#Mali : FAIC : Le sempiternel souci de mobilisation des ressources financières

Depuis son opérationnalisation en 2019, le Fonds d’appui à l’industrie cinématographique (Faic) continue de subir de plein fouet une restriction budgétaire, rendant difficile l’atteinte de ses objectifs.

Publié lundi 25 mars 2024 à 09:45 , mis à jour mardi 28 mai 2024 à 12:42
#Mali : FAIC : Le sempiternel souci de mobilisation des ressources financières

La structure est aussi frappée de plein fouet par une restriction budgétaire

 


C’est dans ce contexte un peu plus compliqué que le Fonds a tenu, vendredi dernier, au ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, la 9è session ordinaire de son conseil d’administration. La réunion était présidée par le ministre chargé de l’Artisanat, Andogoly Guindo, en présence du directeur général du Faic, Dr Bréma Moussa Koné, et de la quasi-totalité des administrateurs.

L’examen et l’adoption du compte rendu et le point d’exécution des recommandations de la précédente session; l’examen et l’adoption du rapport d’activités 2023 ; le point d’exécution du budget pour le même exercice, ainsi que l’examen et l’adoption du programme d’activités 2024 ; mais aussi du projet de budget de l’année 2024 étaient les points inscrits à l’ordre du jour. Les administrateurs se sont aussi prononcés sur le projet de contrat de performance de cette année.  

Dans son discours d’ouverture, le ministre Andogoly Guindo a salué les administrateurs pour leur détermination à œuvrer pour la promotion de l’industrie cinématographique dans notre pays à travers leurs analyses et recommandations pertinentes lors des sessions.  «La session se tient à un moment où le financement du Faic subit de plus en plus de restriction depuis son opérationnalisation en 2019»,  a souligné le ministre de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, avant de rappeler le contexte du pays et les difficultés de mobilisation des ressources financières.

 Malgré les multiples difficultés rencontrées, le Fonds a obtenu en 2023, quelques résultats encourageants. Il a appuyé deux festivals nationaux de cinéma à hauteur de 3 millions de Fcfa chacun. Le ministre Guindo est revenu sur les difficultés de mobilisation des ressources, notamment en termes de dotation initiale estimée à 6 milliards de Fcfa.

 Aussi, le défi de la diversité des sources de financement de l’industrie cinématographique du Mali et la formation des acteurs du secteur. Et de dire que le Faic a enclenché le processus d’institutionnalisation de la redevance cinématographique et audiovisuelle pour atténuer les contraintes financières.

Le budget 2024 est orienté vers les priorités définies en tenant compte de la disponibilité des ressources. Il répond aux objectifs du programme d’activités soumis à l’approbation des administrateurs. Il est arrêté en recettes et en dépenses à un peu plus de 170 millions de Fcfa contre une prévision initiale de plus de 200 millions de Fcfa en 2023.

Le ministre chargé de la Culture a tenu à rassurer sur le cinéma malien qui se porte très bien, selon lui. Malgré certaines difficultés, des hommes et des femmes, engagés pour la cause du cinéma, œuvrent tous les jours pour porter haut le 7è art dans notre pays.

Dr Bréma Moussa Koné a tenu à partager certaines préoccupations ayant trait à la mobilisation des fonds qui constitue un enjeu majeur de la mission de son service.  Nonobstant cette contrainte, le FAIC a pu soutenir des festivals et organisé des actions en vue de jouer pleinement sa mission dans la promotion de l’industrie cinématographique au Mali.  Un autre souci évoqué par le patron du Faic, demeure les difficultés liées aux textes du Fonds

Amadou SOW

Lire aussi : #Mali :Festival de Bélénitugu : Un levier de développement

Ce festival est en train de faire son trou et de s’imposer dans l’agenda culturel national comme l’une des grandes rencontres culturelles.

Lire aussi : Journée de l’Afrique : La tour de l’Afrique, déjà dans l’esprit de la fête

Les activités pédagogiques de la structure prendront fin le 18 mai prochain. Elles porteront sur le parcours pédagogique via l’application Tiyabou et un concours littéraire entre les établissements scolaires.

Lire aussi : #Mali : Festival de Bélénitougou de Somasso : La 9è édition s’ouvre le 18 mai prochain

L’Association pour le développement de Somasso (ADS) a lancé, mercredi dernier, dans les locaux du Groupe Renouveau sis à Missabougou, la 9è édition du Festival de Bélénitougou de Somasso qui se déroulera du 18 au 22 mai prochain sous le thème : «La culture au service du développement».

Lire aussi : #Mali : Exposition de Dialiba Konaté : Un voyage dans le temps

«Dialiba Konaté, écrire et dessiner la mémoire du Sahel» : une exposition des œuvres originales de l’épopée de Soundiata Keïta est l’intitulée d’une exposition de Dialiba Konaté que le Musée national du Mali abrite depuis la semaine passée..

Lire aussi : #Mali : Journée internationale des monuments et des sites : Halte à la menace sur le patrimoine !

Dans le cadre de la Journée internationale des monuments et des sites célébrée le 18 avril de chaque année, depuis 1982, le comité du Conseil international des monuments et des sites (Icomos) Mali a organisé, hier à l’École nationale d’ingénieurs Abderhamane Baba Touré (ENI - ABT), un.

Lire aussi : #Mali : Festival Hola Bamako : Rendez-vous pris pour le 19 avril prochain

Lentement mais sûrement, le Festival culturel multidisciplinaire Espagne-Mali «Hola Bamako», à l’initiative de l’ambassade d’Espagne dans notre pays, fait son trou. La 7è édition de ce rendez-vous culturel se tiendra du 19 au 20 avril prochain sur l’esplanade du Palais de la culture Am.

Les articles de l'auteur

#Mali :Festival de Bélénitugu : Un levier de développement

Ce festival est en train de faire son trou et de s’imposer dans l’agenda culturel national comme l’une des grandes rencontres culturelles.

Par Amadou SOW


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:04

Journée de l’Afrique : La tour de l’Afrique, déjà dans l’esprit de la fête

Les activités pédagogiques de la structure prendront fin le 18 mai prochain. Elles porteront sur le parcours pédagogique via l’application Tiyabou et un concours littéraire entre les établissements scolaires.

Par Amadou SOW


Publié mardi 14 mai 2024 à 19:28

#Mali : Festival de Bélénitougou de Somasso : La 9è édition s’ouvre le 18 mai prochain

L’Association pour le développement de Somasso (ADS) a lancé, mercredi dernier, dans les locaux du Groupe Renouveau sis à Missabougou, la 9è édition du Festival de Bélénitougou de Somasso qui se déroulera du 18 au 22 mai prochain sous le thème : «La culture au service du développement»..

Par Amadou SOW


Publié mardi 07 mai 2024 à 07:34

#Mali : Exposition de Dialiba Konaté : Un voyage dans le temps

«Dialiba Konaté, écrire et dessiner la mémoire du Sahel» : une exposition des œuvres originales de l’épopée de Soundiata Keïta est l’intitulée d’une exposition de Dialiba Konaté que le Musée national du Mali abrite depuis la semaine passée..

Par Amadou SOW


Publié lundi 29 avril 2024 à 09:41

#Mali : Journée internationale des monuments et des sites : Halte à la menace sur le patrimoine !

Dans le cadre de la Journée internationale des monuments et des sites célébrée le 18 avril de chaque année, depuis 1982, le comité du Conseil international des monuments et des sites (Icomos) Mali a organisé, hier à l’École nationale d’ingénieurs Abderhamane Baba Touré (ENI - ABT), une conférence-débat sous le thème : «Catastrophes et conflits à travers le prisme de la Charte de Venise»..

Par Amadou SOW


Publié vendredi 19 avril 2024 à 08:37

#Mali : Festival Hola Bamako : Rendez-vous pris pour le 19 avril prochain

Lentement mais sûrement, le Festival culturel multidisciplinaire Espagne-Mali «Hola Bamako», à l’initiative de l’ambassade d’Espagne dans notre pays, fait son trou. La 7è édition de ce rendez-vous culturel se tiendra du 19 au 20 avril prochain sur l’esplanade du Palais de la culture Amadou Hampâté Ba sous le thème : «Mali-Espagne, deux cultures, une musique»..

Par Amadou SOW


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:25

#Mali : Conservatoire des arts et métiers multimédia : Un vivier d’artistes

La promotion des métiers des arts et de la culture demeure une priorité des autorités de notre pays. C’est dans cette vision que le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK) a été créé en 2003 pour assurer la formation des artistes et le développement du secteur des arts et de la culture..

Par Amadou SOW


Publié mardi 02 avril 2024 à 08:57

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner