#Mali : Paralysie obstétricale du plexus brachial : Quand un bras du bébé ne bouge pas après la naissance

La Paralysie obstétricale du plexus brachiale (POPB) est une perte de la mobilité d’un membre supérieur qui survient lors de la naissance de l’enfant. Le chirurgien orthopédiste et traumatologue, Dr Aliou Bah, précise que c’est à la naissance qu’on remarque qu’un bras bouge et l’autre est allongé.

Publié lundi 26 février 2024 à 08:04
#Mali : Paralysie obstétricale du plexus brachial : Quand un bras du bébé ne bouge pas après la naissance

Dr Aliou Bah

 


Le plexus brachial est l’ensemble des nerfs qui quittent le cou et qui viennent le long des membres supérieurs jusqu’au dos. Le spécialiste dit que lorsqu’il y a un étirement ou un arrachement de ces nerfs, on parle de lésions du POPB. Et de préciser que c’est ce qui entraîne l’impossibilité de bouger la main. La cause ? Le gros bébé à la naissance et l’accouchement difficile, explique Dr Bah. La difficulté de sortir l’épaule va pousser les agents de santé à faire l’impossible pour sauver le bébé.

Comment reconnaît-on cette paralysie ? Pour le traumatologue, c’est simple, il suffit de regarder le bras de l’enfant qui ne bouge pas ou de remarquer qu’il n’a pas le reflex de tenir un doigt quand on le lui tend. Mais, il précise que la lésion ne présente pas de douleur. La POPB survient très souvent chez les enfants de femmes qui n’ont pas fait un suivi régulier de leurs grossesses ou qui n’ont pas été bien assistées à l’accouchement.

Mais, il y a aussi les femmes diabétiques et les gros bébés à la naissance. Si la lésion ou paralysie n’est pas bien prise en charge, elle peut conduire à des complications graves : un bras non fonctionnel tout au long de la vie de la personne affectée. Dr Bah rassuré que cela peut être évité si la prise en charge est faite correctement. Mieux 80% des enfants auront une vie normale. Pour ce faire, il faut commencer le traitement dès les 18 premiers mois de la vie de l’enfant.

C’est pourquoi, il recommande à tous les parents de faire directement recours à un spécialiste lorsqu’ils remarquent que le bras de leurs enfants ne bouge pas. Il conseille de sensibiliser les mamans pour le suivi des grossesses, d’apprécier le poids du bébé avant la naissance et sensibiliser les sages-femmes en les invitant à faire attention aux gros bébés à la naissance. En somme, préparer au mieux la naissance et diagnostiquer le bébé juste après la naissance.

Dr Aliou Bah soulignera que la prise en charge est pluridisciplinaire. Elle commence toujours par une rééducation qui peut être très longue. Cette rééducation, précise-t-il, se fait par un spécialiste et également par la famille.

Après trois mois, si le bras ne bouge pas, il faudra faire recours à la chirurgie. Il précise que 80% des cas n’ont pas besoin de cette chirurgie. Pour la chirurgie, il y a trois manières : la chirurgie nerveuse, la chirurgie musculaire et celle osseuse. La première consiste à faire une réparation des nerfs (entre 6 à 18 mois). La deuxième fait un transfert musculaire. La dernière survient lorsque les deux chirurgies n’ont pas pu être faites à temps (entre 7 à 8 ans). Elle consistera à casser l’os, le réparer pour lui donner sa mobilité. Il faut nécessairement un suivi par le chirurgien qui va coordonner toute cette prise en charge.

Sur le plan épidémiologique, il dit que c’est une lésion assez fréquente. La fréquence est de 5 lésions de plexus brachial pour chaque 1.000 naissances. C’est une pathologie d’actualité et surtout qui a des répercussions fonctionnelles énormes. La bonne nouvelle est que notre toubib fait partie d’un projet africain de prise en charge gratuite de cette lésion. C’est un projet de formation des chirurgiens sur la prise en charge de la chirurgie nerveuse. Et c’est un projet global qui couvre 10 pays africains.

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : #Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont inf.

Lire aussi : #Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Lire aussi : #Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Lire aussi : Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de l.

Lire aussi : #Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Lire aussi : #Mali :Notre santé, Jeûne du Ramadan : Comment mieux l’entreprendre

Jeûner le jour, manger la nuit. Durant le Ramadan, les apports alimentaires augmentent de façon spectaculaire en un laps de temps. Pour l’endocrinologue et spécialiste des maladies métaboliques et de nutrition, Dr Ibrahim Nientao, le jeûne du Ramadan qui intègre le cadre des jeûnes prolong.

Les articles de l'auteur

#Mali: Les déchets hospitaliers : Dangereux pour la santé

Les activités liées aux professions de la santé produisent des déchets dangereux. Ce sont des déchets issus des activités de diagnostic, Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ces déchets, qui représentent 15% des déchets générés dans les établissements de santé, sont infectieux, toxiques et radioactifs..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 08 avril 2024 à 07:33

#Mali : Laboratoire national de la santé : En quête de ressources

Le laboratoire national de la santé (LNS) a tenu, hier dans ses locaux, la 34è session de son conseil d’administration. Cette session budgétaire a examiné les activités réalisées, l’état d’exécution du budget 2023 et les ambitions pour l’exercice 2024..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:10

#Mali :Méningite : Des cas confirmés à Gao et Bamako

Une épidémie de méningite sévit dans notre pays, depuis quelques jours, dans certains districts sanitaires du pays, notamment dans la Région de Gao et dans le District de Bamako..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mercredi 27 mars 2024 à 07:40

Notre santé, #Mali : L’eau glacée : ça nuit à la santé

Une sensation agréable au moment de la boire, l’eau glacée que nous buvons peut être dangereuse pour notre santé. Pourtant, boire de l’eau permet de maintenir l’équilibre des fluides corporels dont la mission est d’assurer la digestion, l’absorption, la circulation, la création de la salive, le maintien de la température corporelle et le transport des nutriments..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:38

#Mali : Ramadan et canicule : Difficile à concilier

Seule la foi peut aider les jeûneurs à tenir pendant cette forte poussée de chaleur. Pour ceux qui ne se ménagent pas sous le soleil, il y a un gros risque de déshydratation qui peut avoir de graves conséquences.

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:37

#Mali :Notre santé, Jeûne du Ramadan : Comment mieux l’entreprendre

Jeûner le jour, manger la nuit. Durant le Ramadan, les apports alimentaires augmentent de façon spectaculaire en un laps de temps. Pour l’endocrinologue et spécialiste des maladies métaboliques et de nutrition, Dr Ibrahim Nientao, le jeûne du Ramadan qui intègre le cadre des jeûnes prolongés est une situation assez particulière. Durant un mois, dit-il, on est amené à changer notre régime alimentaire..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 18 mars 2024 à 09:46

#Mali : Tuberculose osseuse vertébrale : Quand la colonne vertébrale est atteinte

Consulte un spécialiste en cas de douleur de dos surtout quant elle est associée à de la fièvre et à un amaigrissement ! Selon le neurochirurgien, Dr Youssouf Traoré, il peut s’agir d’une tuberculose osseuse vertébrale ou mal de Pott. C’est l’atteinte d’un ou de plusieurs vertèbres ou d’un disque ou de plusieurs disques par le microbe de la tuberculose..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 11 mars 2024 à 09:06

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner