#Mali :Fin de la Transition : Regards croisés des protagonistes

Des soutiens de la Transition estiment que le décret fixant la fin de la Transition au 26 mars 2024 «est inopérant». Selon eux, l’article 22 de la Charte révisée stipule que la Transition prend fin avec l’élection du président de la République organisée par les autorités de la Transition. Des regroupements politiques et des organisations de la société civile trouvent qu’il y a un vide juridique depuis le 26 mars dernier

Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:16
#Mali :Fin de la Transition : Regards croisés des protagonistes

Dans une déclaration commune en date du 31 mars dernier, des partis, regroupements politiques et organisations de la société civile disent avoir constaté que la Transition a pris fin le mardi 26 mars 2024. Et ce, conformément à l’article 22 de la loi n°022-001 du 25 février 2022 révisant la Charte de la Transition et le décret n°2022-0335/PT-RM du 6 juin 2022 fixant le délai de la Transition à 2 ans.

Rappelant que c’était la prolongation d’un délai initial d’un an et 6 mois. C’est fort de cette réalité que cette même entité attire l’attention du gouvernement sur le «vide juridique et institutionnel ainsi provoqué». Pour sortir de l’impasse en vue du retour à l’ordre constitutionnel normal, ces acteurs tablent sur l’organisation, «dans les meilleurs délais de l’élection présidentielle». Au préalable, ils demandent aux autorités de créer les conditions d’une concertation rapide et inclusive pour la mise en place d’une architecture institutionnelle.


Toutefois, d’autres partis, regroupements politiques et organisations de la société civile, réunis au sein du Forum des forces du changement (FFC), rappellent que le décret fixant la fin de la Transition au 26 mars 2024 «est inopérant». Du fait qu’il est le fruit d’une négociation politique avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédeao). Sur le plan juridique, l’article 22 de la Charte révisée est très clair en ce sens qu’il stipule que la Transition prend fin avec l’élection du président de la République organisée par les autorités de la Transition, a fait remarquer le FCC dirigé par Mohamed Ousmane Ag Mouhamedoune.

En outre, les articles pertinents de la nouvelle Constitution n’évoquent aucun délai. «Et mieux, la Loi fondamentale dans son article 190 dispose que jusqu’à la mise en place d’une nouvelle institution, les institutions établies continuent d’exercer leurs fonctions et attributions», a soutenu le président de cette tendance. Pour lui, il n’y a pas de vide juridique.

Dans sa déclaration, le FCC a noté que sur le plan politique, le président de la Transition, dans le souci d’organiser les élections dans les meilleurs délais, a pris l’option d’organiser uniquement l’élection présidentielle. «Rien ne l’obligeait à faire ce choix si ce n’est ce désir de sortir de la Transition rapidement», expliquent les forces acquises au changement. Dans cette teneur, le FCC invite la classe politique à respecter sans condition la Constitution en vigueur depuis le 22 juillet 2023.


Abondant dans le même sens, la Coalition «A Ka taga nayé», avec à sa tête  Mamadou Dia, apporte son soutien à la vision du Mali Kura prôné par le chef de l’État, le colonel Assimi Goïta. Dans la déclaration n°002 du 31 mars relative à la durée de la Transition, la fédération d’associations appelle à la poursuite de la dynamique en cours «après 30 ans de gestion politique calamiteuse de l’État par les partis politiques ayant conduit à la faillite de l’État». C’est pourquoi, elle exhorte à la continuité de l’actuelle «transition militaire» en phase avec l’ensemble des forces patriotiques. Cette Coalition a fait savoir que le Mali est passé à la 4e République.


À ce propos, l’arrivée du délai du 26 mars sous l’impulsion de la Cédeao censée mettre fin à la Transition, a-t-elle relevé, marque la fermeture définitive de la page de «cette organisation anachronique au service de l’impérialisme occidental». Toute chose qui corrobore les principes édictés par le gouvernement à savoir le respect de la souveraineté du Mali, le respect des choix stratégiques et des partenariats opérés par le Mali et la prise en compte des intérêts vitaux du peuple malien dans toutes les décisions.

 En conformité avec les recommandations des Assises nationales de refondation (ANR), cette fédération d’associations invite à la poursuite de la Transition. Et elle se dit en phase avec l’esprit de la Charte. De ce fait, «A Ka taga nayé» soutient le maintien de toutes les institutions de la Transition jusqu’à l’installation du président élu.

Namory KOUYATE

Lire aussi : #Mali : Sécurité, genre et développement en Afrique : L’école de maintien de la paix suscite la réflexion

En prélude à la journée de l’Afrique célébrée le 25 mai de chaque année, l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (EMP-ABB) a organisé, hier, un symposium sur le thème : «Vers une paix durable : quelles actions de l’Union africaine pour la sécurité, le genre et le dév.

Lire aussi : #Mali : Pr Younouss Hamèye Dicko : «En 2019, les rebelles nous ont refusé la thématique Géopolitique et environnement international»

En sa qualité de président de cette Commission lors du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale, Pr Younouss Hamèye Dicko relève les particularités et les atouts de notre pays à mieux tirer profit de ses richesses et trouver une solution définitive à notre crise.

Lire aussi : #Mali : Mali-Nations unies : La coopération ne faiblit pas

L’ONU entend aider notre pays à mobiliser des moyens pour augmenter sa capacité de lutte contre le terrorisme et apporter des soutiens humanitaires aux populations.

Lire aussi : #Mali : Dialogue inter-Maliens : Les mécanismes endogènes pour le Mali Kura

Ouverts lundi dernier au Centre international de conférences de Bamako (CICB) par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, les travaux du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale prennent fin ce vendredi.Le maître-mot de la rencontre demeure le renouveau.

Lire aussi : #Mali : Aspects sécuritaires et défense du territoire, géopolitique et environnement international : Des propositions constructives

Les travaux se déroulent au sein de la commission thématique 4 en charge des «aspects sécuritaires et défense du territoire» sous l’égide du général à la retraite Ismaël Cissé..

Lire aussi : #Mali : Bilan de 100 jours de la délégation spéciale de Bamako : Des résultats notables dans un contexte difficile

Suite à la dissolution du Conseil du District de Bamako, l’arrêté n° 2024-0001/MATD-SG du 15 janvier 2024 portant nomination des membres de la délégation spéciale a été pris par le ministre d’état, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation pour s’atte.

Les articles de l'auteur

#Mali : Sécurité, genre et développement en Afrique : L’école de maintien de la paix suscite la réflexion

En prélude à la journée de l’Afrique célébrée le 25 mai de chaque année, l’École de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye (EMP-ABB) a organisé, hier, un symposium sur le thème : «Vers une paix durable : quelles actions de l’Union africaine pour la sécurité, le genre et le développement en Afrique ?»..

Par Namory KOUYATE


Publié jeudi 23 mai 2024 à 19:57

#Mali : Pr Younouss Hamèye Dicko : «En 2019, les rebelles nous ont refusé la thématique Géopolitique et environnement international»

En sa qualité de président de cette Commission lors du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale, Pr Younouss Hamèye Dicko relève les particularités et les atouts de notre pays à mieux tirer profit de ses richesses et trouver une solution définitive à notre crise.

Par Namory KOUYATE


Publié lundi 20 mai 2024 à 18:22

#Mali : Mali-Nations unies : La coopération ne faiblit pas

L’ONU entend aider notre pays à mobiliser des moyens pour augmenter sa capacité de lutte contre le terrorisme et apporter des soutiens humanitaires aux populations.

Par Namory KOUYATE


Publié lundi 20 mai 2024 à 18:12

#Mali : Dialogue inter-Maliens : Les mécanismes endogènes pour le Mali Kura

Ouverts lundi dernier au Centre international de conférences de Bamako (CICB) par le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, les travaux du Dialogue inter-Maliens pour la paix et la réconciliation nationale prennent fin ce vendredi.Le maître-mot de la rencontre demeure le renouveau du Mali.

Par Namory KOUYATE


Publié vendredi 10 mai 2024 à 08:37

#Mali : Aspects sécuritaires et défense du territoire, géopolitique et environnement international : Des propositions constructives

Les travaux se déroulent au sein de la commission thématique 4 en charge des «aspects sécuritaires et défense du territoire» sous l’égide du général à la retraite Ismaël Cissé..

Par Namory KOUYATE


Publié mercredi 08 mai 2024 à 08:43

#Mali : Bilan de 100 jours de la délégation spéciale de Bamako : Des résultats notables dans un contexte difficile

Suite à la dissolution du Conseil du District de Bamako, l’arrêté n° 2024-0001/MATD-SG du 15 janvier 2024 portant nomination des membres de la délégation spéciale a été pris par le ministre d’état, ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation pour s’atteler à la mise en œuvre de la feuille route..

Par Namory KOUYATE


Publié lundi 29 avril 2024 à 09:02

#Mali : Ministère de la Justice et des Droits de l’Homme : Six véhicules offerts par le président de la transition

Le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, Garde des Sceaux Mahamadou Kassogué, a remis, hier dans les locaux de son département, six véhicules aux nouvelles structures relevant de son ministère, au nom du président de la Transition, le colonel Assimi Goïta..

Par Namory KOUYATE


Publié vendredi 26 avril 2024 à 09:03

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner