Angine : Très répandue chez les enfants

L’angine est une inffection très répandue chez les enfants de 3 ans. Le Dr Djibril Samaké médecin spécialiste en oto-rhino-laryngologie (ORL) et chirurgien cervico-facial, explique que cette fréquence est due au fait que les infections respiratoires aiguës hautes sont fréquentes en cette période.

Publié lundi 28 août 2023 à 07:32
Angine : Très répandue chez les enfants

Dr Djibril Samaké


 En effet, les amygdales qui sont touchées pendant l’angine sont des organes de défense de l’organisme. Elles font partie du système lymphoïde. C’est pourquoi, elles agissent pour les protéger. Par conséquent, l’angine est la réaction de l’organisme face à ces agressions dues aux infections respiratoires aiguës.

L’angine, définit le spécialiste, est une infection des amygdales palatines (ce sont des organes lymphoïdes qui siègent dans la gorge). La maladie sévit relativement pendant toutes les périodes, mais elle est plus fréquente pendant la fraicheur. Le plus souvent, l’angine est d’origine virale. Mais dans 20% des cas, elle peut être d’origine bactérienne appelée : «le streptocoque béta hémolytique du groupe A». Dr Samaké indique que cette bactérie est responsable de la majorité des complications.

Le praticien du Centre de santé de référence (Csref) de la Commune V souligne que l’angine commence par des douleurs au niveau de la gorge ou à la déglutition, une difficulté d’avaler les aliments qu’on appelle dysphasie, la fièvre, la courbature. Elle se manifeste aussi par la diarrhée et les vomissements. Chez les enfants de 3 ans généralement, la maman va amener l’enfant parce qu’il refuse de s’alimenter.

 Le diagnostic montrera donc en regardant dans la gorge une infection au niveau des amygdales. L’enfant peut faire une angine à répétition ou une angine chronique. L’angine est dite à répétition, lorsqu’il y a 5 épisodes par an pendant deux ans et 3 épisodes par an pendant 3 ans consécutives ou 7 épisodes pendant la même année. Elle est chronique lorsque la persistance des signes inflammatoires pendant au minimum 3 mois malgré un traitement bien conduit. Devant ces angines chroniques, le spécialiste précise qu’il faut chercher les facteurs favorisants (pollution environnementale, reflux gastro oesophagien, l’allergie).

Le médecin souligne qu’il n’y a pas de prévention particulière pour la maladie. Mais, il faut, la traiter pour éviter les complications parce que celles-ci peuvent être locales. à titre d’exemple, il citera les angines a répétition, les angines chroniques, les adénites (inflammation des ganglions lymphatique), les suppurations péripharyngées, les complications sont générales quand il y a le rhumatisme articulaire aigue (RAA) avec la cardite rhumatismale. Il précise que beaucoup de sujets âgés ont des problèmes de cœur, dus à des angines mal traitées à l’enfance. Le rhumatisme articulaire aigu qui va se manifester par des douleurs au niveau des grosses articulations, (des douleurs mobiles parfois au niveau des genoux, du coude ou de la hanche).


Il y a également la glomérulonéphrite aiguë (GNA), une inffection du rein, la septicémie qui est la propagation de l’infection dans les sang et dans les situations extrêmes, le choc septique. étant donné que notre pays ne dispose pas d’outils de diagnostic pour faire la différence entre les virus et les bactéries, le traitement est uniquement basé sur les antibiotiques. «Nous ne disposons pas de test rapide», dit le praticien.


C’est pourquoi, révèle-t-il, toutes les angines sont traitées comme si elles sont dues au streptocoque du groupe pour éviter les complications. Mais pour la prise en charge des complications, on fait l’ablation des amygdales appelée amygdalectomie. Le médecin conseille de traiter efficacement tous les cas d’angine, en amenant l’enfant à l’hôpital. Mais aussi d’éviter la fumigation pendant l’angine.

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : #Mali : Abcès du foie : Plus fréquent chez les enfants

L’abcès du foie est une suppuration collectée dans le parenchyme hépatique. Selon les spécialistes, elle est due à une infection localisée d’origine bactérienne ou parasitaire. Dr Traoré Bakary Moussa, médecin radiologue à la clinique «Les étoiles», précise que le parasite en caus.

Lire aussi : #Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont inf.

Lire aussi : #Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Lire aussi : #Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Lire aussi : Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de l.

Lire aussi : #Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Les articles de l'auteur

#Mali : Abcès du foie : Plus fréquent chez les enfants

L’abcès du foie est une suppuration collectée dans le parenchyme hépatique. Selon les spécialistes, elle est due à une infection localisée d’origine bactérienne ou parasitaire. Dr Traoré Bakary Moussa, médecin radiologue à la clinique «Les étoiles», précise que le parasite en cause est appelé entamoeba histolytica..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 06 mai 2024 à 10:03

#Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont infectieux, toxiques et radioactifs..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:33

#Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:10

#Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mercredi 27 mars 2024 à 07:40

Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de la salive, le maintien de la température corporelle et le transport des nutriments..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:38

#Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:37

#Mali :Notre santé, Jeûne du Ramadan : Comment mieux l’entreprendre

Jeûner le jour, manger la nuit. Durant le Ramadan, les apports alimentaires augmentent de façon spectaculaire en un laps de temps. Pour l’endocrinologue et spécialiste des maladies métaboliques et de nutrition, Dr Ibrahim Nientao, le jeûne du Ramadan qui intègre le cadre des jeûnes prolongés est une situation assez particulière. Durant un mois, dit-il, on est amené à changer notre régime alimentaire..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 18 mars 2024 à 09:46

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner