Centre de dialyse de Quartier-Mali : La concrétisation d’une promesse présidentielle

L’unité de soins inaugurée, hier, par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, renforcera les capacités de prise en charge des malades atteints d’insuffisance rénale. Elle permettra aussi de réduire le temps d’attente des malades en nécessité d’effectuer cette technique de purification du sang

Par

Publié mercredi 01 novembre 2023 à 07:28 , mis à jour vendredi 01 mars 2024 à 11:45
Centre de dialyse de Quartier-Mali : La concrétisation d’une promesse présidentielle

Chose promise, chose due. Le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a procédé hier à l’inauguration du Centre de dialyse du Quartier-Mali en Commune V du District de Bamako. C’est aux environs de 10 heures que le chef de l’État est arrivé sur les lieux pour couper le ruban symbolique, imprimé en bogolan. Juste après l’inauguration, le chef de l’État a aussitôt offert au centre une ambulance. C’était en présence du Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, du président du Conseil national de Transition (CNT), le colonel Malick Diaw, et de la ministre de la Santé et du Développement social,  le colonel Assa Ba Diallo Touré.

La ministre chargée de la Santé a déclaré succinctement que ce geste du président Goïta est à saluer, car il a voulu rapprocher ainsi les soins de santé aux Maliens. L’inauguration de ce centre conforte donc cette vision. «Nous savons que la dialyse est un problème de santé publique, c’est pour cela qu’on a inauguré ce bâtiment ce matin», a rappelé la ministre Assa Badiallo Touré. Et de renchérir que grâce aux œuvres sociales du président de la Transition, il ne sera plus question d’attente. La raison, a-t-elle invoqué, toutes les régions à l’exception de Gao et Tombouctou sont dotées d’un centre de dialyse.

Parlant de ces centres, la ministre en charge de la Santé a témoigné qu’ils ont une particularité parce que totalement indépendants des centres de santé dans lesquels ils sont logés. Ils disposent tous d’un forage,  d’un groupe électrogène et d’une ambulance. «J’invite le personnel à prendre soin de ce joyau et à en faire bon usage. Aux patients, de venir régulièrement faire leur dialyse», a dit la ministre Assa Badiallo Touré. Le médecin colonel a surtout invité la population a misé sur la prévention puisque la dialyse est une finalité. Et de déconseiller l’automédication et toutes autres choses qui peuvent altérer la fonction rénale.

Selon le néphrologue, Dr Nouhoun Samaké, ce centre va fortement soulager les patients. Rappelant qu’il y a une liste d’attente de plus de 400 personnes, il s’est dit convaincu que le centre permettra de désengorger et réduire le temps d’attente. «Ce centre va venir en appoint», a-t-il dit. En plus des particularités citées par la ministre  de la Santé et du Développement social, le praticien a souligné que le personnel a reçu une formation dispensée par une équipe marocaine à l’expertise avérée dans le domaine. Pour la prise en charge, le centre peut recevoir deux fois par semaine 100 personnes pour une dialyse ordinaire en plus des urgences.

Cheick Oumar Cissé, secrétaire aux relations extérieures de l’Association des personnes dialysées, a exprimé toute sa satisfaction. Il a vivement salué cette initiative du président Goïta qui consiste à rapprocher la santé de la population. Il est important de rappeler qu’en plus de ce centre qui vient d’être inauguré, il y a deux autres centres (Lafiabougou en Commune IV et au Génie militaire), ultra modernes avec une capacité de 13 générateurs (machines de dialyse). Ils sont tous munis de deux salles d’attente, d’une grande salle d’hémodialyse avec une salle de contrôle, une salle VIP, une salle de cathéter, une salle d’urgence et des bureaux. Il y a également une salle de traitement des eaux, une salle de garde et des magasins et même une cafétéria.

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : Fonds de solidarité nationale : L’insuffisance des ressources financières a plombé les activités

Le Fonds de solidarité nationale est confronté à une insuffisance de ressources financières. C’est le principal enseignement que l’on peut retenir de la 23è session ordinaire de son conseil d’administration tenue vendredi dernier dans les locaux de l’établissement. Les travaux étaient.

Lire aussi : #Mali : Paralysie obstétricale du plexus brachial : Quand un bras du bébé ne bouge pas après la naissance

La Paralysie obstétricale du plexus brachiale (POPB) est une perte de la mobilité d’un membre supérieur qui survient lors de la naissance de l’enfant. Le chirurgien orthopédiste et traumatologue, Dr Aliou Bah, précise que c’est à la naissance qu’on remarque qu’un bras bouge et l’au.

Lire aussi : #Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

La fonction rénale est vitale et nécessaire au maintien de la vie. Pour les personnes qui n’ont pas cette fonction, ils font recours à une méthode qu’on appelle dialyse..

Lire aussi : #Mali : Hôpital de dermatologie de Bamako : Dans la continuité de la qualité

Plus de 2,9 milliards de Fcfa! C’est le budget estimé en recettes et en dépenses de l’Hôpital de dermatologie de Bamako. C’est ce qui ressort de la 5è session ordinaire du conseil d’administration de cet établissement hospitalier, tenue hier dans ses propres installations..

Lire aussi : Notre santé, le Noma : Maladie qui détruit le visage

Récemment reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) comme une maladie tropicale négligée (MTN), le Noma, parfois appelé Cancrus Oris, est une gangrène foudroyante qui touche principalement les enfants qui vivent dans une pauvreté extrême..

Lire aussi : Mali: Gingivite : Une inflammation des gencives

La gingivite est une inflammation générale ou locale au niveau de la gencive. C’est une inflammation d’origine bactérienne. Les bactéries responsables de la maladie sont les streptocoques et les staphylocoques..

Les articles de l'auteur

Fonds de solidarité nationale : L’insuffisance des ressources financières a plombé les activités

Le Fonds de solidarité nationale est confronté à une insuffisance de ressources financières. C’est le principal enseignement que l’on peut retenir de la 23è session ordinaire de son conseil d’administration tenue vendredi dernier dans les locaux de l’établissement. Les travaux étaient dirigés par le président du conseil d’administration (PCA), Sékouba Diarra, en présence du directeur général du Fonds de solidarité nationale, Modibo Koné..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mardi 27 février 2024 à 09:11

#Mali : Paralysie obstétricale du plexus brachial : Quand un bras du bébé ne bouge pas après la naissance

La Paralysie obstétricale du plexus brachiale (POPB) est une perte de la mobilité d’un membre supérieur qui survient lors de la naissance de l’enfant. Le chirurgien orthopédiste et traumatologue, Dr Aliou Bah, précise que c’est à la naissance qu’on remarque qu’un bras bouge et l’autre est allongé..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 26 février 2024 à 08:04

#Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

La fonction rénale est vitale et nécessaire au maintien de la vie. Pour les personnes qui n’ont pas cette fonction, ils font recours à une méthode qu’on appelle dialyse..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 19 février 2024 à 08:40

#Mali : Hôpital de dermatologie de Bamako : Dans la continuité de la qualité

Plus de 2,9 milliards de Fcfa! C’est le budget estimé en recettes et en dépenses de l’Hôpital de dermatologie de Bamako. C’est ce qui ressort de la 5è session ordinaire du conseil d’administration de cet établissement hospitalier, tenue hier dans ses propres installations..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mercredi 14 février 2024 à 08:37

Notre santé, le Noma : Maladie qui détruit le visage

Récemment reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) comme une maladie tropicale négligée (MTN), le Noma, parfois appelé Cancrus Oris, est une gangrène foudroyante qui touche principalement les enfants qui vivent dans une pauvreté extrême..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 12 février 2024 à 08:21

Mali: Gingivite : Une inflammation des gencives

La gingivite est une inflammation générale ou locale au niveau de la gencive. C’est une inflammation d’origine bactérienne. Les bactéries responsables de la maladie sont les streptocoques et les staphylocoques..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 05 février 2024 à 08:46

#Mali : Lutte contre les maladies : LE CDC assure une continuation de son partenariat avec le Mali

Le directeur adjoint principal du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Nirav D. Shah, est en visite dans notre pays pour évoquer les prochaines 60 années de partenariat entre sa structure et le gouvernement du Mali..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 02 février 2024 à 09:02

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner