Art et culture : La troupe don fête ses 35 ans

La troupe wassamba a animé la soirée

Par

Publié mardi 04 janvier 2022 à 08:42
Art et culture : La troupe don fête ses 35 ans

1987–2021, cela fait 35 ans que deux jeunes sortants de l’Institut national des arts (INA) de Bamako ont eu la formidable idée de créer une troupe de danse et de théâtre dénommée en bambara : «Don» ou danse». Il s’agit de Mamadou Sidibé et Karim Togola. Après avoir créé et mis en scène de nombreuses œuvres, les deux jeunes talents ont également réussi à construire le Centre culturel Togola de Sabalibougou.

Le résultat est au-delà de toutes les espérances puisque des centaines de jeunes et artistes de ce quartier en particulier et de notre pays en général profitent de cette infrastructure et de l’expertise des deux créateurs de la troupe Don.


Pour célébrer ce 35è anniversaire, le duo avait décidé d’organiser un festival du 28 au 31 décembre dernier. La cérémonie d’ouverture de cette manifestation culturelle était présidée, mercredi dernier, par le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat, des Domaines, de l’Aménagement du territoire et de la Population, Bréhima Kamena, en présence notamment du chef de cabinet du ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme et des troupes des 7 villages de la Commune de Koumantou dans la Région de Sikasso.

Le ministre Kamena insistera sur l’ancrage de la troupe Don et du Centre culturel Togola dans ce quartier, car ses promoteurs ont prouvé que la culture est un moyen de développement. Il rappellera que le gouvernement de Transition est pleinement engagé dans la promotion de notre patrimoine culturel.


Quant à Boubacar Hama Diaby, conseiller technique à la Primature et ancien coordinateur du Programme de soutien aux initiatives culturelles décentralisées (PSIC), il a expliqué que le Centre culturel Togola est l’un des rares projets qui tient la route, depuis tant d’années.


À l’époque, le PSIC avait sélectionné ce projet sur la base de trois critères extrêmement intéressants. Il s’agit de sa capacité à valoriser le patrimoine culturel, de la proximité du projet avec les populations de Sabalibougou qui était dépourvu de lieu culturel. Enfin, il s’agit de savoir si le Centre culturel Togola allait être un lieu de formation des danseurs et des comédiens.

 Pour l’ancien coordinateur du PSIC, depuis 35 ans, le projet s’est révélé plus utile au quartier et en général à l’art et à la culture dans notre pays. La cérémonie a été marquée par des prestations de nombreuses troupes comme celle du Wassamba de Niamala. En effet, celle-ci joue deux types d’instruments que sont le wassamba ou le sistre de calebasse et la flûte. Elle donne une musique mélancolique qui est jouée lors de l’arrivée de nouveaux circoncis dans le village au petit matin.


Une musique qui réveille de douloureux souvenirs. Karim Togola expliquera que cette flûte n’est pas un instrument de réjouissance et donc ne peut être jouée par tout le monde. Ce sont les sages qui décident de la confier à des adultes qui ont fait montre de certaines qualités, notamment l’honnêteté et la discrétion.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Lire aussi : #Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’.

Lire aussi : Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un tél.

Lire aussi : Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Lire aussi : Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix da.

Lire aussi : Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphi.

Les articles de l'auteur

#Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:21

#Mali : Nianan du cinéma : Des récompenses aux méritants pour leurs œuvres

Les stars du cinéma malien étaient massivement présentes, vendredi soir au Centre international des conférences de Bamako (CICB), à l’initiative du Groupe Walaha. C’’était une belle opportunité de récompenser certains professionnels du cinéma malien et africain avec des trophées d’honneur..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 26 février 2024 à 08:11

Textile : Fatoumata Gogo Soumaoro valorise le pagne tissé

Les tisserands sont des créateurs de tissus traditionnels aux designs appréciables. Traditionnellement, ces étoffes servent d’habillement, de couverture et de décoration. Le pagne tissé aux couleurs naturelles ou teintées sert également à customiser (personnaliser) la façade d’un téléphone portable, un vêtement, une chaussure, un sac, une boîte à mouchoir. Mais on en fait aussi des tapis, des draps, des pagnes et des couvertures, c’est tout l’art de Fatoumata alias Gogo Soumaoro..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:46

Oumar Kamara Ka : Un chercheur-créateur à la tête du conservatoire des arts et métiers multimedia

On connaît Oumar Kamara Ka pour ses œuvres en art plastique, on le connaît également pour ses réflexions sur la théorie de l’art et la philosophie. C’est donc un chercheur-créateur qui dirige désormais le Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Camm-BFK)..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 23 février 2024 à 08:44

Danse : Karim Togola magnifie les 20 ans du Festival sur le Niger

Cette œuvre est une représentation de pas de danse, mais aussi de figures géométriques et chant qui rendent hommage à Mamou Daffé, le créateur de ce Festival dont le génie mérite amplement d’être salué. Mais surtout pour la régularité de ce rendez-vous qui occupe une place de choix dans l’agenda culturel de notre pays.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:49

Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphique et déconstruction des danses patrimoniales de l’École des sables du Sénégal, sous la direction de Patrick Acogny..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 16 février 2024 à 09:48

#Mali : Art visuel : Ibrahim Ballo fait son show à la foire 1.54

La série que présente notre compatriote Ibrahim Ballo à la «Foire 1.54» est intitulée : «Comédies des visages, visage de la comédie». Abordant la quête du plaisir des uns et des autres, une vie qui plonge l’être humain dans tout. Cette édition qui a commencé, hier, s’achève ce dimanche..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 09 février 2024 à 08:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner