#Mali : Lecture du Coran pendant le Ramadan : Une récompense grandiose

Les érudits s’accordent à dire que le Coran et le Ramadan ont un lien particulier et très fort parce que le Saint Livre a été révélé pendant cette période. Les fidèles musulmans qui le lisent ou écoutent la lecture de ses versets sont bien appréciés d’Allah lui-même

Publié vendredi 29 mars 2024 à 09:05
#Mali :  Lecture du Coran pendant le Ramadan : Une récompense grandiose

 La lecture du Coran permet aux fidèles d’atteindre la piété

 

«Le musulman croit que le Coran est un livre révélé par le Seigneur au Prophète Mohammed (paix et salut sur lui), le meilleur des créatures, des prophètes et messagers. Toute législation antérieure à celle contenue dans le Coran fut révoquée et le message de Mohammed (PSL) a clos toute révélation. La loi instaurée par le Coran est la plus complète de toutes. Celui qui la respecte tient entre ses mains le bonheur dans les deux mondes…… ». (Abou Bakr DJaber Al-Djaaïri dans son ouvrage intitulé : La voie du musulman). Ces propos montrent toute la place du Saint Coran dont Allah, le Clément et Miséricordieux, a garanti l’intangibilité : «rien ne doit lui être ajouté, ni retranché».

Au regard de l’importance de la lecture du Saint Coran et des hassanates (comptabilisation dans l’islam des bonnes œuvres accomplies) pour les fidèles musulmans qui s’y consacrent, la compagnie de ce saint Livre est une recommandation. Encore plus pendant le Ramadan. «Le meilleur homme parmi vous est bien celui qui a étudié le Coran et qui l’enseigne» (hadith Mouslim). On ne cessera jamais de le dire, le Ramadan appelle les fidèles musulmans à redoubler d’efforts et d’ardeur dans l’adoration d’Allah, Omnipotent et Omniscient, Maître absolu de l’univers. Cette période de purification permet aussi de trouver le chemin qui mène au Seigneur et à son Prophète Mohamed (paix et salut sur lui).

La lecture du Coran et la dévotion au chapelet sont pratiquées dans les mosquées et dans les familles. L’imam Alhassane Bah du Centre islamique de formation et de documentation (CIFD) explique qu’il y a un lien particulier et très fort entre la lecture du Coran et le Ramadan. Ceci s’explique, selon lui, par le fait que le saint Livre a été révélé pendant le Ramadan. Ajoutant que c’est pendant ce mois béni que nous voyons les fidèles s’investir davantage plus dans la lecture du Coran. Même ceux qui ne savent pas le lire en arabe, s’intéressent à la traduction et à l’interprétation littérale du Coran en français.

D’autres ne ratent jamais les séances de «tafsir» (interprétation du Coran) en bamanankan dans les moquées. L’islamologue rappelle que le Coran a été révélé dans «La Nuit du destin», mais aussi que sa lecture apporte des récompenses multiples. Pour cette raison, certains musulmans s’organisent à lire 20 pages du Coran par jour afin de pouvoir le lire en intégralité durant le Ramadan. Pour cet érudit, le prophète Mohamed (PSL) a dit aux jeuneurs que la lecture du Coran est le plus grand investissement qu’un croyant puisse faire pendant le Ramadan. C’est aussi un moyen pour accéder au jardin d’Allah (le paradis).

 

ATTEINDRE LA PIÉTÉ- Pour Moulaye Souleymane Ballo, imam de la mosquée de Garantiguibougou Nérèkoro, celui qui le lit Coran pendant ce mois reçoit beaucoup de bénédictions d’Allah, lui-même. La lecture du Coran permet aux fidèles d’atteindre la piété qui est la chose la plus recherchée pendant ce mois de grande spiritualité. Et de poursuivre que tout fidèle qui lit le Saint Coran verra ses péchés pardonnés et aura de la récompense du Clément et Miséricordieux. Le religieux déclare aussi qu’Aicha, l’épouse du prophète Mohamed (PSL) a témoigné que le prophète lisait le Coran quotidiennement, mais encore plus pendant le Ramadan.

Dans un hadith, il a été rapporté qu’Abdoulaye ibn Oumar (le fils d’Oumar) a expliqué que le Coran et le jeûne épargneront les jeuneurs contre les châtiments du feu à l’Au-delà. Poursuivant que ceux qui ne savent pas lire le Coran, mais écoutent la lecture de ses versets seront aussi récompensés tout comme ceux qui l’offrent comme cadeau. Et l’imam Moulaye Souleymane de souligner que Dieu a promis le paradis à ceux qui observent le jeûne et lisent le Coran. Il estime que les actes de bienfaisance ne peuvent être complets sans la lecture du Coran et le «zikr», un rituel d’invocation de Dieu, qui éloigne de Satan. 


Pendant le Ramadan, les fidèles renouvellent leur allégeance au Seigneur en achetant des exemplaires du Coran et des chapelets pour adorer Allah. Cette situation est une niche pour les revendeurs qui se frottent les mains puisque les fidèles se bousculent à leurs portillons pour acheter le Coran et les chapelets. Youssouf Sawadogo vendeur de chapelets depuis 2013 au grand marché de Bamako explique que durant le Ramadan son chiffre d’affaire augmente rapidement surtout dans la vente de chapelets. Son grand-frère, Arouna Sawadogo, lui aussi vend des exemplaires de Coran, depuis plus de 20 ans. Il est très satisfait du comportement du marché pendant ce mois béni.

Amsatou Oumou TRAORE

Lire aussi : #Mali : Campagne nationale de planification familiale : Accélérer l’atteinte des objectifs de développement durable

Notre pays doit continuer à accomplir de gros efforts dans l’amélioration de la santé de la femme et de l’enfant pour répondre aux défis.

Lire aussi : #Mali : Fistule obstétricale : Le drame social qui détruit les foyers

Le défi de l’élimination de cette maladie est à portée de main. À condition que la prévention soit menée efficacement et que les malades soient prises en charge correctement dans des unités de soins appropriées.

Lire aussi : #Mali : Fistule obstétricale : Onasr s’engage pour l’élimination

En prélude à la Journée internationale pour l’élimination de la fistule qui sera célébrée demain, l’Office national de la santé de la reproduction (Onasr) a organisé, mercredi à son siège à l’ACI 2000, une conférence de presse sur la fistule obstétricale sous le thème : «Intens.

Lire aussi : #Mali : Chaîne autour de la cheville : Un accessoire de mode pour les femmes

L’origine de son port remonte à des siècles dans les sociétés africaines où elle symbolisait notamment la richesse. De nos jours, les femmes habillent leurs chevilles par plaisir et pour l’élégance.

Lire aussi : #Mali : Personnes atteintes d’albinisme : L’Association philanthropie du Mali veut briser les tabous

En marge du Festival de la solidarité qui s’est tenu sous le thème : «Albinisme, brisons les tabous», l’Association philanthropie du Mali, en collaboration avec l’Association pour la promotion et l’insertion sociale des enfants atteints d’albinisme (SOS Albinos), a organisé, il y a qu.

Lire aussi : #Mali : Chata Keïta : Une passionnée d’agriculture

Depuis 4 heures du matin, Chata Keïta emprunte le chemin de son périmètre maraîcher situé à Samanko, dans la Commune rurale du Mandé. Elle y reste jusqu’à 18 heures. Sur une surface de 0,25 hectare, la quinquagénaire cultive plusieurs plantes dont l’oignon, la laitue, le raisin et la me.

Les articles de l'auteur

#Mali : Campagne nationale de planification familiale : Accélérer l’atteinte des objectifs de développement durable

Notre pays doit continuer à accomplir de gros efforts dans l’amélioration de la santé de la femme et de l’enfant pour répondre aux défis.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié jeudi 30 mai 2024 à 19:54

#Mali : Fistule obstétricale : Le drame social qui détruit les foyers

Le défi de l’élimination de cette maladie est à portée de main. À condition que la prévention soit menée efficacement et que les malades soient prises en charge correctement dans des unités de soins appropriées.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié jeudi 23 mai 2024 à 19:59

#Mali : Fistule obstétricale : Onasr s’engage pour l’élimination

En prélude à la Journée internationale pour l’élimination de la fistule qui sera célébrée demain, l’Office national de la santé de la reproduction (Onasr) a organisé, mercredi à son siège à l’ACI 2000, une conférence de presse sur la fistule obstétricale sous le thème : «Intensifier la sensibilisation auprès des prestataires et des communautés pour renforcer la prévention et la prise en charge de la fistule obstétricale»..

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié mercredi 22 mai 2024 à 19:28

#Mali : Chaîne autour de la cheville : Un accessoire de mode pour les femmes

L’origine de son port remonte à des siècles dans les sociétés africaines où elle symbolisait notamment la richesse. De nos jours, les femmes habillent leurs chevilles par plaisir et pour l’élégance.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié vendredi 10 mai 2024 à 09:04

#Mali : Personnes atteintes d’albinisme : L’Association philanthropie du Mali veut briser les tabous

En marge du Festival de la solidarité qui s’est tenu sous le thème : «Albinisme, brisons les tabous», l’Association philanthropie du Mali, en collaboration avec l’Association pour la promotion et l’insertion sociale des enfants atteints d’albinisme (SOS Albinos), a organisé, il y a quelques jours au Palais de la culture Amadou Hampâté Ba, une conférence sur les personnes atteintes d’albinisme..

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié mardi 07 mai 2024 à 07:32

#Mali : Chata Keïta : Une passionnée d’agriculture

Depuis 4 heures du matin, Chata Keïta emprunte le chemin de son périmètre maraîcher situé à Samanko, dans la Commune rurale du Mandé. Elle y reste jusqu’à 18 heures. Sur une surface de 0,25 hectare, la quinquagénaire cultive plusieurs plantes dont l’oignon, la laitue, le raisin et la menthe..

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié vendredi 12 avril 2024 à 09:51

#Mal : Personnes inaptes à jeûner : Souvent mises au ban de la communauté

Souvent à tort, on juge inacceptable, voire intolérable de voir certaines personnes ne pas observer le jeûne sans en connaître les raisons. Certaines d’entre elles souffrent de pathologies chroniques qui peuvent être des contre indications.

Par Amsatou Oumou TRAORE


Publié mercredi 03 avril 2024 à 09:48

L’espace des contributions est réservé aux abonnés.
Abonnez-vous pour accéder à cet espace d’échange et contribuer à la discussion.
S’abonner