Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

Cette native de Gao est une danseuse et performeuse; actrice de cinéma et jeune chorégraphe qui a décroché un master 2 au Conservatoire des arts et métiers multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Cam-Bfk). Elle a aussi obtenu un diplôme de 3 ans de formation discontinue en création chorégraphique et déconstruction des danses patrimoniales de l’École des sables du Sénégal, sous la direction de Patrick Acogny.

Publié vendredi 16 février 2024 à 09:48
Bibata Ibrahim Maïga : Des déhanchements au rythme des sons

En 2017, elle crée Ia dance ‘O (compagnie et Association) dont le principal projet consiste à promouvoir la danse dans une certaine politique culturelle. Mais aussi sociale à travers la formation des enfants de la rue (talibés), jeunes et ados en situation difficile, enfants réfugiés du Nord du Mali et la création de spectacles, socialement ou politiquement engagés avec des danseurs professionnels…


Une grande passionnée de la musique qui devient en 2012 lauréate du de l’émission télévisée «Maxi Vacances» de l’Ortm. Elle commence à développer une carrière musicale et entre en studio avec la réalisation de 7 titres par le concours de son producteur manager Frank Biyard en 2019. Mais elle est encore partagée entre deux expressions artistiques. Elle tente un pari en s’inscrivant au concours Mali Award de la danse. Ce fut une réussite, car elle remporte d’ailleurs le trophée de la meilleure danseuse dans le cadre du festival «Danse Bamako Dense» de Kettly Noël.

Ensuite elle remporte le prix de la meilleure actrice, décerné par Canal+ à travers sa prestation dans le film «Kuma» de Hawa Aliou N’Diaye. Un film qui est aussi désigné Grand prix Kodjo Ebouclé dans le cadre du Festival de court métrage Clap Ivoire à Abidjan.

En 2020, Bibata est répertoriée par le chorégraphe belge d’origine ivoirienne Serge Aimé Coulibaly. Ce dernier lui confie deux importants rôles comme danseuse interprète dans ses créations intitulées respectivement «Kalakuta» et «Kirina».

Ainsi, elle devient officiellement danseuse créatrice dans les spectacles Wakatt en 2020 et «C’ la vie» en 2023. Avec lesquels, elle a fait de nombreuses représentations dans les théâtres et festivals internationaux comme : Les Rencontres de Danse Métisse à Cayenne, Le théâtre de la ville de Luxemburg, Stadsshouburg Utrecht, les Recréatrales à Ouagadougou, Cankarjev Dom à Ljubljana, Skirball à NewYork, Dansens Hus à Oslo, Grec THEATER de Barcelone, entre autres.

En Avril 2022, elle est danseuse interprète et créatrice dans la pièce Sawtik du chorégraphe marocain Taoufik Izeddiou en collaboration avec Theaterformen à Brownchweig avec une dizaine de représentations en Allemagne et au festival theaterformen. En 2018, elle crée sa première pièce chorégraphique TCHII, sur la corruption avec 4 danseurs dont elle-même et un musicien. Décembre 2021, sa première création solo Esprit Bavard fait d’elle la lauréate du prix Acogny Gold de la Bienale Africa Simply The Best.

Esprit bavard fait l’objet d’une vingtaine de programmations entre l’Afrique et l’Europe (Biennale danse l’Afrique danse à Marrakech, Hellerau Dresden, Dansart Festival Bielefield, Le festival Copier-coller à Bamako, New Theater Dornach, Dialaw Festival Rythme et Formes du monde au Sénégal, Casino à Zug, Le Festival sur le Niger à Ségou, Festival Next Art Center en Belgique et en France à Roubaix, Les Recréatrales à Ouagadougou, Le Festival Feminin OSONS, au Complexe culturel Blonba ; Zurcher Theater Spectacle à Zurich, Festival Theaterformen Staatstheater à Braunchweig et 4 représentations dans les rues de Bamako.

 

Entre autre, la performance est un terrain excitant pour elle, inspirée par le public et l’espace en totale symbiose et passionnée par les nouvelles expériences, elle a créé des performances en groupe et en solo, et très généralement en collaboration avec d’autres artistes, peintres, designers, réalisateurs, comédiens et musiciens ; les performances telles que Turi bero, Esprit des eaux, Fire, Reb’elle...

Toujours en quête d’identité et de connaissance, Bibata a travaillé avec des chorégraphes et formateurs internationaux tels que : Serge Aimé Coulibaly, Qudus Onikeku, Nadia Beugré, Taoufik Izeddiou, Lassina koné, Alesandra Setin, Germaine Acogny, Patrick Acogny, Nora Chipaumire, Bernardo Montet, Sophiatou Kossoko, Kettly Noel…

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Rentrée culturelle du Centre culturel Korè : La culture s’invite dans le dialogue inter-maliens

La cérémonie de lancement de la saison culturelle 2024-2025 du Groupe korè art et culture (GKAC), débutée vendredi dernier à Ségou, s’est presque achevée en apothéose le lendemain..

Lire aussi : #Mali ; Maryse Condé : L’autrice DE «Ségou» n'est plus

Cette militante de la mémoire et de l’anticolonialisme, a écrit plus de 70 ouvrages. De la pièce de théâtre aux essais en passant par la fiction et les livres pour enfants, les écrits de celle qui a su montrer la grandeur et la richesse de Ségou, sont inspirés par son parcours et ses comba.

Lire aussi : #Mali : Musique : Youssouf Dramé dit Kara show présente les notes écrites du tama

Issu d’une famille de griots, appelés «Guessérés», le virtuose du tama travaille sur un projet d’édition qui peine à être bouclé, faute de financement. Son objectif est pourtant noble : permettre aux amateurs de cet instrument et aux professionnels de la musique qui le souhaitent d’.

Lire aussi : #Mali : Opération Sunakari : Le fonds Maaya appuie 130 artistes

130 artistes ont reçu du Fonds africain pour la culture un montant symbolique d’appui à l’occasion du mois de Ramadan 2024. La cérémonie a été conclue par une rupture collective de jeûne. En effet, ils sont nombreux les artistes à estimer que ce geste constitue un grand soulagement pour .

Lire aussi : Journée mondiale du théâtre : Pour un renforcement de cet art à l’école

Le monde célèbre le 27 mars de chaque année la Journée mondiale du théâtre, une occasion de mettre en exergue le rôle de l’art dans la promotion du dialogue interculturel et civilisationnel, en tant que source d’inspiration favorisant la diversité et l’ouverture culturelle et faisant p.

Lire aussi : #Mali : Décoration : Oumou Sangaré, désormais officier des arts et de la culture de France

Vingt six ans après la médaille de chevalier de l’Ordre des arts et de la culture de France, la grande star de la musique malienne, Oumou Sangaré, vient d’être élevée au grade d’Officier des arts et de la culture de France..

Les articles de l'auteur

#Mali : Rentrée culturelle du Centre culturel Korè : La culture s’invite dans le dialogue inter-maliens

La cérémonie de lancement de la saison culturelle 2024-2025 du Groupe korè art et culture (GKAC), débutée vendredi dernier à Ségou, s’est presque achevée en apothéose le lendemain..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié mardi 16 avril 2024 à 07:30

#Mali ; Maryse Condé : L’autrice DE «Ségou» n'est plus

Cette militante de la mémoire et de l’anticolonialisme, a écrit plus de 70 ouvrages. De la pièce de théâtre aux essais en passant par la fiction et les livres pour enfants, les écrits de celle qui a su montrer la grandeur et la richesse de Ségou, sont inspirés par son parcours et ses combats.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:25

#Mali : Musique : Youssouf Dramé dit Kara show présente les notes écrites du tama

Issu d’une famille de griots, appelés «Guessérés», le virtuose du tama travaille sur un projet d’édition qui peine à être bouclé, faute de financement. Son objectif est pourtant noble : permettre aux amateurs de cet instrument et aux professionnels de la musique qui le souhaitent d’apprendre à le jouer.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:24

#Mali : Opération Sunakari : Le fonds Maaya appuie 130 artistes

130 artistes ont reçu du Fonds africain pour la culture un montant symbolique d’appui à l’occasion du mois de Ramadan 2024. La cérémonie a été conclue par une rupture collective de jeûne. En effet, ils sont nombreux les artistes à estimer que ce geste constitue un grand soulagement pour eux et leurs familles respectives..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:22

Journée mondiale du théâtre : Pour un renforcement de cet art à l’école

Le monde célèbre le 27 mars de chaque année la Journée mondiale du théâtre, une occasion de mettre en exergue le rôle de l’art dans la promotion du dialogue interculturel et civilisationnel, en tant que source d’inspiration favorisant la diversité et l’ouverture culturelle et faisant partie intégrante du patrimoine civilisationnel immatériel qui reflète les valeurs d’appartenance et de coexistence..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:20

#Mali : Décoration : Oumou Sangaré, désormais officier des arts et de la culture de France

Vingt six ans après la médaille de chevalier de l’Ordre des arts et de la culture de France, la grande star de la musique malienne, Oumou Sangaré, vient d’être élevée au grade d’Officier des arts et de la culture de France..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:40

#Mali : Ousmane Samassékou : Le couteau suisse de l’audiovisuel

Il se présente comme : «un professionnel polyvalent de la production audiovisuelle et de création de graphiques et contenus multimédia, avec une expertise avérée dans la réalisation, la production, la coordination, le design et la capture d’images»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 22 mars 2024 à 08:07

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner