Aigles : Éric Chelle doit-il partir ou rester ?

Éric Sékou Chelle à genou aux abords de la pelouse pleurant à chaudes larmes sous les yeux des autres membres du staff technique qui lui versaient de l’eau sur la tête.

Publié jeudi 08 février 2024 à 08:10
Aigles :  Éric Chelle doit-il partir ou rester ?

Ces images ont fait le tour de la planète football d’Afrique, pour ne pas dire du monde et les internautes ivoiriens en font leur chou-gras depuis l’élimination des Aigles en quarts de finale de la CAN par les Éléphants.

Sur les images, le sélectionneur malien est apparu complètement abattu et se serait sans doute effondré s’il n’avait été secouru par le reste du banc des Aigles. Personnellement, nous n’avions jamais vu un technicien dans un tel état de déception et de détresse, après avoir perdu avec les Aigles.

Éric Sékou Chelle a été touché au plus profond de lui-même et les larmes du technicien traduisaient à la fois son désarroi et son amour pour la patrie. L’ancien international malien avait à cœur de gagner contre la Côte d’Ivoire et surtout, d’aller le plus loin possible dans la première CAN de sa carrière d’entraîneur.

Il a travaillé pour ça et même s’il a fait montre d’humilité, le Franco-Malien croyait en ses joueurs pour marquer le coup en terre ivoirienne. Mais comme ses prédécesseurs, le technicien s’est lui aussi, cassé les dents sur les Éléphants et de la manière la plus cruelle.

Évoquer le scénario de ce 40è Mali-Côte d’Ivoire reviendrait à remuer pas le couteau dans la plaie, surtout après ces propos du défenseur Boubacar Kiki Kouyaté qui a dit, «nous irons dans nos tombes avec les regrets de ce match» et nous aimerions plutôt tourner la page et parler de l’avenir du sélectionneur Éric Sékou Chelle. Autrement dit, faut-il garder l’ancien international ou mettre fin à son contrat après son échec à la CAN ?

Pour nous la réponse est claire : Éric Sékou Chelle doit être maintenu à son poste pour au moins trois raisons. Primo : le bilan du technicien plaide en sa faveur, secundo, l’ancien défenseur international a prouvé son amour pour la patrie et tertio et c’est le plus important à notre avis, il a amené un nouvel état d’esprit au sein des Aigles.

C’est indiscutable, les Aigles jouent mieux aujourd’hui et la marge de progression de l’équipe est évidente. Rien que pour ces raisons, Éric Sékou Chelle mérite d’être maintenu au poste de sélectionneur, au moins jusqu’à la prochaine CAN, théoriquement prévue en 2025 et la fin des éliminatoires de la Coupe du monde 2026.

Certes, il y a des choses à améliorer et d’autres qui sont à revoir, notamment la communication, la rigueur dans le choix des hommes et l’assainissement de l’environnement de l’équipe, mais le travail effectué par l’ancien international depuis sa prise de fonction  milite pour lui et nous ne doutons pas un seul instant qu’Éric Sékou Chelle a la volonté et les compétences pour mener le bateau Mali à bon port.

Soulemane Bobo Tounkara

Lire aussi : Jeux olympiques : Le Mali en bonne compagnie ?

La sélection nationale U23 est désormais fixée sur son sort. Lors des Jeux olympiques Paris 2024 (26 juillet au 11 août), elle évoluera dans le groupe D, en compagnie du Paraguay, d’Israël et du représentant de la Confédération asiatique de football (AFC)..

Lire aussi : #Mali : Disparition : Boubacar Sow, l’armoire à glace s’en est allée

Demba Coulibaly, notre regretté confrère de l’ORTM, l’appelait par le sobriquet Armoire à glace, tout simplement parce que Boubacar Sow était dur sur l’homme et ne rechignait jamais au combat dans un match de football. Mais au-delà de sa générosité dans l’effort et sa capacité à se.

Lire aussi : #Mali : Nos expatriés : Alassane Diarra, le malien qui enflamme la super league

Transféré en Zambie en 2019, en provenance de Yeelen olympique, le milieu de terrain de 27 ans fait aujourd’hui le bonheur des Red Arrows de Lusaka qui visent un deuxième titre consécutif de champion, après le sacre de 2023. Coup de projecteur sur un joueur qui a été l’un des grands artis.

Lire aussi : #Mali : Escrime : Un open pour lancer la saison

C’est rare pour être souligné. Samedi 9 mars au Centre Olympafrica de Banankabougou, la finale masculine de la 1ère édition de l’Open épée entre Idriss Ouaro et Souleymane Djiré s’est terminée, alors qu’aucun des deux tireurs (combattants en escrime, ndlr) n’avait réussi à attein.

Lire aussi : #Mali : Éditorial : Et maintenant ?

Presque tous les problèmes qui freinent le bon fonctionnement du football national ont été passés au peigne fin par les participants au symposium national. Reste à savoir le sort qui sera réservé au document final de la rencontre.

Lire aussi : CAN 2023 : L’histoire se répète pour le Nigeria

Quarante ans après sa défaite en finale 3-1 contre le Cameroun, la sélection nigériane chute à nouveau sur la dernière marche du podium, cette fois face au pays hôte de la CAN, la Côte d’Ivoire qui avait également organisé l’édition de 1984. C’est la 5è défaite des Nigérians en 8.

Les articles de l'auteur

Jeux olympiques : Le Mali en bonne compagnie ?

La sélection nationale U23 est désormais fixée sur son sort. Lors des Jeux olympiques Paris 2024 (26 juillet au 11 août), elle évoluera dans le groupe D, en compagnie du Paraguay, d’Israël et du représentant de la Confédération asiatique de football (AFC)..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié vendredi 22 mars 2024 à 08:04

#Mali : Disparition : Boubacar Sow, l’armoire à glace s’en est allée

Demba Coulibaly, notre regretté confrère de l’ORTM, l’appelait par le sobriquet Armoire à glace, tout simplement parce que Boubacar Sow était dur sur l’homme et ne rechignait jamais au combat dans un match de football. Mais au-delà de sa générosité dans l’effort et sa capacité à se surpasser dans les matches à haute intensité, Boubacar Sow se distinguait aussi par son physique impressionnant et sa rigueur dans le marquage..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié jeudi 21 mars 2024 à 09:19

#Mali : Nos expatriés : Alassane Diarra, le malien qui enflamme la super league

Transféré en Zambie en 2019, en provenance de Yeelen olympique, le milieu de terrain de 27 ans fait aujourd’hui le bonheur des Red Arrows de Lusaka qui visent un deuxième titre consécutif de champion, après le sacre de 2023. Coup de projecteur sur un joueur qui a été l’un des grands artisans de la montée des Olympiens en D1.

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié jeudi 14 mars 2024 à 09:05

#Mali : Escrime : Un open pour lancer la saison

C’est rare pour être souligné. Samedi 9 mars au Centre Olympafrica de Banankabougou, la finale masculine de la 1ère édition de l’Open épée entre Idriss Ouaro et Souleymane Djiré s’est terminée, alors qu’aucun des deux tireurs (combattants en escrime, ndlr) n’avait réussi à atteindre les 15 touches réglementaires (le premier a été sacré avec 14 touches, contre 10 pour son adversaire)..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié mardi 12 mars 2024 à 09:07

#Mali : Éditorial : Et maintenant ?

Presque tous les problèmes qui freinent le bon fonctionnement du football national ont été passés au peigne fin par les participants au symposium national. Reste à savoir le sort qui sera réservé au document final de la rencontre.

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié lundi 11 mars 2024 à 08:48

CAN 2023 : L’histoire se répète pour le Nigeria

Quarante ans après sa défaite en finale 3-1 contre le Cameroun, la sélection nigériane chute à nouveau sur la dernière marche du podium, cette fois face au pays hôte de la CAN, la Côte d’Ivoire qui avait également organisé l’édition de 1984. C’est la 5è défaite des Nigérians en 8 finales.

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié mardi 13 février 2024 à 11:36

CAN 2023 : Les éléphants forcent le destin

La Côte d’Ivoire est donc allée au bout de son rêve. Comme portés par une force divine après la fin de la phase de poules de la CAN et leur repêchage au titre de meilleurs troisièmes, les Éléphants, version Emerse Faé, sont devenus hier, les nouveaux rois d’Afrique grâce à leur victoire 2-1 contre le Nigeria en finale de la 34è édition de la CAN..

Par Soulemane Bobo Tounkara


Publié lundi 12 février 2024 à 08:03

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner