Spécial 22 septembre: Biennale artistique et culturelle :Tombouctou, destination cosmopolite et de tolérance

La ville des 333 Saints a une tradition religieuse, mais aussi de rencontres culturelles. La Cité mystérieuse chargée d’histoire et de symboles a été choisie par les autorités de la Transition pour accueillir le monde de la culture dans deux ans

Publié mercredi 20 septembre 2023 à 18:15 , mis à jour jeudi 30 mai 2024 à 12:23
Spécial 22 septembre: Biennale artistique et culturelle :Tombouctou, destination cosmopolite et de tolérance

 Le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga remet la Palme d’or à la troupe de Ségou

 

 

L’annonce de l’attribution à Tombouctou de l’organisation de la prochaine Biennale artistique et culturelle en 2025 par le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga, lors de la clôture de l’édition de Mopti, a été accueillie dans la clameur par les Tombouctiens. Par cette décision, les autorités de notre pays montrent leur détermination à vaincre l’insécurité. La réussite de la Biennale artistique et culturelle de Mopti atteste du retour progressif de la paix, de la sécurité sur une bonne partie du pays.

La population de Tombouctou a bien accueilli cette bonne nouvelle, indique le commissaire divisionnaire, Bacoun Kanté, gouverneur de la région. Jamais une ville du nord du Pays n’a accueilli cette manifestation culturelle et artistique qui réunit l’ensemble des régions et même des invités de pays étrangers, c’est donc une fierté que Tombouctou soit choisie par les plus hautes autorités du pays pour cette manifestation qui est aussi un projet de développement pour la région, poursuit-il.


Lors de sa visite à Kayes, le mois d’août dernier, le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a annoncé la construction d’un stade à Tombouctou afin de faciliter la tenue de cette manifestation culturelle. Une annonce qui a agréablement surpris nombre de nos compatriotes et qui sonne comme la concrétisation de la volonté des autorités à faire converger les artistes de toutes les régions vers Tombouctou, la mystérieuse.

La ville dispose déjà d’une grande salle de spectacle d’une capacité de 500 places, située dans le quartier Sarékeina. Une autre salle de 300 places se trouve sur la place de Sankoré. Toutes appartiennent à l’Institut des hautes études et de recherches islamiques Ahmed Baba. En outre, il existe déjà à Tombouctou un stade de 5.000 places. Le gouverneur souhaite la construction d’une salle digne d’une biennale et la réhabilitation des infrastructures déjà existantes dans la région.


Si Tombouctou, est une ville religieuse, son passé et son évolution lui ont permis de pratiquer un islam tolérant. Selon la «Carte culturelle du Mali», publiée en 2002 par le ministère en charge de la Culture, la ville connut successivement les dominations mandingue (1275-1433), tamasheq (1433-1438), songhaï (1468-1591), marocaine (1591-1780), tamasheq de nouveau (1780-1826), peulh (1826-1862), toucouleur (1862-1863), Kounta et tamasheq (1863-1893). Et enfin française (1893-1960).

Toutes ces influences ont favorisé le cosmopolitisme de la Cité mystérieuse. Chacune des ethnies ayant son folklore, ses danses et bien sûr sa manière de vivre qui impacte sa vision du monde. Tombouctou est une ville habituée à abriter les manifestations culturelles. La ville orga-nise aussi depuis des lustres, le Festival du vivre ensemble. Il fait suite au célèbre Festival d’Essakan, interrompu en 2011. Mieux, le Festival Tombouctou 2000, organisé par le ministère de la Culture et du Tourisme, a permis à des milliers de festivaliers et des amis de Tombouctou de venir y célébrer le passage dans un nouveau millénaire à travers des concerts de musique, des veillées nocturnes autour du méchoui, mais aussi des randonnées touristiques…


Tombouctou a toujours été une ville ouverte sur le monde. Selon plusieurs sources concordantes, la fondation de la ville de Tombouctou remonterait aux environs de 1.100 de l’ère chrétienne. La tradition orale admet que la ville serait nommée d’après Buktu, une femme tamasheq à qui les Touaregs Magcharen installés sur la dune Hamadia, confiaient leurs marchandises avant de transhumer à Araouane. Buktu avait établi sa demeure auprès d’un puits (tin). Finalement, ce lieu prit le nom de Tin-buktu, le puits de Buktu. De par sa position géographique, Tombouctou fut une véritable plaque tournante entre l’Afrique du Nord et l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Lire aussi : #Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes d.

Lire aussi : #Mali : Mimi Pedro : Le combat de la promotion du bogolan

Notre pays est engagé, depuis deux ans, dans un processus de protection du bogolan à travers l’obtention de l’appellation géographique d’origine protégée auprès de l’autorité chargée de la propriété intellectuelle..

Lire aussi : #Mali : Centre Togola de Sabalibougou : L’expression corporelle participe aussi à la construction de la paix

La troupe de l’Association les amis de la danse du Centre Togola de Sabalibougou a tenu en haleine le public qui avait effectué le déplacement, vendredi dernier, pour voir son spectacle. En effet, ce sont des centaines de jeunes et des adultes de ce quartier populaire qui avaient pris d’assaut.

Lire aussi : #Mali : Masques et marionnettes : La compagnie Nama séduit en Allemagne

La compagnie Nama, représentée par son directeur général Yacouba Magassouba et le directeur artistique Boucary Ombotimbé, ont émerveillé le public allemand, lors de la grande parade d'ouverture du Festival international de marionnettes de Bochum, la semaine dernière. Il s’agit sans doute d.

Lire aussi : #Mali : Fatoumata Diawara : Désormais officier de l’ordre des arts et des lettres de la France

Fatoumata Diawara plus connue sous le sobriquet de «Sia», en référence au célèbre film de Dani Kouyaté qui l’a véritablement révélée au monde entier, a été faite officier de l’Ordre des arts et des lettres de la France..

Les articles de l'auteur

#Mali : Masques et marionnettes : Le festival sogobô magnifie la tradition

La première édition du Festival Sogobô est une aubaine pour mieux sensibiliser les populations, surtout les jeunes, sur une tradition millénaire de notre pays. Mardi dernier, Dr Salia Malé a animé une conférence-débat sous le thème : «Importance des masques dans la société»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:02

#Mali : 8è Écran d’Afrique : Tapa Keïta remporte le grand prix

La 8è édition du Festival de cinéma de Ségou appelé : «Écran d’Afrique» vient de connaître son épilogue. C‘était dimanche dernier dans la capitale de la 4è région administrative. Sans conteste, le jury a choisi le court métrage documentaire sur la fistule intitulé : «Les larmes de pagne» de Tapa Keïta qui a remporté le grand prix d’une valeur de 500.000 Fcfa, parrainé par la Fondation Festival sur le Niger..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 18:01

#Mali : Mimi Pedro : Le combat de la promotion du bogolan

Notre pays est engagé, depuis deux ans, dans un processus de protection du bogolan à travers l’obtention de l’appellation géographique d’origine protégée auprès de l’autorité chargée de la propriété intellectuelle..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 23 mai 2024 à 17:59

#Mali : Centre Togola de Sabalibougou : L’expression corporelle participe aussi à la construction de la paix

La troupe de l’Association les amis de la danse du Centre Togola de Sabalibougou a tenu en haleine le public qui avait effectué le déplacement, vendredi dernier, pour voir son spectacle. En effet, ce sont des centaines de jeunes et des adultes de ce quartier populaire qui avaient pris d’assaut l’enceinte de l’établissement pour suivre une chorégraphie de Karim Togola..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 17:36

#Mali : Masques et marionnettes : La compagnie Nama séduit en Allemagne

La compagnie Nama, représentée par son directeur général Yacouba Magassouba et le directeur artistique Boucary Ombotimbé, ont émerveillé le public allemand, lors de la grande parade d'ouverture du Festival international de marionnettes de Bochum, la semaine dernière. Il s’agit sans doute de l’un des plus grands festivals de marionnettes d’Europe..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié jeudi 16 mai 2024 à 17:34

#Mali : Fatoumata Diawara : Désormais officier de l’ordre des arts et des lettres de la France

Fatoumata Diawara plus connue sous le sobriquet de «Sia», en référence au célèbre film de Dani Kouyaté qui l’a véritablement révélée au monde entier, a été faite officier de l’Ordre des arts et des lettres de la France..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié mardi 14 mai 2024 à 08:18

#Mali : Art et paix : Le président Assimi Goïta visite l’exposition peindre la paix

Cette exposition est une contribution des artistes au Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation. Pour ses initiateurs, il n’y a pas de souveraineté viable sans la renaissance culturelle.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 10 mai 2024 à 09:32

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner