#Mali : N’golo Fassi Sogoba : Un arrière-goût d’inachevé

Cet artiste aux multiples facettes a marqué l’histoire musicale de sa communauté, sans pour autant enregistrer un seul album. Il espère un jour réaliser ce rêve

Publié jeudi 20 juin 2024 à 17:45
#Mali : N’golo Fassi Sogoba : Un arrière-goût d’inachevé


Depuis quarante ans, Ngolo Sogoba, plus connu sous le sobriquet Ngolo Fassi, parcourt les scènes locales et nationales. Il reste l’un des rares artistes pluridisciplinaires de la musicale traditionnelle minianka. Ce natif de Diaramana, dans le Cercle de Koutiala (Région de Koutiala jouit d’une aura. Ce surdoué à la voix extraordinaire excelle dans de nombreux domaines, notamment la danse, le théâtre, la musique et le balafon.

   Au-delà de son art, l’homme est très disponible pour sa communauté pour qui, il met toujours en avant son amour et son engagement. L’Essor a fait sa découverte lors de la 9è édition du Festival Belenitugu de Somasso. Grand de taille, il affiche toujours un large sourire au coin des lèvres. Cet artiste, très actif dans les événements populaires, décide de s’ouvrir au monde pour parler de ses joies et amertumes au cours de ses périples culturels.

   Il débute sa carrière solo dans les années 1960 avec son père qui était batteur d’un instrument traditionnel minianka appelé «Niôgo». Il abandonne l’école pour se consacrer à sa vocation et se fait vite apprécier par le public. Quelques années, il se retrouve avec un statut d’artiste confirmé et crée en 1984 sa troupe, constituée de 13 artistes, pour répondre à la sollicitation de ses compatriotes. Mais surtout avec l’idée d’œuvrer pour la sauvegarde du «Niôgô», symbole de la paix dans son milieu. Cet instrument traditionnel mythique volait la vedette à tous dans les événements socioculturels.

Ngolo Fassi qui a de qui tenir cet instrument, remplaçait petit à petit son père lors de ces événements. De Diaramana, à Tombouctou en passant par Bla (Ségou), Kayes, Sikasso, il aura marqué de ses empreintes les événements, notamment la Biennale artistique et culturelle. Il participe à six éditions de ce rendez-vous culturel.

«J’ai été le meilleur danseur de la troupe de Ségou», explique Ngolo Fassi avec un air rigolo. à 64 ans, il demeure incontestablement l’une des figures emblématiques de la musique traditionnelle de sa contrée. Et depuis des décennies, il fait rayonner l’art et la culture de son terroir à travers tout le Mali.

Ses satisfactions morales ont été la remise d’une médaille lors d’une édition de la biennale à Sikasso par le président d’alors feu Amadou Toumani Touré et aussi d’une attestation de formation remise également par feu le général Moussa Traoré.

   «Ma vie ne se résume pas seulement à faire plaisir aux hommes et femmes de ma communauté, car je suis également un paysan  qui vit de sa récolte», a laissé entendre l’artiste.

    Après quarante années de succès, l’homme reste toujours sans album, même un single pour immortaliser son esprit de création. Probablement pour une faute de coaching.

Son regret est de n’avoir enregistré aucun album durant toutes ces années et surtout de ne pas disposer d’un bon carnet d’adresses au plan international.

 «Je suis méconnu au-delà de ma communauté et c’est ce qui m’attriste.  Mais, j’espère réaliser un jour ce rêve».

Amadou SOW

Lire aussi : #AES : Trois présidents, une vision

Ces dirigeants représentent le visage du changement dans les rapports entre leurs pays et certains partenaires historiques voire stratégiques.

Lire aussi : #Congo : Levée de fonds des Congolais de Kinshasa : Pour soutenir ceux qui vivent les affres de la guerre au pays

Dans le cadre de la célébration du 64è anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo (RDC), la communauté congolaise, en collaboration avec l’Association des Congolais travaillant au Mali, a organisé le week-end dernier dans un hôtel de Bamako, un concert de lev.

Lire aussi : #Mali : Indemnisation des victimes de la crise : La mise en œuvre du programme se poursuit

Notre pays est fortement engagé auprès de ses partenaires pour la restauration de la paix. C’est dans cette vision que la deuxième réunion du comité de pilotage pour la Coordination et le suivi des mesures de réparations collectives relatives à l’entretien et à la réhabilitation des bâ.

Lire aussi : #Mali : Rokiatou Cissé : La passion de la photo

«C’est simplement une histoire d’amour entre la photographie et moi. L’image a marqué mon esprit depuis toute petite», explique Rokiatou Cissé sans autre forme de procès. Elle ne pratique pas la photographie, mais la vit plutôt..

Lire aussi : #Mali : Femmes photographes d’Afrique : Un master class pour accentuer la professionnalisation

Elles sont dix femmes photographes venues de différents pays africains (Burkina Faso, Bénin, Cameroun, Niger Sénégal, Guinée-Conakry et Mali) à participer, depuis hier dans les locaux de la Maison africaine de la photographie (Map), à un master class international de 5 jours à l’initiativ.

Lire aussi : #Mali : Plateforme Fuga : Un outil de promotion des œuvres

Notre pays est engagé dans la digitalisation de l’Administration. C’est dans cette optique le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelières du Tourisme, Andogoly Guindo, a officiellement lancé, hier à la cité ministérielle, la plateforme numérique Fuga (www.fuga.g.

Les articles de l'auteur

#AES : Trois présidents, une vision

Ces dirigeants représentent le visage du changement dans les rapports entre leurs pays et certains partenaires historiques voire stratégiques.

Par Amadou SOW


Publié vendredi 12 juillet 2024 à 10:47

#Congo : Levée de fonds des Congolais de Kinshasa : Pour soutenir ceux qui vivent les affres de la guerre au pays

Dans le cadre de la célébration du 64è anniversaire de l’indépendance de la République Démocratique du Congo (RDC), la communauté congolaise, en collaboration avec l’Association des Congolais travaillant au Mali, a organisé le week-end dernier dans un hôtel de Bamako, un concert de levée de fonds pour soutenir les déplacés de guerre à l’Est de la RDC..

Par Amadou SOW


Publié mardi 09 juillet 2024 à 17:49

#Mali : Indemnisation des victimes de la crise : La mise en œuvre du programme se poursuit

Notre pays est fortement engagé auprès de ses partenaires pour la restauration de la paix. C’est dans cette vision que la deuxième réunion du comité de pilotage pour la Coordination et le suivi des mesures de réparations collectives relatives à l’entretien et à la réhabilitation des bâtiments protégés de Tombouctou dans le cadre de l’affaire Ahmad Al Faqi Al Mahdi, un terroriste impliqué dans le saccage des monuments religieux et historiques de Tombouctou, s’est tenue..

Par Amadou SOW


Publié lundi 08 juillet 2024 à 09:51

#Mali : Rokiatou Cissé : La passion de la photo

«C’est simplement une histoire d’amour entre la photographie et moi. L’image a marqué mon esprit depuis toute petite», explique Rokiatou Cissé sans autre forme de procès. Elle ne pratique pas la photographie, mais la vit plutôt..

Par Amadou SOW


Publié jeudi 04 juillet 2024 à 16:46

#Mali : Femmes photographes d’Afrique : Un master class pour accentuer la professionnalisation

Elles sont dix femmes photographes venues de différents pays africains (Burkina Faso, Bénin, Cameroun, Niger Sénégal, Guinée-Conakry et Mali) à participer, depuis hier dans les locaux de la Maison africaine de la photographie (Map), à un master class international de 5 jours à l’initiative de l’Association Yamarou Photo. C’est en collaboration avec la Map et le soutien de la Fondation Doen..

Par Amadou SOW


Publié mercredi 03 juillet 2024 à 16:33

#Mali : Plateforme Fuga : Un outil de promotion des œuvres

Notre pays est engagé dans la digitalisation de l’Administration. C’est dans cette optique le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelières du Tourisme, Andogoly Guindo, a officiellement lancé, hier à la cité ministérielle, la plateforme numérique Fuga (www.fuga.gouv.ml)..

Par Amadou SOW


Publié jeudi 27 juin 2024 à 17:25

#Mali: Transport en commun : Un casse-tête

Certains passagers se plaignent de voir les apprentis s’octroyer le droit de leur imposer des tarifs. Ils en appellent aux autorités compétentes en vue de mettre de l’ordre dans ce secteur.

Par Amadou SOW


Publié mardi 11 juin 2024 à 17:51

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner