Envies alimentaires pendant la grossesse : À écouter, sans en abuser

Pendant la grossesse, les femmes, en tout cas pour la plupart, ont une forte envie de manger certains aliments. Ces envies de la femme enceinte sont nombreuses et variées. Mais les spécialistes recommandent de ne juste pas en abuser, et d’adapter ses régimes à ces aliments. Il faut en avoir conscience : tout abus est nuisible.

Par

Publié lundi 13 novembre 2023 à 07:15
Envies alimentaires pendant la grossesse : À écouter, sans en abuser

 Pr Amadou Bocoum


  


Pr Amadou Bocoum, gynécologue obstétricien au Centre hospitalo-universitaire (CHU) Gabriel Touré explique que les envies alimentaires de la femme enceinte sont des changements de la ration alimentaire qui surviennent généralement au cours de la grossesse en ayant des tendances vers des nourritures qu’elle ne consommait pas avant. Cela peut être une nourriture qu’elle n’aimait pas avant, mais elle raffolera de ces aliments pendant la grossesse.

 Ce sont des envies qui apparaissent généralement au cours du premier trimestre de la grossesse. Alors d’où viennent ces envies alimentaires ? Notre spécialiste dit, dans un premier temps, que c’est lié aux hormones de la grossesse. «Quand la femme tombe enceinte, le placenta produit des hormones qui vont entrainer un déséquilibre de l’organisme de la femme enceinte», dit-il. Ces hormones vont impacter le goût et l’odorat de la femme enceinte.

Certaines femmes qui ont une carence alimentaire cherchent à les combler. Ce qui signifie que ces envies alimentaires traduisent une carence dans l’organisme. Mais, par contre, relève Pr Bocoum, souvent ce sont des caprices. Chez d’autres, l’envie est d’ordre émotionnel. Lorsque certaines sont énervées, elles se mettent à manger et de façon incontrôlée avec des envies qu’elles-mêmes ne peuvent pas exprimer.


Le gynécologue avoue qu’il ne faut pas toujours céder aux envies des femmes enceintes. Surtout, pour les aliments qui peuvent avoir un risque pour la grossesse. Les femmes qui veulent manger à tout moment peuvent prendre excessivement du poids et s’exposer à des maladies comme l’hypertension artérielle. Le toubib conseille d’éviter l’adage qui dit qu’une femme enceinte doit manger pour deux personnes.

Au lieu de cela, il leurs recommande de manger selon le besoin, car le bébé a tout ce dont il a besoin à travers le sang. La femme enceinte doit faire pression sur elle-même en faisant attention aux risques qu’elle peut prendre. Cela permet d’éviter d’avoir des complications. Pour les éviter, Pr Bocoum conseille de ne pas manger les aliments trop gras, trop salés ou sucrés. «Il faut les consommer avec modération», prescrit-t-il. Mais le fait de les interdire aussi peut avoir un impact négatif sur elle-même et sur le développement de la grossesse.

Pour les femmes qui aiment manger l’argile, le toubib dit que cela a toujours un impact négatif sur la santé. Non seulement elles mangent ces kaolins même sans les laver et qui portent aussi des microbes. Et ces kaolins, une fois dans l’estomac, empêchent absorbtion du fer alors que cet élément est important pour la croissance du bébé.

Fatoumata NAPHO

Lire aussi : Fonds de solidarité nationale : L’insuffisance des ressources financières a plombé les activités

Le Fonds de solidarité nationale est confronté à une insuffisance de ressources financières. C’est le principal enseignement que l’on peut retenir de la 23è session ordinaire de son conseil d’administration tenue vendredi dernier dans les locaux de l’établissement. Les travaux étaient.

Lire aussi : #Mali : Paralysie obstétricale du plexus brachial : Quand un bras du bébé ne bouge pas après la naissance

La Paralysie obstétricale du plexus brachiale (POPB) est une perte de la mobilité d’un membre supérieur qui survient lors de la naissance de l’enfant. Le chirurgien orthopédiste et traumatologue, Dr Aliou Bah, précise que c’est à la naissance qu’on remarque qu’un bras bouge et l’au.

Lire aussi : #Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

La fonction rénale est vitale et nécessaire au maintien de la vie. Pour les personnes qui n’ont pas cette fonction, ils font recours à une méthode qu’on appelle dialyse..

Lire aussi : #Mali : Hôpital de dermatologie de Bamako : Dans la continuité de la qualité

Plus de 2,9 milliards de Fcfa! C’est le budget estimé en recettes et en dépenses de l’Hôpital de dermatologie de Bamako. C’est ce qui ressort de la 5è session ordinaire du conseil d’administration de cet établissement hospitalier, tenue hier dans ses propres installations..

Lire aussi : Notre santé, le Noma : Maladie qui détruit le visage

Récemment reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) comme une maladie tropicale négligée (MTN), le Noma, parfois appelé Cancrus Oris, est une gangrène foudroyante qui touche principalement les enfants qui vivent dans une pauvreté extrême..

Lire aussi : Mali: Gingivite : Une inflammation des gencives

La gingivite est une inflammation générale ou locale au niveau de la gencive. C’est une inflammation d’origine bactérienne. Les bactéries responsables de la maladie sont les streptocoques et les staphylocoques..

Les articles de l'auteur

Fonds de solidarité nationale : L’insuffisance des ressources financières a plombé les activités

Le Fonds de solidarité nationale est confronté à une insuffisance de ressources financières. C’est le principal enseignement que l’on peut retenir de la 23è session ordinaire de son conseil d’administration tenue vendredi dernier dans les locaux de l’établissement. Les travaux étaient dirigés par le président du conseil d’administration (PCA), Sékouba Diarra, en présence du directeur général du Fonds de solidarité nationale, Modibo Koné..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mardi 27 février 2024 à 09:11

#Mali : Paralysie obstétricale du plexus brachial : Quand un bras du bébé ne bouge pas après la naissance

La Paralysie obstétricale du plexus brachiale (POPB) est une perte de la mobilité d’un membre supérieur qui survient lors de la naissance de l’enfant. Le chirurgien orthopédiste et traumatologue, Dr Aliou Bah, précise que c’est à la naissance qu’on remarque qu’un bras bouge et l’autre est allongé..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 26 février 2024 à 08:04

#Mali : Notre santé, La dialyse : Un traitement pour épurer le sang

La fonction rénale est vitale et nécessaire au maintien de la vie. Pour les personnes qui n’ont pas cette fonction, ils font recours à une méthode qu’on appelle dialyse..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 19 février 2024 à 08:40

#Mali : Hôpital de dermatologie de Bamako : Dans la continuité de la qualité

Plus de 2,9 milliards de Fcfa! C’est le budget estimé en recettes et en dépenses de l’Hôpital de dermatologie de Bamako. C’est ce qui ressort de la 5è session ordinaire du conseil d’administration de cet établissement hospitalier, tenue hier dans ses propres installations..

Par Fatoumata NAPHO


Publié mercredi 14 février 2024 à 08:37

Notre santé, le Noma : Maladie qui détruit le visage

Récemment reconnue par l’Organisation mondiale de la santé (l’OMS) comme une maladie tropicale négligée (MTN), le Noma, parfois appelé Cancrus Oris, est une gangrène foudroyante qui touche principalement les enfants qui vivent dans une pauvreté extrême..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 12 février 2024 à 08:21

Mali: Gingivite : Une inflammation des gencives

La gingivite est une inflammation générale ou locale au niveau de la gencive. C’est une inflammation d’origine bactérienne. Les bactéries responsables de la maladie sont les streptocoques et les staphylocoques..

Par Fatoumata NAPHO


Publié lundi 05 février 2024 à 08:46

#Mali : Lutte contre les maladies : LE CDC assure une continuation de son partenariat avec le Mali

Le directeur adjoint principal du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC), Nirav D. Shah, est en visite dans notre pays pour évoquer les prochaines 60 années de partenariat entre sa structure et le gouvernement du Mali..

Par Fatoumata NAPHO


Publié vendredi 02 février 2024 à 09:02

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner