Mali : Danse moderne : Le génie africain dans une chorégraphie

C’est demain que l’Institut français accueillera la première d’une création chorégraphique d’envergure africaine dénommée : «Corps pour XXIIè siècle-Acte II». Cette chorégraphie symbolise un nouveau pas, une ascension

Par

Publié jeudi 30 novembre 2023 à 18:48 , mis à jour mardi 05 mars 2024 à 14:03
Mali : Danse moderne : Le génie africain dans une chorégraphie

Les 13 danseurs africains lors d’une répétition



Elle caractérise surtout la fin d’une formation de trois ans et le début d’une nouvelle vie professionnelle pour les 13 danseurs originaires de cinq pays d’Afrique de l’Ouest. «Comme la célébration d’une naissance, d’un nouveau départ, se révèlent sur scène et à nos yeux les expériences marquantes de leur formation, de leur vie de groupe», témoigne Lassine Koné, danseur, chorégraphe et promoteur de la compagnie «Don Sen Folo».
Pour exécuter ce programme, Don Sen Folo s’est associée à Moïse Touré de la compagnie : «Les Inachevés», basée en France et à Bienvenue Bazié de la compagnie «Auguste Bienvenue» et expérimentent ensemble un nouveau modèle de transmission des savoirs.


Pour ces chorégraphes, cette expérience est un pas qui fait passer d’un espace à un autre, d’un monde à un autre, d’une étape à une autre, d’une situation à une autre, d’un niveau à un autre, mais surtout de la formation à la vie professionnelle. La formation s’est déroulée à Bancoumana au siège de Don Sen Folo. Les artistes ont investi ce village qui devient un laboratoire de réflexion et d’expérimentation pour repenser notre façon d’habiter le monde.
«Mettre en avant les savoirs des populations pour créer des connexions dans l’ensemble de la communauté», explique le danseur malien. Corps pour XXIIè siècle-Acte II est une formation pensée comme un modèle reproductible dans d’autres localités d’Afrique. Don Sen Folo et ses partenaires cherchent avec la formation «Corps pour XXIIe siècle-Acte II», à former des corps et des esprits.


Ils recherchaient des personnes qui ont le désir d’apprendre et de comprendre le monde qui les entoure pour façonner celui de demain. L’enseignement était fait autour de la question des mythes africains, de l’observation de la nature et du quotidien, mais aussi de l’étude d’autres médiums et formes artistiques. La formation ambitionne également de repenser l’art chorégraphique en faisant naître une nouvelle écriture pour le corps dansant.
Les jeunes artistes, formés dans le cadre de Corps pour XXIIè siècle-Acte II «Mythes et Imaginaires», apportent leur réflexion à notre manière de vivre ici-bas. Le village Bancoumana que certains n’hésitent pas à qualifier d’une sorte de berceau des droits de l’Homme est un cadre quasi parfait pour mener réflexion et expérimentation. Cela en vue de repenser notre façon d’habiter le monde.


«Corps pour XXIIè siècle-Acte II» a reçu le soutien de la Fondation DOEN, de l’Institut français du Mali, de l’ambassade de France dans notre pays et du Centre culturel Kôré. Le document a été élaboré avec la contribution financière de l’UE et le support de l’OEACP. Son contenu relève de la responsabilité exclusive de Don Sen Folo et ne saurait en aucun cas être considéré comme reflétant la position de l’UE.


La compagnie Don Sen Folo-LAB, située dans la Commune rurale de Bancoumana, se dédie à l’art dans deux hectares composés, pour le moment, de 10 habitations traditionnelles (cases), d’un restaurant et d’une scène de travail.
L’objectif est d’offrir aux artistes maliens et internationaux un espace de travail et de professionnalisation. Les lieux servent aussi d’espace de découverte et de formation pour les populations. L’offre culturelle est quasi inexistante dans des villages comme Bancoumana où les jeunes sont déconnectés de la culture traditionnelle parce qu’ils ne se reconnaissent que peu dans celle-ci. Ils n’ont pas de modèle ou d’inspiration proches d’eux et ne s’identifient qu’à ceux qu’ils peuvent voir sur les réseaux sociaux.


Don Sen Folo-LAB est un espace privilégié où nous voulons que l’Homme se réapproprie son histoire et son territoire afin d’y laisser pousser son imaginaire. «Nous sommes fiers de ce que nous avons été, de ce que nous sommes et de ce que nous deviendrons», indique-t-il.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Lire aussi : #Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’.

Lire aussi : Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un tél.

Lire aussi : Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Lire aussi : Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix da.

Lire aussi : Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphi.

Les articles de l'auteur

#Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:21

#Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’honneur..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 26 février 2024 à 08:11

Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un téléphone portable, un vêtement, une chaussure, un sac, une boîte à mouchoir. Mais on en fait aussi des tapis, des draps, des pagnes et des couvertures, c’est tout l’art de Fatoumata alias Gogo Soumaoro..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:46

Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:44

Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix dans l’agenda culturel de notre pays.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:49

Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphique et déconstruction des danses patrimoniales de l’École des sables du Sénégal, sous la direction de Patrick Acogny..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:48

#Mali : Art visuel : Ibrahim Ballo fait son show à la foire 1.54

La série que présente notre compatriote Ibrahim Ballo à la «Foire 1.54» est intitulée : «Comédies des visages, visage de la comédie». Abordant la quête du plaisir des uns et des autres, une vie qui plonge l’être humain dans tout. Cette édition qui a commencé, hier, s’achève ce dimanche..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner