#Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société».

Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:02 , mis à jour jeudi 20 juin 2024 à 22:00
#Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

Un masque est avant tout un objet dont on couvre le visage humain pour transformer son aspect naturel. Il est aussi destiné à protéger, dissimuler, représenter ou imiter un visage et assure de nombreuses fonctions, variables selon les lieux et l'époque. Simple protection, simple divertissement ou associé à un rite, œuvre d'art ou produit normalisé, il se retrouve dans tous les continents.


Les masques et marionnettes existent chez beaucoup d’ethnies, notamment soninké, khasonkhé, malinké, peul, bamanan, senoufo, minianka, bozo, buwa, dogon, sonrhaï. Ainsi, il existe une profusion qui peut être classée en trois tendances. Il s’agit des masques à forme animale ou masques zoomorphes qui représentent la figuration des caractères dominants des animaux représentés. Leur danse est une véritable apparition des animaux sauvages et domestiques. Il y a les masques à figure humaine ou masques anthropomorphes. Ceux-ci représentent des hommes ou des femmes, en mettant l’accent sur le statut social.

Pour le conférencier, «l’importance des masques est perceptible dans différents domaines de la vie». Dans le domaine culturel et éducatif, le masque intervient pour célébrer les rites de passage à la naissance, aux initiations, mariages, intronisations, fêtes des récoltes et pendant les funérailles.

Les sociétés de masques et marionnettes en général sont chargées d’initier les jeunes et de les insérer dans le système de valeur socioéconomique traditionnelle, notamment à partir des travaux agricoles et ceux d’intérêt public, d’apprendre aux jeunes à travailler au sein des associations, à gérer le bien commun, à s’organiser, mais aussi à partager un idéal de cohésion sociale, d’amour et  d’entraide.

Dans le domaine économique : l’autosuffisance alimentaire et la santé sont prioritaires, une communauté qui a faim est malade et n’est pas en paix. Les masques et marionnettes jouent un rôle dans la vie économique parce qu’ils  doivent veiller au bon déroulement des semailles et de la moisson, intervenir pour apaiser le courroux des dieux à l’occasion des calamités naturelles qui menacent la survie de la communauté. Enfin, encourager les gros producteurs en célébrant les bonnes récoltes.

Dans le domaine strictement religieux, les masques et marionnettes servent de protection contre les esprits maléfiques, en jouant un rôle d’intermédiaire entre les forces surnaturelles, les ancêtres et les hommes, maintiennent l’ordre  du monde, de la société et des familles et interviennent pour régulariser l’ordre cosmique dérangé par les atteintes portées aux lois du monde. Quand surviennent des calamités naturelles et des catastrophes humaines, les masques ordonnent des sacrifices.

«Les masques et marionnettes apparaissent comme des appareils idéologiques de la société traditionnelle qui assurent la conservation de l’ordre naturel par la recherche des équilibres et la lutte contre l’anarchie», déclare Dr Malé. Et de dire que ceux-ci expriment ainsi la situation de sociétés qui n’ont pas cherché à rompre la continuité primordiale entre le monde des humains et celui des dieux, entre la nature et la culture.

Au plan ludique, les réjouissances, les rites et les jeux voient encore les masques et les marionnettes apporter leur concours aux humains par la danse, le chant, la créativité vestimentaire et chromatique. Les sorties de masques sont des occasions de rassemblement et d’échanges. Chanter et danser ensemble est l’expression ostentatoire d’un sentiment de joie partagée, de paix et de cohésion.

Dans le domaine socio-politique, les masques règlent en dernier recours les litiges, les problèmes qui entravent la paix. Ainsi, au plan strictement politique, les masques et marionnettes prédisent, dénoncent, critiquent et donnent des directives aux responsables politiques pour la gestion de la communauté. Enfin, ils assurent la sécurité des villageois en organisant la police des villages.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Manuscrits anciens : Un pan de la contribution malienne à l’histoire universelle montré aux Américains

C’est une importante exposition de manuscrits anciens de Tombouctou que l’ONG Sauvegarde de manuscrits anciens pour la défense de la culture islamique (SAVAMA–DCI) anime depuis le mois de mai en Virginie aux états-Unis. C’est l’IQOU Theological College de cet état américain qui sert en.

Lire aussi : #Mali : Théâtre et marionnette : La compagnie Nama forme 11 jeunes femmes

Pendant trois mois, elles ont appris à manier les marionnettes, mais aussi à danser, chanter et jouer comme des actrices sur une scène de théâtre.

Lire aussi : #Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Une histoire mais aussi un potentiel de développement

La première édition du Festival international des arts et de la culture de Bla qui s’est tenue récemment a été l’occasion pour le public de découvrir de nombreux sites naturels et culturels..

Lire aussi : Slam : Harouna Guindo, champion du monde de la discipline

Le jeune artiste malien a dominé ses concurrents lors de la compétition au Gabon avec des textes digestes, mais surtout interpellateurs sur l’actualité brûlante. Il a déclamé des ressentis sur l’intégration africaine et les violences faites aux femmes.

Lire aussi : #Mali : Festival international Sogobô : Un ancrage aux repères culturels

Les lampions se sont éteints sur la 1ère édition du Festival international «Sogobô» (sortie des masques) sous le thème : «Le rôle des masques et marionnettes dans la socialisation des enfants»..

Lire aussi : #Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes d.

Les articles de l'auteur

#Mali : Manuscrits anciens : Un pan de la contribution malienne à l’histoire universelle montré aux Américains

C’est une importante exposition de manuscrits anciens de Tombouctou que l’ONG Sauvegarde de manuscrits anciens pour la défense de la culture islamique (SAVAMA–DCI) anime depuis le mois de mai en Virginie aux états-Unis. C’est l’IQOU Theological College de cet état américain qui sert en même de partenaire et d’organisateur de cette exposition..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:47

#Mali : Théâtre et marionnette : La compagnie Nama forme 11 jeunes femmes

Pendant trois mois, elles ont appris à manier les marionnettes, mais aussi à danser, chanter et jouer comme des actrices sur une scène de théâtre.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:43

#Mali : Festival international des arts et de la culture de Bla : Une histoire mais aussi un potentiel de développement

La première édition du Festival international des arts et de la culture de Bla qui s’est tenue récemment a été l’occasion pour le public de découvrir de nombreux sites naturels et culturels..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:25

Slam : Harouna Guindo, champion du monde de la discipline

Le jeune artiste malien a dominé ses concurrents lors de la compétition au Gabon avec des textes digestes, mais surtout interpellateurs sur l’actualité brûlante. Il a déclamé des ressentis sur l’intégration africaine et les violences faites aux femmes.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 06 juin 2024 à 16:23

#Mali : Festival international Sogobô : Un ancrage aux repères culturels

Les lampions se sont éteints sur la 1ère édition du Festival international «Sogobô» (sortie des masques) sous le thème : «Le rôle des masques et marionnettes dans la socialisation des enfants»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 30 mai 2024 à 18:54

#Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes de pagne» de Tapa Keïta qui a remporté le grand prix d’une valeur de 500.000 Fcfa, parrainé par la Fondation Festival sur le Niger..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:01

#Mali : Mimi Pedro : Le combat de la promotion du bogolan

Notre pays est engagé, depuis deux ans, dans un processus de protection du bogolan à travers l’obtention de l’appellation géographique d’origine protégée auprès de l’autorité chargée de la propriété intellectuelle..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:59

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner