telle est la volonté affichée par les responsables de ces centres en initiant ces assises. Objectif : apporter leur contribution à la promotion de la culture pour une économie durable et pour la paix

Par

Publié mardi 28 novembre 2023 à 07:39
Mali, États généraux des centres et complexes  culturels : Relever les défis du secteur

 Le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo (micro) prononce son discours d’ouverture

 

Le Centre international de conférences de Bamako a accueilli, les 21 et 22 novembre, les états généraux des centres et complexes culturels du Mali (EGCC). Cette initiative du réseau Kuruni entend, entre autres, faire l’état des lieux de ces infrastructures culturelles, repenser leur système de fonctionnement et leur place dans le développement économique et dans la promotion du vivre ensemble au Mali.

Placés sous le thème : «Place et rôles des infrastructures culturelles dans la promotion de la culture pour une économie durable et pour la paix», ces états généraux ont enregistré la participation d’une centaine de personnes représentant les centres et complexes des 19 régions du Mali et du District du Bamako, ainsi que d’autres parties prenantes du secteur de la culture au Mali. La cérémonie d’ouverture, tenue le mardi 21 novembre dernier, était présidée par le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo. C’était en présence de nombreuses personnalités dont l’ancien Premier ministre Moussa Mara, l’ambassadeur d’Allemagne au Mali et le célèbre chanteur Salif Keita.

«L’objectif global des états généraux est d’évaluer le développement du secteur culturel via les centres et de mobiliser les acteurs pour une réflexion collective, d’établir une vision commune et de définir des actions concrètes», a expliqué les organisateurs du Kuruni, regroupant dix centres appuyés par le projet Donko ni Maaya de la Coopérative allemande GIZ, un réseau créé pour consolider leurs structures culturelles respectives et valoriser le secteur par la formation et le plaidoyer en faveur des industries culturelles maliennes.

En se voulant incisifs, ces états généraux ne se limitent pas seulement aux centres membres du réseau Kuruni. Ils sont ouverts à l’ensemble des infrastructures culturelles maliennes, d’où l’implication de toutes les régions pour une synergie d’actions au bénéficie du secteur culturel malien. «Les centres constituent le socle sur lequel repose notre secteur des industries culturelles et créatives. Ils sont les gardiens de notre patrimoine, les vecteurs de notre créativité et catalyseurs de notre développement économique. En investissant dans ces infrastructures, nous investissons dans l’avenir de notre pays», a soutenu le ministre Andogoly Guindo.

De nombreuses raisons ont motivé l’organisation de ces états généraux, a expliqué le président du réseau Kuruni, Fousseyni Diakité. «D’abord, le manque de collectif des centres culturels. Aussi il n’y a jamais eu des états généraux des centres culturels au Mali. Donc, il fallait le faire. En second lieu, l’état actuel d’instabilité qui prévaut au Mali voire dans le monde», a-t-il dit, ajoutant que l’’objectif est de réfléchir à donner une nouvelle orientation à la collaboration entre l’État, le secteur privé ainsi que les institutions nationales et internationales et le secteur de la culture.

Au-delà de leur aspect économique, les centres culturels sont également des espaces de rencontre, d’échanges, de cohésion sociale et de la célébration de la diversité et du vivre ensemble. Cet aspect ne reste pas en marge de ces états généraux. «Nous aspirons à renforcer la cohésion sociale, encourager le dialogue entre les communautés et mettre en avant la contribution vitale de la culture à la paix, à la stabilité et au développement économique de nos localités», a indiqué Fousseyni Diakité.

«Ces états généraux sont importants parce que c’est dans les centres où l’œuvre et le public se rencontrent, où l’économie de la culture se construit. Il est important de les tenir, car le secteur culturel malien est confronté à beaucoup de défis et ces états généraux peuvent aider à les relever», a relevé Alioune Ifra N’Diaye, directeur du Complexe culturel Blonba.

Ces rencontres pourront aider les participants à améliorer la gestion de leurs entreprises pour le bonheur de l’industrie culturelle malienne. «C’est un cadre idéal de partage d’expériences entre acteurs culturels de différentes localités du pays. Je suis certain que de ces états généraux nous sortirons outillés afin de pouvoir mieux gérer nos centres en vue de la promotion des arts et de la culture dans notre pays», a soutenu Salaha Maïga, directeur du festival Vivre ensemble de Tombouctou.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Lire aussi : #Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’.

Lire aussi : Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un tél.

Lire aussi : Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Lire aussi : Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix da.

Lire aussi : Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphi.

Les articles de l'auteur

#Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:21

#Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’honneur..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 26 février 2024 à 08:11

Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un téléphone portable, un vêtement, une chaussure, un sac, une boîte à mouchoir. Mais on en fait aussi des tapis, des draps, des pagnes et des couvertures, c’est tout l’art de Fatoumata alias Gogo Soumaoro..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:46

Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:44

Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix dans l’agenda culturel de notre pays.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:49

Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphique et déconstruction des danses patrimoniales de l’École des sables du Sénégal, sous la direction de Patrick Acogny..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:48

#Mali : Art visuel : Ibrahim Ballo fait son show à la foire 1.54

La série que présente notre compatriote Ibrahim Ballo à la «Foire 1.54» est intitulée : «Comédies des visages, visage de la comédie». Abordant la quête du plaisir des uns et des autres, une vie qui plonge l’être humain dans tout. Cette édition qui a commencé, hier, s’achève ce dimanche..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner