Dialogue inter-Maliens : Des informations utiles partagées avec le corps diplomatique

Le Comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens a largement expliqué aux ambassadeurs et représentants des organisations internationales accréditées dans notre pays, les tenants et aboutissants de ce processus de dialogue. Celui-ci doit permettre à nos compatriotes de s’accorder sur l’essentiel et de se réconcilier

Publié lundi 15 avril 2024 à 10:07
Dialogue inter-Maliens : Des informations utiles partagées avec le corps diplomatique

Photo de famille après la rencontre

 

Le Comité de pilotage du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation conduit par l’ancien Premier ministre Ousmane Issoufi Maïga a élargi, vendredi dernier, son cercle d’information aux membres du corps diplomatique et consulaire, ainsi qu’aux représentants des organisations internationales accréditées dans notre pays. La rencontre s’est déroulée au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale sous la présidence du chef de ce département, Abdoulaye Diop.

Le chef de la diplomatie malienne a, dans son intervention, informé les ambassadeurs sur l’actualité, notamment la suspension des activités des partis politiques et des activités à caractère politique des associations. Affirmant que la paix et la stabilité du pays sont essentielles pour tout processus politique, Abdoulaye Diop a informé que cette mesure vise essentiellement à créer les conditions pour la tenue d’un dialogue apaisé. Selon lui, cette suspension vise également à créer les conditions de sérénité. «Le retour à un ordre constitutionnel apaisé et sécurisé demeure une des priorités de la Transition», a-t-il indiqué, ajoutant que ce retour n’est pas remis en cause.

«Il est déjà amorcé à deux étapes par l’adoption de la Constitution et le réajustement du calendrier électoral», a insisté le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale. Concernant le calendrier électoral, le ministre Diop a rappelé les raisons techniques qui ont conduit au report des échéances. «Ces difficultés sont en train d’être surmontées», a-t-il assuré.

De son côté le président du Comité de pilotage du dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation a souligné l’importance des relations que le Mali entretient avec les différents partenaires. «Tirant les leçons de plus d’une décennie de crise cyclique et multidimensionnelle ainsi que des dérives, voire des échecs de diverses tentatives de résolutions, le chef de l’État, le colonel Assimi Goïta annonçait l’initiative d’un Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation», a rappelé Ousmane Issoufi Maïga.

Les Maliens ont exprimé, a argumenté le président du Comité de pilotage, avec force leur envie de trouver des solutions définitives à une crise qui a entamé le tissu social. Qui plus, d’après lui, était en train de saper les fondements de la nation, de son unité et de son intégrité. D’où l’identité de vue entre le colonel Assimi Goïta, son gouvernement et son peuple. L’ancien Premier ministre a dit que l’annonce de ce dialogue préfigurait déjà les suites à donner à l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger.

 

DUPLICITÉ- «Les dividendes de l’Accord étaient toujours attendues alors que l’insécurité se rependait sur l’ensemble du territoire avec son lot de désolations, d’enlèvements, d’assassinats et de meurtres à grande échelle dont chacun des signataires se rendait complice et coupable», a martelé Ousmane Issoufi Maïga. Selon lui, ces mêmes signataires, soutenus visiblement par des mains étrangères,  s’opposaient à toute tentative de règlement de la crise sans une interférence étrangère. Pour le président du Comité, cette rationalité reste toujours limitée et s’effrite dès que la 3è partie soutient l’une des parties dans la gestion des zones d’incertitude.

«Ce qui a été le cas de la médiation internationale dans la mise en œuvre de l’Accord dont elle s’est, elle-même, portée garante», a déploré l’orateur, déclarant qu’elle s’est disqualifiée par certaines de ses prises de position et les encouragements clairs des acteurs dans leur défiance à l’État. C’est pourquoi, a révélé Ousmane Issoufi Maïga, le chef de l’État s’est retourné sur les mécanismes locaux de médiation. Le dialogue est un retour à l’arbre à palabres, sous le «toguna» et dans le vestibule du chef de village pour laver les souillures du linge commun, a soutenu le premier responsable du Comité de pilotage.

Dans la vision du président de la Transition, a-t-il laissé entendre, les Maliens ne peuvent plus faire traiter leurs problèmes par procuration. «Ils sont maîtres de leur destin», a déclaré l’ancien Premier ministre. Ainsi, a-t-il espéré, les Maliens doivent se retrouver entre eux, discuter, se quereller et au bout se pardonner et poursuivre leur vie en commun. Le chef du Comité de pilotage a assuré que l’idée d’un Dialogue direct entre les Maliens n’est dirigée contre aucun pays, ni aucune organisation internationale. «À priori, le Mali ne rejette aucune médiation qui respecte les intérêts de son peuple et l’intégrité de son territoire», a clarifié le président Ousmane Issoufi Maïga

Pour sa part, Mme l’ambassadeur de la République du Tchad au Mali a salué l’initiative du Comité d’échanger avec le corps diplomatique sur la vision des autorités maliennes. Kalzeube Neldikingar Madjimta a indiqué que les Africains ont leur façon de régler leurs incompréhensions. «Ce Dialogue inter-Maliens mérite d’être soutenu et encouragé», a-t-elle ajouté, avant de lancer un appel à l’union sacrée autour du Mali.

Quant au coordonnateur  du Système des Nations unies, il a qualifié la rencontre de très importante. Alain Noudehou s’est réjoui de l’inclusivité qui caractérise ce processus de dialogue. Enfin, l’ambassadeur de la Fédération de Russie a réitéré le soutien de son pays à ce dialogue tout en souhaitant que la paix, la sérénité et le calme reviennent au Mali. Igor Gromyko de conclure qu’il a reçu des éclaircissements à travers ce face à face.

 

Namory KOUYATE

Lire aussi : #Mali : Sécurité, genre et développement en Afrique : L’école de maintien de la paix suscite la réflexion

En prélude à la journée de l’Afrique célébrée le 25 mai de chaque année, l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (EMP-ABB) a organisé, hier, un symposium sur le thème : «Vers une paix durable : quelles actions de l’Union africaine pour la sécurité, le genre et le dév.

Lire aussi : #Mali : Pr Younouss Hamèye Dicko : «En 2019, les rebelles nous ont refusé la thématique Géopolitique et environnement international»

En sa qualité de président de cette Commission lors du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale, Pr Younouss Hamèye Dicko relève les particularités et les atouts de notre pays à mieux tirer profit de ses richesses et trouver une solution définitive à notre crise.

Lire aussi : #Mali : Mali-Nations unies : La coopération ne faiblit pas

L’ONU entend aider notre pays à mobiliser des moyens pour augmenter sa capacité de lutte contre le terrorisme et apporter des soutiens humanitaires aux populations.

Lire aussi : #Mali : Dialogue inter-Maliens : Les mécanismes endogènes pour le Mali Kura

Ouverts lundi dernier au Centre international de conférences de Bamako (CICB) par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, les travaux du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale prennent fin ce vendredi.Le maître-mot de la rencontre demeure le renouveau.

Lire aussi : #Mali : Aspects sécuritaires et défense du territoire, géopolitique et environnement international : Des propositions constructives

Les travaux se déroulent au sein de la commission thématique 4 en charge des «aspects sécuritaires et défense du territoire» sous l’égide du général à la retraite Ismaël Cissé..

Lire aussi : #Mali : Bilan de 100 jours de la délégation spéciale de Bamako : Des résultats notables dans un contexte difficile

Suite à la dissolution du Conseil du District de Bamako, l’arrêté n° 2024-0001/MATD-SG du 15 janvier 2024 portant nomination des membres de la délégation spéciale a été pris par le ministre d’état, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation pour s’atte.

Les articles de l'auteur

#Mali : Sécurité, genre et développement en Afrique : L’école de maintien de la paix suscite la réflexion

En prélude à la journée de l’Afrique célébrée le 25 mai de chaque année, l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (EMP-ABB) a organisé, hier, un symposium sur le thème : «Vers une paix durable : quelles actions de l’Union africaine pour la sécurité, le genre et le développement en Afrique ?»..

Par Namory KOUYATE


Publié jeudi 23 mai 2024 à 19:57

#Mali : Pr Younouss Hamèye Dicko : «En 2019, les rebelles nous ont refusé la thématique Géopolitique et environnement international»

En sa qualité de président de cette Commission lors du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale, Pr Younouss Hamèye Dicko relève les particularités et les atouts de notre pays à mieux tirer profit de ses richesses et trouver une solution définitive à notre crise.

Par Namory KOUYATE


Publié lundi 20 mai 2024 à 18:22

#Mali : Mali-Nations unies : La coopération ne faiblit pas

L’ONU entend aider notre pays à mobiliser des moyens pour augmenter sa capacité de lutte contre le terrorisme et apporter des soutiens humanitaires aux populations.

Par Namory KOUYATE


Publié lundi 20 mai 2024 à 18:12

#Mali : Dialogue inter-Maliens : Les mécanismes endogènes pour le Mali Kura

Ouverts lundi dernier au Centre international de conférences de Bamako (CICB) par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, les travaux du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale prennent fin ce vendredi.Le maître-mot de la rencontre demeure le renouveau du Mali.

Par Namory KOUYATE


Publié vendredi 10 mai 2024 à 08:37

#Mali : Aspects sécuritaires et défense du territoire, géopolitique et environnement international : Des propositions constructives

Les travaux se déroulent au sein de la commission thématique 4 en charge des «aspects sécuritaires et défense du territoire» sous l’égide du général à la retraite Ismaël Cissé..

Par Namory KOUYATE


Publié mercredi 08 mai 2024 à 08:43

#Mali : Bilan de 100 jours de la délégation spéciale de Bamako : Des résultats notables dans un contexte difficile

Suite à la dissolution du Conseil du District de Bamako, l’arrêté n° 2024-0001/MATD-SG du 15 janvier 2024 portant nomination des membres de la délégation spéciale a été pris par le ministre d’état, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation pour s’atteler à la mise en œuvre de la feuille route..

Par Namory KOUYATE


Publié lundi 29 avril 2024 à 09:02

#Mali : Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme : Six véhicules offerts par le président de la transition

Le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux Mahamadou Kassogué, a remis, hier dans les locaux de son département, six véhicules aux nouvelles structures relevant de son ministère, au nom du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta..

Par Namory KOUYATE


Publié vendredi 26 avril 2024 à 09:03

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner