Cinéma malien  : Ramata Maïga remporte deux prix avec « Mad i»

Une jeune cinéaste formée au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-BFK) fait déjà parler d’elle

Par

Publié jeudi 30 novembre 2023 à 18:49 , mis à jour mardi 05 mars 2024 à 15:25
Cinéma malien  : Ramata Maïga remporte deux prix avec « Mad i»

Ramata Maïga est donc en train, dans le sillage des artistes talentueux, de se bâtir une réputation sur des piliers d’airain. En attestent ses dernières consécrations à l’échelle africaine. Elle vient de glaner deux prix, lors de la Semaine internationale du film des apprenants (Sifa) de Lomé au Togo. La semaine dernière, le jury de cette édition initiale a décerné à son court-métrage de fiction «Madi» le prix du «meilleur scénario» et celui de la «révélation Sifa 2023». Ce festival africain avait réuni 21 films venant respectivement du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de l’Égypte, du Mali, du Maroc, du Nigéria, du Sénégal et de la RDC.


Le court-métrage de fiction raconte l’odyssée d’un jeune cadre de l’administration publique malienne prénommé Madi, d’où le nom du film. Ce cadre compétent et intègre est nommé directeur national des transports. Un secteur hautement stratégique dans la mesure où il s’occupe aussi de la construction des routes, donc de gros marchés de l’État. C’est l’effervescence dans son cercle familial, mais aussi celui amical. Les vœux pleuvent, on l’appelle de partout pour des félicitations, des vœux de réussite ou tout simplement pour solliciter déjà des emplois ou demander des marchés.


Mais, il va vite déchanter. Les pressions l’assaillissent. Des parents aux connaissances, en passant par sa famille politique, sans oublier son ministre de tutelle, chacun cherche à avoir ses faveurs pour assouvir des intérêts personnels. Le jeune cadre est tenaillé entre son vœu de probité et le conformisme non éthique de la gestion.


Dans une administration gangrénée, sa volonté d’insuffler un changement se bute au mur de résistance des pratiques bien ancrées. Pour tous, finalement, c’est lui le maudit qui refuse de profiter d’une aubaine. En effet, Madi refuse pourtant de tomber dans ce cercle vicieux de l’appât du gain facile, de la corruption et du népotisme. Le film est d’une brûlante actualité dans un pays comme le nôtre, empêtré dans des scandales de corruption et de détournement de deniers publics. Il vous donne l’impression de vivre en direct les réalités du moment. Et les comédiens sont particulièrement à la hauteur.


«Nous avons participé avec succès à un atelier de renforcement des capacités et de production de deux courts métrages», raconte la réalisatrice à la fin du festival. Un atelier organisé par l’Association pour l’émergence du 7è art (ASEMA) du Togo. Elle a bénéficié de l’appui technique et financier de l’ambassade des États-Unis d’Amérique au Togo du 13 au 18 novembre dernier. Ce qui lui a permis de faire venir de grands noms du cinéma américain à Lomé. Il s’agit des formateurs expérimentés comme : Tim Reid (acteur, producteur américain) Facey Trevon (réalisateur), James Duff (scénariste et producteur) et Brayan Gentry (directeur photo).

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Lire aussi : #Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’.

Lire aussi : Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un tél.

Lire aussi : Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Lire aussi : Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix da.

Lire aussi : Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphi.

Les articles de l'auteur

#Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:21

#Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’honneur..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 26 février 2024 à 08:11

Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un téléphone portable, un vêtement, une chaussure, un sac, une boîte à mouchoir. Mais on en fait aussi des tapis, des draps, des pagnes et des couvertures, c’est tout l’art de Fatoumata alias Gogo Soumaoro..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:46

Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:44

Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix dans l’agenda culturel de notre pays.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:49

Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphique et déconstruction des danses patrimoniales de l’École des sables du Sénégal, sous la direction de Patrick Acogny..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:48

#Mali : Art visuel : Ibrahim Ballo fait son show à la foire 1.54

La série que présente notre compatriote Ibrahim Ballo à la «Foire 1.54» est intitulée : «Comédies des visages, visage de la comédie». Abordant la quête du plaisir des uns et des autres, une vie qui plonge l’être humain dans tout. Cette édition qui a commencé, hier, s’achève ce dimanche..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner