#Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Le plus grand édifice en banco du monde est exposé aux États Unis à travers la photogrammétrie. Ainsi les images reconstituées de la prestigieuse mosquée de Djenné permettent non seulement de conserver les formes exactes, mais aussi de la visiter virtuellement

Publié vendredi 01 mars 2024 à 08:21 , mis à jour jeudi 18 avril 2024 à 02:22
#Mali : Patrimoine culturel : La mosquée de Djenné photographiée en 3D

Mohamed Dayfour et son drône sur le toit de la mosquée de Djenné

 

La ville de Djenné et sa célèbre mosquée ont subi, il y a deux ans, une photogrammétrie. Cette nouvelle technologie qui offre d’immenses perspectives pour la création d’archives numériques détaillées des monuments anciens, permettant ainsi leur restitution fidèle aux générations futures et facilitant les travaux de rénovation. La technologie permet également de proposer des visites virtuelles de lieux touristiques accessibles à tous, partout dans le monde, via internet. Ainsi durant une dizaine de jours, une équipe  média de l’ONG Instruments for Africa a capturé des milliers de photographies détaillées de la mosquée et ses environs. Ces images ont été passées dans un logiciel de 3D qui offre une possibilité de visite réelle du monument qu’est la grande mosquée de Djenné.

Ce document a été réalisé par Instruments for Africa pour le compte de Children’s Museum et CYARK, tous des États-Unis d’Amérique. Il a été exposé en septembre dernier par le Musée à Indianapolis (USA) dans le cadre de l’exposition intitulée «Lieux sacrés». C’était avec de nombreux autres sites religieux à travers les USA, l’Amérique Latine, l’Europe, l’Asie et l’Afrique. La mosquée de Djenné représentant à elle seule notre continent.

Il fallait procéder à des prises de vue tous les jours entre 9 heures et 13h30, explique Mohamed Dayfour, chef de l’équipe média. La technique exige de produire des images avec le même degré d’éclairage. Ce qui fait qu’en cas de nuage qui s’amoncèlent dans la zone vous êtes obligés d’arrêter. Les heures de prière doivent également être respectées. Ainsi, chaque jour, l’équipe se devait de réaliser 1.000 à 2.000 photographies dans exactement les mêmes conditions de climat, d’éclairage solaire et de température.

Notre interlocuteur avoue que son équipe ne maîtrisait pas totalement la technique. Ils ont bénéficié d’une semaine de formation en ligne sur la photogrammétrie et la reconstruction virtuelle en 3D d’environnements réels. La formation avait donc pour but de leur fournir de nouvelles compétences dans l’utilisation des technologies de numérisation 3D avec drone, en vue de contribuer à la préservation du patrimoine culturel matériel.

Ce qui constitue une mission centrale d’Instruments For Africa. En plus des photographies de la mosquée, l’équipe média a également interviewé des personnalités comme l’Imam de la mosquée Alpha Djitèye, le maître maçon Nouhoum Touré, et la cheffe des jeunes filles Aïssata Djitèye. C’est elle qui est chargée de superviser les jeunes filles de quartier durant les travaux de crépissage de la mosquée. Elle a également servi de guide pour le document dans le cadre de l’exposition. L’ONG a aussi mis à la disposition du Musée des enfants d’Indianapolis ses archives photos et vidéos sur le Festival du crépissage de la mosquée. Des images qui donnent des détails de l’évènement annuel, considéré comme un festival de brassage des différentes communautés de Djenné.

Selon Paul Chandler, le directeur de Instruments for Africa, la motivation principale de sa structure est dictée par la mission qu’elle s’est assignée. À savoir contribuer la préservation du patrimoine culturel immense du Mali. Cette mission permet également de valoriser des éléments du patrimoine culturel malien en collaboration avec le ministère en charge de la Culture et des services techniques de l’État et aussi des communautés.

«Lieux sacrés» va au-delà d’une simple exposition, c’est un voyage qui favorise la compréhension entre différentes traditions religieuses de par le monde. Les visiteurs explorent six espaces sacrés mondiaux, guidés par des représentants locaux. Djenné, les visiteurs se laissent guidés par la jeune leader Aïssata Guitèye. Ils découvrent ainsi la religion de Mohamed (paix et salut sur lui) à travers la mosquée de Djenné, le plus grand monument en terre du monde et aussi le vibrant évènement du crépissage.

Rappelons que La grande mosquée de Djenné est situé à Djenné, au Mali, dans la plaine alluviale du Bani, affluent du Niger. Cette mosquée est le plus grand édifice du monde en adobe ou banco; elle est considérée comme la réalisation majeure du style architectural soudano-sahélien, tout en reflétant des influences islamiques. Elle a d’abord été construite en 1240 par le 26è roi de Djenné, Koy Komboro, sur la place. Elle fut détruite 1819 par le roi peul. Le bâtiment actuel est une réplique de l’ancien édifice, commandée en 1907 à l’architecte Ismaïla Traoré par le gouverneur colonial William Ponty.

Elle a été classée, en même temps que toute la ville, sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco en 1988. En effet, la réputation de cette architecture a franchi les frontières de notre pays et de la sous-région ouest-africaine et représente aujourd’hui le seul témoignage de la richesse et de la puissance que cette ville a connue dans le passé. Le caractère exceptionnel de cette architecture et sa bonne conservation pendant des siècles font de la ville de Djenné, une des destinations touristiques de notre pays. Elle a inspiré les ingénieurs et architectures français qui ont exploité les caractéristiques de cette architecture en construisant des édifices publics  qui jalonnent les rues des villes comme Ségou et Bamako.

Youssouf DOUMBIA

Lire aussi : #Mali : Rentrée culturelle du Centre culturel Korè : La culture s’invite dans le dialogue inter-maliens

La cérémonie de lancement de la saison culturelle 2024-2025 du Groupe korè art et culture (GKAC), débutée vendredi dernier à Ségou, s’est presque achevée en apothéose le lendemain..

Lire aussi : #Mali ; Maryse Condé : L’autrice DE «Ségou» n'est plus

Cette militante de la mémoire et de l’anticolonialisme, a écrit plus de 70 ouvrages. De la pièce de théâtre aux essais en passant par la fiction et les livres pour enfants, les écrits de celle qui a su montrer la grandeur et la richesse de Ségou, sont inspirés par son parcours et ses comba.

Lire aussi : #Mali : Musique : Youssouf Dramé dit Kara show présente les notes écrites du tama

Issu d’une famille de griots, appelés «Guessérés», le virtuose du tama travaille sur un projet d’édition qui peine à être bouclé, faute de financement. Son objectif est pourtant noble : permettre aux amateurs de cet instrument et aux professionnels de la musique qui le souhaitent d’.

Lire aussi : #Mali : Opération Sunakari : Le fonds Maaya appuie 130 artistes

130 artistes ont reçu du Fonds africain pour la culture un montant symbolique d’appui à l’occasion du mois de Ramadan 2024. La cérémonie a été conclue par une rupture collective de jeûne. En effet, ils sont nombreux les artistes à estimer que ce geste constitue un grand soulagement pour .

Lire aussi : Journée mondiale du théâtre : Pour un renforcement de cet art à l’école

Le monde célèbre le 27 mars de chaque année la Journée mondiale du théâtre, une occasion de mettre en exergue le rôle de l’art dans la promotion du dialogue interculturel et civilisationnel, en tant que source d’inspiration favorisant la diversité et l’ouverture culturelle et faisant p.

Lire aussi : #Mali : Décoration : Oumou Sangaré, désormais officier des arts et de la culture de France

Vingt six ans après la médaille de chevalier de l’Ordre des arts et de la culture de France, la grande star de la musique malienne, Oumou Sangaré, vient d’être élevée au grade d’Officier des arts et de la culture de France..

Les articles de l'auteur

#Mali : Rentrée culturelle du Centre culturel Korè : La culture s’invite dans le dialogue inter-maliens

La cérémonie de lancement de la saison culturelle 2024-2025 du Groupe korè art et culture (GKAC), débutée vendredi dernier à Ségou, s’est presque achevée en apothéose le lendemain..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié mardi 16 avril 2024 à 07:30

#Mali ; Maryse Condé : L’autrice DE «Ségou» n'est plus

Cette militante de la mémoire et de l’anticolonialisme, a écrit plus de 70 ouvrages. De la pièce de théâtre aux essais en passant par la fiction et les livres pour enfants, les écrits de celle qui a su montrer la grandeur et la richesse de Ségou, sont inspirés par son parcours et ses combats.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 05 avril 2024 à 08:25

#Mali : Musique : Youssouf Dramé dit Kara show présente les notes écrites du tama

Issu d’une famille de griots, appelés «Guessérés», le virtuose du tama travaille sur un projet d’édition qui peine à être bouclé, faute de financement. Son objectif est pourtant noble : permettre aux amateurs de cet instrument et aux professionnels de la musique qui le souhaitent d’apprendre à le jouer.

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:24

#Mali : Opération Sunakari : Le fonds Maaya appuie 130 artistes

130 artistes ont reçu du Fonds africain pour la culture un montant symbolique d’appui à l’occasion du mois de Ramadan 2024. La cérémonie a été conclue par une rupture collective de jeûne. En effet, ils sont nombreux les artistes à estimer que ce geste constitue un grand soulagement pour eux et leurs familles respectives..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:22

Journée mondiale du théâtre : Pour un renforcement de cet art à l’école

Le monde célèbre le 27 mars de chaque année la Journée mondiale du théâtre, une occasion de mettre en exergue le rôle de l’art dans la promotion du dialogue interculturel et civilisationnel, en tant que source d’inspiration favorisant la diversité et l’ouverture culturelle et faisant partie intégrante du patrimoine civilisationnel immatériel qui reflète les valeurs d’appartenance et de coexistence..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:20

#Mali : Décoration : Oumou Sangaré, désormais officier des arts et de la culture de France

Vingt six ans après la médaille de chevalier de l’Ordre des arts et de la culture de France, la grande star de la musique malienne, Oumou Sangaré, vient d’être élevée au grade d’Officier des arts et de la culture de France..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié lundi 25 mars 2024 à 09:40

#Mali : Ousmane Samassékou : Le couteau suisse de l’audiovisuel

Il se présente comme : «un professionnel polyvalent de la production audiovisuelle et de création de graphiques et contenus multimédia, avec une expertise avérée dans la réalisation, la production, la coordination, le design et la capture d’images»..

Par Youssouf DOUMBIA


Publié vendredi 22 mars 2024 à 08:07

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner